X

Moyen Orient et Monde

Sous pression en interne,Téhéran va-t-il resserrer l’étau autour du Liban et de l’Irak ?

Éclairage

Le fait que le régime iranien se sente aujourd’hui victime d’une grande conspiration risque-t-il de l’amener à durcir ses positions sur la scène régionale ?

21/11/2019

Les intérêts respectifs des Iraniens, des Irakiens et des Libanais se rejoindraient-ils à la faveur de la crise économique et des aspirations nationales ? Alors que la dénonciation de la mainmise de Téhéran sur la vie politique irakienne cadence les manifestations dans le sud du pays depuis début octobre, le prix de cet expansionnisme perse est décrié jusque dans les rues d’Iran, où la crise économique étrangle la population dont une partie s’interroge sur le bien-fondé d’une politique étrangère aux coûts significatifs.

« En période de difficulté économique, les Iraniens pensent que le régime devrait utiliser leur peu de ressources localement plutôt qu’à l’étranger », avance Ali Alfoneh, spécialiste de l’Iran et chercheur auprès de l'Arab Gulf States Institute basé à Washington. Les soulèvements qui touchent l’Iran, l’Irak et le Liban mettent l’accent sur la justice sociale et la nécessité de redonner la priorité aux enjeux nationaux plutôt qu’à la politique régionale et internationale. Dans un même élan, leurs aspirations patriotiques se répondent. Dans un même élan également, le régime iranien et ses alliés en Irak, et dans une moindre mesure au Liban, tentent de les étouffer. Le message est clair : ils ne lâcheront pas de lest.

Au pays du Cèdre, alors que la question des armes du Hezbollah n’est pas posée dans le débat public et ne constitue pas l’enjeu principal des manifestations, le parti de Dieu a fermement balayé l’idée d’un cabinet exclusivement formé de technocrates, craignant par là d’être écarté du pouvoir et de voir son contrôle sur la vie politique libanaise considérablement diminué. Dans la même veine, en Irak, où l’emprise iranienne est bien plus forte et ne connaît aucun rival, les alliés de la République islamique ont fait pression sur le Premier ministre Adel Abdel-Mahdi pour l’empêcher de démissionner par peur d’un nouveau gouvernement sur lequel leur mainmise serait moindre.

À Beyrouth comme à Bagdad, l’Iran et ses alliés se battent pour le maintien du statu quo. Leur rhétorique est d’autant plus défensive qu’elle s’appuie sur la croyance forcenée en une conspiration internationale ourdie par les ennemis de Téhéran. Le complot est ainsi sur toutes les lèvres, à demi-mot ou très franchement. On le trouve d’abord chez le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, qui a accusé les États-Unis et l’Arabie saoudite de fomenter l’instabilité au Liban et en Irak, ajoutant que l’Iran était au fait de ce genre de situation puisqu’il avait eu à déjouer des interférences étrangères similaires chez lui.


(Lire aussi : Iran : la stratégie américaine est-elle en train de fonctionner ?)



Même rengaine au Liban où, de manière plus tacite, le Hezbollah avait fustigé par la voix de son secrétaire général Hassan Nasrallah, le 25 octobre dernier, un détournement des revendications sociales originelles du soulèvement pour des objectifs politiques visant à la démission du gouvernement. « Les données en notre possession, et non les analyses, montrent que le Liban est entré dans une phase où il est ciblé au niveau international et régional et je crains pour le pays. […] Regardez ce qui se passe ailleurs, en Irak par exemple », avait-il déclaré.

En Irak, selon des hauts responsables cités par l’AFP sous couvert d’anonymat, les alliés pro-Iran du Premier ministre Adel Abdel-Mahdi auraient assuré à ce dernier que sa démission causerait le chaos. « Il est enfermé dans une bulle, on lui dit que les manifestations sont un complot contre son gouvernement et qu’il faut absolument qu’il reste au pouvoir », assure l’une des personnes interrogées.

Dans ce contexte où Téhéran et ses alliés font front commun, la République islamique voit d’un très mauvais œil les soulèvements irakien et libanais. Et vice-versa. « Le Hezbollah craint les manifestations actuelles en Iran et les perçoit comme celles qui ont lieu en Irak et au Liban, c’est-à-dire comme un complot mené par les États-Unis pour saper Téhéran et son influence régionale », explique Mohanad Hage Ali, spécialiste du Hezbollah et chercheur au Carnegie Middle East Center. « Le parti considère toute critique de l’influence iranienne comme étant inorganique aux sociétés chiites, comme un implant étranger qu’il faut réprimer. Pour la formation, le soft power que constituent les complots est plus dangereux que les conflits directs et les attaques militaires », ajoute-t-il.


(Lire aussi : Silence, on tue !, le billet d'Anthony Samrani)



Réveils nationaux

Téhéran est contesté partout, mais semble faire la sourde oreille. Ses objectifs régionaux semblent rester les mêmes. Alors qu’il est fragilisé sur la scène interne, est-il susceptible de durcir sa position dans la région ? Autrement dit, le fait que le régime iranien se sente aujourd’hui victime d’une grande conspiration risque-t-il de l’amener à resserrer l’étau sur les populations qui vivent dans ses zones d’influence ? « Au vu des enjeux, le régime aurait plutôt tendance à encourager ses supplétifs à avoir recours à plus de violence pour réprimer les manifestations en Irak et au Liban et ainsi décourager les Iraniens de les imiter », estime M. Hage Ali. « Les manifestations en Iran pourraient limiter la capacité du régime à intervenir en soutien à ses alliés en Irak et en Liban », nuance pour sa part Ali Alfoneh.

Les destins de Téhéran, Bagdad et Beyrouth semblent clairement liés. Téhéran est confronté à un défi de taille, celui des réveils nationaux, y compris en son sein. « Les manifestations au Liban et en Irak pourraient avoir un impact en incitant les Iraniens à protester contre le régime dans les rues, en dépit des risques que cela comporte », dit M. Hage Ali.

Le projet révolutionnaire iranien, qui avait pour objectif d’exporter son modèle par-delà ses frontières, est mis à rude épreuve. « On n’a quand même pas fait une révolution pour nous occuper du prix des pastèques ! » se serait exclamé l’ayatollah Khomeyni lorsqu’il a dû s’atteler à ses premiers dossiers économiques. Force est de constater pourtant que c’est bien le « coût des pastèques » qui fait peser aujourd’hui une menace sur l’emprise iranienne dans la région.


Pour mémoire

De Beyrouth à Bagdad, en passant par Téhéran

Les enjeux de la contestation en Iran

L’Iran dans un black-out total alors que les protestations se poursuivent

L’axe chiite dans la tourmente

Lorsqu’on se trompe de prioritél’édito de Michel TOUMA

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Ce que les Ayo!-t'est-là(?) et leurs followers n'arrivent pas à comprendre est que le progrès est impatient est n'attend pas les idéologies sclérosées pour le rattraper.
Le monde évolue et l'Iran et ses adorateurs crépissent sous des slogans ridicules.
La Chine, sur laquelle ils comptent, est arrivée là où elle est et là où Ils l'envient, car elle s'est montrée ouverte à la technologie et les investissements des sociétés étrangères de tout horizons. Alors que l'Iran et ses idolâtres s'évertuent à créer le slogan le plus puissant!
Hani'an lakoum le meilleur slogan de la marche arrière!

Irene Said

Une question,
l'Iran...qu'a-t-il a faire chez nous au Liban, et en quoi est-il concerné par ce qui se passe chez nous ?
Ce qui se passe actuellement en Iran est qualifié de complot des occidentaux etc.

Mais comment qualifier ses interventions permanentes chez nous par l'entremise du Hezbollah:
une oeuvre de bienfaisance totalement désintéressée ?
Irène Saïd

BOSS QUI BOSSE

Je verrai les choses plutôt all way round.

Devant la résistance à ces complots ourdis par l'amérique et son acolyte régional , devant leurs échecs respectifs à pouvoir changer les rapports parce quil est trop tard pour eux , ce groupe de prédateurs occidentaux se verraient durcir leurs exactions, comme des baroud d'honneur sans fin .

Les usa & co sont entrain de s'affaiblir de jours en jours, CHEZ NOUS AU M.O

Mike

Messieurs les iraniens devraient comprendre que la mauvaise conjoncture économique a fait tomber des régimes, des royaumes et des empires de par l'Histoire. Aucune idéologie ne tient face à la faim. Ils ne devraient pas prendre ça a la légère

Sissi zayyat

Que les iraniens fassent ce qu’ils veulent chez eux.
Au Liban, le HB devrait respecter la constitution et ces décrets. Quel Libanais peut défendre un parti qui œuvre pour sa destruction sous prétexte de complots.
Le seul complot qui se joue est que l’Iran utilise HB pour installer sa dictature au Liban et déclencher une guerre à tout moment pour déstabiliser la région et faire pression sur les États-Unis.
Où est l'interêt du Liban? Que les Aounistes et autres m’expliquent?
qu’ils aillent prêter main forte à l’Iran, ailleurs que sur notre sol.
Au vu des enjeux, le régime aurait plutôt tendance à encourager ses supplétifs à avoir recours à plus de violence pour réprimer les manifestations en Irak et au Liban et ainsi décourager les Iraniens de les imiter », estime M. Hage Ali. «
Ils exportent leur violence pour que les libanais servent d’exemple. Comment feraient ils?
On ne se demande plus qui est le traitre dans toute cette histoire
Lâcher encore une fois des écervelés armés dans la foule?
L'armée Libanaise veille et elle finira par refuser les ordres de laisser les libanais se faire massacrer sous ses yeux sans broncher.
HB aurait -il l’affront d’utiliser ses armes contre ce qu’il y a de plus sacré pour les libanais qui est l’armée ? L’avenir le dira.
A choisir entre l'armée au pouvoir ou les vendus du pays, le choix sera libanais sans l’ombre d’un doute.

Toni Pantaloni

amerique ceci, amerique cela.
Donce le peuple qui est passé d'un des pays les plus renommés pour leur ouverture et leur culture a un pays de repression, n'a jamais le droit de se revolter ?
Si un breche embrase un pays c'est donc qu'il est pret a exploser...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PLONGES DANS LES CONTESTATIONS A LA MAISON LES PERSES VONT UTILISER LEURS ACCESSOIRES POUR CONTINUER A SEMER L,INSECURITE ET LES TROUBLES SURTOUT EN IRAQ ET AU LIBAN QUITTE A TRANSFORMER LES REVENDICATIONS EN GUERRE CIVILE. ILS DETRUISENT AILLEURS DANS L,ESPOIR DE CALMER A LA MAISON.

Chucri Abboud

Il serait fou de penser que l'Iran restera sans réagir devant tout ce forcing américain sans précédent pour l'affaiblir et le déstabiliser , surtout qu'îl commençait à réchauffer ses relations bilatérales avec nombrre de pays avoisinants .
Mais les américains ne l'entendaient pas de cette oreille ! Hélas "! Tellement de provocations acculeront bientôt l'Iran à réagir très violemment . Il est poussé à bout au Liban surtout !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le CPL songe sérieusement à rester en dehors du prochain gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants