Rechercher
Rechercher

Récompense

Wajdi Mouawad, 1er Prix européen de dramaturgie pour ses « pièces d’une violence dramatique époustouflante »

« Je ne suis pas d’origine libanaise, je suis libanais », aime à répéter l’auteur et metteur en scène, directeur du théâtre de La Colline à Paris, dont l’œuvre nourrie de son pays natal vient d’être couronnée d’un énième prix.

Wajdi Mouawad, 1er Prix européen de dramaturgie pour ses « pièces d’une violence dramatique époustouflante »

Wajdi Mouawad, un dramaturge et metteur en scène qui accumule les succès bien mérités. Photo Simon Gosselin

« Rien que sa biographie – né au Liban ; formation et succès en tant qu’auteur, acteur, metteur en scène et directeur de théâtre au Canada ; actif également en France depuis 20 ans où il dirige actuellement avec beaucoup de succès le Théâtre national de La Colline à Paris – révèle la grande variété et la riche expérience personnelle de Wajdi Mouawad. » C’est en ces termes élogieux que le président du jury, Peter Michalzik, a justifié la remise du Prix européen de dramaturgie au Libano-Canadien Wajdi Mouawad, un prix octroyé par le Schauspiel Stuttgart, qui est la section théâtrale du Théâtre national de Stuttgart (Allemagne). La distinction dotée de 75 000 euros, financée par le ministère de la Science, de la Recherche et des Arts du Land de Bade-Wurtemberg, récompense un/e dramaturge européen/ne pour le caractère exceptionnel de l’ensemble de son œuvre. « Dans les pièces de Mouawad, poursuit l’auteur et président du jury, les plaies et les blessures marquantes du passé récent, surtout au Moyen-Orient, sont nommées et revécues. Ses pièces sont souvent des expérimentations de la réconciliation par la vérité. Sa dramaturgie est une dramaturgie de la guérison qui travaille avec de grandes histoires, des moments de choc et des galeries de personnages très pointues. Mouawad crée des scènes et des pièces d’une violence dramatique époustouflante. Vérité et mensonge, origine et identité, réconciliation et hostilité sont des thèmes qui ont rarement été traités avec plus de passion et d’intensité. Mouawad est un dramaturge extrêmement fécond et fortement engagé, dont l’œuvre variée s’enracine nettement dans un héritage humaniste qui ne se cantonne pas à l’Europe. Il est de plus un des dramaturges les plus joués de notre époque, ses pièces comme Incendies et Tous des oiseaux sont également devenues des modèles sur le plan de la forme. » L’auteur, acteur et metteur en scène est né au Liban en 1968 et a grandi en France. À l’âge de huit ans, il émigre avec sa famille au Canada. Il y étudie l’art dramatique et fonde sa première troupe de théâtre. En 2000, il devient directeur artistique du Théâtre de Quat’sous à Montréal. En 2005, il fonde une troupe de théâtre canadienne et une autre française avec lesquelles il développe et met en scène ses propres pièces.

Lire aussi

La parole partagée de Wajdi Mouawad

Mouawad était déjà l’auteur d’une œuvre dramatique importante lorsqu’une de ses pièces a été présentée en allemand pour la première fois en 2006 : Brûlures de guerre et d’amour a conquis les grandes scènes du théâtre germanophone avec 23 productions en deux ans. De 2007 à 2012, Mouawad a été directeur artistique du Théâtre Français d’Ottawa. En 2009, il a été « Artiste invité » du Festival d’Avignon, et depuis 2011, il occupe la même fonction pour le Grand T de Nantes. Depuis 2016, il est directeur du Théâtre national de La Colline à Paris, où il a créé Tous des oiseaux en 2017.

Wajdi Mouawad a reçu de nombreuses récompenses et distinctions, dont celle d’Officier de l’ordre du Canada en 2009 et le Grand Prix du Théâtre de l’Académie française. En 2017, il a été invité comme intervenant littéraire à l’ouverture de la Foire du livre de Francfort. Ses pièces de théâtre et ses romans ont été traduits dans plus de 20 langues et ont voyagé sur les cinq continents. Ses pièces ont été produites et présentées dans des théâtres du monde entier, notamment au Japon, au Brésil, en Corée, en Scandinavie, en Allemagne, en Espagne, au Maroc, au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Mexique, en Argentine et en Australie. L’artiste, exilé très jeune de son pays à cause de la guerre, n’a jamais cessé de penser et de parler du Liban. Dans toutes ses pièces, ses livres, le pays du Cèdre est présent, voire omniprésent. Après avoir présenté Littoral (écrite en 1997) en 2001 au Monnot, l’artiste était retourné au pays de ses ancêtres en 2013 à l’invitation du Festival du Printemps de Samir Kassir pour donner la pièce de théâtre Incendies à al-Madina. Mouawad se prépare actuellement à présenter sa nouvelle mouture de Littoral à La Colline, du 7 au 18 juillet, une pièce qui a un fort écho avec l’actualité.

« Tuer Kylie Jenner »

Par ailleurs et en plus du prix principal, le Schauspiel Stuttgart attribue également un Prix européen du/de la jeune dramaturge. L’unique juré pour cette récompense de 25 000 € est cette année l’auteur de théâtre britannique Simon Stephens. Son choix s’est porté sur la dramaturge Jasmine Lee-Jones. Le célèbre dramaturge britannique explique ainsi son choix : « Sa première pièce, Sept Méthodes pour tuer Kylie Jenner, m’a intrigué lorsque je l’ai lue pour la première fois il y a deux ans. C’était une brève pièce de dix pages, pleine de rage et d’esprit. Elle était écrite avec une étincelle et un sens de la transgression qui étaient originaux et fascinants. Lorsqu’elle a été jouée à la Royal Court l’année dernière, j’ai été aussi impressionné qu’intrigué. Elle avait développé une pièce qui, à partir d’un fragment intriguant, était devenue quelque chose de complètement forgé et complexe. Elle écrit avec une grande inventivité formelle. Elle crée des personnages qui sont toujours vivants et surprenants. Son langage est souple et alerte. J’ai aimé sa colère. J’ai aimé sa perspicacité. Lorsque nous sortirons de l’étrange et triste interruption du Covid, ce sont des auteures comme Jasmine qui nous aideront à trouver une nouvelle façon d’écrire des pièces. » Jasmine Lee-Jones a également obtenu le Evening Standard Theatre et le Critics’ Circle Theatre 2020 Award en tant que dramaturge la plus prometteuse. Elle a également été nommée aux célèbres Olivier Awards 2020 pour Sept Méthodes pour tuer Kylie Jenner.

Lire aussi

Wajdi Mouawad : une fenêtre pour fendre la brutalité du nouvel horizon

La remise du Prix européen de dramaturgie se déroulera le 20 septembre 2020 au Schauspiel Stuttgart. Les travaux d’artistes de la scène locale explorant l’œuvre de Wajdi Mouawad seront présentés dans différents théâtres de la ville durant le week-end festif. À signaler que ce prix sera remis à l’avenir tous les deux ans par le Schauspiel Stuttgart. Afin de garantir la transparence et l’objectivité du processus de sélection, le comité du prix précise que le ou la lauréat/e est désigné/e suivant un processus en deux étapes : tout d’abord, un comité international propose des dramaturges pour constituer une première liste. Les conditions requises pour une proposition sont la grande qualité littéraire, dramaturgique et théâtrale de l’œuvre ainsi qu’une excellente réputation du ou de la dramaturge. De plus, l’œuvre doit être traduite dans plusieurs langues et jouée dans différents pays européens. En 2020, le comité comprenait 23 metteurs ou metteuses en scène, auteurs ou auteures, directeurs ou directrices de théâtre, dramaturges et critiques de théâtre originaires de 18 pays européens (dont les noms à la page 8). À partir de la première liste du comité (en 2020 : 44 dramaturges de 17 pays européens) le jury indépendant établit d’abord une sélection de 8 dramaturges, puis enfin le ou la lauréat/e.

Le jury du 1er Prix européen de dramaturgie 2020 est composé de : Barbara Engelhardt (directrice du Théâtre du Maillon, Strasbourg), Peter Kümmel (critique dramatique et rédacteur à la rubrique culturelle de l’hebdomadaire Die Zeit), Peter Michalzik (auteur, président du jury), Petra Olschowski (secrétaire d’État au ministère de la Science, de la Recherche et des Arts du Land de Bade-Wurtemberg) et Thomas Ostermeier (directeur artistique de la Schaubühne de Berlin et metteur en scène).



« Rien que sa biographie – né au Liban ; formation et succès en tant qu’auteur, acteur, metteur en scène et directeur de théâtre au Canada ; actif également en France depuis 20 ans où il dirige actuellement avec beaucoup de succès le Théâtre national de La Colline à Paris – révèle la grande variété et la riche expérience personnelle de Wajdi Mouawad. »...

commentaires (0)

Commentaires (0)