X

À La Une

Jour XI : unis dans la révolte, les Libanais forment une chaîne humaine de Tripoli à Tyr

Révolte

Des dizaines de milliers de Libanais et Libanaises, mais également quelques étrangers, ont pris part au projet alors que le pari impliquait, selon les estimations, la mobilisation de quelque 100.000 personnes.

OLJ
27/10/2019

Pour leur onzième journée consécutive de révolte, des dizaines de milliers de Libanais se sont donné dimanche la main et ont formé une chaîne humaine le long de la côte du pays, sur 171 kilomètres de Tripoli, au, Nord à Tyr, au Sud, pour afficher leur unité et une détermination intacte à chasser la classe politique.

Cette initiative a été lancée par un groupe de quatre jeunes, aidés par de nombreux volontaires. Ce projet visait à "regrouper des Libanais de toutes confessions et tendances politiques, désireux de demander de manière unie et pacifique le départ d’une classe dirigeante jugée corrompue", selon les organisateurs.

Le pari impliquait, selon les estimations, la mobilisation de quelque 100.000 personnes, alors que le pays connaît depuis le 17 octobre, un mouvement de contestation inédit, qui a mené des centaines de milliers de manifestants dans les rues de tout le pays.

Ce sont finalement des dizaines de milliers de Libanais et Libanaises, mais également quelques étrangers, qui se sont réunis aux différents points de rassemblement établis par les organisateurs et, main dans la main, se sont dirigés en rang, vers le second point de rassemblement afin de former la chaîne.

Partout, le long de la chaîne qui a commencé à se former vers 13 heures, les participants marchaient au rythme de l'hymne national et des klaxons des automobilistes, tout en scandant "Kellon Yaani Kellon" ("Tous sans exception").




"La chaîne humaine est un succès", s'est réjouie vers 16h Julie Tegho Bou Nassif, une professeure d'Histoire, co-organisatrice de cette initiative, contactée par l'Agence de presse AFP. Toutefois, selon plusieurs témoins interrogés par L'OLJ, la chaîne a comporté quelques vides, notamment dans la banlieue sud de Beyrouth et entre Saïda et Tyr, zones sous influence du Hezbollah.

 "L'idée est de montrer que, du Nord au Sud, de Tripoli à Tyr, nous sommes et resterons unis. Nous ne sommes qu'un peuple et nous nous aimons", s'enthousiasmait une autre organisatrice présente sur la corniche.


(Lire aussi : Ces expatriés qui débarquent à Beyrouth pour manifester…)



"Du jamais-vu"
A Zouk Mosbeh, Patricia, une femme médecin de 45 ans, était présente "pour elle et ses enfants qui veulent quitter le Liban parce qu'ils sont conscients de vivre dans un pays où les lois ne sont pas appliquées". Pour elle, cette initiative et la révolte actuelle sont "la dernière chance de vivre dans la dignité". Si ce mouvement n'aboutit pas, elle se dit "prête à faire ses valises et émigrer dès la semaine prochaine". "Cet événement, la chaîne humaine, va marquer les esprits et l'histoire du Liban et il faut en faire partie, pour que le monde entier prenne conscience de nos revendications", affirmait-elle dans la matinée à notre journaliste sur place Suzanne Baaklini. 

Rabih, 39 ans, handicapé de naissance, soulignait, lui, que "l'objectif de cette chaîne humaine est de montrer que nous sommes une seule société, qui ne peut pas être divisée pour des considérations confessionnelles ou autres mais qui est caractérisée par une vraie solidarité". Il a reproché à l’État de ne rien faire pour faciliter la vie quotidienne des personnes handicapées, qu'il s'agisse d'embauche, de transports ou du versement d'allocations de soutien, malgré les lois existant dans ce sens. 


Des participants à la chaîne humaine sur la corniche de Beyrouth, le 27 octobre 2019. Photo Acil Tabbara. 


Dans le centre-ville de Beyrouth, une organisatrice appelait dans la journée les participants à se tenir par la main sur une seule rangée, afin que la chaîne puisse atteindre le rond-point de Dora, à l'extrême-nord de la capitale, selon notre journaliste sur place Tilda Abou Rizk. Les gens arrivaient par bus entiers sur place. A leur sortie du véhicule, les passagers chantaient les slogans habituels de la révolte de ces derniers jours, qualifiant notamment les responsables de "voleurs".

A l'initiative d'un groupe de jeunes, des autocollants "Libanais avant tout" ont été distribués et collés sur les tee-shirts des participants. En dépit de la chaîne, les voitures pouvaient continuer à circuler sur la route longeant le quartier de Saïfi. En chemin vers le quartier Dora, des plaisanteries se faisaient entendre : "Nous allons donc déjeuner à Dora et dîner à Tripoli", lancait un des participants.

Arrivé sur les lieux, Édouard a qualifié cette chaîne de projet "exceptionnel". "C'est du jamais-vu", a-t-il affirmé à notre journaliste sur place Nada Merhi, soulignant que cela lui conférait "un sentiment d'appartenance au Liban qu'il n'avait plus ressenti depuis trente ans". Le même sentiment habitait Christelle, une ressortissante belge habitant le Liban depuis douze ans, qui a dit espérer que le pays "ne reviendra plus en arrière". Mohammad, 17 ans, originaire de la banlieue-sud de la capitale, a, lui, estimé que l'initiative est "un symbole de l'unification des Libanais de toutes communautés et régions". "Il s'agit d'un pas en avant vers notre objectif : la fin du communautarisme et des allégeances partisanes".

Ruby, 26 ans, vit et travaille à Dubaï. Elle est rentrée depuis trois jours pour "participer à la révolution". "Je veux faire partie du changement", déclarait-elle.


Une famille participant à la chaîne humaine, à Beyrouth, le 27 octobre 2019. Photo Tilda Abou Rizk


Pour l'écrivain Chérif Majdalani, qui a participé à Beyrouth, "cette chaîne est le symbole de la solidarité sociale et nationale, l'objectif étant de fonder un jour un État basé sur le pacte social". Il a salué la symbolique de relier deux régions emblématiques du pays : le Nord et le Sud du Liban. "Le Nord est la partie pauvre et délaissée du pays et le Sud la région où la volonté politique est confisquée. Joindre ces deux régions est formidable", a-t-il déclaré.


(Lire aussi : Les inégalités, moteur de la révolte populaire au Liban)



"Le même sang dans nos veines"
Si dans le sud de Beyrouth, dans des zones sous influence du Hezbollah et du mouvement Amal, la chaîne était interrompue par endroits, elle a tout de même réuni des milliers de personnes. 

A Saïda, les manifestants se sont donné la main tout le long de la route côtière de la ville, sur environ quatre kilomètres, de l’entrée de la citadelle à l’Awali au nord de la ville, en attendant que la chaîne humaine venue du Chouf, de Jiyé et de Rmeileh vienne les rejoindre.

"Cette initiative montre que les Libanais sont solidaires, et dit aux responsables : faites attention, le peuple libanais est maintenant uni", a déclaré Ali Ghanem, de Kfar Chouba, au Liban-Sud, à L’OLJ. "Le Liban est devenu un, mais eux veulent nous ramener au confessionnalisme", a pour sa part estimé Souha, une étudiante de 22 ans, venue de Tyr. "Le fait qu’on se tienne tous la main veut dire que c’est le même sang qui coule dans nos veines, celui de l’unité nationale car nous sommes un même peuple, a-t-elle ajouté.

La chaîne s’est interrompue au sud de Saïda, zone sous contrôle d’Amal et Hezbollah. Tandis que quelques kilomètres plus loin, à Tyr, des centaines de personnes se sont massées au carrefour de Abbassiyé, à l’entrée nord de la ville, selon des témoins.

Au Liban-Nord, le projet de chaîne a également connu un grand succès, rassemblant des gens de tous les âges, des groupes d’amis, des familles et des parents venus avec leurs enfants. Tout au long de l'immense rassemblement, qui s'étendait du Akkar à Tripoli selon les organisateurs, des motocyclistes passaient offrir de l'eau froide aux participants. 

Au cours des derniers jours, de nombreuses initiatives ont marqué ce mouvement de contestation inédit au Liban. Différents groupes de la société civile et d'institutions diverses, tout comme des universités, organisent notamment des débats et discussions sur l'avenir et les objectifs du mouvement, comme c'est le cas à Beyrouth. Sur la place des Martyrs, une collecte de vêtements est également mise sur pied pour aider les plus démunis. En plus des différents stands installés dans tout le pays pour vendre de la nourriture, des familles cuisinent et distribuent des plats faits maison aux manifestants.



Lire aussi
Semaine I : flash-back en huit images

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

la chaîne a comporté quelques vides, notamment dans la banlieue sud de Beyrouth et entre Saïda et Tyr, zones sous influence du Hezbollah.

Cette phrase resume le Liban

Les milices de Hezbollah font encore peur a une population entiere qui vit sous leur coupole mais qui aurait aime faire cette chaine mais que les methodes violentes de ce parti empechent meme de protester pacifiquement

PEUPLE DU LIBAN CETTE MENACE NE DOIT PLUS VOUS FAIRE PEUR. L'ARMEE EST PRETE A VOUS PROTEGER COMME ELLE L'A MONTRE A RIAD EL SOLH

FAITES LA CHAINE BEYROUTH -TYR POUR MONTRER QUE VOUS N'AVEZ PLUS PEUR D'EUX



Revoltution

Nous ne devons plus en vouloir à personne car cela équivaudrait à ce que nous soyons les juges de tout ce qu’ils nous ont fait endurer.
D’autres plus pro s’en occuperons le temps venu
Maintenant nous leur demandons juste de dégager parce que le mal est profond et ne pourra jamais cicatriser après le 12 eme jour .
Mardi matin Cheikh Saad dissout le gouvernement et laisse faire Dieu parce que cette fois il sera enfin seul sans les sbires qui se réclament de lui et redonnera confiance et optimisme dans l’avenir à nos compatriotes.
Ce n’était pourtant pas difficile les revendications de nos compatriotes mais vous voyiez l’argent partout pauvres hères que vous êtes !!!

Wlek Sanferlou

Koulouna lil watan!
Bon courage à toutes et tous!!

Atalante fugitive

.... ils pourraient aussi compter les jambes et diviser par deux pour ensuite multiplier le chiffre obtenu par le salaire supposé et trouver ainsi le montant engagé, des butors qui ne savent compter que leurs sous.

Bery tus

KELKON YA3NEH KELKON …

BASTA QUE LELIBAN PAIE LE PRIX FORT POUR L'IRAN, L'ARABIE SAOUDITE LES USA OU L'EUROPE

bien que je sois pour une entente avec l'arabie saoudite et les pays du Golf CAR C'EST GRACE AUX LIBANAIS TRAVAILLANT CHEZ EUX QUE LE LIBAN ARRIVAIT A S'EN SORTIR EN INJECTANT 7-8 MILLIARDS DE $ PAR ANNEE

PENDANT QUE L'IRAN ELLE INJECTAIT DES MISSILES ET DES DOLLARS JUSTE POUR UNE FRANGE DE LA POPULATION … MAIS MEME A CELA CETTE FRANGE LA A PAYER LE PRIX FORT EN ENVOYANT AUX COMBATS CA JEUNESSE POUR QUI !?!? POURQUOI !?!?

MAINTENANT IL FAUT REDOUBLER D'EFFORT CAR LE CAMPS ADVERSE CELUI DU MAINTIENT DU GOUV VAS PROBABLEMENT FAIRE ENTENDRE PARLER D'ELLE EN ORGANISANT DES CONTRE MANIFESTATIONS MONSTRE

L'HEURE DE VERITE N'A PAS ENCORE SONNER MAIS ELLE ARRIVE A GRAND PAS

MES FRERES ET SOEURS SOYEZ UNIS FORT COURAGEUX DROIT ET HONNETE ET RIEN NE POURRA SE METTRE EN TRAVERS DE VOTRE CHEMIN

Atalante fugitive

.... ils pourraient aussi compter les jambes et diviser par deux pour ensuite multiplier le chiffre obtenu par le salaire supposé et trouver ainsi le montant engagé, des butors qui ne savent compter que leurs sous.

c...

Et dire que « le » ministre césar abi khalil a déclaré que les manifestants sont payés pour descendre dans la rue ... vont ils au gouvernement se lancer dans des calculs d’apothicaire afin de déterminer les montants engagés et le nombre de participants en se lançant dans des calculs savants, dont eux seuls ont le secret, afin de déterminer la surface occupée divisée par l’envergure moyenne d’un participant et continuer à refuser une réalité évidente ...pour eux les dés sont jetés et rien ne va plus.

Antoine Sabbagha

Il faut être sourd pour ne pas entendre le cri du peuple ou aveugle pour ne pas voir la révolte du peuple .

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Je vais donner le secret pour que cette " saoura" réussisse .

Que les manifestants continuent à s'en prendre aux ripoux du régime est une excellente idée , que ces manifestants ne se laissent pas distraire de l'objectif 1er qui est le retour des fonds de l'état, pillés et mis au chaud par ces pilleurs de l'économie aussi bien au Liban et à l'étranger .

Ils sont connus les noms nous sifflent aux oreilles depuis l'indépendance du Liban , jusqu'à la fin de la guerre civile et atteignent les dates de nos jours .

Voilà le plus important pour la réussite de cette "saoura" .

Ca c'est ce qu'il faudra faire . Par contre ce qu'il faudra éviter , c'est de se tromper de cible et de s'attaquer aux moins " involved" dans ces pillages et y perdre son temps , à la limite même essayer plutôt de se les mettre de son côté en les prenant à témoin que collaborer avec cette clique de voleurs cela les rendrait responsables et complices sur le long et moyen terme .

Ce qui est fait en ce moment , ce fameux "kellonn" ne fera que braquer ces pilleurs qui iront se couvrir avec ceux qui le sont " moins" ou pas du tout .

Le mouvement commence à s'essouffler , il ne passera pas la semaine prochaine .

Antoine Eddé

Respect. Vous êtes la plus belle génération que le Liban ait connu depuis l'indépendance.
De Tyr à Beyrouth, les maillons qui manquent encore à cette chaîne magnifique sont ceux de tous les dangers. Il faut les réveiller, de manière pacifique et leur offrir cette étonnante fraternité après tant d'années de manipulations et de clivages soigneusement fabriqués. Yalla ya chabéb, yalla ya sabaya!

Bery tus

Vaiment magnifique !! sublime a voir, mais attendons avant de confirmer l'unite libanaise … car cela vas devenir plus dure et il y aura des prises de positions qui feront en sorte ou qui essayerons de diviser

nous allons voir apres etre mis a l'epreuve si cette reunification est FORTE ET DURABLE CAR IL Y AURA DES MISES A L'EPREUVE J'ESPERE JUSTE QUE TOUT CE MONDE SOIT FORT DROIT ET HONNETE

Toni Pantaloni

Walla les ambassades ont de belles idées !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE IDEE GENIALE. LE LIBAN UNI DE SON EXTREME NORD A SON EXTREME SUD.
ABRUTIS CORROMPUS ET INCOMPETENTS, DEGAGEZ ! THAWRA, THAWRA, KELLON YE3NE KELLON !

Jean Michael

De tres loin ou je reside et vis, je suis avec vous de tout coeur. LIBAN D'ABORD. Aucun compromis.

Citoyen

C'est émouvant cet événement jamais vu auparavant.Cette cohésion entre toutes les confessions, tous les ages et toutes les classes sociales.Tout le monde est conscient que les choses doivent absolument changer et que cette fois ci on n'a pas le droit à l'erreur ni le droit de reculer face à cette classe politique corrompue et habile

Thawra-LB

Que c’est beau comme reponse aux chemises noir, a la corruption, a la haine sectaires et religieuse. Bravo!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : divergences minimes dans un grand dialogue de sourds

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants