Rechercher
Rechercher

Politique - Coronavirus

Le gouvernement proclame la « mobilisation générale »

L’aéroport ainsi que les frontières terrestres seront fermés à partir de mercredi et jusqu’au 29 mars ; les citoyens appelés à ne sortir qu’en cas « d’extrême urgence ».


Le Conseil des ministres réuni hier. Photo Dalati et Nohra

À l’issue d’un Conseil des ministres extraordinaire qui a duré près de quatre heures, le gouvernement Diab a décrété hier soir l’état « d’urgence sanitaire » au Liban et appelé à la « mobilisation générale », dans le cadre de sa lutte contre le nouveau coronavirus, alors que le nombre de cas approche les 100.

« Aujourd’hui, le Liban est en état d’urgence sanitaire, et le gouvernement déclare donc la mobilisation générale jusqu’au 29 mars 2020 », a déclaré le Premier ministre Hassane Diab à l’issue du Conseil des ministres.

« Ce sont des jours difficiles pour le Liban (…) Il est temps de faire preuve de patience, de courage, de raison, de sagesse, de calme et de prévoyance. Il est temps de prendre soin de soi, de se protéger, de protéger sa famille. Aujourd’hui plus que jamais, les Libanais ont besoin d’unité, ils ont d’ailleurs toujours été unis face aux crises », a dit M. Diab.

« J’appelle tous les Libanais à faire preuve de la plus grande vigilance afin que nous puissions contenir et vaincre cette épidémie », a-t-il encore dit, assurant que « nous avons réussi à ce jour à ralentir la diffusion du virus depuis sa propagation dans le monde, le 31 décembre 2019 ».

Selon le Premier ministre, « les mesures prises pour protéger les Libanais constituent le niveau le plus élevé que nous pouvons adopter constitutionnellement, et jamais auparavant dans l’histoire du Liban l’on a dû recourir à de telles mesures ».

Le gouvernement a notamment demandé aux Libanais de rester confinés chez eux et de ne sortir « qu’en cas d’extrême urgence », et interdit les rassemblements dans les lieux privés ou publics. Il a également décidé que l’Aéroport international de Beyrouth et tous les points d’entrée (aériens, maritimes et terrestres) seraient fermés à partir du mercredi 18 mars jusqu’au dimanche 29 mars 2020 à minuit. Cette mesure concerne les personnes, mais pas les biens.


(Lire aussi : Écoutons ce que le coronavirus nous ditl'Edito d'Emilie SUEUR)


Le Conseil supérieur de défense
La décision du gouvernement est intervenue à la demande du Conseil supérieur de défense, réuni un peu plus tôt, de décréter la mobilisation générale pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, une mesure moins drastique que l’état d’urgence sécuritaire. « Le Conseil supérieur de défense a décidé de demander au Conseil des ministres de décréter la mobilisation générale (...) et à la fin de la réunion, il a été demandé aux administrations publiques et à la direction militaire d’établir des rapports sur la situation et de les transmettre aux autorités », a indiqué le général Mahmoud Asmar, secrétaire général du Conseil supérieur de défense, dans un bref communiqué.

Selon l’alinéa 1 de l’article 2 de la loi sur la défense nationale, « si la nation ou une partie de la nation, ou l’un de ses secteurs publics ou encore un groupe de sa population ont été confrontés à un danger, il est possible de décréter l’état de mobilisation partielle ou générale afin de limiter l’exposition de la population et des infrastructures vitales au danger, et d’assurer les opérations de mobilisation et le recours aux forces armées ».


(Lire aussi : Covid-19 : la revanche de l’Étatle commentaire d'Anthony SAMRANI)


Interrogé par L’Orient-Le Jour sur les mesures impliquées par la mobilisation générale et la situation d’urgence sanitaire, le général à la retraite Khalil Hélou a indiqué que ce processus requiert l’émission de décrets pour que chaque ministère puisse s’atteler à la tâche qui lui incombe.

« L’urgence sanitaire est différente de l’état d’urgence sécuritaire et de défense. Il faut des décrets qui doivent prendre en considération, par exemple, comment le pétrole ou l’électricité seront distribués, avec évidemment une priorité pour les hôpitaux ou les boulangeries, explique le général Hélou. Ces décrets devront également se pencher sur l’importation des médicaments et du matériel médical, entre autres », a-t-il ajouté. « Chaque ministre va commencer à entreprendre des contacts pour s’organiser. Il faudra voir comment on pourra permettre aux gens de poursuivre leur vie quotidienne et se ravitailler. Nous sommes face à beaucoup d’inconnues pour l’heure », a souligné l’ancien militaire.

Un colonel à la retraite contacté par L’OLJ explique pour sa part que la mobilisation générale suppose une coordination des secteurs public et privé et des associations humanitaires pour mettre en place les décisions du gouvernement, comme lors de la survenue de catastrophes naturelles. « On a commencé à voir certaines mesures appliquées, telles que la fermeture des cafés et des restaurants. Je pense qu’il y a possibilité qu’un couvre-feu soit instauré durant la nuit », a indiqué le colonel.


(Lire aussi : Asie vs Europe : les différentes stratégies pour venir à bout du coronavirus)



Fermeture des frontières
Le Premier ministre s’est félicité que les mesures adoptées jusqu’à présent avaient permis de réduire de plus de 80 % le trafic aéroportuaire et routier. Jusqu’à hier, l’aéroport fonctionnait à peine, avec moins de 20 % des vols maintenus, selon Fady el-Hassan, directeur de l’Aviation civile à l’AIB.

M. Diab a rappelé que les vols avec certains pays gravement touchés avaient déjà été suspendus, ou le seront à partir ce cette nuit. Il s’agit notamment de l’Italie, l’Iran, la Grande-Bretagne, l’Égypte, la France, l’Allemagne ou l’Espagne.

Par ailleurs, quelque 4 000 voitures et entre 5 et 6 000 personnes traversent quotidiennement la frontière avec la Syrie via le point de passage de Masnaa, a indiqué à L’OLJ le président de la municipalité de Majdel Anjar, Saïd Yassine.

Le gouvernement a en outre chargé le ministre des Affaires étrangères, Nassif Hitti, en coordination avec le ministère de la Santé, de mener des contacts avec les ambassades et les organisations internationales afin d’assurer au Liban des aides en médicaments, matériel médical et hospitalier. Comme il a décidé d’exempter de droits de douane pendant deux mois les importations de matériel médical et hospitalier consacré à la lutte contre le coronavirus.


(Lire aussi : L’enseignement en ligne pour tenter de sauver l’année scolaire au Liban)



Les principales mesures annoncées

Voici les principales mesures annoncées par le gouvernement, qui a décrété la mobilisation générale jusqu’au 29 mars à minuit :

– Les Libanais sont appelés à rester confinés chez eux et à ne sortir « qu’en cas d’extrême nécessité ».

– Les rassemblements dans les lieux privés ou publics sont interdits.

– L’Aéroport international de Beyrouth et tous les points d’entrée (aériens, maritimes et terrestres, mais seulement pour les arrivants en ce qui concerne les points d’entrée terrestres et maritimes) seront fermés à partir du mercredi 18 mars et jusqu’au dimanche 29 mars 2020 à minuit. Sont exemptés de cette décision les militaires de la Finul, les membres du corps diplomatique, des organisations internationales, les personnes travaillant sur le bloc 4 de forage offshore et les avions-cargos.

– Les Libanais, et les membres non libanais de leurs familles qui détiennent ou non une carte de résidence libanaise, ont jusqu’au 18 mars 2020 pour rentrer au Liban à condition que le résultat de leur test (PCR) soit négatif. Cette décision n’englobe pas les personnes qui viennent des pays suivants : France, Égypte, Syrie, Irak, Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, Italie, Iran, Chine et Corée du Sud.

– La fermeture des administrations, institutions publiques, municipalités, universités, écoles publiques et privées, crèches. Des exceptions sont notamment prévues pour les institutions relevant du ministère de la Défense et de la Santé et les Forces de sécurité intérieure. Sont également exemptées la direction de l’AIB, la Banque du Liban et toutes les banques, en coopération avec l’Association des Banques et les sociétés chargées de transférer et distribuer de l’argent et les agents de change qui doivent assurer un service minimum.

– La suspension du travail dans les sociétés, entreprises privées, commerces, bureaux des professions libérales, en tenant compte des cas d’extrême nécessité et en coopération avec les syndicats des professions libérales. Sont exceptés de cette décision : les boulangeries et tout ce qui est en lien avec la vente de denrées alimentaires et autres matières de consommation principales.



Lire aussi
Des responsables libanais offrent leurs salaires pour la lutte contre le Covid-19

Comment réussir son auto-isolement ?

Covid-19 : le système de santé libanais peut-il affronter l’épidémie?



À l’issue d’un Conseil des ministres extraordinaire qui a duré près de quatre heures, le gouvernement Diab a décrété hier soir l’état « d’urgence sanitaire » au Liban et appelé à la « mobilisation générale », dans le cadre de sa lutte contre le nouveau coronavirus, alors que le nombre de cas approche les 100.« Aujourd’hui, le Liban est en état...

commentaires (3)

IL FAUT QUE LE PEUPLE S,Y CONFORME STRICTEMENT ET SUIVE LES CONSIGNES DES AUTORITES SANITAIRES DU PAYS.

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

11 h 55, le 16 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • IL FAUT QUE LE PEUPLE S,Y CONFORME STRICTEMENT ET SUIVE LES CONSIGNES DES AUTORITES SANITAIRES DU PAYS.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    11 h 55, le 16 mars 2020

  • On est un peu étonné de ne pas voir autour de la table, le chef du Législatif qui nous a habitué à être présent à tous les grands événements et aux décisions qui s'y rapportent. Ou alors, il suit à la lettre les recommandations d'isolement préventif comme toute la population . D'un autre côté , pour plus de sécurité , on constate que le chef de l'Etat se conforme bien à la distance de plus d'un mètre à table, avec les ministres de voisinage. Ce redoutable coronavirus est en train de bouleverser le monde de fond en comble. Il ne reste qu'à espérer un miracle pour gagner le combat.

    Esber

    07 h 24, le 16 mars 2020

  • Tous les points d’entrée (aériens, maritimes et terrestres) seront fermés... à l'exception évidente des points de passage vers l'Est entre Qaa et Masnaa. Il faut bien que le Hezbollah puisse faire transiter ses hommes, ses armes, ses dollars et ses virus!

    Yves Prevost

    07 h 11, le 16 mars 2020

Retour en haut