X

Idées

Politique économique : la fin du « haririsme » ?

Point de vue


18/01/2020

Pour la première fois depuis 30 ans, les citoyens libanais qui battent en masse le pavé depuis le 17 octobre dernier remettent en cause les deux piliers du système politique et économique de l’après-guerre : le confessionnalisme et le néolibéralisme.

Depuis plusieurs mois, ce modèle s’effondre sous les coups de la contraction rapide de l’économie ; de l’explosion du chômage et des fermetures d’entreprises ; de l’effondrement (atteignant jusqu’à 60 %) de la monnaie nationale sur le marché des changes secondaire qui menace l’ancrage du pays au dollar ; et de la mise en place par les banques de mesures de contrôle des capitaux illégales et discrétionnaires (accordant notamment un traitement préférentiel à certains clients). Dans ce contexte, la démission du Premier ministre Saad Hariri, le 29 octobre dernier, et la désignation – après une tentative avortée de retour – de Hassane Diab à ce poste le 19 décembre ont suscité un choc parmi les partisans de Hariri. Nombreux étant ceux qui le percevaient comme la seule figure capable de sauver le pays de l’effondrement économique, notamment en raison de ses liens étroits avec les donateurs occidentaux.

Elle constitue surtout un symbole dans la mesure où la chute est celle de l’héritier de Rafic Hariri, véritable père fondateur de l’ordre néolibéral mis en place à partir de la reconstruction et parfois désigné sous le néologisme de « haririsme ». Un système reposant sur le partage du pouvoir entre une nouvelle classe d’élites commerciales et l’establishment politique communautaire, dans un contexte de montée en flèche des inégalités de patrimoine et de revenus.


(Lire aussi : Au Liban, la pieuvre clientéliste en mal de vivres)


Effondrement inéluctable

Le modèle mis en place par Rafic Hariri et prévalant jusqu’à présent se caractérise notamment par un soutien massif à la déréglementation de l’économie, sa financiarisation, à la privatisation des services publics et à la primauté accordée à divers mécanismes de création de rentes sur les revenus du salariat. Ce modèle a également contribué à reproduire et accentuer la dynamique confessionnelle en œuvre dans le pays en freinant toute véritable possibilité d’organisation des travailleurs sur la base d’une solidarité de classe et en enracinant la dépendance de ces derniers vis-à-vis de réseaux politiques clientélistes en pleine expansion. En outre, en brouillant les frontières entre les élites économiques et politiques, ce modèle a renforcé et normalisé la captation récurrente des fonds et des institutions publiques par ces dernières.

De par sa nature et la corruption qu’il a engendrée, ce modèle dépendait pour sa survie des entrées de capitaux, des remises de la diaspora ainsi que des prêts accordés par les gouvernements occidentaux et les organisations internationales. Grâce à leurs solides réseaux d’influence, Rafic puis Saad Hariri constituaient en quelque sorte les garants politiques de ce système économique de rente. À travers les conférences internationales de soutien au pays – les conférences Paris I, II et III de la décennie, puis CEDRE en avril 2018 – et les hausses exceptionnelles des investissements étrangers dans le pays – en particulier entre 2007 et 2010 –, le système a pu colmater temporairement les fissures structurelles résultant de ces pratiques néfastes. Parallèlement, cet afflux de capitaux gonflait le secteur bancaire (dont la taille est près de 4 fois supérieure à celle de l’économie nationale), lui permettant de financer le déficit budgétaire massif du gouvernement et d’investir dans des secteurs improductifs mais très rentables, notamment l’immobilier.

Cependant, l’effondrement du système structurellement insoutenable n’en a été que retardé. Du fait de la baisse continue des investissements et des entrées de capitaux résultant de l’instabilité régionale et de la perte de confiance dans l’économie nationale, la balance des paiements du Liban a commencé à afficher un déficit annuel persistant à partir de 2011. Cela a progressivement épuisé les réserves de change de la Banque centrale (BDL), soit l’instrument permettant de garantir tout à la fois l’ancrage de la livre sur le dollar et la poursuite du financement d’une économie structurellement dépendante des importations.

Face à cette situation, la BDL a eu recours à des mesures de politiques monétaires hétérodoxes, connues sous le nom d’« ingénierie financière », et consistant dans les grandes lignes à offrir aux banques commerciales des intérêts extrêmement élevés sur les dollars qu’elles déposaient dans ses coffres. Ce système s’apparentant à une pyramide de Ponzi a non seulement conduit à des taux d’intérêt étrangement élevés pour les déposants et à des bénéfices record pour les banques, mais il a aussi ouvert la voie à la crise actuelle des liquidités que connaît le pays, l’épargne des déposants se voyant brutalement réduite à un simple jeu d’écritures comptables.


(Lire aussi : Crise économique au Liban : un plan d'action pour éviter de perdre une décennie)



Oppositions anciennes

Si la révolution d’octobre a été déclenchée par la précarisation croissante de la population dans ce contexte socioéconomique, ce n’est pas la première fois que le « haririsme » fait face à une contestation populaire. De fait, les prémices de cette contestation, dont l’histoire est souvent oubliée, remontent aux années 1990 avec les campagnes menées contre les projets de reconstruction, tels que Solidere, reposant sur l’appropriation de fonds publics et l’expropriation des terrains par des sociétés privées. Dans sa logique, cette contestation incarnait déjà une tentative de résistance face à la tendance croissante consistant à privilégier la création de rentes au détriment des droits sociaux et économiques des citoyens.

Avant d’être réprimés puis cooptés par l’establishment politique, les syndicats se sont également fortement opposés aux effets régressifs des politiques néolibérales menées au milieu des années 1990. De même, le mouvement agricole de 1997, connu sous le nom de « révolte des affamés », se voulait être une réponse directe à des politiques qui marginalisaient les secteurs productifs locaux tout en accentuant la dépendance à l’égard des importations. Quant aux mouvements de protestation de 2015, ils résultaient directement de l’incapacité des élites à gérer une crise des déchets dont l’émergence était étroitement liée à l’existence d’intérêts économiques privés qui empêchaient toute refonte du secteur.

Alors qu’aucun de ces mouvements n’est parvenu à enrayer la poursuite de ce système ni même à entraîner quelque changement tangible en son sein, la révolution d’octobre force désormais le « haririsme » à faire face aux conséquences de ces décisions passées et pourrait même l’obliger pour la première fois à affronter la perspective de sa chute.

Cette perspective, tout comme l’avenir du système politique et économique libanais, est cependant loin d’être garantie à ce stade. Si à première vue la désignation au poste de Premier ministre de Hassane Diab, un professeur d’université qui a déjà exercé les fonctions de ministre de l’Éducation – et dont le gouvernement n’a toujours pas été formé –, pourrait suggérer un éloignement de la norme économique de longue date incarnée par les Hariri, la situation est en réalité plus complexe. La coalition du 8 Mars qui a porté Diab au pouvoir peut bien brandir des slogans populistes et une rhétorique socialisante, ses antécédents et sa participation active à la préservation du système mis en place par Rafic Hariri suggèrent le contraire. Par exemple, le Hezbollah avait jusqu’à très récemment exprimé très clairement son soutien à un retour de Hariri au Sérail, et il a fallu que celui-ci se montre intransigeant sur certaines conditions jugées contraires aux intérêts du parti de Dieu (en exigeant notamment qu’il soit exclusivement composé de technocrates sur lesquels il garderait la main) pour que ce dernier envisage finalement de recourir à une stratégie alternative.Son camp pourrait voir dans ce changement gouvernemental une occasion de reproduire un modèle économique semblable sans la figure encombrante de Hariri. Autrement dit, de maintenir les principes qui ont rendu ce modèle si rentable pour l’establishment confessionnel sans avoir à dépendre aussi fortement de sa figure de proue politique. Cela pourrait être aussi l’occasion pour lui de remodeler son image publique et de se montrer capable de surpasser Hariri à son propre jeu, voire d’élargir son électorat.


(Lire aussi : Plutôt qu’une restructuration de la dette, mettons en place une contribution unique de « solidarité nationale »)



Voie alternative

La réussite d’une telle entreprise est cependant loin d’être acquise. Tout d’abord, le camp du Hezbollah ne dispose pas d’un réseau pouvant lui accorder la légitimité internationale et le soutien financier nécessaires pour tenter de colmater les brèches et de maintenir à flot un système économique en voie d’effondrement. De plus, en l’absence de soutien de la part des partis traditionnellement alliés des Occidentaux, le nouveau gouvernement pourrait avoir à affronter le risque de sanctions internationales. Il est en outre fort probable que la rue continuera de s’opposer à un programme incarnant une vision néolibérale similaire au « haririsme ». Surtout s’il devait être caractérisé par une restructuration non équitable de la dette, une politique d’austérité budgétaire et l’absence de reddition des comptes par ceux qui ont profité du système pendant toutes ces années et demeurent les premiers responsables de la crise actuelle.

Il existe pourtant une voie alternative, l’adoption d’une politique ayant la justice sociale et économique pour principe directeur. Dans cette perspective, la plus grande part du fardeau de la restructuration serait assumée par les banques ainsi que par les grands déposants qui ont bénéficié des taux d’intérêt extrêmement élevés. Une réforme fiscale sérieuse suivrait, afin de permettre le financement de programmes sociaux pouvant garantir l’accès aux services de base et protéger les plus vulnérables. La réforme du système judiciaire serait également essentielle pour garantir sa transparence, la responsabilité des décideurs face aux conséquences de leurs errements et la viabilité future du système. Il est cependant peu probable que la classe politique actuelle, tous bords confondus, s’engage dans cette voie dans la mesure où cela impliquerait qu’elle renonce aux profits qu’elle a réalisés, aux fonds publics qu’elle a détournés et aux réseaux clientélistes qu’elle a mis en place. Si Hassane Diab réussit finalement à former son gouvernement, il sera donc crucial d’observer l’orientation idéologique de sa déclaration de politique générale. Ce sera là le rôle essentiel des protestataires, qui sont les seuls à même d’exercer la pression nécessaire pour sortir le pays du néolibéralisme et rebâtir un modèle sur de nouvelles bases. C’est désormais aux Libanais de décider s’ils veulent laisser le « haririsme » renaître de ses cendres, éventuellement sous d’autres habits, ou prononcer son acte de décès.

Ce texte est la traduction, adaptée avec les auteurs, d’un article publié en anglais sur le site opendemocracy.net.

Son contenu n’engage pas le Lebanese Center for Policy Studies (LCPS).

Par Nadim EL-KAK et Sami ZOUGHAIB

Chercheurs au LCPS.



Lire aussi
Sortir de l’économie de rente en soutenant les industries créatives

Économie : La mort du miracle libanais ?

Réduire les fonctions de la livre libanaise pour en garantir la parité

Un plan d’urgence pour le sauvetage économique au Liban

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Citoyen libanais

Très bon article qui montrent comment ultralibéralisme et ultraclientélisme sont les fondements du haririsme.
Ultralibéralisme qui réduit excessivement le rôle de l'État et ultraclientélisme qui le rend quasiment inopérant, qui fait que l'argent de l'État est utilisé pour financer les besoins particuliers de la clientèle des partis au pouvoir et que le citoyen lambda n'a pratiquement aucun de ses besoins élémentaires satisfaits.

Haririsme qui dit vouloir renforcer le rôle de l'État face aux armes illégales mais qui en acte fournit le meilleur terreau à ces armes en laissant les citoyens non clients potentiels livrés à eux-mêmes.

Haririsme parachuté dans les années 90 par le régime saoudien en collaboration avec le régime syrien occupant.

Haririsme qui a plombé le 14 Mars dès le départ par ses compromissions capitulatrices avec le Hezbollah.

Haririsme et armes illégales qui en fait s'auto-entretiennent mutuellement, avec également le berriisme (noyautage des administrations publiques par les clients du zaïm)

Citoyen libanais

Très bon article qui montrent comment ultralibéralisme et ultraclientélisme sont les fondements du haririsme.
Ultralibéralisme qui réduit excessivement le rôle de l'État et ultraclientélisme qui le rend quasiment inopérant, qui fait que l'argent de l'État est utilisé pour financer les besoins particuliers de la clientèle des partis au pouvoir et que le citoyen lambda n'a pratiquement aucun de ses besoins élémentaires satisfaits.

Haririsme qui dit vouloir renforcer le rôle de l'État face aux armes illégales mais qui en acte fournit le meilleur terreau à ces armes en laissant les citoyens non clients potentiels livrés à eux-mêmes.

Haririsme parachuté dans les années 90 par le régime saoudien en collaboration avec le régime syrien occupant.

Haririsme qui a plombé le 14 Mars dès le départ par ses compromissions capitulatrices avec le Hezbollah.

Haririsme et armes illégales qui en fait s'auto-entretiennent mutuellement, avec également le berriisme (noyautage des administrations publiques par les clients du zaïm)

VIRAGE CONTRÔLÉ

Si le haririsme a le visage de Saad, sa fin ne peut être que bénéfique pour le Liban .

Tout au long de sa gouvernance il n'a été que absent.

Chucri Abboud

La fin du haririsme ne signifie pas la fin du Liban

Eleni Caridopoulou

Votre article est très intéressant, c'est juste s'il y a un gouvernement d'ayatollah c'est sûr qu'aucun pays occidental aidera le Liban et malheureusement il sombrera

Saliba Nouhad

(Suite)
Et l’assassinat monstrueux de Rafic Hariri avait fait passer au second plan ses scandales financiers, le rendant héros national suite à quoi on s’était débarrassé de la tutelle syrienne, et on avait ainsi créé une autre dynastie familiale qui, dans l’inconscient collectif, devenait indispensable pour le sauvetage du pays...
Et voilà, fiston Hariri, couronné prince héritier: avouons qu’il n’a pas le charisme ni la personnalité du paternel ni l’expertise financière voulue pour corriger quoique que ce soit, au contraire le système de corruption globalisée s’était généralisé et à qui mieux mieux....
De plus, il n’a plus l’appui de ses parrains saoudiens et se tape une faillite colossale où il ne payait plus ses employés, et les dépôts dans nos banques tarissaient...
Et, le hic, dans l’histoire, on s’imaginait encore que c’est l’homme providentiel pour sauver le pays et qu’il aurait la confiance des milieux financiers internationaux en voulant le nommer à tout prix premier ministre?
Heureusement que le ridicule ne tue pas et qu’on s’est repris à temps!

Saliba Nouhad

À part que les auteurs sont des chercheurs au LCPS, aucune idée sur leurs qualifications, car leur analyse est très pertinente et remonte à la source même du drame libanais qui débute immédiatement dans l’après-guerre avec le parachutage de Hariri père soit-disant pour rebâtir l’infrastructure du pays!
Ceux qui ont vécu cette période se rappellent bien les énormités et absurdités financières scandaleuses qui ont eu lieu, sans que personne n’ose le dénoncer ni s’y opposer car c’était une manne qui profitait à beaucoup de monde...
Imaginez la dette nationale au sortir de la guerre était de 1 milliard de dollars et qu’en quelques années, elle avait grimpé à 30 ou 40 milliards, qu’on avait sur les mains l’un des plus gros scandales financiers, à savoir, un conflit d’intérêt monstrueux, et délit d’initiés où, un homme d’affaires, devenu 1er ministre, fait travailler sa propre compagnie pour reconstruire le centre-ville et déposséder les gens de leurs terrains, et ce, en toute l’égalité, en s’endettant énormément au nom du peuple libanais sans aucun mécanisme de contrôle des dépenses: on disait bien pour la blague qu’il avait sa Cie Oger Liban qui était devenue Liban Oger...
Ainsi donc, on avait créé ce “haririsme” absurde, modèle de néolibéralisme sauvage sans aucun garde-fou et qui avait mené à cette énorme corruption institutionnalisée Et le drame d’aujourd’hui....
(Voir suite)

Maurice Moubarak

Mais j'ai payé l'abonnement et vous l'avez encaissé
Amicalement

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.