X

Idées

Économie : La mort du miracle libanais ?

Économie
Ishac DIWAN | OLJ
30/11/2019

Nos élites économiques et politiques tentent de nous persuader qu’une fois surmontées les difficultés financières actuelles, la relance du miracle économique libanais sera possible. Un diagnostic plus sûr consisterait à voir dans ces difficultés non pas un problème de liquidité passager, mais des signes clairs de la faillite du modèle de l’après-guerre civile. Ces signes ont précédé la révolution du 17 octobre et en ont d’ailleurs été le moteur. Trouver les moyens d’assurer la transition vers un nouveau modèle sans tuer le patient devrait donc être désormais notre priorité.

Au cours des dernières années, les exportations de biens et de services se sont élevées à environ 5 milliards de dollars par an, contre environ 20 milliards pour les importations. Ce déficit commercial a été financé par des entrées de capitaux extérieurs, principalement vers les banques locales, à hauteur de 20 % du PIB en moyenne dans les deux dernières décennies. Le Liban est ainsi devenu dépendant de ces capitaux entrants, comme certains pays rentiers le sont de leurs ventes de pétrole, ou comme un cœur le serait de la circulation sanguine.

Plutôt que de placer les actifs de leurs clients avec prudence, nos banques ont investi massivement dans la dette publique, un choix qui s’avère désormais funeste dans la mesure où l’activité économique ne permettra pas de compenser le fardeau de cette dette. Pour attirer davantage de capitaux, la Banque centrale a adopté un système semblable à une pyramide de Ponzi, mais celui-ci s’étant essoufflé, les nouvelles entrées se sont taries tandis que les déposants cherchent désormais à récupérer leur mise.


Muscles atrophiés

Pour rester dans la métaphore médicale, cet arrêt soudain des entrées de capitaux s’apparente à une crise cardiaque : pour soigner le cœur du Liban, il faudra extraire la graisse qui bloque les artères – soit assainir les bilans des banques pour qu’elles redeviennent solvables, ce qui nécessitera leur recapitalisation et le tant redouté « haircut » (décote) sur les dépôts. Et pour éviter que les crises cardiaques ne se reproduisent, il faudra également normaliser le métabolisme du Liban. Les déficits extérieurs récurrents du pays montrent que l’État, tout comme le secteur privé et de nombreux ménages, dépense chaque année plus qu’il ne gagne. Le pays devra donc consommer moins de ses revenus, travailler plus dur et investir son épargne de manière plus judicieuse.

Cela exige néanmoins que le Liban reconstitue ses capacités productives, comme un corps sain a besoin de se forger des muscles solides. L’atonie actuelle de la croissance économique s’explique certes en partie par des facteurs externes : le tourisme et les exportations ont été touchés par l’instabilité politique, tandis que la baisse des envois de fonds est le corollaire de celle des recettes pétrolières dans toute la région. Mais plutôt que de travailler plus dur pour faire face à cet environnement difficile, l’ancien modèle a atrophié nos muscles : l’augmentation artificielle de la richesse a fait grimper les salaires réels, rendant nos exportations moins compétitives et les produits étrangers moins chers. La corruption et la vétusté des infrastructures ont augmenté encore plus le coût des affaires. Par conséquent, de plus en plus de jeunes, évincés de l’économie marchande, ont dû chercher du travail à l’étranger.

Il ne peut néanmoins y avoir de corps sain sans cerveau bien irrigué – c’est-à-dire une structure politique permettant aux décisions capitales pour l’avenir du pays d’être prises. Or l’afflux massif de capitaux a faussé le système de gouvernance du pays : la frénésie d’emprunts a creusé les inégalités, générant une élite économique qui tire des rendements importants de son capital sans avoir à prendre de risques ou à innover. Elle a également permis à une élite politico-confessionnelle de se financer a travers l’État et les relations de copinage avec de grands acteurs du secteur privé. Cela lui a permis de s’enraciner en se construisant une légitimité basée sur le clientélisme plutôt que sur la performance, s’avérant même incapable d’assurer efficacement ne serait-ce que le ramassage des ordures ou la fourniture d’électricité. Il est donc grand temps de revenir à un système politique plus compétitif et moins coûteux pour l’État et les marchés, où les partis au pouvoir sont disciplinés par une opposition active.


Renaissance douloureuse

Pour aller efficacement de l’avant, il est d’abord essentiel que nous nous convainquions que l’ancien modèle ne peut être réparé. Ses fonctions essentielles ont en effet lâché : le secteur bancaire ne sera plus en mesure d’attirer d’importants dépôts extérieurs ; les prix du brut ne retrouveront pas leurs niveaux antérieurs ; les emplois dans les pays du Golfe ne seront pas aussi nombreux que par le passé ; et la communauté internationale n’apportera pas son soutien si le système n’est pas corrigé. Surtout, une grande partie de la société a désormais rejeté de façon irréversible tous les fondements de l’ancien modèle – du communautarisme à la corruption en passant par la faiblesse de l’État et la nature artificielle de l’économie.

Les révolutionnaires aspirent à construire leur pays plutôt que d’être forcés à le quitter. Ils sont convaincus que ce pays demeure bien en deçà de son potentiel et qu’avec leur énergie et leurs compétences collectives, ils peuvent faire beaucoup mieux. Ils réclament un État au service de la société et des entreprises. Ils veulent substituer la performance à la corruption, la méritocratie aux connexions politiques et la justice sociale aux inégalités croissantes. Plutôt que de se contenter de vivre du tourisme et de la finance, ils aspirent à bâtir une industrie de haute technologie, une agriculture respectueuse de l’environnement, un centre de production culturelle et à établir des liens plus synergiques avec la diaspora.

Comme nombre d’autres révolutionnaires avant eux, ils hériteront d’un pays au bord de la ruine, avec un État inefficace, un secteur bancaire faible et une économie ne permettant même plus d’importer les produits de première nécessité. La naissance de la Troisième République sera donc douloureuse. Si l’ensemble des réformes désormais connues de tous sont mises en œuvre avec succès, il faudra peut-être une décennie avant d’atteindre un rétablissement complet. Dans l’immédiat, les réserves restantes à la BDL doivent être soigneusement rationnées pour couvrir l’importation des produits de première nécessité jusqu’à la reprise des exportations. Pour faciliter cette transition, le Liban aura également besoin de toute l’aide extérieure possible.

Au cours des prochains mois, ce n’est pas seulement les patrimoines privés qui diminueront à mesure que les pertes au bilan seront réparties, les revenus réels et les salaires devront également baisser pour limiter les importations et augmenter les exportations. Le principal défi sera par conséquent de bâtir une cohésion sociale suffisante pour éviter l’enfermement dans une spirale distributive conflictuelle entre classes sociales ou même communautés. Le véritable miracle libanais se réalisera lorsque le pays s’engagera solidement, à partir d’une base de revenus inférieure, sur une trajectoire ascendante qui lui permettra de réaliser progressivement son potentiel créatif ainsi redécouvert.

Par Ishac DIWAN

Professeur d’économie à l’École normale supérieure (Paris) et titulaire de la chaire socio-économie du monde arabe de l’Université Paris-sciences et lettres.


Dans la même rubrique

Le droit à la ville, cet autre acquis de la « thaoura »

La révolution et le monde : l’« anima » libanaise

Sortir de l’économie de rente en soutenant les industries créatives

Entre frustrations et incompréhensions, les défis communicationnels de l’armée libanaise

Face à la violence du Hezbollah, l’intifada libanaise doit garder son cap

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

DAMMOUS Hanna

Je constate que le piège de la stratégie de vassalisation via une milice armée financée par un pays étranger ne va pas appuyer le projet des libanais que clame Pr Ishac DIWAN. Sauf si ce pays étranger s'effondre, sachant que sur le flanc sud du Liban se trouve un pays et ses alliés obligés y œuvrent.
Mais le jeu d’échec va continuer avec l'histoire qui se répète et ce petit pays sera toujours entre l'enclume et le marteau.
Actuellement ce Pays du sud attend l’occasion pour un nettoyage final réalisant son rêve pour le conquérir et dominer la totalité du pays de Canaan.
Comme ce fut le cas par le pays à l’Est du Liban, qui veut dominer tout le "Bilad-el-Cham" durant la guerre civile.
Le fruit ait-il enfin mûrit pour être remangé autrement que par son élite?

MGMTR

Le miracle libanais n'a hélas jamais existé. C'était plutôt "l'arnaque à la libanaise" qui consistait à utiliser l'argent des épargnants pour tout importer, et vivre sur un grand pied, en jetant une partie dans le foyer brûlant de la cheminée de la dette publique.

Ce qui est comique et tragique à la fois est que tout le monde le savait et tout le monde y a participé d'une certaine façon, sois activement sous passivement par un silence assourdissant.

Il y a même des idiots parmi les banquiers centraux étrangers qui ont discerné des médailles au protecteur du système chez nous.

Je n'ai aucune pitié pour les étrangers qui ont déposé des capitaux, en vue de sucer le sang du pays en encaissant des intérêts à des taux usuriers, contraires aux lois chrétiennes et musulmanes.

A ceux-là et aux fonds de placements étrangers il ne faut absolument rien rendre ni en capital ni en intérêts.

Ô Liban

Les choses ne peuvent pas se retourner d'un seul coup.
Le miracle libanais comme son nom l'indique , est une vérité qui renaîtra rapidement une fois que la confiance et la paix reviennent.
Autant être pessimiste, autant ne pas perdre la foi.
S'il y a manque de dollars en papier,c'est que les gens qui les détiennent, si vraiment c'est le cas, veulent les offrir pour un taux de change correct.Au lieu de les offrir aux bureaux de change, il vaut mieux faire une correction officielle du taux de change ,et les banques récupèreront la totalité ou presque pour commencer.En plus, peu exigeront de retirer des devises s'ils peuvent faire les opérations de change dans les filiales ou aux machines ATM.
Bien sûr, ce n'est pas tout.
Avec un gouvernement donnant confiance aux investisseurs et un justice purifiée , rapide et formelle, pourquoi ne pas s'attendre à un retour des capitaux en chemin inverse.
L'urgence est surtout vis à vis d'une restructuration de toutes les administrations publiques , et de se débarrasser du surplus.
Bref, pour tout, il faut un gouvernement neutre , indépendant de toute influence des politiques qui ne cessent de se solidariser pour l'obstruction de tout changement.

Sissi zayyat

Les Libanais n'ont jamais rechigné à payer leurs impôts. Au contraire ils sont allés jusqu'à payer deux fois des services que l'état avait l'obligation de leur fournir.
C'estbl'usage de leurs impôts qui a fait qu'ils se sont révoltés.
Des milliards vont dans les poches des corrompus, des grosses boîtes privées, des miliciens, des cultes, des banques privées et surtout dans des projets d'aménagement pour que des pots de vins engraissent ces ir responsables,politiques sans qu'aucun barrage, aucun pont aucune station d'épuration d'eau d'incinérateur ou de station électrique ne voient le jour. Sans parler du domaine de la santé, de l'éducation et le réseau routier. Par contre des menaces de guerre de tout genre affluent tous les jours pour dissuader n'importe quel investisseur de mettre un sou dans ce pays.
HN va même jusqu'à trouver le moyen de ruiner la saison touristique
en enlevant deux soldats Israëliens en 2006 en connaissance de cause. Et lorsque cela ne suffit pas il menace de riposter aux sanctions américaines contre l'Iran en attaquant Israël depuis notre pays.
Pendant qu'Israël continue de prospérer et d'édifier des routes des ponts des nouveaux projets pour améliorer la vie de ses citoyens en nous riant au nez.
HN crie au complot, alors qu'il est l'exécutant de tous les complots contre notre pays.
Si le fait de vouloir sauver notre pays de ses griffes en est un alors Soit. Nous sommes des complotistes et nous sommes fiers de l'être.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUT LE MAL VIENT DE LA PRESENCE DES DEUX MILICES IRANIENNES SUR LE SOL LIBANAIS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FINI LES MIRACLES. C,EST L,AMERE REALITE QUI GOUVERNE AUJOURD,HUI FAUTE DE GOUVERNEMENT. LES DEBOIRES NE FONT QUE COMMENCER.

Chucri Abboud

Le Libanais ne s'accomodera jamais de l'ordre qu'on lui donnera de se serrer la ceinture : Il n'a pas fait sa "révolution" pour en arriver là! Aucontraire , sacrebleu !
Il faudra s'attendre à une période extrêmement longue d'insatisfactions sociales , de morosité, de mauvaise humeur , de soubresauts et parfois de remords avec usage de violence , d'émeutes , d'échaufourrées , et tout cela pour n'aboutir à aucun résultat .

Petmezakis Jacqueline

s'il y a des solutions aux problèmes, pourquoi le Liban ne se dote-t-il pas des bons professeurs pour les résoudre?
plutot que de se flageller? J.P

BOSS QUI BOSSE

Voilà venu le temps des cathédrales....

Le Liban ramèné à sa plus simple expression.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Les changeurs, nouveaux rois des dollars

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.