Rechercher
Rechercher

Liban

Au port de Beyrouth, l'énorme incendie enfin maîtrisé

"L'incendie d'aujourd'hui peut être un acte de sabotage ou le résultat d'une erreur technique", déclare le président Aoun, lors d'une réunion urgente du Conseil supérieur de la défense.

Au port de Beyrouth, l'énorme incendie enfin maîtrisé

Une épaisse fumée se dégageant du port de Beyrouth en raison d'un nouvel incendie, le 10 septembre 2020. Photo REUTERS/Issam Abdallah

Après plus de six longues heures, l'énorme incendie qui s'est déclaré jeudi vers 13h30 au port de Beyrouth, semant la panique dans la capitale plus d'un mois après la double explosion meurtrière du 4 août, dans le même port, était maîtrisé.

L'épaisse fumée noire qui avait recouvert la capitale, la plongeant dans une ambiance apocalyptique, a laissé place à une fumée blanche d'une moindre ampleur vers 18h30. La Défense civile et l'armée étaient encore déployées en masse sur les lieux en début de soirée, et des hélicoptères militaires ont effectuaient de nombreux va-et-vient pour venir à bout des flammes qui se sont propagées vers un deuxième hangar.

"Acte de sabotage" ?
Il s'agit du deuxième incendie en quelques jours dans le port. Mercredi, des monticules de déchets, de bois et de pneus avaient déjà pris feu. Dans ce contexte, une réunion urgente du Conseil supérieur de défense s'est tenue à 19h au palais présidentiel de Baabda.

"L'incendie d'aujourd'hui peut être un acte de sabotage ou le résultat d'une erreur technique, d'une ignorance ou d'une négligence, et dans tous les cas, la cause doit être connue le plus tôt possible et les auteurs doivent rendre des comptes", a déclaré le président de la République, Michel Aoun, lors de cette réunion.

A l'issue de la réunion, le Conseil supérieur de défense a demandé aux "appareils concernés et à l'administration portuaire de contrôler et d'inspecter le contenu des hangars et conteneurs qui se trouvent actuellement au port".

L'armée libanaise a confirmé que le feu a pris dans un entrepôt de pneus et d'huiles de moteurs, dans la zone franche du port, appelant les riverains à quitter les quartiers avoisinants. Craignant une réédition du scénario catastrophe, les employés du port et les habitants des quartiers environnants ont en effet déserté les lieux.

L'incendie "a commencé avec les bidons d'huile avant de se propager aux pneus", a déclaré de son côté le directeur par intérim du port, Bassem al-Kaissi, à la chaîne LBCI, sans être en mesure d'en préciser l'origine. "C'est soit à cause de la chaleur soit d'une erreur, il est encore trop tôt pour le savoir", a affirmé M. Kaissi. Il a ensuite indiqué vouloir interdire à partir de demain le stockage de matériaux inflammables sans autorisation.

"Travaux de soudure"
"On était en train de travailler, et soudain il y a eu des cris, pour nous dire de sortir", raconte Haitham, un des employés de l'entrepôt touché par l'incendie de jeudi, à l'AFP. "Il y avait des travaux de soudure en cours, puis les flammes se sont déclarées, on ne sait pas ce qui s'est passé", ajoute-t-il.

Une version confirmée par le député Nazih Najem (courant du Futur), président de la commission parlementaire des Travaux. "Il y avait des travaux de soudure près du hangar qui a pris feu et ce qui s'est passé est le résultat d'une négligence et d'un manque d'expérience. Le Parquet général s'est mobilisé, mais malheureusement, nous avons encaissé un (nouveau) coup", a-t-il affirmé à la chaîne MTV.

Même son de cloche de la part du ministre sortant des Travaux publics, Michel Najjar. "L'incendie du port est désormais sous contrôle", a-t-il d'abord affirmé, même si plusieurs médias sur le terrain sont moins catégoriques. "Les informations préliminaires font état d'une personne qui effectuait des travaux de maintenance à l'aide d'outils de soudure, ce qui a provoqué des étincelles et le départ d'un feu", a-t-il expliqué à la chaîne MTV. "L'incendie a débuté loin du hangar 12 (qui a explosé le 4 août, NDRL) et nous devons attendre les résultats d'une enquête complète pour déterminer à quel point les conditions de sécurité ont été respectées", a-t-il ajouté.


La Croix rouge libanaise, qui s'est rendue sur place, a indiqué avoir traité une personne, souffrant d'asphyxie, a fait savoir son secrétaire général, Georges Kettané, à la LBCI. M. Kettané a également écarté "tout risque d'explosion". Le directeur général de la Défense civile, le général Raymond Khattar, a pour sa part écarté tout risque de propagation du feu, soulignant qu'en coordination avec les pompiers, la zone avait pu être sécurisée et isolée. "Il faut du temps pour parvenir à éteindre le type de matières inflammables qui sont en train de brûler", a-t-il ajouté, précisant que la Défense civile utilisaient de la mousse en plus de l'eau, pour venir à bout des flammes. "Les agents que nous avons déployés ne quitteront pas les lieux tant que tout le feu ne sera éteint", a-t-il assuré. Raymond Khattar a encore affirmé qu'aucune enquête ne sera lancée avant l'extinction totale du feu.

Aides humanitaires brûlées
"Images choquantes du port de Beyrouth. Le hangar en feu contient des milliers d'unités alimentaires et un demi million de litres d'huile. L'étendue des dégâts reste à déterminer. Notre opération humanitaire risque d'être sérieusement compromise", a dans ce contexte annoncé, Fabrizio Carboni, le directeur du Comité international de la Croix-Rouge au Proche et Moyen-Orient.
La présidence française a dit suivre "la situation de près". "La France a des moyens sur place, nous sommes évidemment prêts à répondre aux besoins si nécessaire", a précisé l'Elysée.


Cet incendie a provoqué une nouvelle panique parmi les habitants de Beyrouth, deux jours après un feu qui s'était déclaré dans une pile de déchets dans l'enceinte du port, mais qui avait été vite maîtrisé.


"Enquête "immédiate et approfondie"
Sur le plan judiciaire, la ministre sortante de la Justice, Marie-Claude Najm, a demandé jeudi après-midi au procureur général près la cour de Cassation, le juge Ghassan Oueidate, d'ouvrir immédiatement une enquête sur le nouvel incendie. La ministre a réclamé dans ce cadre une enquête "immédiate et approfondie" étant donné "la sensibilité et la dangerosité" de cette affaire, selon un communiqué publié par son bureau de presse. Le procureur Ghassan Oueidate a dans ce cadre annoncé avoir délivré une commission rogatoire à toutes les institutions sécuritaires, notamment les services de renseignement de l'armée, la Sûreté générale, la Sécurité de l'Etat, les services de renseignement des Forces de sécurité intérieure, les Douanes, la Défense civile et les Pompiers de Beyrouth, afin que toutes les enquêtes nécessaires soient menées sur les causes de l'incendie. Le procureur a demandé à être tenu au courant, le plus rapidement possible, des résultats de ces enquêtes. L'armée a pour sa part annoncé en soirée que "la police militaire a ouvert une enquête sur l'incendie du port à la demande du parquet militaire".

Dans ce même port, le 4 août, un incendie qui s'était déclaré dans le hangar 12 où étaient stockées 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium, "sans mesures de précaution", de l'aveu même des autorités, avait provoqué une immense explosion, qui a fait au moins 192 victimes, 6.500 blessés et dévasté des quartiers entiers de la capitale. Les principaux dirigeants de l'Etat, en premier lieu le président Michel Aoun et le Premier ministre démissionnaire Hassane Diab, avaient été avertis des dangers que représentait cette cargaison. Face à l'indignation populaire, les responsables se sont rejeté la responsabilité.

L'explosion est venue attiser la colère d'une grande partie de la population pour qui ce drame constitue une nouvelle preuve de l'incurie de la classe dirigeante. Au total, quelque 25 personnes ont été arrêtées après le drame, notamment le directeur général du port, Hassan Koraytem, le directeur général des douanes, Badri Daher, le directeur général du transport maritime et terrestre, Abdel Hafiz Al-Kaissi, et quatre officiers. Jeudi, le juge d'instruction Fadi Sawan a convoqué le ministre du Transport et des Travaux publics, Michel Najjar, qui fait partie du gouvernement démissionnaire, tout comme le chef de la Sécurité d'Etat Tony Saliba, pour les entendre comme témoins.


Après plus de six longues heures, l'énorme incendie qui s'est déclaré jeudi vers 13h30 au port de Beyrouth, semant la panique dans la capitale plus d'un mois après la double explosion meurtrière du 4 août, dans le même port, était maîtrisé.

L'épaisse fumée noire qui avait recouvert la capitale, la plongeant dans une ambiance apocalyptique, a laissé place à une fumée...

commentaires (37)

PERSONNE N'A REMARQUE LE PETIT FEU QUI A PRIS AU PORT IL Y A DEUX JOURS OU SOIT DISANT DES DECHETS ONT ETE BRULES ALORS QUE CE QUI A BRULE C'EST TOUS LES DOCUMENTS DE DOUANE (photos a l'appui avant l'incendie ) AFIN QUE PERSONNE NE PUISSE FAIRE UNE ENQUETE SUR LES IMPORTATIONS DE HEZBALLAH ET AUTRES SBIRES LA VERITE tout le monde trempe dans la combine car faire dire au ministre ou au chef de la douane actuel que le le soleil a reverbere sur des dechets de verre sur les papiers qui ont brules c'est se foutre du monde SI LES DOCUMENTS DOUANIERS ONT DISPARU A CAUSE DE CE PETIT FEU LA QUESTION EST DE SAVOIR POURQUOI ILS ONT ETE JETE DANS UN CONTAINER OUVERT ET QUI A CHERCHE A PROTEGE QUI CECI EST UN ACTE PREMEDITE ET PAS UNE SOUDURE ( LA BONNE EXCUSE ) QUI A DEMOLI BEYROUTH ET BRULE UN MOIS PLUS TARD LE PORT A NOUVEAU : D'AILLEUR QUI EST LE FOU QUI MET DE L'HUILE A COTE DE PNEUS AU PORT ?

LA VERITE

01 h 21, le 11 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (37)

  • PERSONNE N'A REMARQUE LE PETIT FEU QUI A PRIS AU PORT IL Y A DEUX JOURS OU SOIT DISANT DES DECHETS ONT ETE BRULES ALORS QUE CE QUI A BRULE C'EST TOUS LES DOCUMENTS DE DOUANE (photos a l'appui avant l'incendie ) AFIN QUE PERSONNE NE PUISSE FAIRE UNE ENQUETE SUR LES IMPORTATIONS DE HEZBALLAH ET AUTRES SBIRES LA VERITE tout le monde trempe dans la combine car faire dire au ministre ou au chef de la douane actuel que le le soleil a reverbere sur des dechets de verre sur les papiers qui ont brules c'est se foutre du monde SI LES DOCUMENTS DOUANIERS ONT DISPARU A CAUSE DE CE PETIT FEU LA QUESTION EST DE SAVOIR POURQUOI ILS ONT ETE JETE DANS UN CONTAINER OUVERT ET QUI A CHERCHE A PROTEGE QUI CECI EST UN ACTE PREMEDITE ET PAS UNE SOUDURE ( LA BONNE EXCUSE ) QUI A DEMOLI BEYROUTH ET BRULE UN MOIS PLUS TARD LE PORT A NOUVEAU : D'AILLEUR QUI EST LE FOU QUI MET DE L'HUILE A COTE DE PNEUS AU PORT ?

    LA VERITE

    01 h 21, le 11 septembre 2020

  • Ett de deux. Travaux de soudure encore une fois. Ne pas prendre les gens pour des imbéciles. De l’huile dans des bidons ou des pneus ne prennent pas feu comme cela. C’est un expert en combustibles qui l’a dit.

    PPZZ58

    23 h 10, le 10 septembre 2020

  • «Et le combat cessa faute de combattants» (Le Cid de Corneille). Ce n’est pas l’armée libanaise qui a mit fin au feu, mais plutôt le fait qu’il n’y avait plus rien à brûler dans les parages.

    Georges Bitar

    22 h 32, le 10 septembre 2020

  • «Et le combat cessa faute de combattants» (Le Cid de Corneille). Ce n’est pas l’armée libanaise qui a mit fin au feu, mais plutôt le fait qu’il n’y avait plus rien à brûler dans les parages.

    Georges Bitar

    22 h 30, le 10 septembre 2020

  • Est-ce à dire, que le stockage des matières inflammables «avec autorisation» est toléré?!!! Il n'y a que le ridicule qui tue...

    Christian Samman

    22 h 07, le 10 septembre 2020

  • Allo … Emmanuel … ? …oui ça va Michel, qu’est ce qui t’arrive l’ami ? Il va falloir que tu reviennes pour régler un petit problème ! Un incendie a ravagé le port de Beyrouth aujourd’hui, L'incendie est peut-être un acte de sabotage ou le résultat d'une erreur technique, d'une ignorance ou d'une négligence ? et L'armée libanaise a confirmé que le feu a pris dans un entrepôt de pneus et d'huiles de moteur, dans la zone franche du port. Des ouvriers étaient en train de souder, puis les flammes se sont déclarées, on ne sait pas ce qui s'est passé ? Je vois Michel, l’Etat Libanais n’arrive pas à joindre les deux bouts et vous mandatez des ouvriers pour les souder ! très bonne idée simpliste. Alors Emmanuel tu viens quand ? à la saint glinglin je serai chez vous Michel. Je veux bien vous aider mais je ne fais pas de miracle essaie d’appeler Jesus il peut résoudre les causes perdues Michel.

    Le Point du Jour.

    22 h 05, le 10 septembre 2020

  • "... M. Kaissi a indiqué vouloir interdire à partir de demain le stockage de matériaux inflammables sans autorisation ..." -.- Dommage qu'il n'ait pas voulu l'interdire à partir d'hier...

    Gros Gnon

    21 h 43, le 10 septembre 2020

  • C bizarre, ça ressemble à s’y tromper à une opération de maquillage des indices et preuves. Mais non, c moi qui ai l’esprit mal tourné.

    Marionet

    21 h 11, le 10 septembre 2020

  • Quelle chance nous avons d’avoir un président alerte au courant de tout...pour lui, la cause pourrait être aussi bien une erreur technique (Mauvaise soudure) qu’un acte de sabotage (صاروخ), hahaha......? Et pourquoi pas Israël qui veut priver les pauvres libanais de l’huile et autres produits de l’aide alimentaire...ah, il a oublié les Martiens affamés venus nous piquer cette huile mais les pauvres ils ne savaient pas qu’au port de Beyrouth on stocke sans vergogne de l’huile sans aucune précaution avec d’autres matières inflammables et en plein cagnard...ils ont fait une petite soudure et Boum...adieu Martiens et aide alimentaire

    mokpo

    20 h 58, le 10 septembre 2020

  • ET QUI STOQUE DES MATIERES INFLAMMABLES ET EXPLOSIVES DANS ET AUX ENVIRONS DES PORTS ET DE L,AEROPORT ET LES TRAFIQUE VIA LES PASSAGES ILLEGAUX DES FRONTIERES SYRIENNES... EST-CE ABOU 3ABDO PAR HASARD ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 54, le 10 septembre 2020

  • CEUX QUI NE DEGAGENT PAS DE BONGRE DEVRAIENT L,ETRE DE MALGRE ! C,EST LA DEVISE DES PEUPLES DU MONDE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 13, le 10 septembre 2020

  • “ Au port de Beyrouth, l'énorme incendie n'est toujours pas sous contrôle” titre l’Orient-Le Jour. Excusez-moi mais RIEN n’est sous contrôle à Beyrouth (et au Liban). Absolument RIEN. Dans cette descente aux enfers permanente qu’est devenu notre quotidien, personne ne contrôle plus rien, personne ne se soucie de nous. Et les hauts (ir)responsables qui tiennent nos pauvres vies entre leurs mains sales et criminelles Qui continuent à se pavaner comme si de rien n’était ....

    DC

    18 h 10, le 10 septembre 2020

  • BIZARRE ! SONT-CE DES PRODUITS DECLARES A LA DOUANE, MOITIE DECLARES OU NON DECLARES DU TOUT ? LA MAFIOSITE EST-ELLE EN DEUIL ? IL FAUT FAIRE TRES ATTENTION A L,AEROPORT ET A SES ENVIRONS CAR LES SATELLITES NE SE TROMPENT PAS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 01, le 10 septembre 2020

  • Rien d'étonnant et dramatique révélateur de l'état dans lequel se trouve le pays. Bien entendu touts la lumière sera faite dans les ténèbres nous y croyons !!! le juge convoque les hauts responsables pour boire un petit café et jouer à la belote ... il va leur demander s'ils savaient quelque chose, ils vont dire non et il va les croire.

    Zeidan

    17 h 41, le 10 septembre 2020

  • En un mois et avec l'énorme incendie qui n'est toujours pas sous contrôle nos responsables doivent tous partir , et les Nations Unies diriger le pays sauf si on veut tous mourir du cancer .

    Antoine Sabbagha

    17 h 31, le 10 septembre 2020

  • Les autistes méritent autre chose que cette irrecevable association !

    Lillie Beth

    17 h 29, le 10 septembre 2020

  • Un Etat-poubelle, criminel , mafieux,.. ça va très mal se terminer tout ça. Malgré, ou bien à cause des armes du Hezbollah.

    LeRougeEtLeNoir

    17 h 24, le 10 septembre 2020

  • Sauf erreur il doit y a voir un livre qui s'intitule "La soudure pour les nuls". Ça serait peut-être un bon investissement par les autorités du Port?

    Gros Gnon

    17 h 23, le 10 septembre 2020

  • Pas grave, il faut se calmer, le prez enverra son homme à tout faire et qui ne craint jamais le ridicule : super abbas brahim, et l'incendie cessera Illico presto!!!.......laissez nous pleuré

    Wlek Sanferlou

    17 h 19, le 10 septembre 2020

  • Le Hezbollah se débarrasse de ses produits chimiques avant l'arrivée des experts Francais et Americains , bientôt ca va etre le tour de l'aéroport et autres sites de stockage

    Eleni Caridopoulou

    17 h 13, le 10 septembre 2020

  • La chaleur ou une erreur, si ce sont tous des primitifs, la majorité des libanais ne l'est pas, elle.

    Je partage mon avis

    16 h 59, le 10 septembre 2020

  • Encore des travaux de soudure ??? ils n'ont pas tiré les leçons de la tragédie du 4 août, ou bien et c'est pire, ils le font exprès...

    Desperados

    16 h 48, le 10 septembre 2020

  • "Les agents que nous avons déployés ne quitteront pas les lieux tant que tout le feu ne sera éteint" à déclaré Le directeur général de la Défense civile, encore heureux qu'ils n'aient pas pris une pause déjeuner !!! On peut penser que ces responsables ont mis autant d'ardeur à dissimuler et "diluer" les éventuelles preuves compromettantes ... parce qu’on ne saurait attribuer ces phénomènes successifs à la malchance

    c...

    16 h 46, le 10 septembre 2020

  • Celui la, c est pour bruler les indices de leurs corruptions! Mais ils vont vite être rattrapés par les feux de Jhannam

    Aboumatta

    16 h 12, le 10 septembre 2020

  • La guerre des nerfs est aussi nuisible que la guerre des tranchées. Ils veulent achever les citoyens en les poussant à la folie et au désespoir. Il n’y a toujours personne dans ce pays pour mettre fin à ce calvaire. Où est le peuple? Où sont les élites de tout genre pour stopper l’hémorragie? La tindahi ma fi hada. L’inaction des libanais leur donne le pouvoir de les manipuler comme ils veulent et toujours aucune réponse adéquate pour leur couper les ailes et les mettre hors d’état de nuire. Jusqu’à quand?

    Sissi zayyat

    16 h 01, le 10 septembre 2020

  • les institutions sécuritaires, notamment les services de renseignement de l'armée, la Sûreté générale, la Sécurité de l'Etat, les services de renseignement des Forces de sécurité intérieure, les Douanes, la Défense civile et les Pompiers de Beyrouth : ca fait 7 enquêtes parallèles, par des institutions qui souvent se tirent dans les pattes... L'ART ET LA MANIÈRE DE DILUER LA VÉRITÉ. TRISTE.

    Desperados

    15 h 55, le 10 septembre 2020

  • L'entreprise d'eradication des preuves a le vent en poupe ...

    Remy Martin

    15 h 50, le 10 septembre 2020

  • Ils adorent associer des produits qui vont super bien ensemble. Des pneus et des huiles, côte à côte, et s'ils tombent amoureux, ils s'enflamment !

    MGMTR

    15 h 41, le 10 septembre 2020

  • "C'est soit à cause de la chaleur soit d'une erreur" Bassem al-Kaissi, Directeur du Port On n'a pas trouvé dans TOUTE la société libanaise plus intelligent que ce gars là pour mettre à ce poste après la tragédie du 4 août ? Je n'ose croire l'élu du port bête à ce point... Soit vraiment il y a aux responsabilités dans ce pays des gosses de 4 ans capables d'enchaîner les conneries. Soit ce sont des attentas organisés tous les mois pour faire peur à tout le monde, pour surtout ne pas changer le système...

    Georges Lebon

    15 h 27, le 10 septembre 2020

  • En general, on cree des incendies pour liquider et ou cacher des preuves. C'est quoi ici?

    IMB a SPO

    15 h 04, le 10 septembre 2020

  • on est la risée du monde...et certains libanais se sentent supérieurs aux arabes..jai honte

    Jack Gardner

    14 h 43, le 10 septembre 2020

  • Incompétence et laxisme des autorités portuaires ??? Incendie volontaire pour faire disparaître des preuves pour l’enquête ??? Bref, ça fait vraiment mauvais effet pour la population et ça ternit Encore un peu plus l’image du Liban comme si on en a encore besoin... J’attends la réaction des autistes au pouvoir?

    mokpo

    14 h 42, le 10 septembre 2020

  • Et une preuve supplémentaire du laxisme pâtent des autorités.. Ou peut être une coïncidence malheureuse, voilà venu le temps de renverser la table..

    c...

    14 h 24, le 10 septembre 2020

  • hum !!!!!!J.P

    Petmezakis Jacqueline

    14 h 16, le 10 septembre 2020

  • Pourquoi le port n'est pas sécurisé??? Comment un feu se déclenche tout seul??? Pourquoi nous n'avons jamais une réponse à nos questions???

    Georges Zehil Daniele

    14 h 13, le 10 septembre 2020

  • Deuxieme incendie apres le 4 sept....le HZB se debarasse de ses produits chimiques avant l'arrivee des experts Francais et Americains....bravo a nos politiciens...bientot ca va etre le tour de l'aeroport , la cite sportive.. et autres sites de stockage...

    Houri Ziad

    14 h 09, le 10 septembre 2020

  • Messieurs les Responsables Politiques, il semble qu'il y a toujours des évidences a faire disparaitre.

    DRAGHI Umberto

    13 h 47, le 10 septembre 2020