Rechercher
Rechercher

Économie - Liban

Le responsable des opérations monétaires à la BDL inculpé

Mazen Hamdane est inculpé "pour manipulation de la monnaie nationale et atteinte à la stabilité de la livre, à travers des achats directs de dollars auprès des changeurs", selon une source judiciaire. 

La façade du siège de la Banque du Liban, à Beyrouth, le 23 avril 2020. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Le parquet libanais a inculpé lundi un haut responsable de la Banque centrale pour manipulation du taux de change, en pleine crise monétaire dans le pays, a indiqué une source judiciaire. Il s'agit, selon cette source, de la première inculpation d'un responsable de la Banque du Liban (BDL) dans un pays au bord du naufrage économique. L'affaire intervient dans un contexte de tensions croissantes et inédites entre le gouvernement et le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, en poste depuis 1993.

Le directeur des opérations monétaires à la Banque centrale, Mazen Hamdane, avait été arrêté jeudi par les forces de l'ordre.  Le lendemain, l'institution a nié dans un communiqué "toute manipulation du marché des changes" à travers ses opérations. Le procureur financier Ali Ibrahim a "inculpé M. Hamdane pour manipulation de la monnaie nationale et atteinte à la stabilité de la livre, à travers des achats directs de dollars auprès des changeurs", a dit le responsable judiciaire à l'AFP. Il a été déféré devant un juge d'instruction.

Lire aussi

Manipulation du taux de change : ce que l’on sait sur la récente vague d’arrestations

Au Liban, le taux de change officiel reste inchangé, mais le pays a connu ces derniers mois l'émergence d'un marché noir et une forte dépréciation de la livre libanaise dans les bureaux de change. La livre libanaise est indexée sur le billet vert depuis 1997 au taux fixe de 1.507 livres pour un dollar. Mais la monnaie nationale a dégringolé jusqu'à franchir en avril le seuil historique des 4.000 livres pour un dollar. Et les banques ont imposé des restrictions draconiennes sur les retraits en dollar, dans un contexte de pénurie de billet vert.  Face à cet effondrement, la Banque centrale a fixé un plafond de 3.200 livres pour un dollar dans les bureaux de change.

Ces derniers jours, une cinquantaine de changeurs illégaux ont été dans ce contexte interpellés pour l'achat de dollars à des prix très élevés. Le président du syndicat des bureaux de change, Mahmoud Mrad, a également été arrêté. Le syndicat des changeurs avait appelé il y a quelques jours la filière à se mettre en grève pour protester contre l’inaction des autorités contre les acteurs du marché noir, un mouvement prolongé par la suite pour protester contre les arrestations de leurs confrères.

Fin avril, le gouvernement a adopté un plan de réformes qui entérine un flottement à venir du taux de change. Les autorités ont entamé des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) pour une aide financière.


Le parquet libanais a inculpé lundi un haut responsable de la Banque centrale pour manipulation du taux de change, en pleine crise monétaire dans le pays, a indiqué une source judiciaire. Il s'agit, selon cette source, de la première inculpation d'un responsable de la Banque du Liban (BDL) dans un pays au bord du naufrage économique. L'affaire intervient dans un contexte de tensions...

commentaires (11)

Et si le dossier de Hamdane s'avère vide! Surtout que l'homme a été plus ou moins blanchi par la réunion et les chiffres avancés par le haut comité de la BDL. Est-ce que le procureur financier qui prend des ailes ces temps-ci,accuse à tort et à travers sans tenir compte des rôles des gens qu'il inculpe ,et de leurs droits tout court? On verra bien où ça va mener cette série d'arrestations, en attendant la parole des juges. A partir des suites judiciaires, dépendra la confiance à accorder au juge Ibrahim.

Esber

22 h 27, le 18 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Et si le dossier de Hamdane s'avère vide! Surtout que l'homme a été plus ou moins blanchi par la réunion et les chiffres avancés par le haut comité de la BDL. Est-ce que le procureur financier qui prend des ailes ces temps-ci,accuse à tort et à travers sans tenir compte des rôles des gens qu'il inculpe ,et de leurs droits tout court? On verra bien où ça va mener cette série d'arrestations, en attendant la parole des juges. A partir des suites judiciaires, dépendra la confiance à accorder au juge Ibrahim.

    Esber

    22 h 27, le 18 mai 2020

  • On ne va pas se contenter de petite friture Monsieur le procureur... Les milliards flottent dans les dossiers de l’électricité, du mazout, des carrières, il suffit s’ouvrir la première page..!

    LeRougeEtLeNoir

    21 h 44, le 18 mai 2020

  • Espérons que la procédure sera respectée, qu'un jugement aura lieu. Que tous les responsables dans ce dossier seront face à leurs responsabilités. Et que PERSONNE du monde politico religio confessionnel n'entravera la justice. Les avocats sont là pour la défense. Le peuple a droit enfin à la justice. Il a le droit de savoir où est passé son argent et surtout ses $. Et pourquoi cette folie dans la parité $/LL. Quand faut rendre des comptes faut rendre des comptes.

    Sybille S. Hneine

    20 h 50, le 18 mai 2020

  • Is this a matter of finding a scapegoat. Who told Mr. Hamdane to buy Dollars from the exchange offices. Was he doing it on behalf of the Central Bank.

    Mireille Kang

    20 h 25, le 18 mai 2020

  • Mazen Hamdane ne sera ni le premier ni le dernier inculpé pour comploter contre la livre libanaise , mais pourquoi le dollar garde son taux fou dépassant les quatre mille livres libanaises pour un dollar ?

    Antoine Sabbagha

    19 h 53, le 18 mai 2020

  • "... Le procureur financier Ali Ibrahim a "inculpé M. Hamdane pour manipulation de la monnaie nationale et atteinte à la stabilité de la livre, à travers des achats directs de dollars auprès des changeurs" ...". La question que l'on se pose, c'est s'il a acheté des dollars sur ordre de la BDL, ou s'il l'a fait pour s'enrichir personnellement? Dans le deuxième cas, alors oui, il mériter 1000 fois la prison. Mais dans le premier cas...

    Gros Gnon

    18 h 56, le 18 mai 2020

  • Si on comprend bien ce qu'on lit et apprend ces derniers jours, le gouverneur de la BDL s'oppose à son ministre de tutelle quant aux négociations avec le FMI, un autre haut fonctionnaire de la même BDL arrêté pour trafic de dollars...On a l'impression que la BDL est un Etat dans l'Etat...Quel Etat "normal" accepterait cette situation alors que sa banque centrale et les dirigeants de celle-ci sont de hauts fonctionnaires supposés obéir aux directives du gouvernement.? Only in Lebanon?

    otayek rene

    18 h 16, le 18 mai 2020

  • Un bon début... espérons que le "ménage" des corrompus continue et qu'il soit complet.

    Sybille S. Hneine

    17 h 50, le 18 mai 2020

  • ENFIN ÇA COMMENCE À BOUGER. MAINTENANT IL FAUT ATTAQUER LE SECTEUR DE L’ÉLECTRICITÉ ET DE L’AFFAIRES DES GÉNÉRATEURS QUI PILLENT LES CITOYENS SOUS PRÉTEXTE DE LEUR VENIR EN AIDE. NOUS SOMMES IMPATIENTS DE CONNAÎTRE LES VRAIS VOLEURS POUR POUVOIR NOUS DIRE QUE NOUS AVONS ENFIN UNE JUSTICE QUI FONCTIONNE DANS CE PAYS.

    Sissi zayyat

    17 h 38, le 18 mai 2020

  • c est pour quand d inculper le gouverneur du BDL,?

    youssef barada

    17 h 36, le 18 mai 2020

  • KELLON... KELLON LSSSSOUSSSS !

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    17 h 33, le 18 mai 2020

Retour en haut