Liban

Coronavirus : vers l'instauration, au Liban, d'un état d'urgence sanitaire ?

Michel Aoun s'adressera solennellement aux Libanais avant une réunion d'urgence du gouvernement pour annoncer de nouvelles mesures.

Le président libanais Michel Aoun. Photo d'archives AFP

Le président libanais Michel Aoun s'adressera solennellement aux Libanais dans la journée avant une réunion d'urgence du gouvernement pour annoncer de nouvelles mesures de protection contre la propagation du nouveau coronavirus au Liban, qui a enregistré 93 cas de contamination jusque-là selon un dernier bilan publié samedi.

Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), le chef de l’État devra évoquer les derniers développements de la pandémie et les mesures qui seront prises pour y faire face.

Le président Aoun prononcera son allocution à l'issue d'une réunion "d'urgence" du gouvernement de Hassane Diab au palais présidentiel de Baabda qui doit débuter à 15 heures, au cours de laquelle seront examinés les moyens de limiter la propagation du virus. La réunion du Conseil supérieur de défense, qui était prévue à 17h30, a été avancée à 13h30.



(Lire aussi : À quoi correspondrait un « état d’urgence sanitaire » ?)



Selon des sources ministérielles citées par notre correspondante à Baabda, Hoda Chedid, l'état d'urgence, qui consisterait à interdire les déplacements et à transférer la responsabilité de la sécurité à l'armée, ne sera pas décrété ; mais c'est l'état d'urgence sanitaire qui sera proclamé, afin de préparer les hôpitaux et les dispensaires et d'équiper les municipalités afin de faire face à la crise.

Selon ces sources, les commerces, les restaurants et les sociétés seront fermés, à l'exception des établissements à caractère sanitaire, comme les laboratoires. Des horaires d'ouverture exceptionnels seront mis en place pour les magasins alimentaires, les boulangeries et les pharmacies. Ces mesures ont pour but de limiter au maximum la circulation au strict nécessaire.

Il n'est pas encore clair si le gouvernement va prendre la décision ou non de fermer l'aéroport de Beyrouth (AIB), mais l'on se dirige vers la fixation d'un délai permettant aux Libanais de revenir chez eux avant une fermeture de l'AIB.

Ces fermetures pourraient durer 15 jours et pourront évoluer en fonction de la situation.



(Lire aussi : Coronavirus : la MEA fait le point sur ses vols)



Fermeture des lieux publics
Dans ce contexte, plusieurs réunions ont été organisées samedi au Grand Sérail avec les représentants de plusieurs secteurs d'activité, à savoir les syndicats des propriétaires et des distributeurs de supermarchés, des boulangers, des distributeurs d'eau, des industriels, du secteur de la santé, de l'armée, des services de sécurité, des assureurs et des agriculteurs, en présence des ministres concernés et des membres de la commission de suivi des mesures et actions de prévention contre le coronavirus. Les responsables ont étudié un éventuel relèvement du degré de mobilisation.


Photo Ani


Vendredi, M. Diab avait déjà tenu une réunion avec plusieurs ministres et conseillers pour assurer le suivi de ce dossier. Le ministre de la Santé, Hamad Hassan, avait fait savoir de son côté qu'il est "possible qu'un état d'urgence civil ou sanitaire soit déclaré".

Dans le cadre des mesures restrictives mises en place par les autorités pour limiter l'expansion du coronavirus, les forces de l'ordre ont multiplié dans la journée les patrouilles pour s'assurer de la fermeture des lieux publics.

De leur côté, les diocèses maronites, notamment ceux de Jbeil et d'Antélias, ont appelé les fidèles à n'assister qu'aux messes du dimanche et celles célébrées à l'occasion des fêtes chrétiennes. Dar el-Fatwa, la plus haute autorité sunnite, a annoncé pour sa part la fermeture des mosquées les vendredis et la suspension temporaire des prières en leur sein.

Par ailleurs, le ministère des Déplacés, en charge du dossier des Libanais qui avaient été forcés à quitter leurs villages durant la guerre civile de 1975-1990, a annoncé qu'il suspendait le paiement des indemnités en raison de la propagation du nouveau coronavirus.

En outre, les Émirats arabes unis ont annoncé la suspension jusqu'à nouvel ordre de tous les vols à destination et en provenance du Liban et de trois autres pays. Il s'agit du cinquième pays du Golfe à prendre cette décision, après l'Arabie saoudite, Bahreïn, le Koweït et le Qatar.

Vendredi, le ministre de l’Éducation, Tarek Majzoub, avait demandé aux chefs d'établissements scolaires du pays de prolonger la fermeture de leurs institutions jusqu'au 22 mars prochain. De son côté, la ministre de la Justice, Marie-Claude Najm, a annoncé la prolongation de la suspension des audiences judiciaires jusqu'au 20 mars inclus. En outre, les banques ont fermé leurs portes au public aujourd'hui, afin d'effectuer des travaux de désinfection dans leurs locaux, selon l'Association des banques. Quant à la Banque du Liban (BDL), elle a appelé les établissements de crédit à valider "en priorité" les transferts bancaires servant à régler les achats de médicaments et des équipements médicaux nécessaires dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

Le ministère de l'Industrie a pour sa part mis en garde contre la présence sur le marché de solutions hydroalcooliques non-conformes aux standards requis, alors que ces solutions sous forme de gel sont très prisées à l'heure actuelle pour se désinfecter les mains. Le procureur financier Ali Ibrahim a ouvert une enquête sur cette affaire. Il convient enfin de rappeler que le ministre du Tourisme Ramzi Moucharrafiyé avait décidé la fermeture des pubs jusqu’au 15 mars, dans le prolongement de la décision prise la semaine dernière de fermer les boîtes de nuit et les cabarets.



Lire aussi

Séquestrés (in)volontaires, l'édito de Issa GORAIEB

L’amour au temps du corona, le billet de Médéa Azouri

À quoi correspondrait un « état d’urgence sanitaire » ?



Le président libanais Michel Aoun s'adressera solennellement aux Libanais dans la journée avant une réunion d'urgence du gouvernement pour annoncer de nouvelles mesures de protection contre la propagation du nouveau coronavirus au Liban, qui a enregistré 93 cas de...

commentaires (11)

Elissa on t’adore oui Nasrallah tu as amené aussi le coronavirus chez nous avec tes sbires Persans et vous les gens du CPL et complices le rendez vous avec l’histoire sera des plus mémorables car pour vous juger vous et Hezbollah le procès de Nuremberg sera une maternelle devant le grand collège expiatoire qui vous fera payer au centuple le mal fait à notre pays que vous essayez de distraire avec la corruption et autre malversation alors qu il y a pire messieurs celui d avoir vendu le pays et vous détournez les gens vers ceux qui se vendent .

PHENICIA

14 h 19, le 15 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Elissa on t’adore oui Nasrallah tu as amené aussi le coronavirus chez nous avec tes sbires Persans et vous les gens du CPL et complices le rendez vous avec l’histoire sera des plus mémorables car pour vous juger vous et Hezbollah le procès de Nuremberg sera une maternelle devant le grand collège expiatoire qui vous fera payer au centuple le mal fait à notre pays que vous essayez de distraire avec la corruption et autre malversation alors qu il y a pire messieurs celui d avoir vendu le pays et vous détournez les gens vers ceux qui se vendent .

    PHENICIA

    14 h 19, le 15 mars 2020

  • Y en a qui portent la poisse.... la poisse n'arrête pas... Bon sang, faut il faire un dessin?? ... Là où certains passent, ils sèment guerres, divisions, révolutions, destructions, morts, défaites, exils, maladies, occupations militaires syriennes à cause des divisions et super égo icommensurable , virus, faillites, banqueroutes ...Puis ils font la morale aux libanais.

    RadioSatellite.co

    13 h 28, le 15 mars 2020

  • Après l’allocution du président HN voilà que son subalterne daigne s’adresser aux citoyens mais pour leur annoncer quoi? Qu’ils seront séquestrés chez eux sans un sou et que les magasins alimentaires seront ouverts contrairement aux banques pour quelques heures mais pourquoi faire? Les gens étaient contraints de retirer 100 dollars par semaine qu’ils ont dépensé pour leurs besoins hebdomadaires et se retrouvent ainsi sans argent, cloîtrés chez eux pour se nourrir comment? Ce problème dépasse les politiques puisque eux ont de quoi se goinfrer sans se déplacer et prodiguent des instructions qui n’ont ni queue ni tête parce que comme d’habitude ils ne se sentent pas concernés par les malheurs du peuple. Ces recommendations devraient s’accompagner de mesures urgentes pour trouver une solution humanitaire afin que chaque citoyen puisse subvenir à ses besoins quotidiens pour se nourrir et nourrir ses enfants sinon ils iront les bouffer tout crus même si leur chair et pourri et n’est point comestible. Quand on a fait faim on ne fait pas les difficiles.

    Sissi zayyat

    11 h 34, le 15 mars 2020

  • FAUT AVANT TOUT AVOIR LE MATERIEL MEDICAL NECESSAIRE ET DES NOMBRES DE LITS TOUT AUSSI NECESSAIRES AVANT DE PARLER D,URGENCE SANITAIRE. LES CITOYENS DEVRAIENT SE CONFORMER AUX CONSIGNES DES AUTORITES SANITAIRES DU PAYS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 41, le 15 mars 2020

  • Assez original ce terme état d'urgence sanitaire L'important tout fermer pour une quinzaine de jours .

    Antoine Sabbagha

    07 h 37, le 15 mars 2020

  • Au fait... on espère qu’il parlera en libanais sans lire ses textes et sans engueuler les libanais comme la dernière fois ( il Les a invités à Quitter le liban si aucun député / parti ne leur plait) Bref... le bla bla en arabe littéraire lu ? C’est déplacé pour un cas pareil , de crise pareilles ...faut qu’il parle la langue des gens pour que les cultivés et moins chanceux en matière linguistiques puissent comprendre cette grave situation. Il ne parle pas aux arabes mais aux libanais Espérons que qq1 de ses conseillers lira et lui transmettra ce besoin libanais et dialecte libanais

    RadioSatellite.co

    04 h 55, le 15 mars 2020

  • Macron et Edouard Philippe ont parlé Aoun imite. MAIS la france a assuré un salaire 100% assuré à tous les salariés qui resteront chez eux pour garder les enfants cause fermeture écoles... AOUN va assurer? et payer les salaires ? de ceux qui n’iront pas au boulot ? Puis Les supermarchés et magasins alimentaires restent ouverts NORMALEMENT en France... Limiter l’ouverture à certaines heures, au liban, signifie une bousculade et foule énorme qui va se transmettre le virus... PAS FUTE FUTE les gars..

    RadioSatellite.co

    04 h 48, le 15 mars 2020

  • En fait, ca doit bien faire l'affaire du gouvernement...plus de rassemblement plus de contestation plus de peuple dans les rues... Coronavirus recevra sûrement la médaille du mérite des plus hautes autorités...

    Wlek Sanferlou

    03 h 24, le 15 mars 2020

  • Excellente initiative , le Liban fera donc exactement ce que le gouvernement du Québec vient de décider : Une fermeture totale de deux semaines . Le Liban fait mieux que les pays les plus développés .

    Chucri Abboud

    02 h 52, le 15 mars 2020

  • Are they planning on closing the banks and exchange bureaus too? How are people supposed to afford grocery shopping?

    Mireille Kang

    01 h 02, le 15 mars 2020

  • Tout ça pue l’amateurisme de masse. D’accord, on interdit les rassemblements de masse et on ferme les lieux publics, restaurants, etc. Jusque là ça va. Mais... les gens sont organiques. Donc ils doivent manger. S’ils ne travaillent plus, ils ne reçoivent plus de salaire. Donc pas de sous. Donc pas de nourriture. Vous me suivez? En résumé, des mesures pour éviter la propagation du coronamachin, sans plan de subvention des citoyens, relèvent plus du populisme de vas étage que d’une véritable et responsable gestion de crise.

    Gros Gnon

    22 h 08, le 14 mars 2020