Liban

Hôpitaux en grève : mise en garde contre une "grande catastrophe sanitaire"

Le ministère des Finances annonce avoir transféré tous les montants dus aux hôpitaux.

Le personnel de l'hôpital américain à Beyrouth en grève, le 15 novembre 2019. REUTERS/Andres Martinez Casares

Le président du syndicat des propriétaires des hôpitaux privés, Sleiman Haroun, a mis en garde vendredi contre une "grande catastrophe sanitaire", alors que quelque 100 hôpitaux observent aujourd’hui une journée de grève pour tirer la sonnette d’alarme face à la crise que traverse le secteur.

Dans ces hôpitaux, notamment au Liban-Nord, au Liban-Sud ainsi qu'à Zahlé mais aussi dans la capitale, les admissions seront limitées aux urgences et seuls les soins urgents, la chimiothérapie et la dialyse seront assurés. Aujourd’hui également, les consultations médicales seront suspendues, ainsi que les chirurgies non urgentes.

"La crise monétaire s'est transformée en cauchemar car les importateurs d'équipements médicaux n'ont plus la capacité d'acquérir leurs marchandises", a déclaré M. Haroun sur la chaîne locale LBC. 

Cette crise est récurrente et a été exacerbée par la baisse de la quantité de dollars circulant sur le marché libanais et par la suppression des facilités bancaires décidée par les établissements de crédit depuis le début du soulèvement populaire le 17 octobre.

"Nous commençons à souffrir d'une pénurie d'équipements, de produits anesthésiques et de produits utilisés pour les opérations chirurgicales. Le matériel nécessaire dont nous disposons suffit pour un mois et demi. Ensuite, ce sera la catastrophe", a prévenu le président du syndicat des propriétaires des hôpitaux privés.

Interrogé sur le fait que certains hôpitaux aient été contraints d'arrêter les chimiothérapies, Sleiman Haroun a déclaré que "les produits sont présents sur le marché et les commerçants n'arrivent pas à les écouler car les hôpitaux sont dans l'incapacité de payer les médicaments les plus onéreux".

Une délégation du syndicat des hôpitaux a rencontré le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, pour lui exposer le problème et lui demander de permettre aux fournisseurs de fournitures et d’équipements médicaux d’être alignés sur le même protocole que celui accordé aux fournisseurs de produits pharmaceutiques. Celui-ci consiste à permettre aux fournisseurs de placer leurs commandes auprès de leurs fournisseurs étrangers à travers les banques libanaises en déposant 15 % du montant de leurs commandes en devises étrangères (euros ou dollars) et 85 % en livres libanaises que la BDL se chargera de changer au taux interbancaire.

En début d'après-midi, le ministère des Finances a annoncé avoir transféré tous les montants dus aux hôpitaux privés et publics. Dans un bref communiqué, le ministère explique que "tous les montants dus par le ministère de la Santé aux hôpitaux privés et gouvernementaux ont été entièrement versés et transférés aux comptes en banques de ces établissements. Les contributions du ministère aux hôpitaux gouvernementaux ont également été versées".



Le président du syndicat des propriétaires des hôpitaux privés, Sleiman Haroun, a mis en garde vendredi contre une "grande catastrophe sanitaire", alors que quelque 100 hôpitaux observent...

commentaires (3)

La crise qui traverse le secteur...aaaah si seulement c'était vrai qu'elle ne faisait que traverser. Malheureusement elle a plutôt campé chez nous depuis l'arrivée de nos sœurs syriens et de leur dépôt chez nous de leurs gas hallucinants qui font l'effet du LCD chez certains de nos frères qui croient au père Noël et nous mènent plutôt vers le père Lachaise, local. Pour detruire Israël au sud et ramener la palestine ils font la guerre au nord en syrie et detruisent le Liban. Apres ça ils reprochent aux revolutionaires de se faire des illusions... Ghariboun anti ya dounia!!

Wlek Sanferlou

00 h 06, le 16 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • La crise qui traverse le secteur...aaaah si seulement c'était vrai qu'elle ne faisait que traverser. Malheureusement elle a plutôt campé chez nous depuis l'arrivée de nos sœurs syriens et de leur dépôt chez nous de leurs gas hallucinants qui font l'effet du LCD chez certains de nos frères qui croient au père Noël et nous mènent plutôt vers le père Lachaise, local. Pour detruire Israël au sud et ramener la palestine ils font la guerre au nord en syrie et detruisent le Liban. Apres ça ils reprochent aux revolutionaires de se faire des illusions... Ghariboun anti ya dounia!!

    Wlek Sanferlou

    00 h 06, le 16 novembre 2019

  • "Cette crise est récurrente et a été exacerbée par la baisse de la quantité de dollars circulant sur le marché libanais et par la suppression des facilités bancaires décidée par les établissements de crédit depuis le début du soulèvement populaire le 17 octobre." Un petit rappel que le taux de change du dollar américain en marché noir avait atteint les 1,620LL, bien avant la Révolution du 17 octobre. Il faut arrêter de leurrer les gens. Comme si nous vivions dans un Etat-Providence, et que la Révolution avait tout gaché!

    Mourani Camille

    14 h 31, le 15 novembre 2019

  • Plus que de savoir commencer une rêve illusion, il faut savoir finir cette rêve illusion avant que ça tourne au cauchemars pour les plus démunis AVANT TOUS LES AUTRES. SOUS LA DIRECTION ÉCLAIRÉE DU PHARE AOUN BIEN ENTENDU.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 01, le 15 novembre 2019