Finance

Les banques baissent les taux d’intérêt de référence sur la livre et le dollar

Le siège de l’Association des banques au centre-ville de Beyrouth. Photo d’archives

L’Association des banques a annoncé samedi avoir baissé de 104 points de base les taux d’intérêt de référence respectifs sur la livre libanaise et le dollar (Beirut Reference Rates ou BRR), en janvier. Le taux de référence sur la livre passe ainsi à 12,45 % et celui sur le dollar à 9,35 %.

La baisse du BRR, qui ne s’impose pas aux banques mais leur donne un point de repère, répond à une demande formulée par la Banque du Liban dans sa circulaire n° 536 du 4 décembre 2019, en plein contexte de crise économique et financière qui s’est également muée en crise de liquidités. Prévu pour s’appliquer pendant six mois, le texte a plafonné les taux d’intérêt sur les nouveaux dépôts à des taux inférieurs à ceux du marché, soit 5 % pour ceux en devises et 8,5 % pour ceux en livres, entre autres.

Si elle n’impose aucune directive concernant les taux d’intérêt sur les nouveaux crédits ou ceux existants, une mesure demandée par plusieurs représentants du secteur privé, la circulaire n° 536 suggère indirectement aux banques à travers l’article 6 d’ajuster les taux des crédits à la baisse de ceux des dépôts, sans toutefois fixer d’objectifs. « La baisse des BRR, qui n’est pas forcément la dernière dans les six mois à venir, va donner un point de référence aux banques pour aménager les intérêts des crédits de leurs clients. Ce n’est toutefois pas une mesure qui les oblige à baisser tous les taux et chacune devrait procéder à des ajustements en fonction de sa situation », précise un banquier contacté par L’Orient-Le Jour.

Pour rappel, la circulaire n° 536, permet en outre aux banques de régler en livres la moitié des intérêts sur les dépôts en devises souscrits par leurs clients avant sa publication, un aménagement également applicable sur les rémunérations versées par la BDL sur les dépôts en devises et les certificats de dépôts en dollars que les établissements bancaires possèdent chez elle. Ces deux dernières mesures, qui permettent de baisser la demande de dollars, ont été critiquées par les agences de notation financières américaines qui les ont par exemple assimilées à un « défaut ».

La circulaire n’est cependant que l’un des principaux textes publiés par la BDL pour tenter de donner les moyens aux banques de faire face à la crise, latente depuis au moins deux ans mais dont les effets se sont accélérés cet été, suite à la conjonction de plusieurs facteurs. Un autre mesure-clé que les banques sont actuellement en train de mettre en œuvre concerne l’augmentation des fonds propres des banques de 20 % par rapport au 31 décembre 2018. Une opération en dollars qui doit être réalisée en deux temps – soit 10 % avant le 31 décembre 2019, puis 10 %.

Le secteur bancaire est, rappelle-t-on, ciblé par une partie des manifestants qui sont mobilisés depuis le 17 octobre contre les dirigeants politiques.



L’Association des banques a annoncé samedi avoir baissé de 104 points de base les taux d’intérêt de référence respectifs sur la livre libanaise et le dollar (Beirut Reference Rates ou BRR), en janvier. Le taux de référence sur la livre passe ainsi à 12,45 % et celui sur le dollar à 9,35 %.

La baisse du BRR, qui ne s’impose pas aux banques mais leur donne un...

commentaires (0)

Commentaires (0)