X

Idées

La « thaoura » libanaise n’a pas besoin d’homme providentiel

Point de vue
Mona Fawaz | OLJ
02/11/2019

Près de deux semaines après le début de l’intifada libanaise, l’anxiété rivalise avec l’espoir. Alors que des questions demeurent sur les conséquences de la démission, cette semaine, du gouvernement de Saad Hariri quant à l’amorce d’un véritable processus de transformation politique ; que la peur du chaos, alimentée par les partis politiques au pouvoir et les attaques perpétrées cette semaine contre les sit-in, dissuadent encore, de manière fort compréhensible, de nombreux Libanais de descendre dans la rue ; l’absence d’un « leader » à même de conduire le mouvement taraude les esprits de nombre d’observateurs.

Conte de fées

« Avez-vous un nom ? » « Qui est-ce ? » « Donnez-moi juste un nom… » Telles sont les questions auxquelles, en tant que militante bien identifiée, je n’ai cessé d’être confrontée ces derniers jours. Si ce besoin de réconfort, incarné par la figure du sauveur ou de l’homme providentiel, est parfaitement compréhensible, il me semble néanmoins qu’il traduit quelque chose de préoccupant tant sur la nature de nos espoirs que sur la manière dont nous construisons notre perception de cette période de transition. Car ce désir ardent de trouver un sauveur renvoie d’une certaine manière aux contes de fées et aux histoires de prince charmant arrachant la princesse des griffes de sa méchante belle-mère. Or, dans la vraie vie, ce genre de noces, a fortiori si elles sont conclues dans la foulée du premier coup de foudre, se finit rarement par un « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Combien de révolutions ont vu leur héraut se transformer en nouveau tyran ? Est-il raisonnable de remettre l’avenir du soulèvement entre les mains d’une seule figure pouvant potentiellement négocier en son nom, mais pas nécessairement à son profit ? Est-ce à dire que nous devrions pour autant renoncer à toute possibilité de leadership et continuer à accepter la loi de la mafia ? Certainement pas.

L’heure est plus que jamais à l’espoir : si les manifestants ont parfois dû payer un lourd tribut, en témoignent les violences et passages à tabac subis cette semaine dans plusieurs régions du pays, ils ont déjà remporté une victoire massive. Ces derniers jours, le peuple s’est uni autour de la revendication d’une vie digne et la prise de conscience qu’elle ne pourra être obtenue autrement que par un processus de transformation politique. Du chauffeur de « service » me ramenant des manifestations, aux gardes avec qui j’échange chaque matin, en passant par cette dame qui partageait son parapluie sous la pluie battante, les chants des étudiants au coin de la place des Martyrs ou encore les nombreuses personnes m’interpellant dans la rue pour demander à adhérer à Beirut Madinati, chacun sent bien que la crise économique profonde que subit le pays ne constitue pas qu’un problème « technique ». Et, une fois n’est pas coutume, cette prise de conscience ne s’arrête pas aux portes de Beyrouth : de Nabatiyé à Halba, en passant par Baalbeck, Tyr et Tripoli, tous comprennent qu’il s’agit avant tout d’un problème « politique ». Un problème qui afflige le pays depuis des décennies, qui pousse la plupart des citoyens à accepter que leurs vies soient structurées par les enjeux confessionnels et à prêter allégeance aux dirigeants communautaires. Ce problème, ni le FMI – qui n’en a guère réglé jusque-là – ni même une équipe de « technocrates » venus des quatre coins du monde ne seront à même de le résoudre. Seul un processus de transformation politique radical et laïc pourrait y parvenir, et c’est justement ce que la plupart des manifestants demandent.

Organiser la transition

Mais la bataille n’est pas encore gagnée. Pour que ce momentum se traduise en un changement réel, il est nécessaire d’envisager le processus de transition. Il ne fait aucun doute que nous devrons rester mobilisés et actifs sur le terrain car c’est la seule façon de faire basculer l’équilibre du pouvoir. C’est la première leçon de toute transformation politique : elle peut impliquer la désobéissance civile, une action directe et des stratégies imaginatives sur le terrain. Elle nécessite une expertise locale, des débats politiques décentralisés, des sessions d’enseignement, des discussions partagées, des forums publics, des réflexions dans des groupes fermés, etc. De plus, une structure équivalant à l’Instance de vérité et de dignité tunisienne devra être mise en place pour enquêter sur les vols et les crimes commis par la classe dirigeante.

Cette période de transition permettra à la diaspora libanaise de croire à nouveau dans le pays et d’investir dans ses ressources, de reconnaître que des maux enracinés depuis si longtemps dans une société ne peuvent être effacés du jour au lendemain et que la corruption s’est répandue dans presque tous les milieux sociaux. Cela implique que nous revoyions notre stratégie car si la pression de la rue est nécessaire pour changer les choses, le moment viendra où il faudra trouver d’autres formes de mobilisation. Cette période devrait nous permettre d’imaginer les modalités de cette transformation, non seulement en termes de leadership – une donnée, certes, importante –, mais aussi, et surtout, dans notre vie quotidienne. Comment enseignerons-nous différemment ? Que consommerons-nous ? En quoi nos devoirs civiques seront-ils différents ? Comment réagir lorsque notre fille veut épouser quelqu’un d’une autre religion ou que notre fils veut sortir avec un autre garçon ? Comment assumerons-nous notre responsabilité vis-à-vis des enfants qui dorment sur le trottoir ? Et bien plus encore.

La classe politique corrompue et incompétente actuellement au pouvoir finira bien par céder. J’ai l’intime conviction qu’une société qui a fait preuve de tant de résilience et de détermination au cours des dernières années peut gagner ce combat et que le temps du changement est venu. Le défi aujourd’hui est de savoir passer de ce momentum à un engagement citoyen actif sur le long terme. La victoire complète de l’intifada libanaise en dépend.

Ce texte a originellement été publié en anglais sur le blog des Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs de l’AUB.

Par Mona FAWAZ

Professeure en urbanisme à l’Université américaine de Beyrouth et membre de Beirut Madinati.


Lire aussi

La fin de la guerre civile, enfin ?

Le Hezbollah, d’incarnation de la Résistance à rempart du « système »

Ces quelques jours où je me suis réconcilié avec le Liban

Les inégalités, moteur de la révolte populaire

Une révolution pour quelle démocratie ?

Le Liban entre réformes improbables et révolution impossible




À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Dans l'histoire de ce petit lopin de bout de terre dans le maraicher du bon Dieu il y a eu des révoltes toujours inspirées par cet volonté de liberté et de créativité qui a pousser les habitants à s'y réfugier.
Leurs religion etait le liberté. De Fakhreddine, à beikaram, aux martyrs de la tyrannie ottomane,aux martyrs de l'armée libanaise contre l'armée d'Israël, aux martyrs du peuple contre les milices palestiniennes et contre l'armée syrienne, à bachir, à hariri, a tueini et wissam, etc...
Cette révolution d'aujourd'hui verra son leader sortir de ses rangs malgré la corruption dune classe politique ancestrale.
Attendez voir

ON DIT QUOI ?

L'homme providentiel n'est pas libanais.

Il ne peut pas être libanais pour la simple raison qu'une fois dévoilé les détracteurs se soulèveront pour le descendre en flammes, ne serait-ce que parce qu'il appartiendra à une communauté précise.

Cet homme ne peut être qu'un étranger. Et ça c'est pas faisable.

Chucri Abboud

Un peuple vociférant mais sans leader finit par se sentir divisé et désorienté .
Ceci pourrait mener à de graves conséquences .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE PEUPLE A PARLE D,UNE SEULE VOIX. GARE SI ON NE VEUT PAS L,ENTENDRE. LES CARCANS SONT BRISES. LE TEMPS DE LA CRAINTE EST REVOLU. LA VOLONTE DU PEUPLE VA S,IMPOSER.

C- F- Contributions et Interprétations

Suite

J’ajouterai à ce commentaire, qu’en Argentine, un homme seul a su incarner le mouvement de révolte, assurer un leadership, sans qu’il ne tire aucun avantage politique, et sans devenir un tyran. Je partage vos craintes sur un éventuel leader (homme ou femme) qui pourrait incarner cette contestation mais on pourrait faire le tri entre ceux qui ont des casiers judiciaires propres, ceux qui ne se sont pas enrichis au détriment des gens, et ceux qui n’ont pas détourné de l’argent public. L’homme providentiel, ""l’honnête homme"" ne sauvera pas l’économie du délabrement... Et ça va faire mal ...

C- F- Contributions et Interprétations

""La « thaoura » libanaise n’a pas besoin d’homme providentiel""
Et
"Combien de révolutions ont vu leur héraut se transformer en nouveau tyran ? Est-il raisonnable de remettre l’avenir du soulèvement entre les mains d’une seule figure pouvant potentiellement négocier en son nom, mais pas nécessairement à son profit ? Est-ce à dire que nous devrions pour autant renoncer à toute possibilité de leadership et continuer à accepter la loi de la mafia ? Certainement pas."

Voici mon commentaire il y a quelques jours : Il s’en sort plutôt bien le chef du gouvernement mais pour combien de temps ? A côté ""peut-être"" de celui qui a vite fait retirer ses ministres pour qu’il ne soit encore impliqué ! Les manifestants scandaient ""tous, oui tous"", et ce slogan me rappelle celui de l’Argentine des années 2000 (Je ne me souviens plus combien d’années a duré la crise argentine) avec les concerts de casseroles quand ils exigeaient le départ d’une classe politique ""Que se vayan todos ! "" Responsable de leur malheur.
Qui sera l’homme providentiel qui sauvera le pays si l’on peut encore croire à ""l’homme providentiel"" ! Saad Hariri himself, peut-être. Les réformes prennent du temps, et je ne vois pas comment cette crise prendra fin dans des délais courts. Connaîtrons la même situation que l’Argentine ou la Grèce... Je me pose encore des questions.

A suivre...


Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.