Rechercher
Rechercher

Ça baigne...

Ce calme incommensurable ! Cette tranquillité à nulle autre pareille ! Faut-il désormais attendre qu’un fléau viral se pointe, pour goûter au plaisir divin de voir les chefs politiques fermer leur clapet ?

Il est quand même intéressant, sur le strict plan de l’anthropologie, de constater l’extraordinaire longévité de nos pointures locales. Nos aïeux commencent par voter pour un neuneu en tétine tout juste tombé de l’arbre généalogique, et les enfants de nos petits-fils se retrouvent encore en train de l’applaudir alors qu’il a viré vieux kroumir quasi édenté. Pourquoi ces vénérables débris vivent-ils si longtemps ? Gagné! Bien avant le coronavirus, les chercheurs avaient déjà trouvé : c’est l’absence de soucis. Rien, nada, balpeau! Le Covid-19 ne les touchera jamais, vu qu’il y trouvera son antidote: le Co-vide-intersidéral! On aura beau chercher dans les recoins les plus reculés de leurs neurones intermittents, pas le moindre frémissement! Encéphalogramme plat ! Il est de ce fait incontestable qu’au Liban, l’immunité parlementaire, ministérielle ou présidentielle a muté pour devenir organique et… terriblement efficace. Pas de risque de contagion non plus, puisque chez nous les dirigeants manient plus facilement l’insulte que le serrage des mains.

En revanche, quelle réactivité, quelle fulgurance face au parfum du fric ! Pas moins de quatre comptes bancaires en moins de 24 heures pour mendier l’aide des citoyens et de la diaspora, après avoir entièrement siphonné les caisses de l’État et envoyé l’argent ronfler dans des paradis fiscaux bloqués à l’étranger. Quatre comptes qui fonctionnent nickel puisque c’est dans l’autre sens, sans les tracasseries habituelles des banquiers ni les plafonds ridicules de 150 dollars par semaine imposés aux gueux. Rien que du « fresh money », comme disent les économistes libanais francophones. À l’heure où les gouvernements du monde cassent leur tirelire ou s’endettent pour aider leurs populations, les nôtres ont préféré tendre la main pour réactiver la machine à pomper.

Ça doit certainement les ramener aux temps heureux, quand les angelots occidentaux et arabes balançaient directement le pognon aux pouvoirs publics, qui s’empressaient de l’aspirer avant d’en refiler le reliquat à des entrepreneurs véreux, puis les poussières à la piétaille. Mais ces bonnes affaires avaient fini par rencontrer à l’étranger de mauvaises lois et prendre le label d’escroquerie.

Sacrée classe politique, va! Entre les magouilleurs, les combinards et les quelques bibelots honnêtes, nous sommes largement comblés. La nouvelle mendicité a au moins l’avantage de démontrer que nos chefs ont une idée derrière la tête. Très loin derrière, presque toujours.

[email protected]


Ce calme incommensurable ! Cette tranquillité à nulle autre pareille ! Faut-il désormais attendre qu’un fléau viral se pointe, pour goûter au plaisir divin de voir les chefs politiques fermer leur clapet ? Il est quand même intéressant, sur le strict plan de l’anthropologie, de constater l’extraordinaire longévité de nos pointures locales. Nos aïeux commencent par voter pour un...

commentaires (7)

A deux mois près ils auraient pu attribuer tous nos malheurs à ce coronavirus, mais là pas de chance, la crise bancaire est arrivée avant. C'est le seul reproche qu'ils pourront faire à Riad S. "shou wallaooh tu n'a pas vu venir la chose de la Chine et procrastiner un peu le déclenchement de la crise"

Shou fi

22 h 08, le 20 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • A deux mois près ils auraient pu attribuer tous nos malheurs à ce coronavirus, mais là pas de chance, la crise bancaire est arrivée avant. C'est le seul reproche qu'ils pourront faire à Riad S. "shou wallaooh tu n'a pas vu venir la chose de la Chine et procrastiner un peu le déclenchement de la crise"

    Shou fi

    22 h 08, le 20 mars 2020

  • Il n'y a que les mendiants qui puissent compter leur richesse et surtout en ces moments de grande crise mondiale .

    Antoine Sabbagha

    16 h 37, le 20 mars 2020

  • On dit que le rat et le serpent ne craignent rien du coronavirus. Donc il n y a pas lieu de s'inquiéter , pour certains à tout le moins .

    FRIK-A-FRAK

    14 h 47, le 20 mars 2020

  • Ces comptes bancaires en devises subiront les mêmes restrictions que les comptes des citoyens: on va assister aux ministres et députés et autre faire la queue pendant des heures pour retirer 100$ par semaine au profit de leurs œuvres de charité. Par contre, on se chamaille pour savoir qui sera au guichet? Le ministre ou ex ministre des finances, dit pour ceux de la santé ou autre illustre personnage de la république bananière car paraît il, le guichetier pourra taxer chaque retrait d’un pourcentage sur lequel on se chamaille à nouveau. Bien entendu, je n’ai écrit que des bêtises qui ne font rire que moi et ça me suffit

    Liberté de penser et d’écrire

    12 h 13, le 20 mars 2020

  • OH GABY. C’est de l’or en barres. Le seul avantage de ce virus est non seulement de clore les clapets de ces pourris mais en plus de couvrir leurs tronches qu’on ne saurait voir.

    Sissi zayyat

    11 h 05, le 20 mars 2020

  • DU GABY NASR AUTHENTIQUE !

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    09 h 30, le 20 mars 2020

  • comme d'habitude:vivifiant!J.P

    Petmezakis Jacqueline

    09 h 13, le 20 mars 2020

Retour en haut