Rechercher
Rechercher

Liban

Zeinab Soleimani rencontre Hassan Nasrallah

Dans une vidéo de 52 secondes, on voit la jeune fille et le leader chiite discuter, mais on n'entend pas leurs propos. 

Zeinab Soleimani, fille du général iranien Kassem Soleimani , reçue par le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah. Capture d'écran.

Zeinab Soleimani, fille du général iranien Kassem Soleimani tué le 3 janvier dans une frappe de drone américain en Irak, a rencontré le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, a rapporté lundi le site d’information al-Aahd, affilié au parti chiite.

Dans une vidéo de 52 secondes, on voit la jeune fille et le leader chiite discuter, mais on n'entend pas leurs propos. Seuls quelques mots de Hassan Nasrallah à propos de Kassem Soleimani sont perceptibles : “Dieu m’a béni avec le jihad, et l’a béni avec le martyr”, dit le chef du Hezbollah.

Le site d’information al-Aahd ne donne aucune information sur la date et le lieu de la rencontre.

Le 24 janvier Zeinab Soleimani était déjà apparue lors d’une cérémonie organisée en hommage à son père par la section féminine du Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth, où elle avait prononcé un discours.

La frappe américaine qui a tué Kassem Soleimani à sa sortie de l'aéroport de Bagdad a fait craindre un conflit entre l'Iran et les États-Unis. L'Iran a riposté quelques jours plus tard en tirant des missiles contre des cibles américaines en Irak, sans toutefois faire de tués. Dans le sillage de ces représailles, l'armée iranienne avait abattu "par erreur" un avion de ligne ukrainien au départ de Téhéran, tuant 176 personnes.

Au Liban, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait promis de venger la mort du général Soleimani en visant des cibles militaires américaines. Le leader chiite avait également confié que Kassem Soleimani lui avait rendu visite quelques jours avant sa mort. Le général iranien se déplaçait souvent entre l'Iran, l'Irak et le Liban, et était considéré comme l'architecte de la puissance militaire iranienne dans la région.

Zeinab Soleimani avait électrisé les foules lors d'un discours guerrier prononcé à l'occasion des cérémonies d'hommage à son père, quelques jours après sa mort.


Pour mémoire

Nasrallah veut venger Soleimani, mais sans impliquer le Liban


Lire aussi

Trump raconte la frappe contre Soleimani : un compte à rebours et puis "boum"

Trump appelle Khamenei à "faire attention à ses mots"

Pompeo : L’assassinat de Soleimani fait partie d’une nouvelle stratégie de dissuasion

Washington détaille les « projets » de Soleimani et ses sanctions contre Téhéran


Zeinab Soleimani, fille du général iranien Kassem Soleimani tué le 3 janvier dans une frappe de drone américain en Irak, a rencontré le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, a rapporté lundi le site d’information al-Aahd, affilié au parti...

commentaires (5)

Joli couple, facile à habiller, à saisir.

Je partage mon avis

21 h 45, le 28 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Joli couple, facile à habiller, à saisir.

    Je partage mon avis

    21 h 45, le 28 janvier 2020

  • Lavage de cerveau...avec une eau polluée

    Jack Gardner

    16 h 14, le 28 janvier 2020

  • on recoit des baffes a longueur de journee et on appelle sa une benediction. y a que les moutons qui y croient.

    Thawra-LB

    14 h 37, le 28 janvier 2020

  • IL SERAIT UTILE DE SAVOIR SI ELLE EST ENTREE AVEC UN VISA AU LIBAN.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 02, le 28 janvier 2020

  • Allez vous promener dans les rues de la Banlieue-Sud de Beyrouth, vous y êtes accueillis par d'innombrables portraits de K. Soleimani, un Iranien dont la fille est reçue par Hassan Nasrallah en personne ! Et dire qu'on lit encore ici et là: "le hezb libanais de la résistance libanaise"...!? En quoi le Hezbollah est-il libanais, étant financé et armé par l'Iran, et appliquant l'idéologie et les programmes dictés par leur guide suprême iranien, qui la plupart du temps ne concernent en rien le Liban, pays arabe et multiconfessionnel, sauf de vouloir l'usurper pour leur visées territoriales de domination régionale ? Quant au paravent de "résistance"...il est éculé depuis belle lurette et ne trompe plus grand monde ! Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 25, le 28 janvier 2020