Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Enrichissement illicite : Hoda Salloum entendue mercredi par le premier juge d’instruction de Beyrouth

Ghada Aoun a comparu devant l'Inspection judiciaire.

La directrice générale du département du trafic routier, Hoda Salloum. Photo Ani

La directrice générale du département du trafic routier, Hoda Salloum, qui est détenue, sera entendue mercredi par le premier juge d’instruction de Beyrouth, Georges Rizk, dans le cadre d'une plainte de la procureure générale du Mont-Liban, Ghada Aoun, pour enrichissement illicite.

Certaines des charges retenues contre Mme Salloum par la juge Aoun - pots-de-vin, faux et usage de faux, dilapidation de fonds publics - ont été annulées vendredi, et la chambre d’accusation de Beyrouth a ratifié la décision du juge Rizk de la remettre en liberté sous caution d’élection de domicile. La juge Aoun avait toutefois rejeté cette décision et maintenu en état d’arrestation la directrice générale.

En conséquence, l’avocat de Mme Salloum, le député Hadi Hobeiche, a déposé auprès de la Cour d’appel du Mont-Liban une demande visant à dessaisir la procureure générale du Mont-Liban du dossier de sa cliente.

Hier, Mme Salloum a attaqué en justice la juge Aoun, reprochant à cette dernière d’avoir ordonné son arrestation afin de faciliter son remplacement par une personnalité affiliée à une autre formation politique. La plainte lancée contre Ghada Aoun a été déposée par Hadi Hobeiche.

Mme Aoun a déposé plainte contre le député du courant du Futur auprès du parquet de cassation pour diffamation et atteinte à sa personne. Suite à cette plainte, M. Hobeiche avait fait irruption dans le bureau de la juge Aoun pour contester l’arrestation de sa cliente et avait insulté la juge. Le député a déposé de son côté une plainte contre Mme Aoun pour le même grief de diffamation ainsi que pour humiliation.


Inspection judiciaire
De son côté, la juge Aoun a comparu dans la journée devant l'Inspection judiciaire, conformément à une décision du Conseil supérieur de la magistrature en raison de déclarations publiques faites sans en avertir sa hiérarchie, mais aussi en raison des plaintes déposées contre elles par Hoda Salloum et Hadi Hobeiche.

Dimanche, le député du Akkar et membre du courant du Futur est revenu à la charge, lors d’une conférence de presse, contre la juge Ghada Aoun appelant à "mettre un terme à l’injustice subie par la directrice générale de la commission de direction du trafic routier, Hoda Salloum". "Si Hoda Salloum a commis une quelconque infraction, elle devra en répondre, mais monter des dossiers est de la corruption par excellence", s’est insurgé l’avocat pour qui l’affaire Hoda Salloum est le résultat d’une politisation de la justice. "Il y a des efforts depuis deux ans pour licencier Hoda Salloum et nommer à sa place un directeur affilié à une autre formation politique", avait-il affirmé. "Mais lorsque cette option a échoué au niveau politique, un dossier a été monté de toutes pièces, et l’affaire a commencé lorsqu’un avocat de cette formation politique (le Courant patriotique libre de Gebran Bassil, dont la juge Aoun est estimée proche, selon ses détracteurs) a porté une plainte infondée."

"Le CPL n'a jamais demandé le départ de Hoda Salloum", a répliqué mardi le député Assaad Dergham, membre du groupe parlementaire du "Liban fort" dont le CPL est la principale composante. "A l'époque, nous avions juste reproché au ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, et à M. Hobeiche, d'avoir voulu renouveler son mandat. Les nominations administratives avaient alors été gelées pour cette raison, notamment au sein de la direction générale du département du trafic routier où des soupçons de corruption existaient déjà", a-t-il ajouté.



Lire aussi

L’intrusion brutale du député, un défi pour la justice

Le sursaut judiciaire semble indissociable de la crise politique


Pour mémoire

Le torchon brûle entre le parquet de cassation et la procureure d’appel du Mont-Liban

La lutte contre l’enrichissement illicite est-elle possible sans une refonte du système judiciaire ?



La directrice générale du département du trafic routier, Hoda Salloum, qui est détenue, sera entendue mercredi par le premier juge d’instruction de Beyrouth, Georges Rizk, dans le cadre d'une plainte de la procureure générale du Mont-Liban, Ghada Aoun, pour enrichissement illicite.Certaines des charges retenues contre Mme Salloum par la juge Aoun - pots-de-vin, faux et usage de faux, ...

commentaires (5)

JE N,AU PAS VU -LA JUSTICE- SEVIR CONTRE QUELQUE GROS REQUINS DE LA CORRUPTION ENCORE... ET DIEU CONNAIT QU,ON EN A DES CENTAINES. ON SE CONTENTE DE POURSUIVRE LES PETITS ET MOYENS POISSONS. DE LA POUDRE AUX YEUX DES CITOYENS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

09 h 10, le 18 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • JE N,AU PAS VU -LA JUSTICE- SEVIR CONTRE QUELQUE GROS REQUINS DE LA CORRUPTION ENCORE... ET DIEU CONNAIT QU,ON EN A DES CENTAINES. ON SE CONTENTE DE POURSUIVRE LES PETITS ET MOYENS POISSONS. DE LA POUDRE AUX YEUX DES CITOYENS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 10, le 18 décembre 2019

  • Drôle de mic-mac cette affaire où le politique semble prendre une fois de plus le pas sur le judiciaire sur fond de malversations diverses et variées. Et ça ne donne pas une image jolie jolie de la justice libanaise où les magistrats se tirent dans les pattes, se désavouent les uns les autres et commettent autant d'infractions que ceux qu'ils jugent. Faudra que la thawra fasse un tour par là.

    Marionet

    21 h 54, le 17 décembre 2019

  • QUE LA JUSTICE EN DECIDE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 43, le 17 décembre 2019

  • PICASSO LUI-MEME N'AURAIT PAS PU REUSSIR UN AUSSI "JOLI" TABLEAU DE CE QU'EST DEVENU LE SYSTEME JURIDIQUE DANS LE PARADIS SUR TERRE APPELE LIBAN !

    gaby sioufi

    15 h 26, le 17 décembre 2019

  • D'emblée j'avoue ne connaître personne dans le temple sacré de l'Etat libanais. Selon mes lectures, Hoda Salloum est accusée de pots-de-vin, faux et usage de faux, dilapidation de fonds publics, d'enrichissement illicite... Je conseille Madame et Monsieur Ghada Aoun et Georges Rizk de louer le train l'Orient-Express avec 100 wagons afin d'emmener au Tribunal une partie de ceux qui ont commis les mêmes indélicatesses multipliées par mille et qui sont toujours dans tous les ministères et occupent les plus hautes fonctions de l'Rtat. Hoda Salloume est un grain de sable du "Sahara Liban".

    Honneur et Patrie

    15 h 22, le 17 décembre 2019

Retour en haut