Le billet de Gaby NASR

Chah perché

Billet
Gaby NASR | OLJ
13/12/2019

Pauvre fauteuil! S’il pouvait parler, il en aurait de bien belles à raconter ! Appelé familièrement « perchoir », ce meuble vénérable tutoie depuis 27 ans la même paire de fesses agrémentées de la même raie… et des bruits qui s’en échappent, reflet des petites misères intimes de leur propriétaire, lequel en passant affiche au compteur pas moins de 81 balais. Istiz Nabeuh est un homme heureux. Depuis le temps qu’il le pratique, son trône de chah perché est quasiment devenu partie intégrante de son hémisphère Sud.

On pensait tout savoir de lui : il y a eu le jeune déshérité des débuts puis le nabab repu après s’être gavé de l’héritage; ensuite le vieux briscard de la politique, qui a transformé les ministères juteux en agence pour l’emploi ; enfin, aujourd’hui le seul responsable officiel qui a réussi le tour de force d’être estimé fréquentable par les diplomates tout en étant nasrallo-compatible.

Mais savait-on vraiment tout ? Pas tout à fait puisqu’on vient de découvrir au détour d’une manif que le baron de Aïn el-Tiné est aussi patron milicien, entretenant un élevage de quelques dizaines de patibulaires hirsutes, pudiquement appelés « policiers du Parlement ». Des poulets OGM, quoi ! Oh, pas grand-chose sur le plan opérationnel, juste de quoi jouer les porte-serviettes du Maître, servir le café aux visiteurs de passage et castagner les manifestants qui s’approchent d’un peu trop près de la place de l’Étoile.

Flottant au-dessus des nuages, Magic Nabeuh ne pige pas cette grogne populaire face à la crise. Lui, faut pas lui demander si dans tel ou tel dossier l’impact de ceci ou de cela sur le PIB est inversement proportionnel à la racine carrée du taux de croissance. Ce n’est pas son genre de beauté. Notre ami ne s’intéresse qu’à deux grands sujets : Israël et le Conseil du Sud. L’agressivité du premier, justifiant la mangeoire du second, laquelle a fait depuis 1992 le bonheur de cet homme de tous les râteliers. Aussi, il y va de sa langue de bois à chaque fois qu’il en a l’occasion. Un discours babillard, véritable pot-pourri de lieux communs brassant des niaiseries sucrées du genre aimons-nous en nous pelotant les uns les autres, avec au passage l’indispensable couche de pommade à l’adresse de la Syrie et de l’Iran, le tout assaisonné d’un mélange imbuvable d’armement sacré et de résistance à barbe.

Voilà pour le bilan. Pour le reste, notre ami n’a pas grand-chose à faire. Et au vu de sa belle santé, il a toute la vie pour le faire…

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

RIEN QUE LES SALAIRES DE CETTE BANDE SOUS SES ORDRES POUR SA PROTECTION, J'IMAGINE PAS LOIN DE 100 000 $ PAR MOIS. MULTIPLIER PAR 30 ANS DE SERVICES POUR LE LIBAN......OUUUUUUFFFFFF C'EST VERTIGINEUX. (100 000 X12)X30=36 000 000$ AU MOINS.

IMB a SPO

Mais aussi, passeport americain en sus!

Petmezakis Jacqueline

poulets OGM oui ,mais qui s'adonnent aux combats de coqs!J.P

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DESCRIPTION PAUVRE. IL EN A TELLEMENT D,AUTRES ETOILES NOIRES A SON BLASON !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants