Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Aoun reçoit Khalaf : La contestation a fait tomber de nombreuses lignes rouges

Le bâtonnier de Beyrouth, proche du mouvement inédit de protestation contre le pouvoir, appelle à injecter de la démocratie au sein des institutions.

Le président libanais, Michel Aoun, recevant le 2 décembre 2019 au palais de Baabda une délégation de l'Ordre des avocats présidée par le bâtonnier de Beyrouth, Melhem Khalaf. Photo Dalati et Nohra

Le président libanais Michel Aoun a affirmé lundi que le mouvement inédit de contestation contre le pouvoir accusé d'incompétence et de corruption, entré dans son 47e jour, avait "cassé de nombreuses chasses gardées et fait tomber de nombreuses lignes rouges".

Une des premières réalisations de la révolte populaire lancée le 17 octobre a été la démission du gouvernement de Saad Hariri, le 29 octobre. Mais depuis, le chef de l’État n'a toujours pas lancé les consultations contraignantes avec les groupes parlementaires, comme l'exige la rue, estimant qu'une formule pour la formation du cabinet doit d'abord être trouvée.

"Le mouvement de contestation a cassé de nombreuses chasses gardées et fait tomber de nombreuses lignes rouges", s'est félicité le président Aoun qui a reçu au palais de Baabda le nouveau bâtonnier du barreau de Beyrouth, Melhem Khalaf, dont l'élection il y a quelques jours à la tête d'une délégation de l'Ordre des avocats est considérée comme l'une des victoires du mouvement.

"Dans la prochaine phase, vous verrez des choses qui vous satisferont et satisferont l'ensemble des Libanais", a promis le chef de l'Etat. Evoquant la lutte de la corruption, M. Aoun a indiqué : "Nous nous heurtons non seulement aux corrompus au sein du pouvoir ou à ceux qui y ont été, mais aussi à la protection dont ces derniers jouissent au sein de la société car celui qui est lésé ne se plaint pas, mais se contente d'en parler dans les salons".

Par ailleurs, le président a appelé à poursuivre en justice "ceux qui utilisent de mauvaise manière la devise nationale", alors que le taux de change parallèle entre la livre libanaise et le dollar a dépassé les 2 000 LL en raison des restrictions sur la circulation de la devise américaine dans un contexte de crise économique aiguë, proposant par ailleurs d'amender les lois "retardant les procédures judiciaires".

De son côté, M. Khalaf a exprimé son "attachement à la Constitution, aux institutions et à leur symbolisme, insistant sur le fait que leur principale préoccupation est d'y "injecter de la démocratie". "L'Ordre des avocats est un levier pour l'Etat car il est attaché à l'Etat de droit (...), et à la lutte contre la corruption et à la reddition des comptes aux côtés du pouvoir judiciaire indépendante, efficace, intègre et équitable", a déclaré le bâtonnier de Beyrouth, prônant une "approche salvatrice sage et efficace" face à la situation "difficile" du Liban.


Lire aussi

La révolution de la dignité, l'édito d’Émilie SUEUR

Le mouvement de protestation et les pièges de la politisation, le décryptage de Scarlett HADDAD

Les FL et le mouvement contestataire : entre profil bas pragmatique et prudence tactique

Aounistes et contestataires se défient sur la route du palais présidentiel
Le président libanais Michel Aoun a affirmé lundi que le mouvement inédit de contestation contre le pouvoir accusé d'incompétence et de corruption, entré dans son 47e jour, avait "cassé de nombreuses chasses gardées et fait tomber de nombreuses lignes rouges". Une des premières réalisations de la révolte populaire lancée le 17 octobre a été la démission du gouvernement de Saad...
commentaires (5)

Nous avons déjà assez vu et entendu des choses qui devaient soit disant satisfaire les libanais mais hélas vous en êtes incapable. On en a cru jusqu'au bout mais rien qui vaille n'a transpiré pendant 3 longues années. Au contraire Alors commencez M. Le président par faire votre travaille et fixez la date de la séance qui devrait soulager le pays de la tension qui pèse sur tout le monde et qui nous donnerait l'impression que vous êtes enfin sincère et que vous travaillez. Et de grâce pas de surenchère sur les pouris et les corrompus... On dirait que vous venez juste de découvrir que des vols, des larcins et et pots de vin ont eu lieu sous votre mandat. les cris de la rue vous ont peut être réveillé? Il était temps dites donc parce que le pillage n'a plus rien laissé.

Sissi zayyat

19 h 08, le 02 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Nous avons déjà assez vu et entendu des choses qui devaient soit disant satisfaire les libanais mais hélas vous en êtes incapable. On en a cru jusqu'au bout mais rien qui vaille n'a transpiré pendant 3 longues années. Au contraire Alors commencez M. Le président par faire votre travaille et fixez la date de la séance qui devrait soulager le pays de la tension qui pèse sur tout le monde et qui nous donnerait l'impression que vous êtes enfin sincère et que vous travaillez. Et de grâce pas de surenchère sur les pouris et les corrompus... On dirait que vous venez juste de découvrir que des vols, des larcins et et pots de vin ont eu lieu sous votre mandat. les cris de la rue vous ont peut être réveillé? Il était temps dites donc parce que le pillage n'a plus rien laissé.

    Sissi zayyat

    19 h 08, le 02 décembre 2019

  • VOUS VERREZ DES CHOSES QUI SATISFERONT TOUS LES LIBANAIS DIT-IL. C,EST EXACTEMENT CA LE PROBLEME CAR POUR SATISFAIRE TOUT LE MONDE ON VA DANS LES MARCHANDAGES DU CONSENSUS QUI PARTAGE LES GATEAUX ENTRE TOUS LES ABRUTIS CORROMPUS ET INCOMPETENTS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    16 h 52, le 02 décembre 2019

  • IL DIT AVOIR TIRE LES LECONS OR LE RETARD JUSQU,AUJOURD,HUI A NOMMER UN PREMIER MINISTRE NE LE CONFIRME PAS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 53, le 02 décembre 2019

  • ""Le mouvement de contestation a cassé de nombreuses chasses gardées et fait tomber de nombreuses lignes rouges"" Repete Mr. Aoun , mais lui , jobran , leurs allies & copains anciens & nouveaux n'y sont pas concernes ! eux c des lignes cramoisies DONC pas encore atteintes malgre tout.

    Gaby SIOUFI

    14 h 50, le 02 décembre 2019

  • WAIT AND SEE

    Gebran Eid

    14 h 47, le 02 décembre 2019

Retour en haut