X

À La Une

Avec Soleimani, Trump a pris les risques que ses prédécesseurs avaient évités

Etats-Unis

La mort de l'homme-clé de l'influence iranienne au Moyen-Orient "fait de lui le plus important chef militaire étranger assassiné par les Etats-Unis depuis que l'avion transportant l'amiral Isoroku Yamamoto a été abattu en 1943".

OLJ/AFP/Paul HANDLEY
05/01/2020

Donald Trump a fait vendredi ce que d'autres présidents américains ont choisi d'éviter: éliminer l'homme-clé de l'influence iranienne au Moyen-Orient qui contrecarrait la politique des Etats-Unis dans toute la région.

Les prédécesseurs de M. Trump craignaient que l'élimination de Kassem Soleimani, chef de la Force al-Qods des gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures de l'Iran, ne provoque une nouvelle guerre dans une région où l'armée américaine est déjà embourbée en Afghanistan et en Irak.

Mais après trois ans d'escarmouches avec les factions pro-iraniennes dans la région, qui ont culminé par une attaque cette semaine contre l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad, le président américain a conclu qu'il valait mieux prendre ce risque.

Si le Pentagone, qui a tué Soleimani par un "tir de précision d'un drone" près de l'aéroport de Bagdad, n'avait pas agi, "nous aurions été coupables de négligence", a déclaré vendredi le chef d'état-major américain, le général Mark Milley. Les Etats-Unis avaient des informations "irréfutables" selon lesquelles Soleimani préparait des actions violentes bien plus importantes, a-t-il ajouté. "Le risque posé par l'inaction surpassait celui posé par l'action".

Aucun détail n'a été fourni sur les attaques que Soleimani auraient planifiées mais un haut responsable du ministère de la Défense a dit que l'opération avait été précipitée par le hasard. Soleimani "est arrivé à l'aéroport et nous avons eu une opportunité", a indiqué ce responsable ayant requis l'anonymat. "Sur la base des instructions du président, nous l'avons saisie".


(Lire aussi : Pour répondre à l’assassinat de Soleimani, le casse-tête de Téhéran)


La fin justifie-t-elle les moyens?

De nombreux élus et experts américains ont prévenu qu'il s'agissait d'une escalade des tensions avec l'Iran qui pourrait conduire les deux pays à la guerre ouverte.

Tuer Soleimani est une lourde décision, a souligné Max Boot, un expert du Council on Foreign Relations, dans une tribune publiée par le Washington Post. "Sa mort fait de lui le plus important chef militaire étranger assassiné par les Etats-Unis depuis que l'avion transportant l'amiral Isoroku Yamamoto a été abattu en 1943", a-t-il souligné en référence à l'architecte japonais de l'attaque contre Pearl Harbor en décembre 1941.

L'élue démocrate Elissa Slotkin, une ancienne analyste de la CIA experte des mouvements chiites qui a travaillé à la Maison Blanche et au Pentagone pendant les administrations de George W. Bush et Barack Obama, a rappelé que ces deux présidents américains s'étaient interrogés sur l'opportunité de tuer Soleimani.

"Ce qui a toujours empêché deux présidents, un républicain et un démocrate, de prendre Soleimani lui-même pour cible était une simple question", a-t-elle tweeté. "Est-ce qu'une frappe valait les probables représailles qu'elle impliquait et la possibilité de nous entraîner dans un conflit?" "Les deux administrations pour lesquelles j'ai travaillé avaient conclu que la fin ne justifiait pas les moyens", a-t-elle ajouté. "L'administration Trump a fait un calcul différent".

L'administration Obama "n'a jamais sous-estimé l'importance du rôle" de Soleimani, et notamment son influence au-delà du Moyen-Orient, a confirmé à l'AFP Ned Price, qui a aussi conseillé le prédécesseur direct de Donald Trump.

"Son emprise s'étend aussi à l'ouest", a ajouté M. Price, soulignant que la Force al-Qods peut opérer en Europe, en Amérique du Sud, et même aux Etats-Unis, où elle a été accusée d'avoir tenté en 2011 d'assassiner l'ambassadeur d'Arabie Saoudite.


(Lire aussi : En éliminant Soleimani, Trump a-t-il bien calculé son coup ?)


Devenu "trop dangereux"

Donald Trump a pris le contre-pied de Barack Obama en se retirant en 2018 de l'accord international sur le programme nucléaire iranien négocié par son prédécesseur, choisissant plutôt d'exercer une "pression maximum" sur le régime de Téhéran par le biais d'un régime de sanctions économiques sévères.

Téhéran a répliqué en tentant de bloquer le trafic maritime dans le Golfe, en abattant un drone américain au-dessus du détroit d'Ormuz et en bombardant des installations pétrolières en Arabie saoudite.

La politique de Donald Trump a essentiellement bénéficié aux éléments les plus radicaux du régime iranien, comme Soleimani, a indiqué à l'AFP Gil Barndollar, du centre de réflexion Defense Priorities. "Cela n'a fait qu'accroître son influence en Iran".

Alors que dans le passé, le risque de tuer Soleimani avait été jugé trop élevé, le général iranien était devenu trop dangereux, explique Will Fulton, un expert indépendant de l'Iran.

"Ses attributions et son rayonnement s'étaient élargis et l'administration Trump a sans doute décidé que l'influence de Soleimani et sa capacité à inspirer les évènements dans la région étaient devenues une menace trop grave pour ne pas y répondre".


Portrait

Soleimani, l’ombre iranienne qui planait sur le Moyen-Orient


Lire aussi

Les invités du soir, l'éditorial de Issa Goraieb

Assassinat de Soleimani : quelles conséquences au Liban ?

Assassinat de Soleimani : une logique de guerre à l’issue incertaine, le commentaire de Michael Young

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Revoltution

Jamais les États Unies n’ont été aussi mal gouvernés que sous Obama avec les injustices envers les noirs et leurs dizaines de bavures policières que tout le monde a vu et entendues.Il ne faut donc pas s’étonner de l’indifférence totale affichée envers des millions de Syriens que les Iraniens et Hezbollah ont massacres et chassés, pourchassés et amenés jusqu’à chez nous .
Pour une fois que quelqu’un réagit enfin quelque soit le résultat au moins , enfin quelque chose bouge au Moyen Orient et nous allons sortir de cet immobilisme atroce dans lequel nous sommes pris en otage poussant nos enfants à quitter le Liban en masse et cela est un crime dont nos vaillants résistants devront un jour rendre des comptes .

ANTOINE

L'arrogance iranienne et des milice pros-Iran on engendré un homme occidentale aussi arrogant. La diplomatie avec l'Iran a toujours été au profits de la république islamique. Maintenant au États-Unis msalheuresement, il y a un président qui parle le même langage. L'arrogance. La question que je poserais si j'étais dirigeant de l'Iran, est que me venger des États-Unis va être bénéfique. Si je suis peut être capable le blessé (mais une blessure bénigne) par contre lui (États-Unis), il va me faire très mal. Est ce que je voudrait m'affrnter et prendre le risque. Et j'espère que nos pros iranien au Liban vont faire profil bas. L'Etats-Unis de Trump n'est pas celle d'Obama

Remy Martin

Well done Trump !

Gros Gnon

Trump adore les records.
J’espère pour lui (et pour nous) qu’il n’entrera pas dans l’Histoire comme celui qui a déclenché la guerre qui aura tué le plus de monde de tous les temps...
Narcissiste, va!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST UNE OPERATION DE CALCULS. GAFFE OU BONNE DECISION SEUL LE FUTUR LE DIRA.

Aboumatta

Bravo a Trump
au moins il ne se prend pas la tete a répondes a des minables proxi et milices diverses que l'Iran installe un peut partout
la réponse désormais se fait et se fera directement sur la tete du serpent.

Petmezakis Jacqueline

pourrait-on formuler ,s'il vous plait ,ce titre autrement?
Trump a" fait prendre des risques " car ce n'est pas lui qui sera sous le feu; sinon ,il cesserait d'agir ,de parler et de s'agiter dans tous les sens;J.P

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

C’est tous les jours dimanche

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants