Rechercher
Rechercher

Solidarité

Beyrouth vole en éclats, la diaspora vole à son secours

La somme recueillie par Impact Lebanon s’élève à ce jour à plus de 8 millions de dollars.

Beyrouth vole en éclats, la diaspora vole à son secours

À l’approche de l’hiver, l’ONG Nusanid a bénéficié de 1 200 000 dollars de la diaspora pour l’installation de toitures à 200 vieilles bâtisses dévastées par le cataclysme du 4 août et la consolidation de celles-ci. Photo João Sousa

« Il est urgent de se mobiliser tout de suite pour venir au secours du Liban. » Tel est le message reçu par la directrice de la British Lebanese Association, Dalia Salaam Rishani, le 4 août au soir, quelques heures après la double explosion dévastatrice de nitrate d’ammonium au port de Beyrouth.

Le SOS était lancé par les cofondateurs d’Impact Lebanon, quelques minutes après l’explosion massive qui a dévasté une partie de Beyrouth.

Agir rapidement pour soutenir les efforts de secours constituera dès lors le leitmotiv de la British Lebanese Association, du Center for Lebanese Studies et de LIFE (Lebanese International Finance Executives). « Il y avait un besoin criant de fonds pour pouvoir fournir aux familles sinistrées une aide immédiate en termes de nourriture, de médicaments et de produits de première nécessité », alerte Diala Salaam Rishani, femme active aux multiples casquettes : éditrice, philanthrope et directrice de la British Lebanese Association (BLA), dont le programme de bourses est le projet phare depuis sa création en 1984.

Épaulé par ces trois associations, Impact Lebanon, incubateur d’initiatives pour les Libanais motivés du monde entier, lance sa campagne de fonds d’urgence, ciblant particulièrement les donateurs privés. Et pour obtenir un résultat maximal pour Beyrouth, l’équipe d’Impact Lebanon a été en communication directe avec les ONG afin d’avoir des propositions de décaissement détaillées et faire preuve de diligence dans la gestion des fonds qui lui ont été confiés par les donateurs. « Pour plus de transparence, LIFE et deux autres ONG, Koudourat et 3QA, ont été chargées de la vérification, l’allocation et la distribution des fonds », signale encore la directrice de la British Lebanese Association qui n’en est pas à sa première expérience dans le domaine de l’assistance humanitaire.

Lire aussi

Ayah Bdeir, meilleur espoir féminin

Sept millions de dollars sont collectés dès la première semaine. Et à ce jour, la somme recueillie s’élève à 8 200 000 dollars. « Face à cette catastrophe de grande ampleur qui s’est produite à un moment difficile pour le Liban, alors qu’il fait face à la pandémie de coronavirus et à une crise économique, les Libanais de la diaspora ont été extraordinaires. Ils se sont unis instantanément pour soutenir leurs compatriotes », souligne Mme Rishani. « Quand nous vivons à l’étranger, notre religion et notre statut social et économique n’ont aucune importance ; on ne juge pas, on travaille et on respecte la méritocratie », fait-elle observer.


Dalia Salaam Rishani, directrice de la British Lebanese Association.


Des stars et des célébrités

En visite au Liban, elle raconte que « tout le monde, libanais ou pas, voulait aider », citant ainsi parmi les donateurs des célébrités, notamment Madonna, Salma Hayek, Rihanna, le sextuple champion du monde de formule 1 Lewis Hamilton, Victoria Beckham, Bella Hadid, le rappeur italien Fedez, la Hollandaise Negin Mirsalehi, une des blogueuses mode des plus influentes au monde, et Amina Muaddi, icône de la scène milano-parisienne et reine de l’accessoire, dont les chaussures du nouveau drop Fenty affolent les afficionados. « Ils ont fait une donation et incité à en faire autant à travers leurs réseaux sociaux. » Parmi les donateurs, figurent également l’avocate libano-britannique des droits de l’homme Amal Clooney et son mari George, qui ont partagé leur don de 100 000 dollars (environ 76 000 £) pour soutenir le Liban entre trois organisations : Impact Lebanon, la Croix-Rouge libanaise et Baytna baytak.

Selon le site www.civilsociety.co.uk/news/london, le tweet de lancement de la collecte de fonds d’Impact Lebanon a été partagé plus de 9 500 fois, et le soutien est venu du monde entier.

Un toit pour se protéger

Dalia Salaam Rishani signale d’autre part que la première série de décaissement a été allouée à plusieurs organisations, notamment la Croix-Rouge libanaise (200 000 dollars), l’association Beit el-Baraka (150 000 dollars), arcenciel (200 000 dollars), al-Ghina (100 000 dollars).

Compte tenu de l’approche de l’hiver, Nusanid, une autre ONG, a bénéficié de 1 200 000 dollars pour l’installation de toitures à 200 vieilles bâtisses dévastées par le cataclysme du 4 août et leur consolidation. A noter que le processus d'attribution des dons se poursuit. Quatre cent mille dollars ont été en outre débloqués pour Lebanon Needs qui participe à la réhabilitation de l’hôpital Jeïtaoui et à la restauration des maisons dans le secteur de la Quarantaine.

Le fonds d’urgence se concentre également sur le soutien des ONG qui s’efforcent de répondre aux besoins humanitaires, la santé physique et mentale des populations vulnérables touchées par cette catastrophe tragique. Aussi, 140 000 dollars ont été alloués à Embrace Mental Health, qui œuvre à sensibiliser la population sur la santé mentale des jeunes, soumis au stress et à l’anxiété le plus souvent imputables au chômage ou aux conflits, et qu’elle cherche à aider en leur développant des projets ou en les soutenant financièrement. L’ONG, fondée en 2013, a même créé une ligne d’assistance, Embrace Lifeline (1564), pour prévenir le suicide.

Lire aussi

Pour Beyrouth meurtrie, la jeune diaspora libanaise de Washington s’active

Basmeh & Zeitouneh a reçu également sa cagnotte. Les équipes de cette ONG sont réparties entre la Quarantaine et Gemmayzé pour identifier les besoins des résidents, fournissant de la nourriture, de l’eau, des abris et une aide médicale. Ses volontaires ont retroussé leurs manches pour nettoyer les débris de verre, de pierre et de métal qui jonchent le sol des maisons soufflées par l’explosion. Toute aide reste indispensable pour le moment et pour plusieurs mois à venir.

Un investissement durable pour le développement du capital humain

Créée en 1984, la mission principale de la Bristish Lebanese Association et de Dalia Rishani est « d’aider le Liban à construire son capital humain en fournissant aux étudiants libanais des bourses au niveau de la maîtrise, dans des matières que nous considérons avantageuses pour le développement durable du pays ». Entre 1995 et aujourd’hui, 150 master degrees ont été assurés. Elle espère que ces étudiants leaders reviendront dans leur pays natal et aideront à la reconstruction de leur pays.

Dalia s’est également mobilisée en mars dernier pour l’opération Stand Together for Lebanon, lancée par l’ambassadeur du Liban au Royaume-Uni, Rami Mortada, en vue de soutenir financièrement les étudiants libanais au Royaume-Uni.

Pris au piège des restrictions bancaires et de la pandémie de Covid-19, ces jeunes se sont retrouvés dans l’incapacité de régler les frais universitaires pour le deuxième trimestre et d’autres dépenses, comme les loyers qui devaient être acquittés. Une mesure d’urgence s’imposait. La BLA s’est investie dans la cellule de crise mise sur les rails par l’ambassadeur Mortada pour aider 600 étudiants. C’est d’ailleurs à cette association, agréée par la loi britannique et reconnue d’intérêt public, que le chef de mission diplomatique avait confié la gestion des fonds récoltés.


« Il est urgent de se mobiliser tout de suite pour venir au secours du Liban. » Tel est le message reçu par la directrice de la British Lebanese Association, Dalia Salaam Rishani, le 4 août au soir, quelques heures après la double explosion dévastatrice de nitrate d’ammonium au port de Beyrouth.

Le SOS était lancé par les cofondateurs d’Impact Lebanon, quelques...

commentaires (1)

Certainement un grand merci pout tout donateur, pour n'importe quelle somme. Mais cette catastrophe à besoin d'une somme qui s'exprime en milliards de dollars, et je ne vois pas comment cette aide peut venir. Certainement pas de donations individuelles et des ONG. Et les grandes puissances ne sont pas prêtes à le faire...

Rene Malek

09 h 25, le 07 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Certainement un grand merci pout tout donateur, pour n'importe quelle somme. Mais cette catastrophe à besoin d'une somme qui s'exprime en milliards de dollars, et je ne vois pas comment cette aide peut venir. Certainement pas de donations individuelles et des ONG. Et les grandes puissances ne sont pas prêtes à le faire...

    Rene Malek

    09 h 25, le 07 octobre 2020