Rechercher
Rechercher

Politique - Crise économique

Ni "chèque en blanc", ni "sauveur sur son cheval blanc" pour le Liban, affirme Kubis

Le coordinateur spécial de l’ONU attend des avancées sur la réforme de l'électricité et le contrôle des frontières avec la Syrie.

Le coordinateur spécial de l’ONU au Liban, Jan Kubis, lors d'un point presse au palais présidentiel de Baabda. Photo d'archives Ani

Le coordinateur spécial de l’ONU au Liban, Jan Kubis, a affirmé qu'il n'y aurait ni "chèque en blanc", ni "sauveur sur son cheval blanc" pour sortir le pays de sa plus grave crise économique et financière depuis 30 ans.

"ils doivent travailler. Ils ne doivent pas seulement concevoir des réformes, car ils l'ont fait plusieurs fois auparavant, sans les mettre en œuvre", a déclaré M. Kubis dans une interview réalisée vendredi pour al-Jazeera, dont la transcription est disponible sur le site officiel du bureau du coordinateur spécial des Nations unies au Liban. "Certaines réformes doivent être mises en œuvre immédiatement, conformément au plan de redressement récemment présenté par le gouvernement, et conformément aussi aux besoins du pays et aux demandes des manifestants. D'autres pourraient découler des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI). Mais ils doivent avancer et mettre en œuvre ces réformes. Il n'y a pas de chèque en blanc, et il n'y a pas de sauveur sur un cheval blanc qui va arriver au Liban", a-t-il poursuivi.

"Je sais qu'il y a beaucoup de critiques à l'encontre du gouvernement, sur le fait notamment qu'il ne va pas assez vite, mais (...) je vois de la détermination, un effort sincère", a toutefois reconnu M. Kubis, estimant que le plan de sauvetage économique était un "travail solide et un bon point de départ pour les négociations avec le FMI".

Le responsable onusien a également estimé que "les gens en ont assez de la façon dont les choses sont gérées dans le domaine politico-économique". "Les dirigeants de ce pays, qu'il s'agisse du gouvernement ou des leaders politiques, doivent entendre ce que le peuple dit et ensuite le traduire en action concrète", a-t-il affirmé.

Lire aussi

Kubis : Négliger les revendications des Libanais n’est plus possible

M. Kubis a ainsi souligné que des "promesses" ont été faites, notamment en ce qui concerne la réforme du secteur de l'électricité. "Le peuple attend cela depuis des lustres. Là-dessus, les différents gouvernements ont échoué. Cette réforme serait, pour la communauté internationale, une manifestation tangible de la détermination et de l'action du gouvernement et des responsables politiques et de leur capacité à trouver un espace politique pour mener à bien ce type de réformes", a-t-il estimé.

Lire aussi

Guterres demande à toutes les forces politiques libanaises de collaborer ensemble

Interrogé sur le contrôle de la frontière avec la Syrie, le responsable onusien s'est dit "heureux" que le sujet ait été pris à bras le corps ces derniers jours, ajoutant toutefois qu'il en attendait plus pour "contrôler pleinement les frontières et empêcher la contrebande, y compris la contrebande d'armes, de marchandises ou de personnes". "Chaque pays souverain doit contrôler pleinement ses frontières, et le chemin est encore long", a-t-il déclaré.

Le coordinateur spécial de l’ONU au Liban, Jan Kubis, a affirmé qu'il n'y aurait ni "chèque en blanc", ni "sauveur sur son cheval blanc" pour sortir le pays de sa plus grave crise économique et financière depuis 30 ans."ils doivent travailler. Ils ne doivent pas seulement concevoir des réformes, car ils l'ont fait plusieurs fois auparavant, sans les mettre en œuvre", a déclaré M. Kubis...
commentaires (11)

Mais ce n'est pas un gouvernement technocrate?

Eleni Caridopoulou

19 h 53, le 17 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Mais ce n'est pas un gouvernement technocrate?

    Eleni Caridopoulou

    19 h 53, le 17 mai 2020

  • il est gentil Mr Kubis pour ne pas dire au libanais aller vous faire foutre on a fèjà donné, ils les conseille de faire qqs reformes c est sympa en sachant que le mot reforme ne fait pas parti du vocabulaire libano confessionnel.

    youssef barada

    19 h 01, le 17 mai 2020

  • " ILS " ne sont pas libres de faire leur boulot ! " ILS " les empechent de travailler ! " ILS " ont fait ecoles les aounistes !

    Gaby SIOUFI

    15 h 26, le 17 mai 2020

  • M. Kubis et tous les autres font bien de répéter le même discours et de se tenir aux mêmes conditions car ces gens sont longs à la comprenne tte et en fin de compte ne font qu’à leur tête. Il faut voir ce qu’ils ont fait avec les demandes des citoyens pour la formation d’un gouvernement apolitique et technocrate. Tous leurs poulains occupent des postes à la demande pour mieux contrôler l’application des décisions de ceux là mêmes qui ont conduit le pays à la catastrophe d’où l’inaction et les déclarations pour anesthésier le peuple et les donateurs pour en fin de compte maintenir le pays déstabilisé en attendant les décisions iraniennes et syriennes. Il faut que leur culpabilité de vol et d’abus de pouvoir et de bien publics soient prouvée pour qu’ils soient jugés c’est le seul moyen de se débarrasser de ces mafieux qui continuent d’avoir des partisans parce qu’ils leur font croire qu’ils sont honnêtes et vertueux.

    Sissi zayyat

    12 h 06, le 17 mai 2020

  • Réformes...contrôle des frontières...appliquer les lois...? Tous ces responsables, vieux, jeunes, civils et religieux qui depuis des années volent l'Etat, savent très bien que si ces mesures seront réellement appliquées...leur époque sera définitivement terminée. Voilà pourquoi, malgré leurs déclarations mensongères en puplic et devant les médias ils font tout, ensemble et dans les coulisses, pour empêcher ces réformes ! Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 46, le 17 mai 2020

  • Décider des réformes et ne jamais le mettre en oeuvre. Promulguer des lois et ne jamais les appliquer. C'est en effet, une spécialité libanaise. Kubis a bien raison de se méfier!

    Yves Prevost

    07 h 35, le 17 mai 2020

  • C'est pour cela que c'est un jour heureux pour nous et pour tous les Libanais". Il s'agit d'une journée historique, car tout début d'un projet grandiose est un début historique", a-t-il ajouté, dixit notre guide suprême .... à l'instar de ce que le gendre avait, aussi, annoncé en début d'année " si rien n'était fait, il renverserait la table et annoncerait la liste de tous les fraudeurs... Malheureusement Mr KUBIS sait très bien que les réformes et autres fermetures de passages illégaux demeureront comme des promesses vaines.

    C…

    07 h 03, le 17 mai 2020

  • Il y en a ceux qui nous ont fait perdre depuis des années du temps précieux, . Pourquoi? Par ce qu'ils ne savent pas gérer l'administration d'un pays. Ils n'ont pas le savoir faire. They are street smart but not intelligent.

    Zovighian Michel

    03 h 17, le 17 mai 2020

  • Sans EDL, comment les ministres de l’énergie peuvent-ils exfiltrer les milliards? 40 jusqu’à présent en 10 ans!

    Michael

    01 h 28, le 17 mai 2020

  • Tout est dit sans langue de bois. Bravo M Kubis. Il n'y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ou de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Les reformes se feront; les 2 seules questions c'est quand ?et combien de morts aditionnels il faudra? Cela est le sens de l'histoire et les libanais rejetteront les iraniens comme ils ont rejette les syriens, les israeliens, les palestiniens, les francais, les turcs ou les egyptiens avant eux.

    Liban Libre

    22 h 53, le 16 mai 2020

  • IL N,Y A PAS DE PAPA NOEL. IL Y A DES DECISIONS, DES REGLES ET DES CONDITIONS A EXECUTER ET A RESPECTER, ECONOMIQUES ET POLITIQUES. NAIF QUI PENSE LE CONTRAIRE. ET IL Y AURA PROCHAINEMENT UN BON DEBARRAS QUI RENDRA LE SOUFFLE AU PAYS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    22 h 32, le 16 mai 2020

Retour en haut