Rechercher
Rechercher

Liban

Électricité, droits des chrétiens : Hariri s'en prend à Bassil

"Les pays du Golfe regardent le gouvernement Diab de manière différente des gouvernements que j'ai dirigés, en raison de la confiance", affirme le leader du courant du Futur.

L'ex-Premier ministre libanais, Saad Hariri. Photo d'archives REUTERS/Aziz Taher

Le leader du courant du Futur, l'ex-Premier ministre Saad Hariri, s'en est pris à nouveau mardi au chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, ainsi qu'au gouvernement de Hassane Diab, qui sollicite l'aide du Fonds monétaire international (FMI) et, plus largement, de la communauté internationale pour sortir de la pire crise économique et financière que traverse le Liban en 30 ans.

"La crise de l'électricité se poursuit. Que Bassil ne revienne pas sur l'histoire car autrement, je reviendrai sur la sienne", a lancé M. Hariri lors d'une discussion à bâtons rompus avec des journalistes. Le chef du Futur fait notamment référence aux accusations du CPL contre le  camp Hariri, arrivé au pouvoir en 1992, et à qui le leader du CPL impute la responsabilité de la crise actuelle. Les opposants au CPL insistent sur la responsabilité de cette formation dans la crise qui mine le secteur, étant donné que M. Bassil et autres personnalités affiliées au courant aouniste ont occupé le poste de ministre de l’Énergie à plusieurs reprises entre 2009 et 2014.

Saad Hariri est par ailleurs revenu sur les propos tenus samedi par le chef du courant aouniste sur le remplacement du mohafez de Beyrouth, qui agite la communauté grecque-orthodoxe. Gebran Bassil avait affirmé qu'il ne permettrait "qu’aucune communauté se sente marginalisée", dans la droite ligne de sa lutte "pour le recouvrement des droits des chrétiens". "Nous sommes tous Libanais. Jusqu'à quand des propos sur les droits des communautés seront proférés ?", s'est interrogé Saad Hariri.

Lire aussi

Comment Baha’ Hariri tente de s’imposer aux dépens de Saad

En outre, le leader du Futur a déclaré que Sleiman Frangié, était un "homme honnête", alors que  le chef des Marada avait déclaré il y a 10 jours la guerre contre le tandem Baabda-CPL, critiquant par la même occasion et pour la toute première fois le chef de l’État, Michel Aoun, sur fond de rivalités présidentielles entre les deux leaders chrétiens. Pour rappel, en 2016, Saad Hariri avait d'abord apporté son soutien à M. Frangié dans la course à la dernière élection présidentielle avant d'appuyer celle de Michel Aoun.  Mais les rapports de M. Hariri avec Baabda et le CPL sont gelés depuis des mois, ce qui a poussé l’ancien chef du gouvernement à mettre fin au compromis présidentiel d’octobre 2016

"Chaque camp ne pense qu'à lui-même"
L'ex-Premier ministre a aussi évoqué la situation économique du pays et les aides économiques et financières que la communauté internationale serait prête à octroyer au Liban en échange de réformes. "Nous sommes dans une situation très difficile avec les négociations qui s'ouvrent avec le Fonds monétaire international. La conférence de Paris (CEDRE, tenue en avril 2018) et ses recommandations devaient nous être salutaires, alors pourquoi n'avons-nous rien mis en œuvre ces deux dernières années ? "Ceux qui ont bloqué l'application du programme CEDRE quand j'étais Premier ministre sont ceux qui étaient contre les réformes", a déclaré Saad Hariri. "On ne peut pas dire d'un côté que nous voulons CEDRE, et de l'autre faire des pays du Golfe et de la communauté internationale des ennemis", a-t-il ajouté, en référence au Hezbollah. "CEDRE avait dessiné la route pour sauver le Liban, mais chaque camp ne pense qu'à lui-même. Aujourd'hui, les pays du Golfe regardent le gouvernement Diab de manière différente des gouvernements que j'ai dirigés, en raison d'une question de confiance", a-t-il poursuivi.

Le gouvernement libanais a entamé la semaine dernière des négociations avec le FMI en vue d'obtenir une aide cruciale dans le cadre d'un plan de sauvetage élaboré pour relancer une économie au bord du naufrage. Ce plan a été présenté fin avril dans un contexte de grogne sociale grandissante et de nouvelles manifestations malgré la pandémie de Covid-19. Le naufrage économique a été l'un des déclencheurs en octobre 2019 d'un soulèvement inédit contre l'ensemble de la classe politique, accusée de corruption et d'incompétence. Les banques ont souvent concentré la colère des manifestants et leurs locaux ont parfois été vandalisés.

Abordant enfin la question du contrôle des frontières, Saad Hariri a affirmé qu'il n'était pas en mesure de les fermer "au nez des intérêts qu'ont certains Libanais en Syrie", alors que les voies de passage illégales entre le Liban et la Syrie et les scandales sur la contrebande florissante entre les deux pays sont de nouveau au cœur de l’actualité. La semaine dernière, le gouvernement avait décidé de frapper fort sur ce dossier, en décidant notamment de confisquer les véhicules et les marchandises de contrebande saisis. De son côté, le coordinateur spécial de l’ONU, Jan Kubis, a déclaré il y a deux jours qu'il attendait des avancées sur le contrôle des frontières avec la Syrie.



Le leader du courant du Futur, l'ex-Premier ministre Saad Hariri, s'en est pris à nouveau mardi au chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, ainsi qu'au gouvernement de Hassane Diab, qui sollicite l'aide du Fonds monétaire international (FMI) et, plus largement, de la communauté internationale pour sortir de la pire crise économique et financière que traverse le Liban en 30...

commentaires (7)

Si le Liban va tellement bien c'est grâce à tous ces braves gens qui ont gouverné et au confessionalisme. Personne n'en doute et cela a commencé au moins dès les accords de Taëf. Donc? Tous dehors et en taule!

TrucMuche

13 h 36, le 20 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Si le Liban va tellement bien c'est grâce à tous ces braves gens qui ont gouverné et au confessionalisme. Personne n'en doute et cela a commencé au moins dès les accords de Taëf. Donc? Tous dehors et en taule!

    TrucMuche

    13 h 36, le 20 mai 2020

  • Faut il rire ou pleurer lorsque vous dites: "La semaine dernière, le gouvernement avait décidé de frapper fort sur ce dossier, en décidant notamment de confisquer les véhicules et les marchandises de contrebande saisis." La contrebande est faite a grande échelle par les sbires du Hezbollah "3ala 3eynak ya tejer" comme le dit si bien le dicton. Ce n'est pas en arrêtant un ou deux camions avec le dindon de la farce du moment que cela s’arrêtera. Il le relâcheront de toute manière dans un ou deux jours a la demande express de ses patrons. Il y a trop de million en jeu. Il faut arrêter ce genre de phrase qui porte a confusion dans l’esprit des gens et dire les choses telles quelles. Le gouvernement joue la comédie et celle-ci ne trompe plus personne.

    Pierre Hadjigeorgiou

    12 h 38, le 20 mai 2020

  • Oui Mr Hariri Sleiman Frangié est un homme honnête. Contrairement à Aoun, il a été honnête dans sa collaboration permanente avec l’ennemi assadien et l’Axe de l’Imposture. Tandis qu’Aoun tout le monde connaît son passé..

    Citoyen libanais

    08 h 33, le 20 mai 2020

  • "La semaine dernière, le gouvernement avait décidé de frapper fort sur ce dossier (de la contrebande)". Ce n'est pas tout à fait exact. En réalité, le gouvernement avait ANNONCE sa décision de frapper fort, Ce qui, au Liban, est très différent.

    Yves Prevost

    06 h 47, le 20 mai 2020

  • BM, FMI, DONATEURS ET INVESTISSEURS DE LA CEDRE ET PAYS ARABES ET AMIS PERSONNE NE S,AVENTURERA A AIDER LE LIBAN SANS CONDITIONS ECONOMIQUES ET SURTOUT POLITIQUES. FAUT BIEN SE LE METTRE DANS LA BOITE CRANIENNE, SI BOITE IL Y EN A. ET LE PROJET DU GOUVERNEMENT DE DEVALISER LES ECONOMIES DES DEPOSANTS AVEC LES PREDATEURS BANQUIERS EST UN SUICIDE FINANCIER POUR TOUJOURS. POINT DE CONFIANCE POINT D,AIDE NI DE NOUVEAUX TRANSFERTS ET DEPOTS. CEUX QUI SE SONT FAITS PRENDRE UNE PREMIERE FOIS NE SE LE FERONT POINT UNE SECONDE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 44, le 19 mai 2020

  • "Nous sommes tous Libanais. Jusqu'à quand des propos sur les droits des communautés seront proférés ?", s'est interrogé Saad Hariri. il y a pas longtemps que ce monsieur parler sunnite , on oublie vite , je pense il ne mérite pas qu on lui répond qu il aille laver son linge sale en famille ce tout ce qu il a trouver pour aider son pays , les pays arabes ont d autres chats à fouéter en ce moment.

    youssef barada

    19 h 41, le 19 mai 2020

  • On s'en tape de Bassil qui n'est qu'un pion, si on veut vraiment faire bouger les choses faut viser la tete . Combien de fois il faut le repeter c'est comme si pendant la seconde guerre mondiale concentrauent toutes leurs forces sur l'Italie

    Liban Libre

    19 h 34, le 19 mai 2020