X

À La Une

Fitch : une dévaluation de la livre libanaise sera pénible, mais avantageuse à long terme

Monnaie

« Si (le Liban) change l’ancrage (de la livre par rapport au dollar), cela reviendrait à réévaluer (la taille) l'économie libanaise (...) et compte tenu des déséquilibres que l'on constate au Liban, tels que le déficit de la balance des paiements, cela rendra la (livre) beaucoup plus faible », affirme Toby Iles à Reuters. 

OLJ
01/11/2019

Revoir le taux de change officiel de la livre par rapport au dollar, qui est fixé par la Banque du Liban depuis 1997 à raison de 1 507,5 livres pour un dollar, sera pénible pour l’économie mais pourrait avoir des effets positifs à plus long terme, a déclaré un directeur de Fitch Ratings à Reuters. « Si (le Liban) change l’ancrage (de la livre par rapport au dollar), cela reviendrait à réévaluer (la taille) l'économie libanaise (...) et compte tenu des déséquilibres que l'on constate au Liban, tels que le déficit de la balance des paiements, cela rendra la (livre) beaucoup plus faible », a affirmé Toby Iles à Reuters. « Les coûts à court terme seraient pénibles, mais un tel ajustement pourrait avoir des avantages à long terme », a-t-il ajouté.

Depuis la mi-septembre, l’accès au dollar, qui circulait relativement librement en temps normal, se fait de plus en plus difficile pour les importateurs comme pour les citoyens lambda. Face à un creusement continu de la balance des paiements (flux de biens, de services et de capitaux entre le pays et le reste du monde), que la BDL a dû couvrir avec ses réserves en devises, les banques ont vu leurs quotas journaliers de devises fournis par la Banque centrale réduits. Elles avaient donc fini par limiter fortement les retraits de dollars à travers les distributeurs automatiques et les guichets. Cela a poussé de fait une partie importante de leurs clients vers les bureaux de change, qui face à forte demande pratiquent un taux de change parallèle supérieur au taux officiel. Les banques, qui étaient fermées depuis le 17 octobre ont ouvert aujourd'hui leurs portes aux clients, ce qui devrait permettre d’atténuer la pression sur la stabilité de la livre.


Lire aussi
Situation financière : les périls d’une longue période de transition gouvernementale

Salamé appelle à une « solution immédiate » pour sortir de la crise

Privatisation : L'Etat, sous pression, va-t-il brader ses actifs pour renflouer ses caisses ?

La semaine noire des eurobonds libanais

Standard & Poor’s place le Liban sous surveillance

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C- F- Commentaires @ Interprétations

.......""sera pénible pour l’économie mais pourrait avoir des effets positifs à plus long terme, a déclaré un directeur de Fitch Ratings à Reuters...................compte tenu des déséquilibres que l'on constate au Liban, tels que le déficit de la balance des paiements, cela rendra la (livre) beaucoup plus faible », a affirmé Toby Iles à Reuters. « Les coûts à court terme seraient pénibles, mais un tel ajustement pourrait avoir des avantages à long terme », a-t-il ajouté""...

À court ou à long terme, cette info est pour préparer les consommateurs à une dévaluation, et le pire est que la monnaie connaîtra d’autre dévaluation à long terme. Il y a des causes à cela, et quand on lit dans la presse internationale que le pays n’exporte quasiment rien, on devine quels sont les problèmes à long terme. C’est comme on dit dans le jargon ""les fragilités économique du pays"", et la chute de la monnaie pénalise qui ? Les plus démunis, les entreprises et qu’on se prépare à des remèdes douloureux… À long terme, je le répète, c’est encore une autre dévaluation...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST TUER PRATIQUEMENY LES PETITS EPARGNANTS EN L.L. QUI VIVENT DES MAIGRES INTERETS SUR LES DEPOTS QU,ILS ONT ET N,ONT PAS D,AUTRES RENTREES.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants