X

Liban

Geagea renvoie la balle à Nasrallah : « Vous seul pouvez aider le gouvernement »

Partis

Après le PSP et le Futur, les FL se prononcent pour des élections anticipées.

18/02/2020

Depuis que le gouvernement Diab a obtenu la confiance du Parlement, les forces politiques sont passées à la vitesse supérieure au niveau du processus de repositionnement engagé avec la mise en place d’un cabinet composé de technocrates choisis cependant par les partis du 8 Mars.

Justifié principalement par l’éclatement politique consécutif à la dégradation financière et économique et aux bouleversements induits par le soulèvement populaire du 17 octobre, ce processus touche en premier lieu les partis directement concernés par le compromis présidentiel, officiellement enterré par le chef du courant du Futur et ancien Premier ministre, Saad Hariri, à la faveur de son discours du 14 février, dans lequel il avait tiré à boulets rouges contre le chef du CPL, Gebran Bassil. Le courant du Futur, et avant lui, les Forces libanaises – les deux principaux acteurs du compromis qui avaient permis de hisser le président Michel Aoun à la tête de la République – de même que le PSP se placent chacun dans l’opposition au cabinet, sans pousser cependant celle-ci au point de former un front commun contre un camp politique, celui du 8 Mars, auquel ils font assumer la responsabilité d’une accélération de l’effondrement économique et financier du pays.

Pas de front unifié d’opposition donc entre ces trois formations – auxquelles les Kataëb auraient pu d’ailleurs s’associer – pour des considérations liées à chacune d’entre elles, quand bien même elles se retrouveraient autour d’une même revendication fondamentale, celle de l’organisation d’élections anticipées.

Souhaitées principalement par la contestation populaire, celles-ci risquent fort d’être au cœur d’une épreuve de force politique au cours des prochains mois. Le CPL, le Hezbollah et Amal restent fortement opposés à une consultation populaire anticipée qui risque de porter un coup à la majorité parlementaire qu’ils constituent, conspuée et sérieusement malmenée par la rue. Si le courant du Futur et le PSP se sont contentés d’appeler à des élections anticipées, pour les Forces libanaises – dont les ministres avaient démissionné trois jours seulement après le début du soulèvement populaire, se conformant ainsi à la volonté populaire – cette échéance est tributaire de ce que le nouveau gouvernement va commencer à réaliser pour freiner l’effondrement.

D’aucuns estiment en effet que l’équipe Diab, handicapée par le parrainage politique qui a favorisé sa naissance, n’aura pas les coudées franches pour prendre tout l’éventail de mesures indispensables pour un début de sauvetage. Les Forces libanaises veulent cependant lui accorder le bénéfice du doute, partant du principe qu’il n’en faudra pas beaucoup à Hassane Diab pour montrer qu’il a – ou n’a pas – les moyens de son ambition.


(Lire aussi : Nasrallah exhorte les partis libanais à mettre les conflits politiques de côté)


« Cinq mesures réalisables rapidement »

Dans une conversation à bâtons rompus hier avec un groupe de journalistes à Meerab, leur chef, Samir Geagea, a procédé à une lecture à froid de la conjoncture locale, tout en adressant des messages politiques dans plusieurs directions, notamment au chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui avait appelé dimanche les parties politiques à mettre de côté leurs conflits pour aider le gouvernement à sortir le pays de la crise aiguë dans laquelle il est empêtré.

Le chef des FL croit fermement que la situation catastrophique dans laquelle le pays se trouve est « réversible » pour peu qu’existe une volonté politique de laisser le cabinet s’attaquer rapidement aux dossiers pouvant donner à l’Occident un premier signal de volonté sérieuse de réformes. Il insiste sur le fait que le Liban dispose de nombreux potentiels lui permettant de se remettre sur pied. Le gouvernement peut d’ores et déjà s’attaquer à cinq dossiers dans la perspective d’une réduction sensible des dépenses, explique M. Geagea qui cite en premier celui, très délicat, d’un lifting d’une administration pléthorique, qui compte une armada de fonctionnaires désignés à leurs postes pour des considérations clientélistes. « Le gouvernement peut régler en premier le dossier des recrutements abusifs documentés », insiste-t-il, en allusion aux 5 300 fonctionnaires embauchés frauduleusement, au mépris de la loi gelant les recrutements au sein de l’administration.

La fermeture des voies de passage frontalières illégales grâce auxquelles la contrebande s’est développée entre le Liban et la Syrie est également indispensable, selon Samir Geagea. « Je ne parle pas des voies de passage considérées stratégiques, dit-il en allusion à celles qui permettent la circulation des combattants et des armes du Hezbollah, mais de celles qui font perdre au Liban entre 100 et 200 millions de dollars par an. » « Tout le monde connaît les réseaux et les circuits », affirme-t-il.

Le chef des FL préconise aussi un changement au niveau de la direction des douanes, « pour une meilleure gestion de ce secteur où le gaspillage et la corruption coûtent à l’État jusqu’à un milliard de dollars par an ». Il juge tout aussi indispensable la constitution, dans les délais les plus brefs, des deux comités de régulation des secteurs de l’électricité et des télécommunications et plaide pour une redynamisation des secteurs productifs tels que la MEA et les télécoms en y associant des compagnies internationales, pour de meilleurs rendements qui permettront à l’État, à terme, de les transformer en société anonymes.Sauf que pour que être réalisables, ces mesures nécessitent une décision politique que les parrains du gouvernement sont en mesure de lui assurer, selon lui. Toutefois, le chef des FL voit dans le discours de Hassan Nasrallah le début d’une « tentative de se dérober à ses responsabilités » à partir du moment où ce dernier considère que les loyalistes et l’opposition doivent aujourd’hui unir leurs forces pour aider le cabinet à démarrer. Il lui renvoie la balle en considérant qu’« un gouvernement monochrome devrait avoir tous les atouts pour réussir », et insiste sur le fait que « c’est Hassan Nasrallah qui peut aujourd’hui aider l’équipe Diab ».


L’assistance du Hezbollah à Diab

Cette assistance passe selon lui par trois phases inévitables. Le chef du Hezbollah devrait, dit-il, lever « la couverture qu’il assure à son allié », le CPL. « Il ne faut pas détruire le pays, rien que pour ménager Gebran Bassil et obtenir l’appui du CPL », lance Samir Geagea, qui rappelle les contestations « timides » des ministres du Hezb sur certains éléments du plan de redressement de l’électricité auxquels eux-mêmes et les FL s’opposaient.

Le Hezbollah, a-t-il enchaîné, devrait se retirer des conflits qui secouent la région, « parce qu’il ne faut pas se leurrer : aucun pays (arabe) ne va aider un État dont une composante est en train de le combattre. Il doit aussi permettre à l’État de récupérer son pouvoir de décision stratégique ». Sans compter les risques que les armes de haute précision détenues par le Hezb et qui suscitent des inquiétudes en Israël, font peser sur le Liban, relève-t-il en substance.Pour Samir Geagea, si le gouvernement n’entreprend aucune des mesures préconisées pour réduire le gaspillage, il sera primordial de réclamer « dans les quelques semaines à venir des élections anticipées, sur base de la loi électorale actuelle ». À ses yeux, celle-ci peut déboucher sur un Parlement « au sein duquel la majorité sera différente ». « Si nous avions pu former une alliance avec le courant du Futur aux dernières législatives (2009), nous aurions pu avoir la majorité parlementaire. Si, aujourd’hui, Saad Hariri poursuit sur la même lancée amorcée le 14 février, il récupérera la majorité », assure-t-il.

Pour le chef des FL, il est surtout nécessaire de ne pas tomber dans le piège de ceux qui réclament une nouvelle loi électorale et dont le seul objectif, dit-il, est de retarder autant que possible la tenue d’un scrutin. Il rejette les propos sur une influence syrienne au Liban, en expliquant que le seul qui pourrait ramener la Syrie au Liban est le Hezbollah « qui n’est pas aujourd’hui près de partager son influence au Liban avec le régime de Damas ». Quant à l’opposition au cabinet, il ressort de ses propos qu’elle sera ponctuelle, en fonction des dossiers soulevés, les parties concernées par ce front ayant, « du moins pour le moment », des vues différentes sur ce que cette opposition devrait être dans l’étape actuelle. « Si Saad Hariri veut cependant concrétiser son discours et se placer dans l’opposition, la seule partie sur laquelle il pourra compter sont les FL », note-t-il, dans un message direct au chef du courant du Futur.

Ce qui est sûr en revanche, c’est que Samir Geagea ne partage pas l’appel de Walid Joumblatt à une démission du chef de l’État. « Il faut que je sache d’abord, en l’occurrence, quelle serait l’alternative possible », commente-t-il.


Lire aussi

La demi-mesure, l’édito de Michel TOUMA

Qu’y a-t-il entre Saad Hariri et son frère Baha’ ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gros Gnon

Le pays se meurt, et eux jouent à la balle...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN DELIVRANT SES ARMES A L,ARMEE LIBANAISE ET EN LIQUIDANT SA MILICE ET SE TRANSFORMANT EN PARTI POLITIQUE UNIQUEMENT LE HEZBOLLAH RENDRA LE PLUS GRAND SERVICE ET SAUVERA LE PAYS.

Eleni Caridopoulou

Je comprends que le Hezbollah et Amal ne veulent pas des élections anticipées car ils vont perdre un peu de leur pouvoir. Le premier a vendu son pays aux Ayattollah , le second est Ali Baba il a tellement vole qu'il ne sait pas combien il possède

Lebinlon

La pire chose qui puisse arriver aux FL maintenant c'est des elections anticipées ! ils augementeront sans doute leur part mais ca ne serait rein comparé au rush vers le vote FL en cas d'effondrement reel du pays (ce que je ne souhaite ABSOLUMENT PAS).
LEs Aounistes devraient bien au contraire saisir la balle au bond et meme avec un nombre un peu reduit de deputes, ils resteraient un gros bloc chretien, probablement a egalite avec les FL.
Mais les Aounistes sont bien trop orgueilleux pour faire ces calculs

Sissi zayyat

Il émet des constatations vieilles comme Érode. Mais qu'a -il fait de concret pour inverser la vapeur? Lui qui a participé à l'intronisation de tous ces pourris et quand l'heure de changer les choses est venue de renforcer l'opposition il s'est abstenu pour laisser libre cours aux plans de destruction du Liban. D'ailleurs on se demande dans quel but?
Sa carrière politique ou des casseroles qu'il préfère garder secrets? Aucune raison n'a été évoquée à sa distanciation avec l'opposition qui, avec un peu de chance aurait pu nous libérer du joug de cette occupation.
Ce n'est pas de bilan dont le Liban a besoin actuellement mais d'hommes capables de prendre des positions courageuses pour nous sortir de ce marasme qui ne fait que s'amplifier et dont les conséquences s'avèrent mortifères pour le pays et pour ses citoyens. On se met à rêver que des hommes, des femmes et des patriotes existent encore.

Liban Libre

En revenant a la prochaine présidentielle je crains que la tactique du Hezbollah ne soit la suivante, exposer sciemment le pas très futé G Bassil et focaliser la haine de le dégout de 80% du pays a son égard afin que le gens soient prêts à accepter n’importe quel autre candidat.
Alors ils pourront proposer Sleiman Franjieh qui apparaitra plus modéré et qui est leur candidat véritable.

Liban Libre

Analyse pertinente du Dr Geagea comme d’habitude. La seule erreur qu’il ai pu commettre depuis2005 est de croire que l’amour de Aoun pour le Liban serait plus grand que son égo destructif et son inféodation a l’axe Irano syrien qui lui a permis de revenir en 2005.
Et dire que les Libanais et le Chrétiens en particulier recherchent toujours un successeur a Cheick Bachir. Il est là devant vous il n’a certes pas le même charisme ni la même fougue mais je suis sûr que si Cheick Bachir était toujours parmi nous son parcours et ses positions seraient assez similaires à celles du Dr Geagea qui a payé 11 ans de sa vie pour ne pas renier ses principes et le serment qu’il avait fait en rejoignant les rangs de la seule vraie résistance en 1975

Pierre Hadjigeorgiou

En bref, le gouvernement Diab ne pourra rien réaliser pour la simple raison que, "les réseaux que tout le monde connait" ne sont autres que les sbires du Hezbollah, les douanes idem, quand aux armes, sans une guerre et la destruction de l'arsenal du Hezbollah, il ne faut même pas y penser. Ce que Geagea insinue diplomatiquement n'est autre que cette vérité toute crue!
Quand au Président, je suis plutôt d'accord avec le PSP, il doit sauter! Il y a plus d'un qui ferait un meilleur travail que le sénile actuellement installé sur le fauteuil y compris Geagea lui même. Aoun a détruit le Liban avec ses mauvaises décisions depuis que nous l'avons vu apparaître sur la scène politique. Un raté est un raté et rien ne changera cet état de fait. Il est temps d'amorcer le virage qui mène vers le Liban des frondeurs, libre, indépendant, prospère et souverain!

Gros Gnon

"... « Tout le monde connaît les réseaux et les circuits », affirme-t-il. ..."

Considérez que pas "tout le monde" connaît ces réseaux, et dites-nous en plus, merci...

Chucri Abboud

Si le chef de l'Etat démissionne ne ces circonstances, nous n'aurons plus jamais de Président Chrétien !

VIRAGE CONTRÔLÉ

Bravo geagix , des paroles de bon sens .

Gebran Eid

IGNORANCE IGNORANCE COMME D'HABITUDE DE LA PART DE GEAGEA. QUELLE SERAIT L'ALTERNATIVE POSSIBLE. GRACE À VOUS CHER GEAGEA QUE AOUN EST ASSI SUR CETTE MODITE CHAISE. IL Y AURA ENCORE PIRE ??????? MÊME UNE PIERRE À LA PLACE SERAIT UN CADEAU POUR LE LIBAN.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants