Rechercher
Rechercher

Double explosion

La tragédie de Beyrouth, nouveau catalyseur de la révolution ?

Plusieurs groupes de la société civile ont appelé à une mobilisation massive aujourd’hui dans le centre-ville. Et il semble que la colère y sera l’invitée principale.

La tragédie de Beyrouth, nouveau catalyseur de la révolution ?

Sur la place des Martyrs, dans le centre-ville de Beyrouth, où doit se dérouler une manifestation samedi 8 août, une corde de pendu a été accrochée à la statue des martyrs. Photo Joao Sousa

« La révolution naît des entrailles de la tristesse. » Qui se souvient que trois jours avant le drame des explosions du port de Beyrouth, cette phrase du poème de Nizar Kabbani Ya Beyrouth, chanté par la diva Majida el-Roumi dans une célèbre chanson du même nom, avait été censurée lors d’un concert en l’honneur de l’armée, provoquant un scandale ? L’incroyable tragédie de l’explosion qui a meurtri Beyrouth et son port n’a pas seulement plongé le pays dans la tristesse. Elle a aussi engendré une vague de colère susceptible de ranimer les braises de la révolution du 17 octobre.

L’on s’attendait ainsi, hier, à ce que les Libanais soient nombreux, aujourd’hui, à répondre à l’appel de la rue, à l’occasion d’un rassemblement qui sera organisé conjointement par de nombreux groupes de la société civile, place des Martyrs, aujourd’hui, et débutera entre 16 et 17 heures. Déjà hier, le ton était donné sur des tracts distribués à travers la capitale : « Aujourd’hui est le dernier jour de déblayage des débris et de nettoyage de Beyrouth. Demain, nous nettoierons Beyrouth de leur présence et de leur corruption. Dressons des potences ! »

L'éditorial de Issa Goraieb

Parole de raïs

Signe de la colère qui monte, mais aussi d’une certaine confusion, les appels à manifester, venant de toutes parts, se sont multipliés ces derniers jours, parfois avec des horaires différents. 14 heures, 16 heures, 17 heures… N’est-il pas temps d’unifier le message quand l’heure est si grave ? Samir Skaff, militant de la première heure, minimise ces disparités. « Pour ce qui est des horaires, les appels se sont surtout concentrés sur 17 heures, mais nous avons fini par demander aux médias d’être présents dès 16 heures pour des raisons pratiques, dit-il. Certains ont peut-être voulu faire de la surenchère en adoptant l’horaire de 14 heures, mais celui-ci n’est pas réaliste, et je crois que le rendez-vous de l’après-midi est celui qu’il faut retenir. » Et qu’en est-il de l’unicité des slogans ? « On parle beaucoup de “jour de colère” ou de reddition des comptes, certains veulent même dresser des potences, dit-il. À mon avis, le plus important est de ne pas oublier les blessés et les tués dans ce terrible drame. Et pour nous, la mobilisation est cruciale à ce moment, pour bien signifier que la révolution est de retour. »

« Une colère noire va s’emparer de la rue »

Pour Camille Mourani, activiste politique, le mot d’ordre du rassemblement de samedi est celui de la « vengeance ».

« Une colère immense s’exprimera dans une rue en ébullition », estime-t-il, ne voulant pas dévoiler tous les détails du rassemblement. « Pire que l’explosion en elle-même, c’est le comportement des autorités qui consterne la population, poursuit-il. Alors que le président français (en visite jeudi au Liban, NDLR) descend dans la rue, dans le quartier dévasté de Gemmayzé, pour écouter les Libanais, le président libanais, lui, n’ose pas y mettre les pieds. Et comme si tout cela ne suffisait pas, on voit les forces de l’ordre malmener une population excédée dans les quartiers touchés… »

Redoute-t-il les habituels rounds de violence qui entachent ces rassemblements ? « De quoi aurions-nous peur ? Tout le pays est cassé, est-ce qu’ils craindraient quelques vitres cassées de plus ? se demande-t-il. Par ailleurs, dans un cadre d’état d’urgence imposé à Beyrouth, nous mettons toutes les forces de sécurité en garde contre toute violence exercée à l’encontre des manifestants et leur ferons assumer la responsabilité de la moindre goutte de sang versée ce jour-là. »

La tribune de Dominique Eddé

Le Choc

La violence vient également à l’esprit d’Amine Issa, coordinateur de la direction politique du Bloc national. « Au-delà de la mobilisation à laquelle appellent les divers groupes de la société civile samedi, une grande colère gronde dans la rue, dit-il. Que le rassemblement de demain (aujourd’hui) soit le déclencheur de ce mouvement de colère ou que celui-ci explose quelques jours plus tard, je m’attends à une vague sans précédent.

Auparavant, je craignais des émeutes de la faim. Actuellement, je pressens qu’une colère noire va s’emparer de la rue et constituer un véritable tournant de ce mouvement. » En cas d’explosion de colère, les groupes de la société civile auront-il un rôle à jouer ? « Je l’espère, mais le mouvement pourrait dépasser toute structure et toute capacité à le canaliser », dit-il.


« La révolution naît des entrailles de la tristesse. » Qui se souvient que trois jours avant le drame des explosions du port de Beyrouth, cette phrase du poème de Nizar Kabbani Ya Beyrouth, chanté par la diva Majida el-Roumi dans une célèbre chanson du même nom, avait été censurée lors d’un concert en l’honneur de...

commentaires (14)

Vous dites "plusieurs groupes de la revolution nationale": merci de nous en dire plus sur ces groupes.

Loiseau Yves

05 h 49, le 10 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Vous dites "plusieurs groupes de la revolution nationale": merci de nous en dire plus sur ces groupes.

    Loiseau Yves

    05 h 49, le 10 août 2020

  • Une révolution ne s’organise pas. C’est la révolte spontanée d’un peuple qui réagit à la classe politique et à leurs agissements. Par contre la suite devrait être organisée est préparée pour pallier au désordre qui peut générer de cette révolte et faire en sorte qu’elle soit réussie.

    Sissi zayyat

    09 h 29, le 09 août 2020

  • ÇA C’EST DE LA RÉVOLUTION. BRABO A TOUS LES LIBANAIS QUI SONT DESCENDUS DANS LA RUE POUR SAUVER LA PATRIE. ET TANT PIS POUR LES LES COUARDS QUI LES ENCOURAGENT DEPUIS LEURS BALCONS OÙ LRURS FENÊTRES. C’EST UNE DATE HISTORIQUE ET ON POURRA DIRE J’Y ÉTAIS. J’AI PARTICIPÉ À LA LIBÉRATION DE MON PAYS.

    Sissi zayyat

    23 h 18, le 08 août 2020

  • Nous n'avons plus pitié ni des forces de l’ordre ni de l'armée qui affronte le peuple meurtri. Pour beaucoup moins que ça les forces de l’ordre américaines se sont agenouillées devant le peuple pour un seul tué. et nos forces de l’ordre ne trouve rien de mieux que de les affronter pour protéger les voleurs et les sapeurs de la nation. On peut être en mission mais lorsque l'injustice surgit toujours du même bord il faut choisir son camp.

    Sissi zayyat

    23 h 14, le 08 août 2020

  • Quel catalyseur ?!?! Il n’y a personne rien ...

    Bery tus

    17 h 30, le 08 août 2020

  • Pourquoi pas établir une liste des directions de claque député et en faire la publication sur la toile?

    John Lamb

    13 h 53, le 08 août 2020

  • Devant ce Liban meurtri, ayant subi tant de maltraitances, chaque personne au Pouvoir aurait dú s'incliner par respect et culpabilité! Obligations citoyennes, droits du citoyen, principes, valeurs et intégrité des gouvernants, oui aux belles pensée de Maximilien de Robespierre il y a plus de 2 siècles! Mais tant que ce pauvre Liban n'aura pas atteint cet élémentaire niveau de civisme, aucune catastrophe provoquée par l'homme ne l'épargnera! Malgré la gigantesque, l'apocalyptique double explosion et la violence illimitée qui s'est abattue sur Beyrouth, ni la colère, ni la rage de la société civile sont de mise en ce moment de grave tragédie et de deuil de si nombreuses familles éprouvées! Il est indispensable de porter l'assistance et la solidarité au prochain affecté dans sa chair et de participer à une manifestation en silence ou en applaudissant, en mémoire des martyrs victimes de ce désastre! À Que les assassins, coupables de cet indescrptible crime contre l'humanité, soient jugés et purgent la peine des travaux forcés à perpétuité, plus durs à subir toute la vie, car je suis contre la peine de mort sans aucune exception! Aux proches des victimes, mes sentiments émus et mes sincères condoléances! Seigneur prends pitié des blessés pour qu'ils se rétablssent! Bon courage et bonne chance au personnel soignant qui se sacrifie tant en silence!

    Zaarour Beatriz

    13 h 17, le 08 août 2020

  • On SAIT même pas coordonnée l'heure de rassemblement ! Pendant SIX ans (comme prévu) tous ces soit dit responsables prétendent aujourd'hui ne pas SAVOIR : qu'est ce qui a changé ? Espérons que ce stupide rassemblement de cet après midi (?) va exiger qu'on pende par ordre de priorité Hariri , Mikati, Salam , et Diab tous avec leurs ministres .

    aliosha

    12 h 47, le 08 août 2020

  • Il faut organiser la révolution la structurer avec un leader intelligent et crédible; actuellement. Chaque révolutionnaire fait boutique à part , chamel Roukoz, Paula Yacoubian etc Dottez- vous de grands intellectuels et technocrates Préparez une relève crédible .pensez à Me Chebli Mallat et al It’s now or never

    Robert Moumdjian

    11 h 50, le 08 août 2020

  • Il faut laisser le peuple exprimer sa colère et sa douleur. Il n’est pas bon de contenir sa frustration face à tant d’injustice et de malheur. Si le peuple ne le fait pas qui le fera? Point d’angélisme et de peur. Rien de pire ne peut arriver au pays ni à son peuple nous sommes au point de perdre notre civilisation et nos frontières pour nourrir les vendus et leurs rejetons qui eux se la coule douce sur les Rivieras en sablant le champagne. Que les voix des couards se taisent s’ils ne sont pas d’accord avec les défenseurs de notre nation car parmi eux il y a beaucoup qui profitent du système et ne veulent pas tuer la poule aux œufs d’or. La décence l’exige vu le cataclysme qui vient de s’abattre sur nous.

    Sissi zayyat

    11 h 26, le 08 août 2020

  • IL FAUT D,URGENCE QU,ILS DEGAGENT TOUS DE BONGRE... SINON... LIBANAIS, DE MALGRE ! PLUS D,ALTERNATIVE POUR EUX.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 46, le 08 août 2020

  • Il faut manifester sa colère. Mais il serait plus efficace si chaque "électeur" se rendait au domicile du député à qui il a donné (vendu?) sa voix pour le harceler, lui faire comprendre sa douleur, et lui demander des comptes. Et s’il n’a pas été touché par l’explosion, lui montrer à quoi ça ressemble...

    Gros Gnon

    09 h 22, le 08 août 2020

  • ROBESPIERRE La dit il y a plus de 2 siècles: "Nous voulons substituer, dans notre pays, la morale à l’égoïsme, la probité à l’honneur, les principes aux usages, les devoirs aux bienséances, l’empire de la raison à la tyrannie de la mode, le mépris du vice au mépris du malheur, la fierté à l’insolence, la grandeur d’âme à la vanité, l’amour de la gloire à l’amour de l’argent, les bonnes gens à la bonne compagnie, le mérite à l’intrigue, le génie au bel esprit, la vérité à l’éclat, le charme du bonheur aux ennuis de la volupté, la grandeur de l’homme à la petitesse des grands, un peuple magnanime, puissant, heureux, à un peuple aimable, frivole et misérable, c’est-à-dire, toutes les vertus et tous les miracles de la République, à tous les vices et à tous les ridicules de la monarchie." Une république corrompue a l'allégeance tribale devient une oligarchie équivalente aux monarchies du 17ème siècle et l'histoire se répète. le gouvernement de la république appartient au peuple et le peuple exprime son désarroi le plus profond en prenant la rue. Espérons que le sang froid prevaloira a la violence. Sinon le Liban, berceau des civilisations, est en danger de couler avec le reste des rebubliques bananiere comme décrit par Maalouf dans son dernier ouvrage, "Le naufrage des civilisations".

    Christian Tabet

    01 h 58, le 08 août 2020

  • ROBESPIERRE La dit il y a plus de 2 siècles: "Nous voulons substituer, dans notre pays, la morale à l’égoïsme, la probité à l’honneur, les principes aux usages, les devoirs aux bienséances, l’empire de la raison à la tyrannie de la mode, le mépris du vice au mépris du malheur, la fierté à l’insolence, la grandeur d’âme à la vanité, l’amour de la gloire à l’amour de l’argent, les bonnes gens à la bonne compagnie, le mérite à l’intrigue, le génie au bel esprit, la vérité à l’éclat, le charme du bonheur aux ennuis de la volupté, la grandeur de l’homme à la petitesse des grands, un peuple magnanime, puissant, heureux, à un peuple aimable, frivole et misérable, c’est-à-dire, toutes les vertus et tous les miracles de la République, à tous les vices et à tous les ridicules de la monarchie." Une république corrompue a l'allégeance tribale devient une oligarchie équivalente aux monarchies du 17ème siècle et l'histoire se répète. le gouvernement de la république appartient au peuple et le peuple exprime son désarroi le plus profond en prenant la rue. Espérons que le sang froid prevaloira a la violence. Sinon le Liban, berceau des civilisations, est en danger de couler avec le reste des rebubliques bananiere comme décrit par Maalouf dans son dernier ouvrage, "Le naufrage des civilisations".

    Christian Tabet

    01 h 00, le 08 août 2020