Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Eurobonds : la semaine prochaine sera "cruciale", selon Diab

Le Premier ministre insiste sur l'importance de mettre en place un mécanisme de nominations administratives "sans interférence politique". 

Le gouvernement libanais réuni sous la présidence du chef de l'Etat, Michel Aoun, au palais de Baabda, le 28 février 2020. Photo Dalati et Nohra

Le Premier ministre libanais Hassane Diab, a affirmé vendredi, lors d'un Conseil des ministres à Baabda, que le gouvernement n'avait pas encore pris de décision concernant le remboursement d'une première série d'eurobonds, dont l'échéance est prévue le 9 mars, ajoutant que la semaine prochaine sera "cruciale".

"Le chef du gouvernement a confirmé qu'aucune décision n'a été prise concernant les eurobonds et tout ce qui a été annoncé (dans la presse, ndlr) est erroné", a rapporté la ministre de l'Information, Manal Abdel Samad, à l'issue de la réunion gouvernementale. Elle a souligné que M. Diab "continue d'étudier toutes les éventualités" et qu'il estime que la semaine prochaine sera "cruciale".

Depuis plusieurs semaines, les cercles économiques et politiques au Liban débattent de l’opportunité, dans un contexte de crise économique et financière aiguë, de rembourser la série d’eurobonds arrivant à échéance le 9 mars. Certains milieux prônent de négocier dès à présent avec les créanciers de l’État une restructuration de la dette. Hier, des informations contradictoires ont circulé dans la presse concernant un éventuel délai de grâce demandé par le cabinet avant de prendre cette décision. 

Dans ce cadre, le gouvernement a fait appel à deux cabinets de conseil, pour l'épauler dans cette procédure. Le pays croule sous une dette avoisinant les 92 milliards de dollars, soit plus de 150 % du PIB. Le pays a demandé l'assistance technique du Fonds monétaire international (FMI) pour évaluer ses options. Une équipe du FMI a effectué une visite de 4 jours au Liban (du 20 au 24 février) au cours de laquelle elle s'est entretenue du dossier avec les responsables. Toutefois, aucune décision n'a été prise en matière d'aide financière de la part de l'institution, éventualité contre laquelle le Hezbollah a clairement marqué son opposition.

Dans ce contexte, la ministre de la Justice, Marie-Claude Najm, a affirmé après le Conseil des ministres que le choix par le gouvernement des cabinets Lazard et Cleary Gottlieb Steen & Hamilton LLP pour l’épauler dans le processus de restructuration de la dette "se base sur l'expérience et la compétence" de ces deux sociétés. 



(Lire aussi : Restructuration de la dette : les dessous de l’appel d’offres remporté par Lazard et Cleary Gottlieb)



Nominations
Concernant les nominations administratives et judiciaires, qui étaient à l'ordre du jour du Conseil, le Premier ministre a insisté sur l'importance de mettre sur pied un mécanisme "clair et transparent" permettant de choisir les personnes les plus compétentes possibles, "sans aucune interférence politique".
A sa sortie du Conseil, le ministre de la Culture et de l'Agriculture, Abbas Mortada, a annoncé que les nominations urgentes se feraient "selon l'ancien système", en attendant l'adoption par le Parlement d'une loi encadrant un nouveau mécanisme.

Au Liban, les nominations de fonctionnaires à tous les niveaux de pouvoir font l'objet de querelles politiques. Le nominations, surtout dans le secteur judiciaire, sont très attendues, alors que les Libanais réclament, dans le cadre du mouvement de contestation contre les dirigeants lancé le 17 octobre, une justice indépendante et libre de toute ingérence politique.

Par ailleurs, au début de la réunion gouvernementale, le président libanais, Michel Aoun, est revenu sur la "journée historique", selon ses propos, vécue hier au Liban, avec le début des forages dans le bloc 4 de la zone économique exclusive libanaise, dans le cadre de l'exploration pour des hydrocarbures. Il a exprimé son optimisme quant à l'impact de ces travaux sur l'avenir économique" du pays.



(Repère : II. Qu’est-ce qu’une restructuration de la dette ?)



Fermeture des écoles ?
Sur le plan de la prévention contre la propagation du nouveau coronavirus, Mme Abdel Samad a annoncé que le ministre de l'Education, Tarek Majzoub, devrait faire part, "dans les 48 heures à venir", de sa décision concernant une éventuelle fermeture des écoles. Cette fermeture, si elle est approuvée par le ministre Majzoub, en coopération avec la commission ministérielle chargée de la gestion de cette crise sanitaire, serait d'une semaine et pourrait être appelée à être prolongée.

"Nous allons intensifier les mesures de prévention contre le nouveau coronavirus, surtout en ce qui concerne les personnes arrivant au Liban", a ajouté Mme Abdel Samad.

Plus tôt dans la journée, le Liban avait temporairement suspendu l'entrée sur son territoire de voyageurs venus d'Iran, d'Italie, de Chine et de Corée du Sud, les principaux foyers de contamination du nouveau coronavirus, à l'exception des Libanais et des résidents étrangers au Liban. Le troisième cas d’infection par le Covid-19 concerne un ressortissant iranien de 77 ans, arrivé à Beyrouth à bord d’un vol en provenance de son pays, lundi.

La présidence du Conseil a par ailleurs publié, à l'attention de toutes les administrations du pays, un document reprenant toutes les mesures à observer pour faire face à cette épidémie. 



Lire aussi
Coronavirus : le Liban suspend l'entrée des voyageurs étrangers en provenance des pays les plus touchés

Diab va-t-il réussir à faire prévaloir son autonomie ?


Le Premier ministre libanais Hassane Diab, a affirmé vendredi, lors d'un Conseil des ministres à Baabda, que le gouvernement n'avait pas encore pris de décision concernant le remboursement d'une première série d'eurobonds, dont l'échéance est prévue le 9 mars, ajoutant que la semaine prochaine sera "cruciale". "Le chef du gouvernement a confirmé qu'aucune décision n'a été prise...

commentaires (1)

SANS DES REFORMES ECONOMICO-POLITICO-FINANCIERES PERSONNE N,AIDERA NOTRE PAYS.

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

23 h 21, le 28 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • SANS DES REFORMES ECONOMICO-POLITICO-FINANCIERES PERSONNE N,AIDERA NOTRE PAYS.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    23 h 21, le 28 février 2020

Retour en haut