Rechercher
Rechercher

Crise

Nasrallah : Nous refusons que Macron se comporte comme le gouverneur du Liban

"Nous avons accueilli favorablement l'initiative française, mais nous n'acceptons pas que celle-ci se transforme en mandat ou en tutelle", lance le leader chiite.

Nasrallah : Nous refusons que Macron se comporte comme le gouverneur du Liban

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Photo d'archives AFP

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé mardi qu'il continuait de soutenir l'initiative française consistant en une formation d'un gouvernement au Liban dans les plus brefs délais afin de débloquer des aides internationales cruciales, réclamant toutefois un changement du ton et du mode opératoire. Deux jours après les propos extrêmement durs d’Emmanuel Macron à l’égard de la classe politique libanaise, Hassan Nasrallah a ainsi dit refuser que l'initiative de Paris "se transforme en mandat ou en tutelle", accusant le président français de se comporter comme "le gouverneur" du Liban.

"Nous saluons toujours l'initiative française (...) mais les intimidations du mois dernier ne doivent pas se poursuivre. Nous refusons que le président Emmanuel Macron se comporte comme le gouverneur du Liban", a déclaré Hassan Nasrallah. "Nous n'acceptons pas votre accusation de trahison (...) Nous rejetons et condamnons ce comportement condescendant", a-t-il ajouté, s'adressant au président français deux jours après le discours incendiaire de ce dernier, lors duquel il a accusé la classe politique libanaise de "trahison collective". M. Macron avait alors fait porter l'échec de la formation du gouvernement et de la récusation du Premier ministre désigné, Moustapha Adib, à l'ensemble de la classe politique et, nommément, au tandem chiite, composé du Hezbollah et du mouvement Amal.

L'édito de Issa Goraïeb

Un savon et des bulles

"Nous avons accueilli favorablement l'initiative française, mais nous n'acceptons pas que celle-ci se transforme en mandat ou en tutelle", a encore dit le chef du parti chiite. S'il a dit être toujours "prêt au dialogue avec les Français et toutes les composantes politiques libanaises", il a dénoncé "l'intimidation" exercée au cours du mois passé. Le ton et l'approche doivent, selon lui, changer "sinon nous n'atteindrons aucun résultat". 

La responsabilité du "club" des anciens PM
Revenant en détails, lors de son discours, sur les tractations gouvernementales, Hassan Nasrallah a reproché à M. Adib de n'avoir discuté avec aucun bloc parlementaire, "ni même avec le chef de l'Etat". Selon lui, l'initiative française "retirait au président une de ses plus importantes prérogatives".

Hassan Nasrallah a encore critiqué le fait que, malgré les concessions que son parti était prêt à faire, notamment en ce qui concerne la nomination de ministrables indépendants, les décisions concernant la formation du cabinet "étaient prises par le club" des anciens Premiers ministres sunnites (Saad Hariri, Tammam Salam, Fouad Siniora et Nagib Mikati, ndlr). "Ils ont laissé les blocs parlementaires, qui représentent les différentes confessions, de côté, et ont tenté d'imposer de nouvelles coutumes qui étaient contraires à la Constitution et au principe de la démocratie pourtant réclamé par le président français", a-t-il accusé. "Ce n'est pas un cabinet de mission, mais de fait accompli qu'on tentait de nous imposer. Il nous était demandé de livrer le pays aux clubs des anciens Premiers ministres, sans discuter et sans poser des questions, a-t-il lancé. Ceux qui ont voulu imposer leur gouvernement et marquer des points politiques qu'ils n'ont pas pu marquer ces dernières années sont ceux-là-mêmes qui ont fait échouer l'initiative", a-t-il poursuivi. 

Et de lancer à l'adresse d'Emmanuel Macron : "Si vous voulez savoir qui a fait échouer votre initiative, cherchez du côté des Américains, avec leur politique de sanctions, et du côté du roi Salmane d'Arabie". Lors d'un discours incendiaire devant l’Assemblée générale des Nations unies mercredi dernier, ce dernier avait accusé le Hezbollah d’"exercer son hégémonie sur la prise de décision au Liban", et lui avait fait assumer la responsabilité de la tragédie du 4 août au port de Beyrouth.

"Nous avons peur pour le Liban"
Hassan Nasrallah a en outre relevé que l'initiative française ne précisait pas que le gouvernement devait être formé de quatorze ministres, avec une rotation des portefeuilles. Cette initiative française appelait à la mise sur pied d'un cabinet "de mission" restreint regroupant des spécialistes indépendants. Ce principe de l'attribution des ministères entre les différentes communautés avait été soulevé la première fois lors des consultations parlementaires non-contraignantes menées par Moustapha Adib.

"Nous devons être au sein du futur gouvernement afin de protéger la résistance et ce qu'il reste du Liban, que ce soit à travers des ministres partisans ou pas", a-t-il toutefois affirmé. "Nous avons peur pour le Liban et pour son avenir", a-t-il ajouté, soulignant notamment ne pas vouloir d'un cabinet "qui accepte sans négocier les termes du Fonds monétaire international (...) ou qui augmente la TVA".

Dimanche, le chef de l'Etat français avait assuré que l'initiative française restait d'actualité et donné un nouveau délai "de quatre à six semaines" aux autorités libanaises pour la formation du futur cabinet. Un délai qui expire donc après la présidentielle américaine, le 3 novembre, alors que certains observateurs accusent le Hezbollah de retarder la formation du gouvernement jusqu'à cette échéance afin de voir l'impact qu'aurait ce scrutin sur la politique locale et régionale, dans un contexte de tensions accrues entre Washington et Téhéran.

La "politique de terreur" de Macron
Le dignitaire chiite a en outre répondu aux différentes accusations lancées par le chef de l'Etat français à l'encontre du Hezbollah. "Nous n'acceptons pas d'être traités de traîtres et nous condamnons ce genre de comportement", a lancé le dignitaire chiite, rejetant également toute accusation de corruption. "Si les Français ont des dossiers de corruption incriminant des ministres du Hezbollah, qu'ils les soumettent à la justice", a-t-il ajouté.

"Le président Macron nous accuse de vouloir terroriser les gens, mais c'est lui qui utilise une politique de terreur sur les chefs de partis au Liban afin que le gouvernement soit formé", a-t-il déclaré. Le Hezbollah, avait lancé M. Macron, "ne peut en même temps être une armée en guerre contre Israël, une milice déchaînée contre les civils en Syrie, et un parti respectable au Liban. C'est à lui de démontrer qu'il respecte les Libanais dans leur ensemble. Il a, ces derniers jours, clairement montré le contraire". Et de poursuivre : "Vous avez un système de terreur qui s'est mis en place et que le Hezbollah a imposé et je le dis avec d'autant plus de clarté que je leur ai dit", avait-il clairement dénoncé.

Aïn Qana : silence radio
Hassan Nasrallah a brièvement évoqué la situation le long de la frontière entre le Liban et Israël. Il a toutefois occulté de son discours la question de l'explosion mystérieuse de Aïn Qana, au Sud, du 22 septembre. Selon les médias, cette déflagration est survenue dans un bâtiment appartenant au Hezbollah, soit le domicile d'un responsable du parti, soit un dépôt d'armes. Au cours de la semaine écoulée, ni le parti chiite ni les autorités libanaises n'ont commenté cet incident.

Revenant par ailleurs sur les événements ayant secoué le Liban-Nord ces dernières semaines, le leader chiite a appelé "tous les Libanais" à se tenir aux côtés de l'armée et des familles des "martyrs" de la troupe. Il a souligné que ces événements ont eu lieu alors que l'organisation jihadiste Etat islamique a repris ses activités notamment en Syrie et en Irak, accusant les Etats-Unis d'avoir provoqué cette "renaissance" du mouvement extrémiste afin de justifier sa présence militaire dans la région. Depuis plusieurs semaines, une série d'incidents sécuritaires ont marqué l'actualité au Liban, notamment après l'assassinat à Kaftoun (au Liban-Nord), de trois agents municipaux. Suite à ce crime, les forces de sécurité et l'armée ont remonté la piste d'une cellule terroriste jihadiste active au Nord, dont ils ont, dans un premier temps, tué le chef, Khaled el-Tellaoui, et arrêté trois membres, avant de mener des affrontements contre d'autres éléments armés de ce groupe le week-end dernier, à Wadi Khaled. A l'issue de cette bataille, neuf terroristes ont été tués.


Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé mardi qu'il continuait de soutenir l'initiative française consistant en une formation d'un gouvernement au Liban dans les plus brefs délais afin de débloquer des aides internationales cruciales, réclamant toutefois un changement du ton et du mode opératoire. Deux jours après les propos extrêmement durs d’Emmanuel...

commentaires (39)

Ce doigt que tu nous montres?? . Eh bien oui... C'est bien ce que tu penses.

RadioSatellite.co

20 h 36, le 30 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (39)

  • Ce doigt que tu nous montres?? . Eh bien oui... C'est bien ce que tu penses.

    RadioSatellite.co

    20 h 36, le 30 septembre 2020

  • Nous refusons que HN et l'Iran se comportent comme les gouverneurs du Liban.

    Joe

    17 h 28, le 30 septembre 2020

  • Si j’étais le président Macron, j’aurai demander au gouv libanais ou à la présidence si le discours du Sayyed était légitime et s’il parle au nom du Liban .... s’il le fait alors la je peux vous assurer et le gouv et le président n’auront aucune réponse à lui donner et c’est à ce moment la que je commencerai à distribuer des sanctions ou alors je retire ma protection .. et la on verra qui est qui !!

    Bery tus

    15 h 43, le 30 septembre 2020

  • " Cette initiative française appelait à la mise sur pied d'un cabinet "de mission" restreint regroupant des spécialistes indépendants ". C'est Nasrallah qui le dit et c'est sur cette base qu'il s'était engagé à faciliter la formation du gouvernement. Exiger de pouvoir nommer lui-même certains ministres n'entre visiblement pas dans ce cadre. Nul besoin de raisonnements alambiqués pour conclure que Nasrallah a renié sa parole, ce qui, en bon français, s'appelle bien une trahison.

    Yves Prevost

    15 h 42, le 30 septembre 2020

  • UNE HISTOIRE POUR RIRE. QUELQU,UN INTERPELLA UN JOUR L,AIDE DE LA PATRONNE MARIKA QUI GERAIT LE BORDEL EN LUI DEMANDANT QUEL ETAIT SON ROLE. ET L,AIDE DE REPONDRE : 3ARSA YIA SIDI 3ARSA...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 41, le 30 septembre 2020

  • Allez OUST petit chien, va aboyer chez ton maitre iranien !!

    Cabbabe Nayla

    13 h 48, le 30 septembre 2020

  • Mieux vaut etre gouverneur du Liban comme Macron que fossoyeur du Liban depuis 1982.......

    HABIBI FRANCAIS

    12 h 56, le 30 septembre 2020

  • Si notre barbu des égouts ne veut pas que Mr Macron se mêle des affaires du pays et qu'en plus il est susceptible face aux leçons de moral, soit, et c'est son droit, mais dans ce cas là il nous trouve une solution aux difficultés du pays et nous sommes les premiers à le suivre et à le soutenir dans sa " cause iranienne"

    Citoyen

    11 h 40, le 30 septembre 2020

  • Si les Libanais avaient le choix entre Macron et Hassan Nassrallah la majorite aurait choisi Macron.

    EL KHALIL ABDALLAH

    11 h 28, le 30 septembre 2020

  • Ya sayed, nous refusons quand à nous la gouvernance effective (celle-ci est bien réelle)du Liban par l'Iran. Vous dites que vous n'êtes pas corrompus puisque votre argent provient de l'Iran, je vous rappelle l'adage : "Qui donne, ordonne."

