Rechercher
Rechercher

Liban

Formation du gouvernement : le Hezbollah accuse les Etats-Unis d’ingérence

Le numéro deux du parti chiite assure que sa formation était déterminée à ne pas se laisser entraîner dans une guerre civile.



Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem, lors d'une interview avec Reuters, dans la banlieue sud de Beyrouth, le 22 novembre 2019. REUTERS/Aziz Taher

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem, a accusé vendredi, dans un entretien accordé à l'agence Reuters, les États-Unis de s’ingérer dans la formation du nouveau gouvernement libanais. Ces propos interviennent plus de trois semaines après la démission du cabinet de Saad Hariri sous la pression de la rue qui conteste depuis le 17 octobre une classe dirigeante jugée corrompue.

"Le premier obstacle à la formation du gouvernement est l’Amérique, car elle veut un gouvernement qui lui ressemble et nous voulons un gouvernement qui ressemble au peuple libanais, a déclaré le cheikh Kassem. La crise continuera jusqu'à ce que les parties étrangères renoncent à leurs objectifs". "Des responsables américains sont en contact direct avec des hommes politiques et des responsables libanais, a-t-il ajouté. Qu'ils nous laissent tranquilles afin que nous puissions trouver un accord entre nous. Plus ils interviennent, plus ils retardent la solution". "Il y a des contacts permanents entre le Hezbollah et le Premier ministre (sortant) Saad Hariri pour choisir un Premier ministre", a dans ce cadre assuré le numéro deux du parti chiite.

Naïm Kassem a en outre assuré que son parti ne voyait "pas de signes d'une guerre civile au Liban". "Le Hezbollah est déterminé à ne pas se laisser entraîner dans le conflit comme le veut l'Amérique, a-t-il ajouté. Mais nous avons des informations sur des tentatives américaines de créer des problèmes sécuritaires".

Selon lui, le premier pas vers la gestion de la crise serait "la formation d'un gouvernement qui devrait commencer par mettre en œuvre un plan économique d'urgence". "Les causes de la crise sont dues aux mauvaises politiques et à la corruption", a-t-il souligné

"Nous soutenons le peuple à 100% dans leurs demandes de lutter contre la corruption : les corrompus doivent être jugés (...) peu importe qui ils sont (...), a encore dit le cheikh Kassem. Nous soutenons toutes les mesures qui limitent la corruption et permettent de récupérer les richesses pillées". Il a dans ce cadre indiqué que la crise économique touchait aussi les partisans du groupe chiite.

Depuis le 17 octobre, des centaines de milliers de libanais de tous bords sont dans les rues pour dénoncer la dégradation de la situation économique et réclamer le départ d'une classe politique jugée incompétente et corrompue. Un mouvement inédit qui a poussé le gouvernement de Saad Hariri à la démission le 29 octobre. Selon la Constitution, c'est le chef de l’Etat qui doit déclencher les consultations parlementaires contraignantes en vue de désigner un nouveau Premier ministre. Mais cette démarche n'a toujours pas été lancée. Le président a jusque-là repoussé cette échéance en affirmant vouloir aboutir à un accord politique préalable, afin d'éviter des obstacles au prochain chef du cabinet qui devra former son équipe.

Les propos de Naïm Kassem interviennent alors que le dossier du Hezbollah reste au centre des préoccupations américaines. Jeffrey Feltman, ancien ambassadeur des Etats-Unis au Liban, a tenu d’importants propos à ce sujet, mardi dernier. S’exprimant en sa qualité personnelle devant la sous-commission parlementaire américaine des Affaires étrangères pour le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et le terrorisme international, il a affirmé que la Russie pourrait "faciliter la restauration de l’hégémonie du régime syrien sur le Liban". "La Russie, qui n’avait jamais été satisfaite de la focalisation de (l’ancien) président George W. Bush sur la liberté du Liban, pourrait être ravie de faciliter la restauration de l’hégémonie syrienne sur son petit voisin, surtout en tant que couverture pour ses propres objectifs au Liban", a encore affirmé l’ancien diplomate.

Le Hezbollah estime que des "ambassades" ont tenté de récupérer le mouvement de contestation et de renverser le pouvoir. Au début de la révolte, le chef du parti Hassan Nasrallah avait accusé les contestataires d’être menés par certaines parties politiques et financés par les ambassades de pays étrangers.


Lire aussi

Intérêt international croissant pour le Liban

Fête de l'Indépendance : comment ont réagi les responsables libanais au "défilé civil"

Le "Poing de la révolution" de nouveau levé

Place des Martyrs, le défilé de la "véritable indépendance"

Très modeste cérémonie officielle pour le 76ème anniversaire de l'Indépendance


Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem, a accusé vendredi, dans un entretien accordé à l'agence Reuters, les États-Unis de s’ingérer dans la formation du nouveau gouvernement libanais. Ces propos interviennent plus de trois semaines après la démission du cabinet de Saad Hariri sous la pression de la rue qui conteste depuis le 17 octobre une classe dirigeante...

commentaires (23)

Quant on est Hezbollah, accuser un pays étranger d’ingérence dans les affaires libanaises! Il faut tout de même un certain culot!

Yves Prevost

07 h 48, le 24 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (23)

  • Quant on est Hezbollah, accuser un pays étranger d’ingérence dans les affaires libanaises! Il faut tout de même un certain culot!

    Yves Prevost

    07 h 48, le 24 novembre 2019

  • Sympa elle n´accuse pas Tehran

    Azar Claude

    00 h 12, le 24 novembre 2019

  • Mais au fait avec l’un ou l’autre de ces partis le Sud se développe t -il ? Réponse ?oui beaucoup d’usines beaucoup d’hôtels beaucoup de travail car il y a l’agriculture aussi et le chômage vraiment est à zéro . Y’a hasra réveillez vous et de toutes façons c est trop tard Comme l’ a dit Nadim Gemayel le plus sûr chemin pour les Libanais épris de liberté et de sens du travail c’est de faire du Liban ce que la Suisse a fait le transformer en canton . Comme cela le canton du Sud quand il voudra aller ressusciter Hugo Chavez il le fera sans entraîner au purgatoire tous les Libanais avec lui .

    PHENICIA

    21 h 46, le 23 novembre 2019

  • C'est quand meme extraordinaire de la part d'un membre eminent de Hezballah de critiquer les USA d'ingerence alors que son boss HN dit clairemen qu'il recoit de l'argent de l'Iran et n'est pas donc voncerne par la crise economique du pays Personellementje prefere les millions des Etats Unis donne al'armee Libanaise que les millions donne a HB par l'Iran pour envoyer les Libanais se faire tuer pour des causes completement etangeres au Liban dont acte ici

    LA VERITE

    17 h 43, le 23 novembre 2019

  • J'ai beaucoup aimé le Mr. Adjoint du Hezbollah qui dit" nous voulons un gouvernement qui ressemble au peuple libanais " ha ha ha il voulait dire aux Ayattollahs iraniens?

    Eleni Caridopoulou

    16 h 35, le 23 novembre 2019

  • Cheikh Naïm Kassem annonce que sa formation était déterminée à ne pas se laisser entraîner dans une guerre civile (fitnat). Nous en prenons acte. Cependant deux min-questions s'imposent : - Qui a envoyé les porte-gourdins pour tabasser pêle-mêle des familles, des personnes âgées, des femmes avec des bébés aux bras et ce, au Ring et à la Place des Martyrs ? - Qui a envoyé le motard qui a brûlé le Poing de la l'Indépendance ? Deux réponses s'imposent. D'avance Merci.

    Honneur et Patrie

    13 h 55, le 23 novembre 2019

  • L'ingerence se fait de partout.Des Etats Unis a l'Iran Syrie etc..quant a la corruption le Hezb aurait fait mieux s'il avait rejoint la parole a l'acte depuis qu'il fait partie integrale de tous les gouvernements corrompus de 2005 jusqu'a present.

    EL KHALIL ABDALLAH

    12 h 33, le 23 novembre 2019

  • Cheikh Naïm Kassem : Le premier obstacle à la formation du gouvernement c'est l'Amérique. Les Bassidji accusent l'Amérique, Israël et l'Arabie saoudite dans les troubles en Iran. C'est le réchauffement climatique qui fait monter le niveau des eaux de l'Océan Pacifique au point de submerger des îles et îlots. Qui chauffe le Pacifique ? C'est l'Amérique.

    Honneur et Patrie

    12 h 08, le 23 novembre 2019

  • POURQUOI? L'ingérence est réservée exclusivement à l'Iran au Liban? Qui l'a mandaté? Le Liban ne veut aucune ingérence. Mais vu les déclarations des Mollahs vautrés dans leurs fauteuils et donnant des ordres sous forme de conseils teintés de menaces de guerre civile si on n'obéit pas est plus légitime peut être. Nous n'avons entendu aucun cheik ou responsable chiite condamné ces interventions. Pourquoi? Nous n'avons pas vu un seul chiite dans la rue protestait contre la déclaration d'allégeance et fidélité à Khamenei lors du discours de HN. POURQUOI? Ils ont accepté l'idée que le Liban est une banlieue d'Iran? Nous nous battons pour que cela n'arrive jamais. Est ce illégitime? Et de quel droit empêche-t-on les libanais de défendre leur patrie contre des pays qui cherche à la détruire et à massacrer son peuple pour leurs seuls propres intérêts Un peu de cohérence s'il vous plaît. La situation mérite Plus de sérieux et de patriotisme de la part de tous les libanais.

    Sissi zayyat

    11 h 37, le 23 novembre 2019

  • L'exemple turc serait à prendre pour le Liban . A chanteur , chanteur et demi , le Liban devrait ouvrir ses portes aux chinois et aux russes et ne pas se gêner à renvoyer les bactéries wahabites aux européens . Si les turcs sont arrivés à faire comprendre aux occidentaux qu'ils n'étaient pas indispensables dans ce grand village monde , les libanais pourraient y arriver aussi. L'amérique recule partout dans le monde , si le clown est sous menace d'impeachment et son acolyte chitanyahou aux abois dans son entité " démocratique" , c'est que pour eux , rien ne va plus , ils sont à 2 doigts de craquer et ils ont plus besoin du Liban que l'inverse . Abandonnons les à leur triste sort .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 20, le 23 novembre 2019

  • Et nous le peuple libanais, on vous accuse de n'engendrer que des martyrs. Vous avez fait quoi pour le Liban? A oui, vous avez chassé les Israéliens en 2000. Et depuis? Rien à part nuire au Liban.

    carlos achkar

    10 h 53, le 23 novembre 2019

  • D'accord avec vous, Tonton Naïm, mais vous oubliez de mentionner aussi l'Iran dont vous êtes l'exécutant officiel au Liban à travers votre parti le Hezbollah, ainsi que la Syrie et l'Arabie Séoudite. Donc, vous n'êtes pas mieux qu'eux...dommage, vous auriez pu l'être...en tant que parti qui se nomme le "parti de DIEU" !!! Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 48, le 23 novembre 2019

  • Rien de nouveau dans les propos de Naïm Kassem. La meilleure description est probablement celle de madame Lata au service des Sioufis. Par contre, kellon ya3ni kellon veulent combattre la corruption. Même le Hezb s’est réveillé à vouloir combattre la corruption. N’est-ce pas un peu tard ? C’est un peu tard. Notre problème, cheikh Kassem n’est pas seulement la corruption, mais l’incompétence, la médiocrité et l’inaptitude de la classe politique actuelle dont vous êtes partie intégrante à gérer les affaires de l’état. Pour cela, c’est un grand changement de cap qu’il nous faut. Vivement, l’arrivée d’une nouvelle classe de politiciens, honnêtes, intègres qui ont des principes et compétents et vive la revolution !

    Aref El Yafi

    10 h 16, le 23 novembre 2019

  • Naim Kassem a bien raison : Apèrs avoir lu le discours haineux et biaisé de Feltman , qui songerait à dire le contraire ? Le discours de Feltman etait édifiant hier , comportant trois éléments principaux : 1 -Le Liban est un lieu de competition mondiale , donc le conflit n'est surement pas une crise interne , et donc que la CIA y a mis tout son paquet ! et 2 : Le désarmement du Hezbollah n'est pas du tout envisageable à court terme . et 3 : un effondrement monétaire aidera les USA à avoir plus d'influence au Liban . Je dis à Feltman : Mille mercis ! Tout est devenu plus clair maintenant à propos de l'ingérence américaine effrontée dans nos affaires interieures , et le comble , c'est que les inconscients l'applaudissent !

    Chucri Abboud

    09 h 37, le 23 novembre 2019

  • LE SERVITEUR DE L,HEGEMONIE IRANIENNE ACCUSE D,AUTRES PAYS D,INTERFERENCE. QUELLE BLAGUE ! SEULS DES IDIOTS Y CROIENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 51, le 23 novembre 2019

  • decidemet , comme le repete saracastiquement et gaiement Lata notre aide a domicile, ces gens la ont avale un enregistreur, a repeter la meme chanson, ou alors ils sont devenus sourds et donc ne comprennent rien a ce uqe nous leur disont. Oui mssrs, SI les usa s'engerent bla bla bla C vous qui leur en donnez la chance, C vous qui amenez l'ours dans une taniere tant que vous refusez de voir la realite en face. alors de grace, changez de repertoire ou taisez vous.

    gaby sioufi

    07 h 48, le 23 novembre 2019

  • Il n'y aura pas de guerre civile au Liban M. Kassem car la révolte a unifié le Liban dans toutes ses communautés. Les seuls qui ont encore les moyens de débuter une guerre civile sont ceux qui financent des forces para-militaires prêtes à envahir les rues à mobylettes. Ces gens là ont créés une génération de jeunes qui vit au SMIC et qui ne sait rien faire. Apprenez leur un métier pour qu'ils puissent sortir de la rue, devenir productif, intégrer la société, fonder une famille, et amener leurs enfants aux universités.

    Zovighian Michel

    06 h 11, le 23 novembre 2019

  • On a l'impression que Cheikh Kassem répète,en partie, ce dont il n'est pas totalement convaincu, mais par sens du devoir. De grâce, revenez aux principes de Cheikh Mohammad Mehdi Chamseddine qui savait bien où réside l'intérêt national ,sans pour autant nuire à votre allégeance religieuse. Et surtout, comme Cheikh Chamseddine, n'oubliez pas que le Liban est votre unique Patrie. Quand à l'Amérique, soyez tranquille, car les libanais, et surtout, ceux qui sont dans la rue , refusent catégoriquement toute ingérence étrangère.

    Chahine

    04 h 02, le 23 novembre 2019

  • Même dans les discours il faut une révolution c’est trop vieux ça Il faut se cultiver pour s’élever un peu ! Il faut innover et lire Montesquieu par exemple c’est lui je crois qui a écrit les lettres Persanes .

    PHENICIA

    23 h 42, le 22 novembre 2019

  • Attention naïm à ce que tu dit sinon khamenei, le bon dieu de hassan te dira naïman!!!

    Wlek Sanferlou

    23 h 39, le 22 novembre 2019

  • LE BLOCAGE VIENT D,IRAN. C,EST L,IRAN QUI INTERFERE SUR LA SCENE LIBANAISE PAR SES DEUX MILICES INTERPOSEES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    23 h 29, le 22 novembre 2019

  • "Nous soutenons les revendications du peuple à 100%". Voilà une excellente nouvelle totalement inédite ! Enfin, on va pouvoir former un gouvernement apolitique puisque c'est la première revendication du peuple et que le Hezbollah décide maintenant, non seulement de ne plus s'y opposer, mais même de la soutenir ! Merci Naïm Kasdem pour ce subit revirement !

    Yves Prevost

    23 h 22, le 22 novembre 2019

  • Remplacer “Amerique” par “Iran” et ça fonctionne tout aussi bien comme raisonnement. Le Hezbo commence a nous faire c*** avec sa logique de: la faute est aux autres uniquement et jamais moi. Apprenez a etre indépendant de l’Iran avant de donner des leçons d'indépendances a qui que se soit. Ce parti appartient aux 20eme siecle.

    Thawra-LB

    23 h 02, le 22 novembre 2019