Déchets

Sit-in contre la mauvaise gestion des ordures à Nabatiyé

Sit-in contre la mauvaise gestion des ordures à Nabatiyé

Le sit-in d’hier de Li Watan réclame que les responsables de la crise des déchets dans la région de Chkif soient pénalisés. Photo fournie par des manifestants

Un sit-in a été organisé hier à Nabatiyé par le groupe « Li Watan », qui proteste contre la crise des déchets qui dure depuis plusieurs mois dans cette région du Liban-Sud, rapporte notre correspondante Badia Fahs. Rassemblés devant le siège de la Fédération des municipalités de Chkif, où se trouvent notamment les bureaux de la municipalité de la ville de Nabatiyé, les militants ont scandé des slogans dénonçant les conséquences environnementales et sanitaires des déchets qui s’amoncellent, alors qu’une usine dans le village de Kfour se transforme en réel dépotoir.

La veille, les jeunes militants de Li Watan avaient présenté une note écrite à la Fédération des municipalités, soulignant la gravité de la crise des déchets et demandant l’autorisation de se rendre sur le site pour s’enquérir des obstacles qui empêchent que l’usine travaille à pleine capacité. Ils se sont ensuite rendus à l’usine de Kfour, constatant que les champs qui y mènent s’étaient transformés en décharges sauvages et qu’une odeur écœurante émanait de la région. Le site, inauguré il y a plusieurs années, est censé traiter les déchets de 29 municipalités de la région de Chkif, soit 70 % des déchets de la région, mais n’en traite en réalité que 2 %. Les militants affirment que l’usine reçoit également des déchets médicaux sans les traiter.


« Nous respirons la mort », lit-on sur cette pancarte brandie par des militants à Nabatiyé. Photo fournie par des manifestants


Durant cette visite, les gardiens ont agressé les activistes, les rouant de coups et les enfermant dans l’usine, jusqu’à ce qu’une patrouille des Forces de sécurité intérieure vienne les libérer et les emmène au poste de police de Nabatiyé, où ils ont effectué leur déposition. Un militant, Mohammad Berjaoui, a été hospitalisé et le groupe a porté plainte contre la direction du site.

Hier donc, les militants de Li Watan, accompagnés de certains habitants, se sont rassemblés devant le siège de la municipalité, où les agents des forces de l’ordre s’étaient déployés en force. Le communiqué, lu par la militante Maya Karaki, a réclamé une solution de la part des responsables concernés, que le groupe accuse de négligence, et demandé que soit décrété l’état d’urgence sanitaire et environnemental dans la région. Le texte dénonce le fait que « les municipalités se rejettent la responsabilité et blâment la fédération, oubliant qu’ils en sont les principales composantes ».

Les activistes ont par ailleurs demandé un meilleur accès à l’information, exigeant notamment de savoir quelle quantité d’ordures est accueillie chaque jour par l’usine de Kfour et quel contrôle est effectué à l’arrivée des déchets. Ils exigent la formation d’une commission pour demander des comptes aux responsables de ce gâchis.


Un sit-in a été organisé hier à Nabatiyé par le groupe « Li Watan », qui proteste contre la crise des déchets qui dure depuis plusieurs mois dans cette région du Liban-Sud, rapporte notre correspondante Badia Fahs. Rassemblés devant le siège de la Fédération des municipalités de Chkif, où se trouvent notamment les bureaux de la municipalité de la ville de Nabatiyé,...

commentaires (0)

Commentaires (0)