Rechercher
Rechercher

À La Une - crise

Il est "essentiel que soit rapidement formé un gouvernement" au Liban, estime Paris

"Il est essentiel que l'ensemble des forces politiques facilitent, dès à présent, la formation d'un nouveau gouvernement qui soit en mesure de répondre aux aspirations légitimes" de la population et de "prendre les décisions indispensables au rétablissement économique du pays", affirme Jean-Yves Le Drian.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Photo d'archives REUTERS

"Il est essentiel pour l'avenir du Liban que soit rapidement formé un gouvernement qui soit en mesure de conduire les réformes dont le pays a besoin", a déclaré jeudi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, deux jours après la démission du Premier ministre Saad Hariri.

Dans un communiqué, le chef de la diplomatie française a ajouté : "Dans le contexte de crise économique, sociale et politique que traverse le Liban depuis plusieurs semaines, il revient à l'ensemble des responsables politiques libanais de faire prévaloir un esprit d'unité nationale et de responsabilité, pour garantir la stabilité, la sécurité et l'intérêt général du pays". "Dans cet esprit, tout doit être fait pour éviter les provocations et les violences et pour préserver le droit des citoyens à manifester pacifiquement", poursuit M. Le Drian alors que le pays est secoué par une grave crise politique consécutive à des manifestations massives réclamant un changement du personnel politique. "Il est essentiel que l'ensemble des forces politiques facilitent, dès à présent, la formation d'un nouveau gouvernement qui soit en mesure de répondre aux aspirations légitimes" de la population et de "prendre les décisions indispensables au rétablissement économique du pays", poursuit-il. "La France, dans le cadre fixé par la conférence CEDRE, se tient prête à soutenir le Liban sur cette voie" et "se tient aux côtés du peuple libanais", conclut le ministre.

La conférence internationale CEDRE de soutien au Liban, organisée à Paris en 2018, prévoit qu'en contrepartie de promesses de prêts et de dons à hauteur de 11,6 milliards de dollars, Beyrouth procède à des réformes structurelles et à des coupes budgétaires.

Jeudi matin, des barrages routiers persistaient dans le pays, qui marquent la détermination des manifestants, au début d'une troisième semaine de contestation sans précédent dans ce pays à l'économie chancelante. Deux jours après la capitulation de Saad Hariri face à la colère de la rue, les tractations pour la formation d'un nouveau gouvernement semblent au point mort.

Dans un discours prononcé jeudi soir à l'occasion de son mi-mandat, le président Michel Aoun a affirmé être en faveur d'un gouvernement dans lequel les ministres seront "choisis pour leurs compétences et non en fonction de leur affiliation politique".



Lire aussi
Les scénarios de l’après-Hariri III

Premiers obstacles avant même le début des tractations

"Il est essentiel pour l'avenir du Liban que soit rapidement formé un gouvernement qui soit en mesure de conduire les réformes dont le pays a besoin", a déclaré jeudi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, deux jours après la démission du Premier ministre Saad Hariri.
Dans un communiqué, le chef de la diplomatie française a ajouté : "Dans le contexte de...
commentaires (5)

Cette petite puissance n'aurait pas autre chose à faire que de se croire encore au temps béni des colonies ? Par exemple une belle occupation à ramener ses "jihadistes" envoyés en Syrie et en Irak ?

FRIK-A-FRAK

17 h 23, le 31 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Cette petite puissance n'aurait pas autre chose à faire que de se croire encore au temps béni des colonies ? Par exemple une belle occupation à ramener ses "jihadistes" envoyés en Syrie et en Irak ?

    FRIK-A-FRAK

    17 h 23, le 31 octobre 2019

  • PARIS L,ESTIME. AU LIBAN CE SONT LES DEUX MILICES IRANIENNES QUI IMPOSENT LEUR VOLONTE. IL FAUT PLUS D,INTERVENTION ET DE PRESSION D,AMIS DU LIBAN POUR UN RESULTAT POUR EVITER LE RETOUR DES MASSES DANS LES RUES AVEC TOUT LE DANGER QUI EN DECOULE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 04, le 31 octobre 2019

  • La France tient plus au Liban qu’une bonne partie de la classe politique libanaise. Hariri n’aurait jamais du former ce gouvernement... La position du Hezbollah est connue, il roule à 100% pour l’Iran et utilise le liban comme un outil. Il s’en fiche de l’intérêt général des libanais. Le CPL roule pour Bassil et non pas pour améliorer le quotidien et la vie des Libanais. Mais que fait Aoun? Est-il vraiment et pleinement présent?

    Alexandre Husson

    16 h 16, le 31 octobre 2019

  • Les francais se reveillent....

    LeRougeEtLeNoir

    13 h 53, le 31 octobre 2019

  • Essentiel, absolument. Et les consultations parlementaires n'ont pas encore commencé !

    Yves Prevost

    13 h 30, le 31 octobre 2019

Retour en haut