Liban

Matières premières : les industriels libanais obtiennent le déblocage de 100 millions de dollars

"Ces liquidités vont avoir des conséquences positives, notamment le renforcement de la production de biens au Liban au lieu de leur importation, et la création d'opportunités d'emploi malgré la situation socio-économique du pays", déclare le ministre de l'Industrie.

Le ministre libanais de l'Industrie, Imad Hoballah, et le président de l'Association des industriels au Liban (AIL), Fady Gemayel, lors d'une conférence de presse à Beyrouth, le 2 mars 2020. Photo Ani

Le ministre libanais de l'Industrie, Imad Hoballah, et le président de l'Association des industriels au Liban (AIL), Fady Gemayel, ont annoncé lundi que 100 millions de dollars de liquidités avaient été débloqués pour l'achat de matières premières, alors que le secteur industriel est durement touché par la crise économique que traverse le Liban, la plus grave depuis 30 ans.

"Le Premier ministre Hassane Diab a tenu sa promesse et a réussi, après avoir pris contact avec la Banque du Liban, à débloquer 100 millions de dollars de liquidités afin d'assurer l'approvisionnement de matières premières aux industriels", a déclaré M. Gemayel lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Hobballah.

"Ces liquidités vont avoir des conséquences positives, notamment le renforcement de la production de biens au Liban au lieu de leur importation, et la création d'opportunités d'emploi malgré la situation socio-économique du pays", a déclaré de son côté le ministre de l'Industrie. 

Les associations d’industriels, de commerçants et d’entrepreneurs se mobilisent depuis des semaines pour réclamer des mesures d’urgence pour faire face à la crise. En janvier dernier, plusieurs milliers d'acteurs du secteur industriel, employés et patrons, venus de l'ensemble du pays s'étaient rassemblés pour un grand événement au Seaside Arena (l'ex-Biel) et tiré la sonnette d'alarme concernant la situation du secteur.

Au Liban, le secteur industriel, qui pèse environ 10 % du PIB du pays, emploie 150 000 personnes, selon l’association.

Le Liban vit sa plus grave crise économique et financière depuis la guerre civile, qui s’est muée depuis la fin de l’été en crise de liquidités, se matérialisant par une limitation drastique de la circulation du dollar. Sur le terrain, plusieurs entreprises ont décidé de réduire les salaires de leurs employés, parfois de 50 % pour les mois de novembre et décembre et/ou de licencier une partie de leur personnel.



Lire aussi

Le secteur privé réclame plus de transparence de la part de la BDL

Crise : Hassane Diab recueille des doléances du secteur privé

Forte mobilisation des industriels contre les restrictions bancaires et l’inertie de l’État



Le ministre libanais de l'Industrie, Imad Hoballah, et le président de l'Association des industriels au Liban (AIL), Fady Gemayel, ont annoncé lundi que 100 millions de dollars de liquidités avaient été débloqués pour l'achat de matières premières, alors que le secteur industriel est durement touché par la crise économique que traverse le Liban, la plus grave depuis 30...

commentaires (3)

Il me semble que le peuple libanais ne fait pas assez de sacrifices en ces temps de prospérité. Relancer les moyens de production est une bonne idée qui a été trop peu exploitée ces trente dernières années. Il ne leur reste plus qu'à régler les problèmes du pouvoir d'achat, des ordures, de l'absence de décentralisation, des carrières, etc...

Georges Olivier

20 h 15, le 02 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Il me semble que le peuple libanais ne fait pas assez de sacrifices en ces temps de prospérité. Relancer les moyens de production est une bonne idée qui a été trop peu exploitée ces trente dernières années. Il ne leur reste plus qu'à régler les problèmes du pouvoir d'achat, des ordures, de l'absence de décentralisation, des carrières, etc...

    Georges Olivier

    20 h 15, le 02 mars 2020

  • ET L,ARGENT DES PROPRIETAIRES DES DEPOTS BANCAIRES...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 15, le 02 mars 2020

  • Ça fait le salaire minimum pour chacun des 150'000 employés du secteur pour un mois. Génial!...

    Gros Gnon

    17 h 54, le 02 mars 2020