Rechercher
Rechercher

Campus - Sports extrêmes

« Osez vous jeter à l’eau »

La jeune Libano-Hongroise Léa Dahrouge multiplie les initiations aux sports extrêmes, sort des sentiers battus et parcourt le monde en quête d’inédit.

Léa Dahrouge lors de son voyage en Belgique en août 2019. DR

Amatrice de sensations fortes, Léa Dahrouge ne cesse de découvrir, depuis la fin de son adolescence, les joies des sports extrêmes. « Enfant, j’aimais plus que tout me retrouver en pleine nature. Je dormais à la belle étoile, je construisais des cabanes et j’adorais participer à des colonies », se souvient la jeune sportive. Encouragée par sa famille, elle multiplie ses activités extrascolaires en se mettant à la gymnastique, à la natation et à l’équitation et en jouant au football, au tennis et au ping-pong. Alors qu’elle est étudiante en marketing, publicité et vente à l’Université Saint-Joseph (USJ), Léa découvre les sports de l’eau, les sports aériens et l’escalade pour lesquels elle se passionne. La jeune femme pratique un panel d’activités qui, rappelons-le, ne sont pas réservées uniquement aux hommes. « Avec le spéléo club du Liban, j’ai été initiée à la spéléologie qui consiste à explorer les cavités souterraines, je fais également de la plongée pour découvrir la richesse du monde sous-marin et du skydiving (parachutisme) pour voir le monde d’en haut », raconte Léa qui possède des licences pour pratiquer ces activités à risque.


(Lire aussi : « Être féministe, ce n’est pas haïr le genre masculin »)


Découvrir le monde autrement

« Ma pratique des sports extrêmes m’a incitée à voyager dans de nombreux pays où j’ai pu admirer des paysages époustouflants et vivre des aventures humaines inédites », annonce la jeune femme. Ainsi, Léa a pu sauter jusqu’à 30 fois d’un avion pour voir, du ciel, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, Dubaï et Abou Dhabi. « Le skydiving est l’activité que j’aime particulièrement pour tout ce qu’elle apporte comme sensations physiques. Malheureusement, elle n’est pas proposée au Liban et, bien que je sois formée pour pouvoir sauter partout dans le monde, je n’ai pas les moyens de voyager autant que je le souhaite », regrette la sportive en quête d’adrénaline. Pour financer ses voyages, Léa Dahrouge ne manque pas d’idées et surtout d’initiatives : « Afin de pouvoir tenter l’expérience frissonnante de faire de la plongée avec les requins aux Bahamas, j’ai travaillé l’an dernier, pendant un mois, dans les cuisines d’un restaurant gastronomique situé sur l’île de New Providence. Et je ne le regrette pas du tout », note la jeune femme. De même, pour bénéficier d’un sponsoring pour ses séances de skydiving à Dubaï, Léa a accepté tout récemment de jouer dans l’équipe libanaise féminine de football, Safa.

Chacun des voyages qu’elle effectue permet à la jeune femme de rentrer au pays avec des souvenirs indélébiles et une confiance renforcée en ses capacités physiques : « Je suis loin d’oublier les grottes que j’ai visitées au Mexique et en Turquie, la fierté d’avoir eu le courage de descendre jusqu’à 300 mètres sous terre, en combattant la fatigue et le froid, et la joie de découvrir la beauté de ce que cache la terre dans ses entrailles », s’émerveille Léa qui n’a qu’une hâte, tenter à nouveau ce type d’expérience.


Lire aussi : « La domination patriarcale a été affaiblie avec la révolution »)



Faire le pont entre sa passion et son travail

Titulaire, en 2014, d’une licence en marketing, publicité et vente et, en 2017, d’un master en marketing et communication, tous deux de l’USJ, Léa Dahrouge travaille, depuis 2014, au service de la communication du sport de cette même université. « Il est important pour moi d’avoir un travail en rapport avec ma passion », souligne la jeune joueuse professionnelle de futsal dans l’équipe nationale libanaise et dans l’équipe de première division de l’USJ. Si la jeune Libano-Hongroise adore s’envoler pour d’autres contrées, c’est au Liban qu’elle préfère vivre : « Pour le moment, dit-elle, j’ai choisi de m’établir au pays du Cèdre auquel je suis très attachée, mais je n’écarte pas l’idée de m’installer, dans quelques années, dans un pays où je pourrais travailler comme skydiver professionnelle. » Cette amoureuse inconditionnelle du sport conseille enfin à toute personne attirée par un sport extrême de se lancer dans l’aventure : « Prenez votre courage à deux mains, renseignez-vous sur l’activité qui vous intéresse et osez vous jeter à l’eau, l’expérience vaut la peine d’être vécue. »

Pour suivre Léa Dahrouge sur Instagram : https://www.instagram.com/MyLifeAMoi

Page Campus En partenariat avec



Lire aussi

« Il faut que les hommes dans ce pays prennent conscience que les femmes veulent exister elles aussi »

« Osez vous jeter à l’eau »

Amatrice de sensations fortes, Léa Dahrouge ne cesse de découvrir, depuis la fin de son adolescence, les joies des sports extrêmes. « Enfant, j’aimais plus que tout me retrouver en pleine nature. Je dormais à la belle étoile, je construisais des cabanes et j’adorais participer à des colonies », se souvient la jeune sportive. Encouragée par sa famille, elle multiplie ses...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut