Un peu plus

L’arnaque

Anwar AMRO/AFP

« Ton argent est placé dans quelle banque ? » « Allo ? Combien de dollars je peux retirer ? » « En voyage, c’était quoi ta limite ? Le mois dernier c’était 2 000, puis ils sont passés à 1 000 puis à 500 et on m’a dit que ce serait désormais 100 sur les cartes de crédit. » Voilà le sujet principal de toutes les conversations en ce moment.

Aujourd’hui, plus personne n’accorde de crédit à son banquier. Plus personne n’a confiance. Les banques font ce qu’elles veulent dans l’illégalité la plus totale. Les rumeurs vont bon train : « Ils vont convertir les comptes en dollars en livres libanaises » ; « On ne peut plus retirer des dollars transférés après le 1er janvier » ; « Ils vont faire des haircuts » (même si avec le marché noir, c’est déjà fait) ; « Certaines banques vont fermer ». C’est à ne plus rien comprendre. D’un jour à l’autre, les règles changent sans que les clients ne soient prévenus. On peut se trouver dans un hôtel à Paris et se retrouver dans l’impossibilité de payer sa chambre à la fin du séjour. « Désolés, nous sommes libanais. » Et à l’étranger, même si nous avons une double nationalité mais que nous résidons au Liban, on nous répond : « Oubliez madame, vous ne pouvez pas ouvrir de compte chez nous. » L’humiliation, encore l’humiliation, toujours l’humiliation. Sentiment que ne connaissent ni les propriétaires des banques ni leurs familles. Eux, ils n’ont pas de plafond et ne soyons pas crédules, leur fric n’est plus au Liban depuis longtemps. D’ailleurs, ne font-ils pas partie de ceux qui ont viré deux milliards de dollars en octobre dernier ?

Ce que vivent les Libanais est insupportable. Licenciements, inflation, corruption, injustice, mépris, qualité de vie merdique, impossibilité de payer les travailleurs étrangers, et cette peur indéfinissable du lendemain. Et pendant ce temps, certains banquiers et/ou leurs familles s’installent à l’étranger, achètent des appartements à deux millions d’euros, s’offrent des voyages et continuent à vivre dans leurs bulles après avoir bien profité du schéma de Ponzi. Et pendant ce temps, les Libanais crèvent de faim. Mais ça, ils s’en foutent. Comme s’en contrefoutent nos politiciens qui ont pénétré de force au Parlement pour un vote de confiance abject. Rien de ce que le peuple a demandé n’a été entendu. Rien de ses souffrances. Et pendant ce temps, on continue à faire la queue devant les guichets pour mendier 100 ou 200 dollars.

Jusqu’où iront les banques ? Jusqu’à quand continueront-elles à nous voler notre argent ? Jusqu’à quand nous empêcheront-elles de retirer quelques malheureux dollars d’un pays étranger ? Parce que selon elles, il est anormal de vouloir accéder à son argent. Anormal de vouloir faire des virements pour payer des fournisseurs. Anormal de souhaiter inscrire ses enfants à l’université, depuis le 17 octobre. Anormal de devoir payer des traites dans n’importe quel autre pays que le nôtre. Et pendant ce temps, nous sommes entrés dans l’ère de l’arnaque. Les prix flambent, même ceux des productions locales. Comme si un kilo de haricots verts était importé de Suisse et qu’il était tout à fait légitime de le facturer 13 000 LL. Comme s’il était tout à fait réglementaire d’être obligé de payer en dollars ou en cash le mazout ou un réfrigérateur, sa facture de téléphone ou un billet MEA dont les prix sont les plus chers parmi les compagnies d’aviation. Billet que l’on doit régler dans une de leurs agences parce que leur site web est considéré comme étant un site international. Donc, le plafond ayant été atteint en dépenses sur Netflix, Toters (basés à Washington), Amazon, Apple ou n’importe quel site étranger, vaut mieux avoir de jolis billets de 100 000 LL.

Nous sommes pris en otages. Quelle ironie quand on pense au nombre de highjacks qui ont eu lieu dans des banques. Là, ce sont les banques qui nous emprisonnent. Nous empêchant de vivre décemment, de partir et donc de dormir. Les Libanais sont devenus insomniaques et se réveillent en sursaut chaque matin d’une longue journée d’incertitudes. Entre le gouvernement qui veut payer les eurobonds, le FMI qui débarque, le Hezbollah qui attend patiemment que le pays s’écrase en jouant avec nos nerfs, les aounistes qui déclarent qu’on ne leur a rien laissé faire, Hariri qui s’amuse, accompagné de ses acolytes de toujours, les FL et autres PSP. Et pendant ce temps, les Libanais quémandent leur argent. Argent volé par les politiciens et les banques, dans l’indifférence générale.


« Ton argent est placé dans quelle banque ? » « Allo ? Combien de dollars je peux retirer ? » « En voyage, c’était quoi ta limite ? Le mois dernier c’était 2 000, puis ils sont passés à 1 000 puis à 500 et on m’a dit que ce serait désormais 100 sur les cartes de crédit. » Voilà le sujet principal de toutes les conversations en ce...

commentaires (11)

N'importe quel lecteur parmi nous aurait pu écrire un article pareil, tellement il est réel et vécu. Les libanais, tous, en dehors de la caste des banquiers et des politiciens véreux complices dans ce vol du peuple subissent le hold up de l'histoire du pays. Mais qui parmi nous possède la force de changer les choses ? On assiste impuissant à la destruction du pays depuis bien plus de 30 ans , on assiste impuissant à pouvoir réagir efficacement à cette arnaque sans nom. On est victime d'un esprit libanais mauvais, que l'on soit pour ou contre la résistance, pour ou contre l'opposition pour ou contre un axe par rapport à un autre. SOUS LES PAVÉS LA RAGE DE L'ORAGE .

FRIK-A-FRAK

18 h 13, le 23 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • N'importe quel lecteur parmi nous aurait pu écrire un article pareil, tellement il est réel et vécu. Les libanais, tous, en dehors de la caste des banquiers et des politiciens véreux complices dans ce vol du peuple subissent le hold up de l'histoire du pays. Mais qui parmi nous possède la force de changer les choses ? On assiste impuissant à la destruction du pays depuis bien plus de 30 ans , on assiste impuissant à pouvoir réagir efficacement à cette arnaque sans nom. On est victime d'un esprit libanais mauvais, que l'on soit pour ou contre la résistance, pour ou contre l'opposition pour ou contre un axe par rapport à un autre. SOUS LES PAVÉS LA RAGE DE L'ORAGE .

    FRIK-A-FRAK

    18 h 13, le 23 février 2020

  • Il y a les voleurs et les receleurs. Sans les receleurs, le vol ne peut pas prospérer. Au Liban, les receleurs ce sont les banques ( ou les banquiers). BDL et autres. Au lieu de crier tous pourris, ce qui est inefficace, le peuple devrait réclamer le contrôle des comptes des banques. Mais pour cela il lui faut des leaders sincères et non pas corrompus.

    NASSER Rada Liliane

    16 h 43, le 22 février 2020

  • Il y a les voleurs et les receleurs. Sans les receleurs, le vol ne peut pas prospérer. Au Liban, les receleurs ce sont les banques ( ou les banquiers). BDL et autres. Au lieu de crier tous pourris, ce qui est inefficace, le peuple devrait réclamer le contrôle des comptes des banques. Mais pour cela il lui faut des leaders sincères et non pas corrompus.

    NASSER Rada Liliane

    16 h 42, le 22 février 2020

  • Eh oui encore et toujours l'humiliation !

    Brunet Odile

    16 h 12, le 22 février 2020

  • C’est la faute des libanais qui se laisse bouffer. Dans un autre pays les 4 millions et demi de citoyens seraient dans la rue en train de bouffer du politique. Mais vu la division du peuple ce sont eux qui vont en faire leur meilleur festin. Puisqu’il y’a 24 heures des illuminés manifestaient en réponse aux claquements de leurs doigts pour bien montrer la cission de la nation. Traitre un jour, traitre toujours. Même si le pays sera rongé par le virus, ils accuseront les autres de leur négligence et leur trouveront des circonstances atténuantes. Aveugle un jour, aveugle pour toujours. SOUS LES PAVÉS LES ÉGOUTS.

    Sissi zayyat

    16 h 05, le 22 février 2020

  • Le génocide est défini juridiquement comme étant la "Destruction méthodique d'un groupe humain." Les libanais, toutes classes confondues, sont les victimes d'un vrai génocide financier qui leur a ôté tous les moyens de survivre. Ce génocide financier a compromis leur nourriture, les études de leurs enfants, leurs soins médicaux et tout ce qui est nécessaire pour leur subsistance. La clique qui a perpétré ce génocide est justiciable dans tous les pays du monde civilisé. Ils nous reste à espérer que des organisations humanitaires internationales se mobiliseront pour demander que les tribunaux mettent en jugement ceux qui l'ont perpétré et les punissent.

    Moussalli Georges

    15 h 34, le 22 février 2020

  • -je cite Dr Sack dont la doctrine n’a pas pénétré le droit international en tant que règle de droit , doctrine qui voulait que les nouveaux dirigeants politiques puissent faire defaut de paiement de dettes heritees de leurs predecesseurs convaincus de fraude,corruption ou autres arsenal- . MEME SI cette doctrine etait applicable, la juridiction libanaise pourrait difficilement mettre en execution des sentences a l'encontre de nos chers responsables. alors quoi ? comme cet article de mme Azouri le laisse entendre : WE ARE F.... nous sommes fichus !

    gaby sioufi

    13 h 10, le 22 février 2020

  • QUAND ON DIT QU,ILS SONT DES LSSSSOUSSSS C,EST QU,ILS SONT DES LSSSSOUSSSS ! OU EST LA JUSTICE ET QUI VA DEDOMMAGER ET RENDRE AU PEUPLE CE QUI EST AU PEUPLE ? LES GRANDS, DE LA TETE DE L,ECHELLE AU PLUS PETIT ILS SONT DE LA PARTIE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 57, le 22 février 2020

  • on prend les libanais en otage ,qu'ils prennent leurs dirigeants en otage! c'est a dire qu'ils les mettent dans les memes conditions: pas plus de 100 ou 200 dollars! de quoi les faire réfléchir! idem pour les banquiers véreux!J.P

    Petmezakis Jacqueline

    09 h 56, le 22 février 2020

  • La Guillotine et rien d'autre. Tout le reste est du blablabla....

    Tabet Karim

    09 h 31, le 22 février 2020

  • C’est comme ça que le communisme a commencé au siècle dernier...

    Gros Gnon

    09 h 06, le 22 février 2020