Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Les principales réactions politiques au discours de Aoun

Hariri soutient l'appel du chef de l'Etat à "reconsidérer la situation actuelle du gouvernement" ; Joumblatt plaide pour un remaniement ministériel et des élections anticipées.

Le Premier ministre libanais Saad Hariri, lors d'un discours au Grand Sérail, le 18 octobre 2019. AFP / Marwan TAHTAH

Les responsables politiques n'ont pas tardé à réagir au discours prononcé jeudi par président Michel Aoun qui, dans une première prise de parole une semaine après le début du mouvement de contestation contre le pouvoir, a notamment ouvert la porte à une reconsidération de la situation du gouvernement, tout en se disant prêt à discuter avec des représentants des manifestants.

- Le Premier ministre, Saad Hariri a annoncé sur son compte Twitter avoir contacté le chef de l'Etat et a dit "soutenir son invitation à reconsidérer la situation actuelle du gouvernement conformément aux institutions constitutionnelles". Selon des informations de la chaîne LBCI, ce soutien signifie que le remaniement ministériel et la formation d'un nouveau gouvernement sont sur la table.


- Le leader druze Walid Joumblatt : "Après avoir écouté le discours du président Aoun, étant donné que nous sommes dans le même bateau qui coule et comme nous partageons la même peur quant à un effondrement économique, nous estimons que la meilleure solution réside dans un remaniement ministériel rapide et l'organisation d'élections législatives sous l'égide d'une loi électorale moderne non-communautaire", a-t-il écrit sur son compte Twitter. 


- Le patriarche maronite Béchara Raï a "salué le discours du président Aoun qui a été clair et honnête, mettant le doigt sur la blessure des Libanais" et s'est félicité de "l'appel du président à ouvrir un dialogue avec les manifestants et son retour au peuple pour lutter contre la corruption (...)".  Mgr Raï a également approuvé les propos du chef de l’Etat qui a appelé à une "remise en question de la situation du gouvernement". Il a dans ce cadre appelé une nouvelle fois à former "un gouvernement restreint, neutre et qualifié, pour sortir le Liban" de la crise.


- Le ministre d’État pour les Affaires de la présidence Salim Jreissati (CPL), a appelé à "soutenir les trois axes du discours du président Aoun : la lutte contre la corruption, le fait de tendre la main aux manifestants et l'appel à reconsidérer la situation du gouvernement".

- Le député Chamel Roukoz, qui s'est nettement désolidarisé depuis plusieurs semaines du groupe parlementaire du Liban fort, principalement constitué du CPL, a appelé à la chute du gouvernement actuel. "Ecoutez la voix du peuple. Prêtez attention à ses demandes. Respectez sa colère sacrée, et n'ignorez pas le fond du problème : aucune confiance en ce pouvoir. Que ce gouvernement dégage!", a écrit sur son compte Twitter l'ancien général de l'armée et gendre, comme le chef du CPL Gebran Bassil, du chef de l'Etat. "Les tentatives de bricolage et de réanimation ne marcheront pas. Nous avons besoin d'un gouvernement de spécialistes fiables et moraux", a-t-il ajouté.




- Le député Ibrahim Kanaan, membre du CPL, a appelé à "se baser sur le discours du président Aoun pour sortir de la crise, à travers des solutions qui se fondent sur la volonté populaire et le maintien de la stabilité et ce, en s'assurant que la reddition des comptes se fasse à travers les institutions et non dans la rue, en soutenant les législations proposées, en revoyant la situation gouvernementale via les mécanismes constitutionnels et non le chaos et en répondant favorablement au dialogue afin que le peuple participe à la prise de décision".





- L'ancien député du Hezbollah Nawar el-Sahili
a estimé que les propos de Michel Aoun constituent "la porte de sortie de la crise actuelle, conformément aux institutions de l’État, aux lois et à la Constitution". Il a appelé à "commencer à mettre en place immédiatement le plan de réformes (présenté lundi par le Premier ministre, ndlr) et à faire payer les corrompus et les voleurs".


- Répondant aux déclarations du chef de l'Etat qui s'est dit prêt à rencontrer des représentants des manifestants pour écouter leurs demandes, le parti de la société civile Sabaa a souligné que "les gens ne sont pas prêts à aller à la rencontre" du chef de l'Etat. "C'est à lui de venir à nous. C'est au chef de l'Etat de nous présenter des solutions", a précisé un responsable du parti à L'OLJ.




Lire aussi

Au Jour VIII, "Que Michel Aoun parte", lancent les manifestants après le discours du président

Pour ou contre les manifestations, la position mitigée du Hezbollahle décryptage de Scarlett HADDAD

L’aveul'éditorial de Issa GORAIEB

Bkerké : Plus qu’un soulèvement, c’est la renaissance de la patrie libanaise


Les responsables politiques n'ont pas tardé à réagir au discours prononcé jeudi par président Michel Aoun qui, dans une première prise de parole une semaine après le début du mouvement de contestation contre le pouvoir, a notamment ouvert la porte à une reconsidération de la situation du gouvernement, tout en se disant prêt à discuter avec des représentants des manifestants.- Le...
commentaires (9)

Assez de conneries SI LES LIBANAIS CROIENT ENCORE A DED SOLUTIONS MIRACLES DU GOUV ET UN PARTI ARMÉE EN SEIN SI VRAIMENT LES MANIFS FAIBLISSENT ALORS LE PEUPLE LIBANAIS AINSI QUE MOI MÊME DEVRONT SE TAIRE ET NE PLUS PARLER DE POLITIQUE En TOUT CAS SI CETTE FOIS CI LE PEUPLE LIBANAIS N’ARRIVE PAS À SES FINS MOI JE PROMETS SOLENNELLEMENT DEVANT TOUT LE MONDE QUE JE NE M’OCCUPERAI PLUS DE POLITIQUE AU LIBAN NI DE PRÈS NI DE LOIN

Bery tus

21 h 36, le 24 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Assez de conneries SI LES LIBANAIS CROIENT ENCORE A DED SOLUTIONS MIRACLES DU GOUV ET UN PARTI ARMÉE EN SEIN SI VRAIMENT LES MANIFS FAIBLISSENT ALORS LE PEUPLE LIBANAIS AINSI QUE MOI MÊME DEVRONT SE TAIRE ET NE PLUS PARLER DE POLITIQUE En TOUT CAS SI CETTE FOIS CI LE PEUPLE LIBANAIS N’ARRIVE PAS À SES FINS MOI JE PROMETS SOLENNELLEMENT DEVANT TOUT LE MONDE QUE JE NE M’OCCUPERAI PLUS DE POLITIQUE AU LIBAN NI DE PRÈS NI DE LOIN

    Bery tus

    21 h 36, le 24 octobre 2019

  • On ne soigne pas un cancer avec de l'Aspro en 2019. Rendez vite l'argent volé à l'Etat et au peuple. Le temps du sultan Salim el-Khoury, le temps des copains et des coquins est révolu. Entre la richesse et la prison, il faut choisir. En France, le détournement des deniers publics a mené Patrick Balkany, plusieurs fois député et maire de Lrvallois en prison. c'est ça l'Etat républicain.

    Un Libanais

    19 h 53, le 24 octobre 2019

  • Rien ne va bouger , suaf la discorde dans la rue , ça oui

    Chucri Abboud

    19 h 19, le 24 octobre 2019

  • La confusion est totale. Eh ho , on a l'impression que des petits "CHE" en herbe naissent à chaque coin de rue. Le CHE était plus idéologue que économiste. Hold your horses Ben Hur.

    FRIK-A-FRAK

    19 h 11, le 24 octobre 2019

  • Ne sont cités, quasiment, que des gens du CPL, ou du Hezb? Peut-etre sont-ils les seuls à avoir démissionnés...

    LeRougeEtLeNoir

    17 h 58, le 24 octobre 2019

  • J'oubliais Sabaa

    Yves Prevost

    17 h 51, le 24 octobre 2019

  • De tous ceux qui sont ici cités, seul Chamel Roukoz a dit des choses sensées.

    Yves Prevost

    17 h 50, le 24 octobre 2019

  • L'art et la manière d'essayer d'endormir le peuple et ses revendications ... discours creux qui ne veut rien dire. On ne dégage pas un système mafieux bien organisé si simplement ...

    Zeidan

    17 h 02, le 24 octobre 2019

  • Tout a fait, c'est au president de venir vers le peuple, vu que lui meme se targue d'etre le "pere du peuple". nous avons deja des pères, nous voulons un president, pas un legume sur une chaise en cuire. On ne gagne pas avec des bricolqges, il faut TOUT changer, commençant par Gebran Bassil et Nabih Berry. Tout autres discussions sur des remaniements ministeriels est un piege dans lequel il ne faut pas tomber. Sinon, un petit mots a ceux qui nous donnent des conseils sur COMMENT manifester, comment etre habillé et quoi chanter et quoi crier, c'est simple, ça ne vous plait pas, mettez vous de coté et evitez de parler. Vous avez deja assez creuser la tombe du liban pendant 30 ans, vous, votre corruption et vos milices illegale et votre non respect de la loi et la constitution, et votre mentalité sectaires. Bienvenue dans ce nouveau Liban, certes desorganisé mais ô combien solidaire et uni

    Thawra-LB

    16 h 46, le 24 octobre 2019

Retour en haut