Décryptage

Où il est de nouveau question d’une menace terroriste

La nouvelle est pratiquement passée inaperçue, mais elle aurait pu renverser de pied en cap la situation dans le pays. Trop pris par la couverture des événements quotidiens, notamment au sujet du gouvernement et du mouvement de protestation, les médias ne lui ont pas accordé une grande importance. Et le communiqué de la Sûreté générale, publié le 15 janvier sur l’arrestation d’un jeune terroriste qui préparait une attaque contre une ambassade occidentale à Beyrouth et qui a reconnu être affilié au groupe État islamique, n’a pas suscité un grand intérêt. Pourtant, si on creuse un peu les informations, il apparaît que le jeune I.S. ( de nationalité syrienne) préparait une attaque par le biais d’un drone contre l’ambassade américaine à Aoukar. Cette attaque aurait dû survenir au lendemain de l’assassinat du général iranien Kassem Soleimani et du responsable irakien Abou Mehdi al-Mouhandès, dans la nuit du 2 au 3 janvier à Bagdad au moyen d’un drone américain. Ce qui aurait forcément été attribué au Hezbollah, même sans revendication de sa part. Une telle attaque aurait placé le pays devant une situation différente de celle qui prévaut actuellement et elle aurait pu remettre en cause le fragile statu quo. C’est une possibilité d’autant plus grave que juste après l’assassinat des deux responsables au sein de l’axe dit de la résistance, les contacts se sont multipliés au Liban pour tenter de mettre le pays à l’abri de toute riposte et contre-riposte, au moment où le front interne est fragilisé par les changements provoqués par le mouvement de protestation. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s’était empressé de prononcer un discours le 5 janvier, deux jours après la mort des deux responsables, pour préciser que l’Iran compte riposter directement et ouvertement à l’attaque dont a fait l’objet une de ses plus grandes figures. Il avait toutefois ajouté que seuls les militaires américains seront pris pour cible. Hassan Nasrallah avait aussi insisté sur le fait que lui et son camp n’ont absolument rien contre le peuple américain.

Cette déclaration avait été perçue comme une assurance de la part du Hezbollah qu’il n’y aurait aucune riposte contre les Américains à partir du Liban, d’autant qu’il n’y a pas beaucoup de militaires américains dans le pays.

En dépit des affirmations claires de la part du chef du Hezbollah, certaines parties ont continué à semer le doute en évoquant en particulier des déclarations américaines sur l’intention du Pentagone d’envoyer un nombre de militaires (on a d’abord parlé de 700 puis de 300) au Liban pour « protéger l’ambassade ». D’autres médias sont aussi revenus sur certaines rumeurs qui faisaient état d’une volonté américaine d’installer des bases militaires à Hamate (Nord), par exemple, en plus de leur présence à Rayak (Zahlé) et à Qleyate (Akkar). Ils sont aussi revenus sur la visite effectuée à Behdaydat (un village au-dessus de Jbeil qui offre une vue panoramique sur l’ensemble de la région) du secrétaire d’État américain Mike Pompeo en avril 2019, lors de son passage au Liban. Sous couvert de tourisme, cette visite avait été considérée, par certains médias, comme une première inspection en vue d’installer une base américaine sur les lieux. Bien que ces rumeurs n’aient jamais été confirmées, elles continuent à servir de matière aux experts militaires à un moment délicat de la vie du Liban. Ceux-ci assurent en effet que les Américains sont déterminés à installer une base militaire au Liban, dans une volonté de faire face à l’influence russe grandissante dans la région, notamment en Syrie. Ils cherchent ainsi à susciter une réaction de la part du Hezbollah, qui préfère garder un mutisme total sur la question.

C’est donc dans ce climat de confusion que le terroriste a planifié son coup. Selon des informations ayant filtré lors de son interrogatoire et qui ont été rapportées par certains sites, I.S. aurait choisi lui-même la cible et la forme de l’attaque, les membres de l’EI ayant une large marge de manœuvre dans la planification et l’exécution des attaques depuis la mort de leur chef Abou Bakr al-Baghdadi et la désignation de son successeur, Abou Ibrahim al-Qoraychi. I.S. a donc été arrêté dans le cadre d’une opération préventive. Il est passé aux aveux et a été déféré devant le parquet militaire en vue de l’ouverture de son procès devant le tribunal militaire. Toujours selon les informations ayant filtré, il aurait affirmé avoir agi seul, sans complices, sachant que les membres de Daech se comportent désormais selon la théorie dite des « loups solitaires ». Mais cela ne signifie nullement que leur efficacité est devenue réduite.

Sans la vigilance des services de sécurité concernés, le Liban aurait pu se trouver devant une véritable catastrophe et un enchaînement de faits qui serait rapidement devenu incontrôlable. Les services de sécurité n’ont pas voulu médiatiser cette opération, d’abord pour ne pas créer un mouvement de panique au sein de la population, ensuite pour que l’affaire ne fasse pas l’objet d’une polémique entre ceux qui accuseraient les autorités de l’agiter pour faire peur aux manifestants et ceux qui diraient que l’heure est trop grave pour poursuivre les protestations populaires au même rythme, sachant que des intrus pourraient se glisser parmi les manifestants. Il a donc été décidé de traiter cette question dans la plus grande discrétion. Mais des sources sécuritaires qui suivent ces dossiers affirment qu’il ne faut pas considérer que le Liban est à l’abri de la menace terroriste. Au contraire, il faudrait désormais faire preuve d’une plus grande vigilance, surtout qu’il est clair que l’EI se prépare à relancer ses activités en Irak et en Syrie, et veut mener des attaques spectaculaires pour redevenir un acteur important sur la scène régionale. Dans ce contexte, le Liban pourrait faire partie de ses projets.


La nouvelle est pratiquement passée inaperçue, mais elle aurait pu renverser de pied en cap la situation dans le pays. Trop pris par la couverture des événements quotidiens, notamment au sujet du gouvernement et du mouvement de protestation, les médias ne lui ont pas accordé une grande importance. Et le communiqué de la Sûreté générale, publié le 15 janvier sur l’arrestation...

commentaires (10)

Effectivement isis, daech, ou quelque soit le nom qu'on lui donne, fait figure d'amateur face à notre classe politique qui a saccager le pays, envoyé en immigration le peuple, vidé les banques et se soucie de politique internationale et interstellaire sans écouter lenpeuple dans les rues. Effectivement on a évité une catastrophe pour mieux s'engouffré dans une encore pire. Yallah, allah yikhalikoun ...

Wlek Sanferlou

17 h 26, le 30 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Effectivement isis, daech, ou quelque soit le nom qu'on lui donne, fait figure d'amateur face à notre classe politique qui a saccager le pays, envoyé en immigration le peuple, vidé les banques et se soucie de politique internationale et interstellaire sans écouter lenpeuple dans les rues. Effectivement on a évité une catastrophe pour mieux s'engouffré dans une encore pire. Yallah, allah yikhalikoun ...

    Wlek Sanferlou

    17 h 26, le 30 janvier 2020

  • DU PIPEAU !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 13, le 30 janvier 2020

  • Avec la vigilance des forces de la résistance du hezb libanais , il sera difficile aux terroristes de pouvoir comploter contre le Liban par ce biais . Quoique pas impossible du tout . A cet effet il serait bon de dire que les réactions à chaud des coups reçus par les prédateurs yanky ne sont pas dans la stratégie militaire des résistants , ils préfèrent réfléchir avant de se lancer et savent mieux rendre les coups de façon plus efficace . L'avion abattu il y a 2 jours en Afghanistan avec à son bord le chef régional de la cia Michael D'Andrea tué dans cette attaque , celui qui avait programmé la mort de Souleymani pourrait expliquer la façon dont réagit l'axe de la résistance .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 18, le 30 janvier 2020

  • Chère Scarlett Haddad, Avec ce qui se traficote en Palestine ou ce qu'il en reste et le silence des pays dits arabes, ne parlez plus de ce qu'on appelle l'axe de la résistance. Cela devient de l'histoire ancienne d'avant notre ère.

    Honneur et Patrie

    12 h 06, le 30 janvier 2020

  • C'est grave cette détermination américaine à avoir des bases militaires chez nous : Ce n'est sûrement pas pour nous protéger, mais pour protéger Israel ! Et puis, comment leur dire que nous ne sommes pas une colonie , et comment faire pour leur dénier catégoriquement cette autorisation de s'installer . Poutine , Saint Vladimir !

    Chucri Abboud

    11 h 55, le 30 janvier 2020

  • On se demande qui a permis aux syriens de rentrer au Liban. Qui a fait en sorte que les frontières deviennent une passoire puisque contrôlées par le HB qui décide du passage de certains et pas d'autres. Si le plan de HN consiste à lâcher les islamistes au Liban en cas de perte de contrôle, comme avait fait avant lui Assad il sera le premier à payer les pots cassés puisque c'est lui qui les avait combattu en Syrie. Quant à l'attaque au drône, vous oubliez que l'ambassade américaine n'est pas le QG de HB et pour qu'un drône arrive à survoler son périmètre il peut y avoir un consentement de la part des ameriavcainamericains dans le but d'en finir avec le HB. C'est bon, vous avez instillé votre poison? Passons aux choses sérieuses. Depuis que HB tient le pouvoir au Liban, et après avoir mené une série d'attentats de tout genre pour tuer les élites et reduire au silence toutes les voix dissonantes Plus aucun attentat n'a eu lieu sur notre territoire. À se demander qui les commandait et qui est le terroriste dans notre pays.

    Sissi zayyat

    11 h 53, le 30 janvier 2020

  • Si DAESH est une creation US,impossible qu il attaque l ambassade de son parrain...

    HABIBI FRANCAIS

    11 h 52, le 30 janvier 2020

  • Une attaque contre l’ambassade US par drone .... même le plus loufoque des humoristes n’aurait pas pu inventer une telle blague. Même un avion en papier ne peut pas survoler l’ambassade américaine à Aoukar, il serait abattu sur le champ sans aucune sommation!

    Liberté de Penser

    11 h 02, le 30 janvier 2020

  • allons! ,allons! ,instiller la peur dans un pays bouillonnant de vie ? les forces de l'ordre sauront donc ou placer leur vigilance et ou chercher les vrais ennemis du pays ,c'est ça leur devoir!J.P

    Petmezakis Jacqueline

    09 h 22, le 30 janvier 2020

  • Ces loups solitaires qui forment une meute drôlement nocive...

    NAUFAL SORAYA

    07 h 42, le 30 janvier 2020