L’édito de Michel TOUMA

La demi-mesure

L’édito
Michel TOUMA | OLJ
18/02/2020

Devant la foule de personnalités et de partisans rassemblés à la Maison du Centre pour la 15e commémoration de l’assassinat de son père Rafic Hariri, l’ex-Premier ministre Saad Hariri a entamé d’emblée son discours en lançant d’une voix pleine d’amertume une petite phrase cinglante : « Je vais dire tout ce que j’ai sur le cœur. » Il a toutefois omis de préciser qu’il ne comptait sortir qu’une partie de ce qu’il a sur le cœur, à savoir celle qui concerne uniquement le Courant patriotique libre et son chef Gebran Bassil.

Pour cette commémoration de la funeste journée du 14 février 2005, et tenant compte de tous les événements sanglants non moins funestes survenus depuis, il est permis de supposer, sans trop risquer de se tromper, que le leader du courant du Futur a dû faire preuve de beaucoup de retenue pour occulter totalement ses sentiments à l’égard du Hezbollah, dont non moins de quatre responsables sont officiellement accusés d’être les exécutants directs de l’assassinat de Rafic Hariri et de ses compagnons de route… Sans compter tous les autres attentats et meurtres perpétrés pour saper la révolution du Cèdre.

La ligne de conduite tracée par Saad Hariri dans son discours de vendredi dernier a posé les jalons de l’étape prochaine sur la scène politique : croiser le fer avec le chef du CPL et épargner le parti chiite pro-iranien. L’ex-chef de gouvernement justifie cette attitude par une volonté de préserver la paix civile et d’éviter toute confrontation frontale ou dérapage sécuritaire avec le Hezbollah. En clair, et loin de tout cynisme racoleur, cela revient à dire, en quelque sorte : « Nous pouvons mener bataille contre le régime et le chef du CPL car ils ne sont pas armés et ne font donc pas peur, mais par contre il faut éviter toute situation conflictuelle avec le parti de Dieu en raison de son arsenal militaire et de ses intimidations miliciennes. »

Baisser les bras et pactiser face à la menace pour éviter le conflit… Une telle posture, qui n’est pas sans rappeler l’épisode des accords de Munich de 1938 et la célèbre réflexion de Churchill à cet égard, a peut-être pour effet, effectivement, d’éviter une confrontation à court terme, mais elle constitue malencontreusement un blanc-seing au langage de la force, un feu vert au chantage des armes, un stimulus à la violence, morale ou physique.

Il ne s’agit nullement d’engager un combat d’une quelconque nature militaire ou sécuritaire contre le Hezbollah. Loin de là. Mais opter pour la politique de l’autruche et prétendre qu’il est plus opportun dans le contexte actuel de contourner et d’occulter le comportement du parti chiite a pour conséquence inéluctable d’accroître davantage l’obstructionnisme pratiqué par la formation pro-iranienne. C’est en dénonçant sans complaisance et sans équivoque la politique suivie par le Hezbollah, tant sur le plan interne que régional, qu’il serait possible de juguler et de limiter le pouvoir de nuisance qui prend tout le pays en otage.

Une telle attitude de fermeté, au niveau médiatique et du discours politique des parties souverainistes, n’est pas incompatible avec l’impératif de la stabilité du pouvoir exécutif, qui doit être préservée afin de stopper l’effondrement économique et financier actuel. Bien plus, la dénonciation claire de l’obstructionnisme est aujourd’hui plus nécessaire que jamais. Elle ne réglera certes pas le problème libanais, mais elle s’impose pour empêcher que la gangrène ne gagne davantage de terrain.

La logique calquée sur le style des « accords de Munich » pousse le parti de Dieu à étendre de plus en plus ses tentacules dans plus d’un domaine et à hausser sans cesse d’un cran sa stratégie de blocage et de grignotage, placée au service de son parrain régional. Preuve en est la campagne orchestrée avec acharnement contre le gouverneur de la BDL et les grandes banques locales. Et pour cause…

Le secteur bancaire libanais non seulement échappe au contrôle du Hezbollah et se conforme, sans en avoir réellement le choix, aux sanctions américaines, mais il représente surtout – avec l’enseignement libre – l’un des bastions d’une certaine image du Liban qui est aux antipodes du projet de société que le parti pro-iranien cherche à imposer.

Le gouverneur de la BDL et certains établissements financiers ont peut-être commis des erreurs de jugement et assument sans doute, avec bien d’autres, une part de responsabilité dans la crise actuelle, mais il n’en demeure pas moins que le secteur bancaire reste malgré tout, d’une certaine façon, l’un des principaux piliers du Liban libéral, pluraliste, ouvert sur le monde (notamment le monde occidental), un Liban attaché à des valeurs, à un certain mode de vie en totale contradiction avec la vision que se fait le Hezbollah de la vocation du pays du Cèdre. Rien de surprenant de ce fait que ce secteur, et avec lui la Banque centrale, soit dans le collimateur du parti chiite.

Une fois de plus, les Libanais se trouvent confrontés aujourd’hui à deux projets de société, deux conceptions de la vie. À chacun de choisir son camp. Et il ne saurait y avoir sur ce plan de demi-mesure, d’attitude en demi-teinte ou de faux-fuyant…

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI VRAI ! HARIRI N,A PAS OUVERT COMPLETEMENT SON COEUR QU,EN CE QUI CONCERNE LE GENDRE CAD CONTRE LE PARAVENT ET SERVITEUR DE LA MILICE TOUT EN MENAGEANT LA MILICE. IL VEUT GARDER LA PORTE OUVERTE POUR UN RETOUR.

Citoyen libanais

Très bon article qui met en relief la piètre stratégie politique haririenne.
On a l'impression d'être dans un remake de l'Alliance quadripartite de 2005. Ménager le Hezb de la fausse résistance et concentrer les critiques sur Aoun lui avait permis de se poser en martyr et au final les chrétiens avaient voté en masse pour lui.
De 2005 à 2016 le aounisme s'est nourri principalement des faiblesses et erreurs politiques du haririsme. Les deux étant aussi clientélistes et aussi corrompus l'un que l'autre..

VIRAGE CONTRÔLÉ

J'ai eu l'impression que Mr Touma était presque jaloux que Saad s'en prenne à Bassil et pas à Hassan .

Parce que si on poursuit la lecture de son article , où est le lien entre le hezb libanais de la résistance et le fait que ce parti de résistant s'en prenne aux banques ?

Les banques avec à leur tête la BDL de Salamé font partie du jeu de la corruption ambiante avec tous les acteurs politiques du moment , Saad compris , donc accuser le hezb de la résistance de leur chercher des poux relève d'une suspicion qui nous amène à nous demander si Mr Touma comprend bien les maux de notre société corrompue jusqu'à la moelle .

A mon niveau , je verrai la demi-mesure dans cet article à charge , comme dab , le fait que Mr Touma n'ai pas eu le courage de parler de Baha et Saad , 2 frères qui s'étripent en public .

Pour qui bat son coeur ?

Sissi zayyat

La plus grande faute morale et stratégique des banquiers a été de ne pas dénoncer le pillage et la fuite des capitaux libanais a l'étranger.
Ils se sont soumis aux directives données par le pouvoir moyennant finances, et ils se sont retrouvés dépassés par les évènements. La perte est tellement colossale que le retour en arrière semble impossible. Dans toutes les guerres de tout genre il y a eu des collaborateurs qui ont facilité la tâche des usurpateurs et se sont retrouvés acculés à concéder des parts qui ne leur revenaient pas de droits pour des raisons diverses. L'appât du gain en a été l'une de ces causes qui a fait que les banques ont plongé tête la première dans ce complot qui s'est retourné contre eux mais surtout contre tous les citoyens et a noyé notre pays dans le désastre qu'on connaît.
Une fois les guerres terminées, les collaborateurs ont en grande partie été jugé.
En serait-il de même pour ceux qui ont vendu notre Liban?

Bashir Karim

Le cœur de l’éditorial concerne le manque de critique du principal du cancer ( le Hezbollah) et la focalisation sur le symptôme (le CPL), et le parallèle avec Munich. C’est fort bien argumenté et vrai. La problématique des banques est, je pense également un symptôme de la déliquescence de l’état son manque flagrant de contre-pouvoir et de contrôle. Tout découle d’une culture clanique de la structure sociale de notre pays, remontant à de nombreuses générations, mais certainement renforcée par le culte du martyr et la théocratie iranienne.

Georges Airut

J'ai toujours apprécié la ligne politique suivie par l'OLJ et je salue son combat permanent contre la corruption. Cependant je vous trouve très timide dans votre critique des banquiers qui assument une part de responsabilité indéniable dans l'effondrement financier auquel nous assistons et que chaque citoyen subit quotidiennement dans sa chair, et ce, soit par complicité avec la clique au pouvoir, soit à tout le moins par imprudence et négligence. Critiquer les banquiers et pointer du doigt leurs failles ne revient pas à adopter les vues du Hezbollah ni sa conception de la Société.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le retour des Libanais de l’étranger, entre surenchère politique et souci humanitaire

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants