X

À La Une

Place des Martyrs, le défilé de la "véritable indépendance"

Liban

"Cette année, c’est vraiment la fête de l’indépendance du peuple", affirme à L'OLJ l'une des organisatrices du défilé civil.

Nada MERHI | OLJ
22/11/2019

Quelques heures après un défilé militaire réduit au ministère de la Défense en présence des responsables politiques, c’est un "défilé civil" organisé par le mouvement de contestation qui a animé vendredi la place des Martyrs, dans le centre-ville de Beyrouth, pendant deux heures, devant des milliers de spectateurs agitant le drapeau libanais et scandant "Révolution" dans une ambiance très festive.

"Chaque année, il y avait un défilé militaire avec l’artillerie, les armements…. Cette année, pour changer, ce sont tous les secteurs représentant les Libanais qui vont défiler, pour montrer que la richesse du Liban, ce sont ces jeunes et leur capacité à changer le Liban", affirme à l’OLJ Mirna Chidiac, l’une des organisatrices. "Cette année, c’est vraiment la fête de l’Indépendance du peuple".

Le défilé a été ouvert par le premier véhicule de construction libanaise, conduit par son concepteur, David Frem, brandissant un immense drapeau libanais, au son de la fanfare qui jouait l’hymne national.

Puis les différents "bataillons" ont défilé en ordre sous les acclamations, à commencer par les cyclistes, suivis par les motocyclistes, les enseignants, les journalistes, les étudiants, les musiciens, les avocats, les militaires à la retraite, mais également le bataillon des casseroles, celui des mères, des sportifs ou ceux représentant les différentes régions. Au micro, un orateur avait auparavant harangué la foule et salué tous ceux qui sont venus des différentes régions libanaises : Tripoli, le Akkar , Nabatiyé, Tyr, Jal el-Dib, le Chouf....

Roger, un manifestant qui observe avec un large sourire la scène, s’exclame : "Ce sont les vrais présidents du pays". "Aujourd’hui, c’est un sursaut de dignité des Libanais", renchérit Alexa, qui regarde le défilé, pendant que la foule répète "Héla ho, c’est notre indépendance ya helo".

Chaque bataillon a défilé en portant un fanion avec son nom. "Nous venons dire que c’est ici que naît la véritable indépendance", affirme à l’OLJ Nada, une cycliste prenant part au défilé. Puis les handicapés ont défilé, suivis par les enseignants, tous en T-shirt blanc portant la mention "L’instruction est une lumière".


Photo Suzanne Baaklini


Ensuite, a défilé le bataillon de l’environnement, ses membres portant des casquettes vertes et brandissant des fleurs. "Nous voulons qu’ils nous écoutent et qu’ils s’en aillent et qu’ils laissent la place à la nouvelle génération", affirme Sonia, l’une des membres du bataillon, qui a été suivi par celui des avocats, scandant Révolution et "Nous voulons l’indépendance de la justice".


Photo S.B.


Les étudiants arrivés ensuite en grand nombre ont été fortement applaudis. Les étudiants, portant des T-shirts noirs sur lesquels était inscrit "Révolution estudiantine", scandaient notamment des slogans pour l’Université libanaise. "Nous voulons notre véritable révolution qui commence par un gouvernement transitoire qui permettra le changement", affirme Hassan, l’un des étudiants qui défilaient.

Puis est venue la brigade des mamans, accompagnées par leurs enfants et même des bébés, portant des T-shirts avec l’inscription "la mère patrie". Cette brigade a également été très acclamée.


Photo S.B.


"Nous venons pour en finir du système corrompu et bâtir une nouvelle patrie pour nos enfants", a affirmé l’une des mères, avant de céder la place à la brigade des pères.


Photo S.B.


Parmi les pères, dont certains portaient leurs enfants juchés sur leurs épaules, Tarek affirme : "Je suis venu pour demander pardon à mon fils qui est venu au monde dans un pays qui n’était pas convenable, je participe pour qu’il ait un pays meilleur".

C’était ensuite le tour des médecins, puis des pharmaciens, en blouse blanche. "C’est la plus belle fête d’Indépendance que j’ai jamais vécue", dit Salim, un médecin.


Le bataillon des pharmaciens. Photo S.B.


Ils ont été suivis par les journalistes, brandissant leurs téléphones, leurs micros ou leurs caméras, avec comme slogan "Journalistes libres, en avant !"

C'était ensuite au tour du bataillon des agriculteurs, portant des chapeaux de paillle et brandissant des roses.

Leur ont succédé les ingénieurs, portant des casques de chantier aux couleurs du drapeau libanais et chantant "Héla ho, nous bâtissons un pays ya hélo".


Photo S.B.


Le défilé s’est poursuivi sous les vivats de la foule, avec notamment le bataillon des industriels qui répétaient "Révolution, liberté, industrie nationale", suivi par celui des transports, celui des jeunes, puis celui des droits des femmes, brandissant comme tous les autres des drapeaux libanais et réclamant notamment le droit de la femme à transmettre sa nationalité à ses enfants.


La bataillon de l'industrie. Photo S.B.


Sont ensuite venus, au son des tambours, les bataillons des artisans, des commerçants, des femmes et des hommes d’affaires, puis des artistes, le groupe des moins jeunes, portant des tarbouches rouges, celui de l’énergie, suivi des sportifs, certains en tenue de sport et marchant à la cadence du sifflet…Chaque bataillon adoptait le désormais célèbre "Héla ho" à ses revendications.


Le bataillon des artistes. Photo S.B.


Le bataillon des droits des femmes a ensuite défilé au son des youyous, avant le clou du spectacle: le bataillon des casseroles, les femmes chantant et dansant au son des ustensiles de cuisine qu’elles battaient en cadence.


Photo S.B.


Les bataillons défilaient sous une arche de fortune aux couleurs du drapeau libanais. Est ensuite passé un impressionnant convoi de motocyclistes, hommes et femmes, brandissant le drapeau libanais et faisant le V de la victoire.


Photo S.B.


Le bataillon de la cavalerie civile, venu du Hermel, a précédé ceux de la Békaa, du Liban-Sud , de Beyrouth ou du Mont-Liban. Il y a eu ensuite les bataillons des droits de l’Homme, des randonneurs, portant leurs sacs à dos, des pilotes portant leur costume, et même ….le bataillon des "Héla héla ho". Les musiciens ont ensuite défilé, jouant de leurs différents instruments, avant les émigrés, qui scandaient "je veux rentrer au Liban". Certains d'entre eux tiraient des valises à roulettes.


Photo S.B.


Une fois la nuit tombée, les manifestants ont allumé les flashs de leur téléphones portables levés vers le ciel. Puis le DJ libanais Rodge est venu animer la soirée, jouant des chants révolutionnaires et enflammant la foule.

A 19h, une séance de méditation en plein air s'est tenue sur la place des Martyrs, rassemblant des centaines de personnes.


Photo Emilie Sueur


Lire aussi

Le mouvement de contestation s'approprie la fête de l'Indépendance

Très modeste cérémonie officielle pour le 76ème anniversaire de l'Indépendance

Ils ont brûlé le "Poing de la révolution"...

De l’indépendance du Liban à celle des Libanais

À la recherche du dialogue rompu

Rachid Nakhlé et Wadih Sabra : tous pour la patrie


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Attention ! Les porte-gourdins et les matamores attendent un signe venant de l'OVNI.
"Ya watani, fidâka !

Maurice Moubarak

Bravo pour tout ça !!!!!

EL KHALIL ABDALLAH

Ces jeunes et ce peuple ont offert le plus beau cadeau a ce pays le Liban mal traite et mis a genoux par la classe dirigeante.

Gebran Eid

JE PLEURE DE JOIE....MAIS JE N'ARRIVE PAS À COMPRENDRE CETTE PEAU DE CROCODILE QUI HABILLE LE PREMIER RESPONSABLE DANS CE PAYS.

Nader Michele

A 65 ans , je me suis enfin reconciliee avec mon psys et mon peuple dans lequel je ne croyais plus, ne voyant dans les jeunes que des fils a papa qui ne considerent leur pays qu,une destination de vacances, ou des revoltes sans foi ni loi ni valeurs qui ne brandissent que des critiques vis- vis de leurs gouvernants , qu'ils reconduisent au pouvoir tels des miutons de panurge.

Ce que l 'ont vit tient du MIRACLE!!!

Jamais, dans mes reves les plus fous, je n'aurai pense que ces jeunes ont acquis tant de maturite!!!!!

Les enseignants de l'avenir auront du mal a editer leurs livres d'instruction civique.....
Je crois que l'on en aura pas besoin pour les annees a venir.
Encore faut-il a nos momies giuvernantes sclerosees de PARTIR!!!!!

Marie-Hélène

Magnifique defilé inventif et genereux! Notre independance a ete plus facile a obtenir en 1943 qu’aujourd’hui . Nous la mertterions bien pourtant!

Wlek Sanferlou

Mabrouk la lébnèn bi hal chaeeb el aazim ouel ra'ii!

Vive le LiBAN ET SON PEUPLE

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST UNE DOUBLE INDEPENDANCE, CELLE DU PAYS ET CELLE DE SON PEUPLE. GRANDIOSE CELEBRATION DU PEUPLE !

Yves Prevost

Ça, c'est une vraie fête nationale ! Bravo !

aliosha

35% de chomeurs jeunes avant cette folie voyons à partir de 1/1/2020 quel % ? Bravo.....

Homsy Christian

Bravo, j'en verse des larmes de joie!

RAFIC 2005

Pays Arabes ,Grandes Puissances ,Hommes Libres de tous pays ,Emigrés de tous pays ,Place Financière Mondiale Régionale et Locale observez Le Liban de la Liberté ,du savoir vivre ,de la Culture et de la Modernité ,et n' ayez plus peur ni pour ni du Liban .
Ce qui se passe aujourd'hui efface des dizaines d' années d' injustice et de souffrance .
Nous pardonnons tout mais le Liban de demain est en marche et personne ne l'arrêtera avec l'aide de Dieu et de son peuple .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants