Rechercher
Rechercher

Liban - Désobéissance civile

Des militants appellent à ne plus payer les factures d’électricité à EDL

À partir de jeudi, le mouvement de désobéissance civile devrait entrer dans une nouvelle étape avec un appel à ne plus rembourser les prêts bancaires.


Des dizaines de personnes se sont rassemblées samedi dernier devant le siège d’EDL à Beyrouth, pour signifier leur refus de payer leurs factures. Photo DR

Alors qu’ils évoquaient depuis quelques semaines la possibilité d’un mouvement de désobéissance civile, un groupe de contestataires ont officiellement donné le coup d’envoi de cette campagne samedi soir, en appelant les Libanais à cesser de payer leurs factures d’électricité, lors d’un sit-in devant les locaux d’Électricité du Liban (EDL), dans le secteur de Mar Mikhaël à Beyrouth. Ils s’apprêtent également, à partir de jeudi, à lancer une campagne pour ne plus payer les emprunts bancaires, dans une volonté de contester les restrictions imposées par le secteur bancaire depuis deux mois. Les protestataires prévoient pour ce faire une manifestation jeudi devant l’Association des banques, à Saïfi.

Les contestataires ont créé une page Facebook pour l’occasion, intitulée « Nous ne paierons pas – Liban », sur laquelle ils ont lancé un appel pour la manifestation de jeudi, sans plus de précisions. « Pour un arrêt du paiement des taxes, factures de l’État et des prêts bancaires jusqu’au recouvrement de nos droits », peut-on lire sur cette page, dans laquelle les risques d’une désobéissance civile au niveau des factures d’électricité sont bien détaillés. En revanche, pas d’indications pour l’heure sur les risques de poursuites pour les personnes ayant contracté des emprunts bancaires. « Nous sommes face à un cas de force majeure, indique le militant Camille Mourani pour justifier le recours à la désobéissance civile. D’ailleurs, nous avons des avocats qui travaillent sur cette question et qui nous conseillent », assure-t-il.

En annonçant leur refus de régler les factures d’EDL, les manifestants dénoncent l’incapacité du secteur à assurer une alimentation électrique continue et le recours de la quasi-totalité des Libanais à des générateurs privés. « Nous ne paierons plus deux factures », ont assuré les manifestants samedi soir. À Saïda également, plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés samedi devant la branche locale d’EDL sous le thème « Nous ne voulons pas payer l’électricité », selon notre correspondant sur place Mountasser Abdallah. « Cet appel à la désobéissance civile concerne toutes les administrations, et ce dans toutes les régions », a expliqué un des organisateurs de ce sit-in. Un rassemblement a aussi eu lieu au cours du week-end devant la branche locale d’EDL à Tyr, au Liban-Sud. « EDL ne peut couper le courant qu’après deux à trois factures impayées au moins, sachant que chaque facture impayée est ramenée chez EDL dans un délai d’un mois et demi au moins par le percepteur de factures », peut-on lire sur la page Facebook « Nous ne paierons pas – Liban ». Les militants précisent également qu’une amende de 6 000 LL est imposée pour chaque facture impayée, quelle que soit la durée du retard de paiement. Les impayés peuvent être remboursés avec échelonnement, en accord avec EDL, et seules les équipes techniques d’EDL sont habilitées à couper le courant chez les personnes qui refusent de régler leurs dus.

EDL a absorbé près de 2 milliards de dollars de subventions en 2018, alors que ses capacités ne lui permettent pas d’alimenter tous les foyers libanais 24 heures sur 24, ce qui oblige la quasi-totalité d’entre eux à s’abonner à des générateurs privés. En 2019, les avances du Trésor à Électricité du Liban devraient s’élever à près de 1,66 milliard de dollars (2 500 milliards de livres), ce qui représente 9,7 % des dépenses totales de l’État.


Lire aussi

La contestation refuse de donner quitus à Hassane Diab

Hassane Diab : un baiser de Judas pour les étrennes ?, par Antoine COURBAN 

À Jabal Mohsen et Bab el-Tebbané, une révolte qui unit, mais pas trop...

Hale refuse de se positionner sur la question du gouvernement

Alors qu’ils évoquaient depuis quelques semaines la possibilité d’un mouvement de désobéissance civile, un groupe de contestataires ont officiellement donné le coup d’envoi de cette campagne samedi soir, en appelant les Libanais à cesser de payer leurs factures d’électricité, lors d’un sit-in devant les locaux d’Électricité du Liban (EDL), dans le secteur de Mar Mikhaël à...
commentaires (4)

Et la révolution qui nous a tant fait rêver, commence à nous faire cauchemarder. Enfin je parle pour celles et ceux qui se sont faits rouler dans la farine un fois de plus. C'est en fait toujours les mêmes que ceux qui ont mordu à l'hameçon en 2011 en Syrie.

FRIK-A-FRAK

13 h 39, le 23 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Et la révolution qui nous a tant fait rêver, commence à nous faire cauchemarder. Enfin je parle pour celles et ceux qui se sont faits rouler dans la farine un fois de plus. C'est en fait toujours les mêmes que ceux qui ont mordu à l'hameçon en 2011 en Syrie.

    FRIK-A-FRAK

    13 h 39, le 23 décembre 2019

  • Excellente initiative que le peuple libanais aurait dû utiliser depuis très longtemps. Lorsqu'ils se permettaient de bloquer le pays pendant des mois, incapables de se mettre d'accord sur les projets qui auraient pu nous sortir de la misère dans laquelle nous vivons depuis des décennies. Il faut assécher la source de leurs salaires ( puisqu'ils ne font pas leur job) ainsi que ceux de leurs employés qui pullulent et leurs frais de tout genre. Ils vivent comme des nababs et regardent les citoyens souffrir sans que cela ne les empêche de se goinfrer et de voyager à grand frais à nos dépends. Cette désobéissance civile ne soit pas se limiter à l'électricité ou autre elle être totale. Ils nous bloquent notre argent dans les banques nous leur bloquons leurs salaires

    Sissi zayyat

    12 h 30, le 23 décembre 2019

  • Ne plus payer les factures EDL...est-ce une bonne solution ? Avez-vous envisagé que les collecteurs de ces factures risquent de perdre leur emploi ? Et probablement d'autres conséquences qui toucheront le petit peuple en premier ??? Votre désobéisance civile, exercez-la dans d'autres domaines qui touchent directement aux salaires des "IRRESPONSABLES" corrompus grands et petits qui, eux, continuent de toucher leurs salaires !!! Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 00, le 23 décembre 2019

  • Excellente initiative...il faut asphyxier l Etat et ses entreprises minees par la corruption.

    HABIBI FRANCAIS

    09 h 52, le 23 décembre 2019

Retour en haut