Liban

L'AIB rouvrira "après" le 21 juin, selon le ministre de la Santé

Le prochain Conseil des ministres sera consacré à la mobilisation générale, qui pourrait être prolongée de deux à quatre semaines.

Le gouvernement libanais, réuni le 2 juin 2020 au Grand Sérail. Photo Dalati et Nohra

Le ministre libanais de la Santé Hamad Hassan a affirmé mardi à l'issue d'un Conseil des ministres au Grand Sérail que l'Aéroport international de Beyrouth (AIB) rouvrira après le 21 juin, alors que le gouvernement devrait prolonger jeudi la mobilisation générale.

"L'Aéroport international de Beyrouth ne rouvrira pas le 21 juin, mais "dans la dernière partie du mois", a déclaré M. Hassan, rappelant dans ce contexte qu'une quatrième de phase de rapatriement de Libanais doit débuter dans les prochains jours. Dimanche, le ministre des Transports Michel Najjar avait pourtant déclaré que l'AIB allait rouvrir totalement le 21 juin.  Selon des sources au Grand Sérail, relayées par notre correspondante Hoda Chedid, une réouverture de l'AIB faciliterait les transferts financiers.

Dans ce contexte, le gouvernement se réunira jeudi au palais présidentiel de Baabda pour évoquer la prolongation de la mobilisation générale, sous laquelle les autorités ont pris une batterie de mesures pour enrayer la propagation du coronavirus. Cette mobilisation avait été décrétée le 15 mars et court jusqu'au 7 juin, après plusieurs prolongations. Selon des informations de la chaîne locale LBCI, elle devrait être prolongée jeudi jusqu'à la fin du mois, après une réunion du Conseil supérieur de la défense. Avant le début du Conseil, le ministre de la Santé avait laissé entendre que la mobilisation générale allait être prolongée de deux semaines, insistant sur le fait que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande de poursuivre l'application de ces mesures, "ce qui nécessite de rester vigilants et en état d'alerte". Mais selon notre correspondante Hoda Chedid, d'autres ministres ont indiqué que la mobilisation générale pourrait être prolongée jusqu'à quatre semaines.

Selon le dernier bilan quotidien du ministère de la Santé, neuf nouvelles contaminations au coronavirus ont été détectées au cours des dernières 24 heures, portant à 1.242 le bilan total des personnes recensées depuis le 21 février, parmi lesquelles 27 sont décédées. Lundi, une grande partie des commerces ont pu rouvrir leurs portes dans le cadre de la quatrième et avant-dernière phase du plan de déconfinement progressif du pays.

Lire aussi

Dans les centres commerciaux, beaucoup de clients, mais peu d’acheteurs

"Nous sommes dans une phase délicate, mais nous ne pouvons continuer à fermer le pays", a déclaré la porte-parole du gouvernement, la ministre de l'Information Manal Abdel Samad, à l'issue de la réunion du gouvernement. "Plusieurs sujets ont été abordés et des points de vue différents ont été exprimés", a-t-elle indiqué.

Dans ce cadre, le ministre de l'Intérieur, Mohammad Fahmi, a rappelé à l'issue du Conseil des ministres que la circulation alternée restait en vigueur. Interrogé par ailleurs sur les manifestations du mouvement de contestation attendues ce samedi, le ministre a déclaré qu'il était pour les manifestations pacifiques, mais contre "les provocations et la fermeture des routes". "Si ces mouvements populaires sont pacifiques, vous me trouverez en tête de cortège", a ajouté M. Fahmi.

Baisse des prix : indicateurs encourageants, selon Diab
Lors de la réunion gouvernementale, le Premier ministre, Hassane Diab, a assuré que les agents de change, qui doivent rouvrir leurs portes demain après plus d’un mois d’une grève lancée par leur syndicat le 23 avril, le feront sur la base de "mesures particulières", selon des propos cités par Mme Abdel Samad. L'objectif de ces mesures est de fixer le cours du dollar à 3.200 livres libanaises, soit plus du double de la parité officielle de 1 507,5 livres pour un dollar qui ne s’applique qu'à un nombre limité de transactions, alors qu'il tournait encore hier sur le marché noir autour de 4.100 LL.

Lire aussi

Quel sera le taux pratiqué à la réouverture des bureaux de change ?

Sur un autre plan, le gouvernement a discuté en dehors de l'ordre du jour de l'ouverture de crédits pour l'importation de denrées alimentaires. Depuis mercredi dernier, la Banque du Liban autorise les importateurs et les producteurs libanais de produits alimentaires à obtenir, via leurs banques et auprès de la Banque du Liban, des dollars à un taux dollar/livre en principe plus proche de celui du marché, sur la base d'un mécanisme en partie réglementé par le ministère de l’Économie et du Commerce.

Lire aussi

Les principales modalités pour les aides aux importations de denrées alimentaires

Dans un contexte d'envolée des prix, M. Diab a indiqué que la liste des denrées alimentaires soutenue par le ministère de l'Economie comprend une trentaine de produits, affirmant que les indicateurs étaient encourageants.

Le carburant
Par ailleurs, le ministre de l’Énergie Raymond Ghajar est revenu sur les dispositions prises pour éviter une crise des carburants dans le pays, alors que l'approvisionnement des stations d'essence s'était ralenti ces derniers jours.
Avant le début du Conseil des ministres, le ministre des Finances, Ghazi Wazni, avait indiqué que son ministère avait débloqué lundi matin "à neuf heures" les crédits permettant la déchargement des bateaux transportant du carburant, ajoutant que les sommes devraient parvenir à leurs destinataires "dans les deux prochains jours". "Le problème n'était pas dans les capacités à ouvrir des crédits, mais dans les nouvelles conditions permettant leur ouverture à l'étranger", a précisé M. Ghajar, indiquant que malgré une baisse de quantité de mazout disponible, il y en avait assez pour le distribuer aux stations-service. Dans la journée, le président du syndicat des propriétaires de stations-service Samy Brax a assuré qu'il n'y aura pas de crise de carburant.

Les nominations
Sur un autre plan, la porte-parole du gouvernement a fait savoir que le dossier des nominations administratives était encore une fois reporté à la semaine prochaine. Les nominations judiciaires, tout comme les nominations financières à la Banque du Liban et aux instances de régulation associées semblent au point mort, sur fond de bras de fer politique à grande échelle. Les postes de directeur du ministère de la Santé, de celui de l’Économie, de l’exploitation au sein du ministère de l’Énergie, et de l’Inspection publique restent à pourvoir, tout comme celui de la direction de la police judiciaire, qui fait l'objet d'un bras de fer en les deux adversaires druzes, Walid Joumblatt et le député Talal Arslane. Ce dernier a menacé dimanche de suspendre la participation de sa formation au gouvernement Diab si son candidat, le général Maher Halabi, n’était pas nommé.

Le Caesar Act
Manal Abdel Samad n'a pas évoqué à l'issue du Conseil des ministres le "Caesar Act", une loi adoptée en décembre 2019 par la Chambre des représentants américaine et qui entrera en vigueur le 17 juin. Ce texte prévoit de sanctionner tout gouvernement, parti politique ou toute entité privée qui viendrait en aide au régime de Damas ou contribuerait à la reconstruction de la Syrie. L'entrée en vigueur de cette loi intervient alors que les divisions sur la question de l’ouverture en direction de la Syrie alimentent la controverse autour de la lutte contre la contrebande à la frontière. Cette question a été remise sur le tapis par le camp du 8 Mars, qui est revenu à la charge pour prôner une redynamisation des échanges et du transit commercial via la Syrie .

Lire aussi

Caesar Act : quelles répercussions sur le Liban ?

Avant le Conseil des ministres, le ministre de l’Industrie Imad Hobballah, proche du Hezbollah, a déclaré que "le Caesar Act ne doit pas avoir d'influence sur le gouvernement". Selon notre correspondante Hoda Chedid, citant des sources au Grand Sérail, le texte de la loi américaine a été distribué lors du précédent Conseil des ministres vendredi dernier, afin que chaque ministre prenne connaissance de ses implications pour son ministère, ainsi que ses conséquences sur le Liban.

Sur un autre plan, M. Hobballah a déclaré que le gouvernement fera tout ce qu'il pourra pour aider les Libanais, notamment dans les secteurs de l'industrie et de l'agriculture. Plus tôt dans la journée, le ministre a trouvé un accord avec l'Association des banques sur le soutien financier au secteur industriel.


Le ministre libanais de la Santé Hamad Hassan a affirmé mardi à l'issue d'un Conseil des ministres au Grand Sérail que l'Aéroport international de Beyrouth (AIB) rouvrira après le 21 juin, alors que le gouvernement devrait prolonger jeudi la mobilisation générale.

"L'Aéroport international de Beyrouth ne rouvrira pas le 21 juin, mais "dans la dernière partie du mois", a...

commentaires (1)

Compte rendu émouvant de ce qui est appelé gouvernement. On se sent parfaitement en confiance lorsqu’on lit de telles naïvetés

Liberté de Penser

09 h 57, le 03 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Compte rendu émouvant de ce qui est appelé gouvernement. On se sent parfaitement en confiance lorsqu’on lit de telles naïvetés

    Liberté de Penser

    09 h 57, le 03 juin 2020