    DJACK

    11 h 19, le 30 septembre 2020

  • Les libanais ont choisi leur gouverneur et c’est M. Macron. Nous voulons aussi une tutelle française et c’est notre choix de libanais pour nous débarrasser de tous les terroristes de ton genre sur notre sol. Nous voulons signer un pacte de paix avec Israël et tu n’as rien à dire. Si tout cela te déplaît tu connais le chemin vers tes alliés en passant par la Syrie qui se ferait une grande joie de t’accueillir en héros. Au Liban tu n’es qu’un zéro pointé pour avoir trahi et détruit chaque édifice de ce pays pour ta gloire et celle de tes maîtres, ennemis de notre pays. Si la seule façon d’arriver à notre but est de passer par la guerre pour atteindre ton bunker, qu’à cela ne tienne nous n’avons plus rien à perdre. La guerre ne nous fait pas peur surtout quand c’est pour reprendre le contrôle de notre pays et récupérer nos droits et notre souveraineté, et planter notre drapeau sur tout son territoire dont certaines régions sont polluées par les photos où trônent tes maîtres à côté de la tienne avec un drapeau insignifiant qui n’a rien à voir avec les couleurs du nôtre qui représente le sang de nos vrais martyrs morts pour le Liban et non pour un autre pays quelconque, le blanc qui représente la paix à laquelle a toujours aspiré son peuple et le cèdre symbole de notre force et notre détermination à ne jamais plier devant l’ennemi qui aujourd’hui est représenté par ton parti vendu. C’EST CLAIR NON?

    Sissi zayyat

    11 h 13, le 30 septembre 2020

  • Il croit qu’en beuglant, je refuse et j’accepte, on arrivera à l’intégrer dans le système libanais. Non vous n’êtes rien et ne représentez personne dans notre pays le Liban. Ça lui arrache la gueule de prononcer ce mot Liban il s’époumone à dire qu’il fera tout ce qu’il lui est possible pour son pays sans le nommer alors on comprend de quel pays qu’il dit le sien il est en train de se mettre en quatre pour le servir. L’Iran est son pays, et il n’a rien à refuser ou à accepter dans le notre de pays le LIBAN. Il prétend défendre la fonction de la présidence de la république qui n’existe plus depuis sa mainmise sur le pouvoir et le pays et se dit choqué que des anciens ministres libanais se mêlent de la formation du gouvernement alors que lui s’allie avec tous les extrêmes y compris les islamistes pour détruire notre pays. Nous préférons de mauvaises décisions prises par des libanais à des bonnes prises par ses ennemis. Quant aux armes et les fabriques installées dans des quartiers résidentielles nous n’avons pas besoin de preuves le cataclysme du 4 août sans parler des autres incidents de soudures et l’explosion de Quana qu’ils ont omis de commenter en disent long sur sa parole qui vaut son pesant tout de détritus. La ferme tu n’es que terreur et mensonges y’a Sayed des pauvres qui envoie la jeunesse chiite au casse pipe pour leur donner à manger de l’argent avec volé du peuple libanais. OUST DIRECTION IRAN.

    Sissi zayyat

    10 h 54, le 30 septembre 2020

  • Mr. Nasrallah nous préférons la tutelle française qui est démocratique et saine que ceux des Ayattollahs d'Iran dictatoriale et criminele

    Eleni Caridopoulou

    10 h 50, le 30 septembre 2020

  • "Nous n'acceptons pas votre accusation de trahison". Mais renier sa parole en prenant, en totale connaissance de cause, le risque de plonger le pays dans le chaos, comment cela peut-il s'appeler, cher monsieur ?

    Yves Prevost

    10 h 33, le 30 septembre 2020

  • Parce que toi?? ton idéologie? ta présence? tes guerres? ton doigt levé contre nous? tes milices? QUI T'A DIT que nous l'acceptons. ? Nous acceptons MILLE FOIS un mandat français moderne et une liberté de pensées, d'expression et des intelligences occidentales qu'une oppression et une vie à l'ombre de ton idéologie et vision du monde. DEGAGE et vite !!!!!! Ou créés toi ton propre pays ailleurs mais pas au Liban

    RadioSatellite.co

    10 h 14, le 30 septembre 2020

  • C’est clair et limpide cette fois. On ne peut plus vivre ensemble dans un même pays et sous un même régime politique. Nous sommes aux antipodes dans tous les domaines : culture, éducation, civilisation, droits de la femme, allégeance à un pays étranger .... nous n’avons plus rien en commun. Ils ont contribué et continuent à contribuer à détruire le pays ne serait ce qu’en organisant le trafic éhonté de carburants vers la Syrie au détriment des réserves de la BdL et des besoins des libanais. Il faut les rattacher à la Syrie ou à l’Iran à leur choix. Le Liban nous appartient

    Liberté de Penser

    09 h 43, le 30 septembre 2020

  • Le discours de Nasrallah est un exemple type de démagogie et de mauvaise foi. Il raconte un tissu de mensonges pour galvaniser sa base chiite contre la France qui d’après lui voulait livrer le pays aux club des anticipées PM, il cherche aussi à monter les maronites contre Macron qui, d’après Nasrallah, aurait neutralisé le pouvoir du président libanais... Le Hezbollah a choisi le pire pour le liban, à savoir, le maintien du système communautaire, associé à la terreur et la corruption pour gouverner le pays dans les intérêts des Iraniens sur le dos de la majorité des Libanais. En plus, il a le culot de donner de leçons en matière de souveraineté nationale et de laïcité (avec Berry).

    Alexandre Husson

    09 h 37, le 30 septembre 2020

  • que de mots durant 105 minutes a repeter, non a confirmer LA MEME CHOSE : ne cherchez plus a vous libérer de mes griffes. allez vous faire voir ailleurs. LA TERRIBLE VERITE? impossible d'arriver a quoique ce soit faute d'une revolution, qui elle n'aura pas lieu non plus faute de citoyens liberes de leurs zaims.

    gaby sioufi

    09 h 32, le 30 septembre 2020

  • Ce monsieur se plaint que le président français se comporte comme "le gouverneur" du Liban et condamne ce comportement condescendant". Nous n'acceptons pas que l’initiative francaise se transforme en mandat ou en tutelle". "Le président Macron nous accuse de vouloir terroriser les gens, mais c'est lui qui utilise une politique de terreur sur les chefs de partis au Liban afin que le gouvernement soit formé", a-t-il aussi déclaré. C’est du tragi- comique ! le chef de la milice armee qui se plaint d’etre si mechamment traite’, lui qui n’a rien a se reprocher ! Si on n’a toujours pas de gouvernement c’est a cause du hezbollah qui veut accaparer le ministere des finances et choisir les ministres chiites. Un point c’est tout ! La resistance a Israel ne se fait pas en tuant des Syriens anti Assad, elle ne se fait pas non plus a Beyrouth , en Iraq ou a Bahrein ou meme au Yemen et en certains pays d’Europe. Elle ne se fait pas en empechant l’armee libanaise de proteger le pays pour lui ravir son role et justifier son existence. Le hezbollah a conduit le Liban a sa perte, il lui a change sa physionomie et a mis fin a l’avenir des Libanais. Aucun changement ne pourra se faire tant que des politiciens chefs de clan Libanais, maintiendrons leur appui suicidaire a une milice armee qui n’a plus rien de Libanais

    Goraieb Nada

    08 h 59, le 30 septembre 2020

  • Nasrallah cher imposteur, vous êtes ce que vous êtes parce que le gouverneur occupant assadien vous a livré le Sud-Liban sur un plateau d'argent en y interdisant à l'armée libanaise de s'y déployer pendant toute son occupation militaire du Liban et en imposant une exception à Taëf pour vous octroyer le privilège de conserver vos armes. Si le Liban n'avais pas connu dans son histoire de gouverneur étranger vous ne seriez pas là pour déblatérer vos impostures. Non seulement vous travaillez pour le compte de l'Iran ça tout le monde le sait mais n'oubliez jamais que c'est l'occupant assadien qui vous a ouvert les portes du Liban, et les Libanais ne doivent pas oublier que encore aujourd'hui non seulement vous travaillez pour le compte de l'Iran au mépris de l'autorité de l'état libanais mais en plus l'objectif principal que vous voulez atteindre pour le compte de l'Iran n'est pas ce que vous dites haut et fort de résister contre Israël mais le détournement des ressources du Liban au profit de l'ennemi assadien à qui vous devez votre existence au même titre que l'Iran.

    Citoyen libanais

    08 h 48, le 30 septembre 2020

  • Par contre, il accepte que le Liban soit sous sa tutelle et ipso facto celle de l'Iran.

    Nammour JP

    08 h 20, le 30 septembre 2020

  • Ah... Vivement si le ridicule tuait…

    Fadi Chami

    07 h 32, le 30 septembre 2020

  • Nasrallah reproche à Adib de ne pas avoir consulté les blocs parlementaires. Mais la Constitution ne l'y oblige nullement, et, en fait, il ne devait SURTOUT PAS le faire puisqu'il s'agissait - Nasrallah le reconnaît lui-même - de former un cabinet d'INDEPENDANTS. "Ils ont tenté d'imposer de nouvelles coutumes qui étaient contraires à la Constitution " Lesquelles? Parce que permettre aux chefs de partis de nommer les ministres serait une coutume établie par la Constitution? Nasrallah prétend CONTINUER à soutenir l'initiative française, alors qu'il n'a fait que la torpiller! Enfin - chaque phrase, chaque mot de ce discours pourraient être ainsi contredits, mais il faut bien se limiter - Le voilà tout à coup qui a peur pour le Liban. dommage qu'il n'ait pas ressenti cette crainte en 2006 avant d'attaquer Israël, cela nous aurait épargné une épreuve inutile!

    Yves Prevost

    07 h 05, le 30 septembre 2020

  • Le discours dur de Macron est postérieur à l'échec de la formation du gouvernement et n'a donc pas contribuer à l'échec. La transformation de l'initiative Française en mandat est une supposition et non pas une certitude. Vous pouvez vous y opposer en temps voulu. Adib n'a pas à se concerter avec les formations politiques quand son objectif était de composer un gouvernement d'indépendants. Vous avez bloqué le cabinet Diab dans sa négociation avec le FMI et vous allez bloquer le cabinet de Adib alors que, vous n'avez pas de solutions viables de rechange. C'est la raison pour laquelle Macron vous accuse de bloquer le pays et de le mener à sa perte.

    Zovighian Michel

    06 h 06, le 30 septembre 2020

  • WoW accuser les autres de nos propres faits et gestes !! Mais qu’elle imbecile y croirait ... même s’il a pu remuer sa base pour le sens patriotique de ses mots mais qui dans le fond n’existe même pas

    Bery tus

    05 h 59, le 30 septembre 2020

  • Nous refusons que vous vous comportiez comme le Guide Suprême du Liban par la force des armes !! Vous ne l’êtes pas !

    LeRougeEtLeNoir

    05 h 20, le 30 septembre 2020

  • LES HORS LA LOI AU LIBAN CRITIQUE MACRON. POUR COMBIEN DE TEMPS ? IL CROIENT QU'ILS SONT PLUS FORT DE CE QU'ILS SONT. L'HEURE DE LA VÉRITÉ A SONNÉ.

    Gebran Eid

    03 h 50, le 30 septembre 2020

  • Un article de 1300 mots inutiles...perte de temps et surtout une perte de vie et de patrie pour lire/écouter des paroles vides...on est déjà dans l'enfer depuis si longtemps avec nos tourmenteurs à la barbe et l'index...

    Wlek Sanferlou

    01 h 57, le 30 septembre 2020

  • “ Les gouverneurs” du Liban nous on mis dans le bordel actuel. Alors essayons Macron. Nous n.avons rien à perdre.

    Guy P Nohra

    01 h 50, le 30 septembre 2020

  • Nasrallah : Nous refusons que Macron se comporte comme le gouverneur du Liban ET NOUS LE PEUPLE LIBANAIS REFUSONS QUE VOUS ENVOYEZ NOS JEUNES MOURRIR POUR UNE CAUSE QUI N'EST PAS LA LEUR EN SYRIE EN IRAK ET AU YEMEN POUR NE PAS DIRE A BAHREIN AUSSI VIVEMENT LA PAIX AVEC ISRAEL POUR QUE VOTRE MILICE N'EST MEME PLUS DE RAISON D'EXISTER SUR LE SOL LIBANAIS

    LA VERITE

    01 h 27, le 30 septembre 2020

  • Nous refusons que vous HN, vous vous comportez comme le gouverneur du Liban. Nous préférons être sous la tutelle de la France que sous la tutelle iranienne incarnée par vous.

    carlos achkar

    01 h 15, le 30 septembre 2020

  • IL A AUSSI PRIS LA PARTIE DE BELZEBUTH QUI NOUS PROMIT L,ENFER.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 47, le 30 septembre 2020

  • "Si les Français ont des dossiers de corruption incriminant des ministres du Hezbollah, qu'ils les soumettent à la justice". Laquelle de justice? Celle qui n'est pas reconnue ab initio ou bien la seule qui compte, la justice divine? Nasrallah quel héros, quelle lucidité dans ses propos. Si seulement tout le monde pouvait se battre comme lui pour que tout le pays ressemble à tous les quartiers dans lesquels l'arbre a été substitué par une arme et dans lesquels on retrouve les portraits des grands patriotes de pays étrangers

    Georges Olivier

    00 h 44, le 30 septembre 2020

  • OMG!!! Que dire à Leur Sayyedon! Il a la mémoire bien courte !Que dire à Leur Sayyedon! Mettre la faute sur les autres, mais quel culot ! " Nous devons être au sein du futur gouvernement afin de protéger la résistance et ce qu'il reste du Liban. Que ce soit à travers des ministres partisans ou pas " Quelle Résistance ? Résistance aux changements ? Résistance a la démocratie ? Résistance de rejeter votre Fidélité inconditionnelle avec l'Iran ? Résistance a déposé les armes ? Résistance a sauvé votre pays natale ? Et bien si c'est ca votre résistance votre Plénitude nous pouvons nous en passé ! Depuis 2005 que nous sommes sous votre joug de coupes gorge politique, Terroristes, contrebandiers et King Pin de la Drogue ! Nous avons vu le résultat de plus 7 ans votre gestion du ministère des Finances ! Vous avez profité autant que les autres a vous remplir les poches, Monsieur le 1.6 milliards... Arrêtez vos crises d'adolescent et laisser vos demandes INACCEPTABLES de cote pour sauver votre pays natal et non votre pays d'adoption !

    Marwan Takchi

    00 h 12, le 30 septembre 2020

  • De nouveau, tartarin de tarascon! Il ne veut pas de la "tutelle"francaise, mais a 100% d'accord pour la tutelle (la vrais) iranienne? Non mais il prend les libanais pour des idiots ou quoi?

    IMB a SPO

    23 h 54, le 29 septembre 2020

  • Ok avec l'expression de la libre analyse que je copie : "D,APRES LA CONSTITUTION TOUTES LES MILICES, MERCENAIRES EN PLUS, AURAIENT DU ETRE DESARMEES ET ABOLIES. VOUS ETES DONC ILLEGAUX ET VOUS N,AVEZ PAS LE DROIT DE PARTICIPER DANS AUCUN GOUVERNEMENT. AUX ELECTIONS POINT DEMOCRATIQUES VOUS L,AVEZ EMPORTE PAR L,INTIMIDATION DES ARMES. QUAND AU DISCOURS IL EST PLEIN DE PIPEAUX, DE BOURDES ET D,INEPTIES."

    Brunet Odile

    23 h 41, le 29 septembre 2020

  • Vous voulez l'Iran; nous autres, voulons la France.

    Esber

    23 h 19, le 29 septembre 2020

  • D,APRES LA CONSTITUTION TOUTES LES MILICES, MERCENAIRES EN PLUS, AURAIENT DU ETRE DESARMEES ET ABOLIES. VOUS ETES DONC ILLEGAUX ET VOUS N,AVEZ PAS LE DROIT DE PARTICIPER DANS AUCUN GOUVERNEMENT. AUX ELECTIONS POINT DEMOCRATIQUES VOUS L,AVEZ EMPORTE PAR L,INTIMIDATION DES ARMES. QUAND AU DISCOURS IL EST PLEIN DE PIPEAUX, DE BOURDES ET D,INEPTIES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    23 h 04, le 29 septembre 2020

  • Quelques mensonges plus tard ...

    Zeidan

    22 h 54, le 29 septembre 2020