Rechercher
Rechercher

Économie - Dette

S&P maintient la note du Liban à « CCC »

Le mois dernier, S&P avait dégradé d’un cran la note du Liban de « B- » à « CCC ». Photo Brendan McDermid/Reuters

Standard & Poor’s (S&P), l’une des trois agences de notation américaines avec Moody’s et Fitch, a maintenu vendredi soir la note du Liban à CCC/C, avec perspective négative, au moment où le pays entame son troisième mois de révolte populaire contre le pouvoir politique, et dans un contexte de crise économique, financière et monétaire aiguë.

« Le Liban pourrait faire face à des options politiques difficiles concernant les systèmes monétaires et bancaires à l’avenir », prévient l’agence de notation. « Les dangers de la vacance politique prolongée (le retard dans la formation d’un nouveau gouvernement, NDLR) augmente l’ambiguïté qui entoure les politiques (économiques, financières et monétaires) », relève-t-elle encore. « Le système de partage du pouvoir basé sur la religion au Liban peut retarder toute solution politique concernant la formation du gouvernement », a également estimé l’agence, ajoutant que « les éventuelles réformes pourraient ne pas suffire à trouver une solution fondamentale aux grandes pressions financières et économiques ».

Le mois dernier, S&P avait dégradé d’un cran la note du Liban de « B- » à « CCC » et maintenu sa surveillance avec « implication négative ». L’agence avait fait valoir la baisse de confiance « dans la gouvernance libanaise et dans son économie » auxquelles elle attribue la diminution des dépôts bancaires constatée à fin septembre. En outre, cette semaine, S&P a dégradé de plusieurs crans, de « CCC » à « SD » (défaut sélectif), la notation des trois banques libanaises qu’elle observe, à savoir Bank Audi, BLOM Bank et Bankmed, sur les dépôts bancaires à long terme en livres libanaises et en devises. La notation à court terme a également été révisée de « C » à « SD ».

Fitch, qui a dégradé en décembre la note souveraine du pays pour la deuxième fois de l’année (de « B- » à « CCC », puis de « CCC » a « CC » a également abaissé à « SD » les banques libanaises qu’elle observe, « Bank Audi » et « Byblos Bank ». Moody’s, note le pays « Caa2 » depuis début novembre, mais a récemment dégradé les notations des trois banques qu’elle évalue – Bank Audi, BLOM Bank et Byblos Bank – de « Caa2 » à « Ca ». Les trois agences ont justifié leurs décisions respectives d’abaisser les notes des banques du pays dans des proportions supérieures à celle de l’évaluation souveraine en pointant du doigt la circulaire n° 536 de la Banque du Liban (voir par ailleurs) à travers laquelle elle permet notamment au secteur de payer en livres libanaises la moitié des intérêts des dépôts en devises de leurs clients. Enfin les agences ne notent que les banques qui soumettent leur candidature pour figurer dans la liste des établissements observés, « dans un souci de transparence », selon plusieurs banquiers.


Lire aussi
Un défaut de paiement de l’État libanais n’est pas inévitable, selon Goldman Sachs


Standard & Poor’s (S&P), l’une des trois agences de notation américaines avec Moody’s et Fitch, a maintenu vendredi soir la note du Liban à CCC/C, avec perspective négative, au moment où le pays entame son troisième mois de révolte populaire contre le pouvoir politique, et dans un contexte de crise économique, financière et monétaire aiguë.« Le Liban pourrait faire...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut