Rechercher
Rechercher

crise

La livre syrienne à son plus bas sur le marché noir

Un analyste indique que la livre syrienne a perdu 30% de sa valeur depuis le début des manifestations au Liban.

La livre syrienne a atteint mardi les 1.000 livres pour un dollar. Photo d'archives/AFP

Le taux de change de la livre syrienne est tombé mardi à son plus bas historique sur le marché noir par rapport au cours officiel, atteignant les 1.000 livres pour un dollar, une dégringolade synonyme de nouvelles difficultés économiques dans le pays en guerre. Pour des experts, l'économie syrienne est directement affectée par la crise qui touche le Liban, fragilisé par une crise des liquidités et secoué depuis près de deux mois par une contestation populaire inédite.

Un changeur à Damas a indiqué mardi à l'AFP sous le couvert de l'anonymat qu'il vendait le dollar à 1.000 livres syriennes (LS) au marché noir. Selon un site internet consulté par les changeurs, un dollar se vend mardi dans la capitale au taux très volatile de 975 LS. C'est plus du double du taux affiché sur le site de la Banque centrale (434 LS pour un dollar). Avant le début de la guerre en Syrie en 2011, le dollar s'échangeait à 48 LS au cours officiel.

Avec les sanctions occidentales imposées à la Syrie, les milieux d'affaires et les importateurs dépendent du Liban et de son système bancaire pour poursuivre leurs activités. Or, les banques libanaises ont imposé depuis plusieurs mois des restrictions de plus en plus sévères sur l'obtention de dollars, et la situation s'est aggravée avec la contestation.

La dégringolade intervient en effet alors que le Liban est au bord de l'effondrement économique. Dans le pays du Cèdre, les difficultés économiques se font sentir depuis bien avant le début des manifestations le 17 octobre, sur fond de crises politiques à répétition, exacerbées par les répercussions du conflit en Syrie. Le pays connaît aussi une crise de liquidités qui menace les importations et a entraîné une hausse des prix. Les importateurs de carburants, mais aussi de matériel médical, ont tiré la sonnette d'alarme. Car si le dollar est couramment utilisé au quotidien, des restrictions de plus en plus sévères ont été adoptées depuis plusieurs mois sur l'obtention du billet vert dans les banques, et la situation s'est aggravée avec la contestation. Si le prix de la livre est officiellement toujours fixé au dollar depuis 1997 (1 507,5 livres pour un dollar, et 1 515/1 517 livres pour les transactions bancaires), il a en revanche récemment dépassé la barre des 2 000 livres dans les bureaux de change.



(Lire aussi : En quoi le système financier libanais est-il un système de Ponzi ?)



"La Syrie a besoin du Liban"
"Sachant qu'il est très difficile d'acheter des dollars au Liban, cela a des conséquences sur la Syrie", a souligné Jihad Yazigi, directeur du site économique en ligne "The Syria Report". Selon lui, cette situation a notamment un "impact négatif" sur les importateurs syriens, les Syriens qui ont des comptes en banque au Liban ou les travailleurs qui envoyaient de l'argent en Syrie.

D'après l'analyste Samuel Ramani, la livre syrienne a perdu 30% de sa valeur depuis le début des manifestations au Liban. "Les banques libanaises sont importantes pour l'économie syrienne, elles donnent à la Syrie un accès dérobé aux dollars américains", dit-il.

Le réseau Synaps, centre de réflexion basé à Beyrouth, confirme que "la crise de liquidités au Liban a durement touché la Syrie". "La Syrie a besoin du Liban comme conduit pour les devises étrangères : que ce soit par le biais des versements par virement, du liquide acheminé à travers la frontière, ou les capitaux qui dorment dans les banques libanaises", a indiqué Synaps sur Twitter.

Avec la nouvelle chute de la livre et des importations réglées en dollars, un commerçant à Damas assure que tout a augmenté, que ce soit la nourriture ou les transports. "Les prix ont doublé ces deux derniers mois", dit-il à l'AFP, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat en raison de la sensibilité du sujet.

L'employé d'une boutique informatique et de téléphonie mobile à Damas, qui importe sa marchandise du Liban, assure lui aussi que ses prix ont augmenté. "La hausse du taux de change a un impact direct sur nous", a expliqué le trentenaire.

La Syrie est ravagée depuis 2011 par un conflit qui a fait plus de 370.000 morts. La guerre a entraîné des destructions massives d'infrastructures et réduit à néant plusieurs secteurs lucratifs, dont celui du pétrole.



Lire aussi
Des avocats soupçonnent banques et changeurs de manipuler le marché

La commission de contrôle des banques renforce la supervision des changeurs

Le flou complet règne sur le prix du dollar dans les bureaux de change

Restrictions bancaires, accès limité au dollar: les ménages et entreprises dans la tourmente au Liban


Le taux de change de la livre syrienne est tombé mardi à son plus bas historique sur le marché noir par rapport au cours officiel, atteignant les 1.000 livres pour un dollar, une dégringolade synonyme de nouvelles difficultés économiques dans le pays en guerre. Pour des experts, l'économie syrienne est directement affectée par la crise qui touche le Liban, fragilisé par une crise des...

commentaires (3)

Que fait le heros bashar ?plus facile d assassiner des femmes et enfants innocents que de gerer l economie...c est celle ci qui le perdra.

HABIBI FRANCAIS

09 h 28, le 04 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Que fait le heros bashar ?plus facile d assassiner des femmes et enfants innocents que de gerer l economie...c est celle ci qui le perdra.

    HABIBI FRANCAIS

    09 h 28, le 04 décembre 2019

  • ET ENCORE IL Y A DU CHEMIN. CA VA DEPASSER LE CAP DU MILLIER. LE GLISSEMENT S,ACCENTUERA AVEC LES DETTES DE LA RECONSTRUCTION.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 22, le 03 décembre 2019

  • Faut acheter à la baisse. Ca va remonter quand les chinois auront pris les choses en main .

    FRIK-A-FRAK

    15 h 05, le 03 décembre 2019