Rechercher
Rechercher

Économie - Secteur bancaire

Riad Salamé visé par une saisie conservatoire après une procédure lancée par un collectif

Riad Salamé visé par une saisie conservatoire après une procédure lancée par un collectif

La saisie conservatoire des biens du gouverneur de la Banque du Liban a été ordonnée hier par le juge Fayçal Makki. Photo d’archives Joseph Eid/AFP

Le juge Fayçal Makki, chef de la section d’application des peines au Palais de justice de Beyrouth, a ordonné hier une saisie conservatoire des biens du gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, dans le cadre de la procédure judiciaire lancée contre lui par un groupe d’activistes.

Les biens immobiliers, le contenu de sa maison de Rabié (Mont-Liban), plusieurs véhicules et ses fonds actuellement conservés à la BDL sont saisis dans le cadre de cette procédure, selon une information rapportée par l’Agence nationale d’Information (ANI, officielle) et que L’Orient-Le Jour a pu faire confirmer. Selon une source judiciaire, le gouverneur peut à tout moment suspendre la saisie en versant une caution dont le montant doit être fixé par le juge et qui sera bloquée jusqu’au verdict du procès, dont la première audience a été fixée au 14 octobre. Cette source doute que la procédure permette d’aboutir à un jugement solide sur le fond, « malgré l’impact de cette décision sur le plan symbolique ».

Lire aussi

Plainte de « Moutahidoun » contre Riad Salamé

Une autre source a pour sa part évoqué une décision « politique » s’inscrivant dans le sillage de la polarisation des positions des différentes forces du pays face à l’appel à la « neutralité » lancé par le patriarche maronite Béchara Raï.

La plainte déposée mi-juin contre M. Salamé avait été déposée par le groupe « Le peuple veut la réforme du régime », représenté par les avocats Haytham Azzo, Hassan Bazzi, Jad Tohmé, Joseph Wannis, Pierre Gemayel, Françoise Kamel et Bassel Abbas. Les demandeurs reprochent notamment au gouverneur d’avoir détourné des fonds publics ou encore d’avoir contribué à déprécier la monnaie nationale, qui était arrimée au dollar au taux de 1 507,5 livres depuis 1997. Par ailleurs, une autre plainte a été déposée le 10 juillet par le groupe d’activistes « Mouttahidoun » pour discrédit financier, détournement de fonds, abus de pouvoir, manquement à ses obligations et violation du Code de la monnaie et du crédit.

Lire aussi

Un procès opposant Riad Salamé à des activistes commencera le 14 octobre

Riad Salamé est l’une des cibles principales du mouvement de contestation lancé le 17 octobre au Liban et qui veut la chute des dirigeants, accusés de corruption, de clientélisme et d’incompétence. M. Salamé est également pointé du doigt alors que le pays traverse une crise économique et financière marquée notamment par une chute impressionnante du taux de la livre libanaise par rapport au dollar.



Le juge Fayçal Makki, chef de la section d’application des peines au Palais de justice de Beyrouth, a ordonné hier une saisie conservatoire des biens du gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, dans le cadre de la procédure judiciaire lancée contre lui par un groupe d’activistes. Les biens immobiliers, le contenu de sa maison de Rabié (Mont-Liban), plusieurs véhicules et...

commentaires (10)

Non et non tout ceci est programmé pour changer le gouverneur de la Banque du Liban . Il y a quelque mois celui qu on veux mettre à sa place avait écrit un article déjà contre lui .Dans votre quotidien . Il est le poulain de celui qui veux changer ce gouverneur .Le reproche qu on peux lui faire pourquoi n avoir pas refuser d alimenter ceux qui ont détournés des milliards et de demissioner. Albert. FAHD

Albert Fahd

18 h 10, le 21 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Non et non tout ceci est programmé pour changer le gouverneur de la Banque du Liban . Il y a quelque mois celui qu on veux mettre à sa place avait écrit un article déjà contre lui .Dans votre quotidien . Il est le poulain de celui qui veux changer ce gouverneur .Le reproche qu on peux lui faire pourquoi n avoir pas refuser d alimenter ceux qui ont détournés des milliards et de demissioner. Albert. FAHD

    Albert Fahd

    18 h 10, le 21 juillet 2020

  • Foutez la paix à ce monsieur et occupez vous des vrais assassins du Liban CPL et HEZBOLLAH Monsieur Jouahri gouverneur de la banque centrale Marocaine et Riad Saleme ont toujours été primé pour leur génie de l’ingénierie financière mais malheureusement tout ce qui fait du bien au Liban il faut lui tirer dessus! Comme pour les Saoudiens ils nous ont tout offert nous avons tout refusé et nous les avons insultés quel tragédie!

    PHENICIA

    13 h 52, le 21 juillet 2020

  • On essaye encore une fois de nous enfumer avec le principe de l'arbre qui cache la forêt.... Comment se fait-il que, depuis bientôt un an, aucun procureur ou juge libanais ne se prononce sur une affaire bien plus importante, à savoir les milliards qui se sont évaporés des banques depuis octobre 2019... Bref encore une pantalonnade de notre génial système politico-judiciaire qui choisit la voie du spectacle plutôt que celle de l'efficacité.

    Karim K

    12 h 24, le 21 juillet 2020

  • RELISEZ BIEN ET COMPRENEZ MON COMMENTAIRE ET PUIS PUBLIEZ-LE. C,EST HONTEUX LES CENSURES DES LIBRES AVIS DES AUTRES SURTOUT LORSQUE VOUS PUBLIEZ UN ARTICLE DE RIEN DE MADAME HADDAD. LA, VOUS AURIEZ DU CENSURER.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 43, le 21 juillet 2020

  • POURQUOI MON COMMENTAIRE AVEC LA FABLE DE LAFONTAINE QUI S,Y ADAPTE A MERVEILLE EST CENSURE MESDAMES/MESSIEURS LES DEMOCRATES DE L,OLJ ?

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 03, le 21 juillet 2020

  • Ce n'est qu'un début, et c'est la moindre des choses attendues.

    Esber

    09 h 59, le 21 juillet 2020

  • C'est une bonne nouvelle, une lueur d'espoir pour ceux qui veulent savoir où sont passés leurs avoirs. Et qui est au dessus des lois et de la justice? Mais il ne doit pas être le seul.

    Sybille S. Hneine

    09 h 09, le 21 juillet 2020

  • C'EST TRES BIEN DE COMMENCER QUELQUE PART ET SURTOUT AVEC UNE PERSONNE DU CALIBRE DE RIAD SALAME. MAIS QUI NOUS GARANTIT QUE CELA ABOUTIRA ET QUE D'AYTRES AFFAIRES SUVRONT? ET QUE CE N'EST QUE JUSTE UNE NOUVELLE MANEUVRE POLITIQUE A LAQUELLE NOUS ONT SI BIEN HABITUE NOS CLOWNS DE POLITICIENS?

    Georges Breidy

    09 h 01, le 21 juillet 2020

  • Il était grand temps il aurait du refuser le ponzi organisé par les banques et protéger l argent des déposants il devrait faire 30 ans de prisons Vivement le reste des escrocs

    Robert Moumdjian

    01 h 18, le 21 juillet 2020

  • Il était grand temps il aurait du refuser le ponzi organisé par les banques et protéger l argent des déposants il devrait faire 30 ans de prisons Vivement le reste des escrocs

    Robert Moumdjian

    01 h 18, le 21 juillet 2020

Retour en haut