X

Économie

La possibilité que la mobilisation dure inquiète commerçants et consommateurs

Ravitaillement
22/10/2019

Le blocage des grands axes routiers par des manifestants, dans un contexte de crise économique et financière, a commencé à se ressentir ces dernières 24 heures dans les commerces, dans plusieurs régions du pays, sans pour autant que l’on puisse encore parler de pénurie.

Selon des témoignages recueillis par L’Orient-Le Jour au centre de Beyrouth, dans le Metn et le Kesrouan, beaucoup d’établissements rencontrent des difficultés pour s’approvisionner, certains d’entre eux se retrouvant avec des rayons clairsemés. En effet, si de nombreux points de vente ont pu être approvisionnés en produits frais – laitiers et maraîchers principalement –, certains confient avoir dû mobiliser leurs propres employés pour se rendre chez leurs fournisseurs, ces derniers refusant de prendre le risque d’envoyer des livreurs.

D’autres se sont arrangés pour être livrés la nuit, la circulation étant moins dense et les blocages moins nombreux –

l’armée et les forces de sécurité étant dépêchés par les autorités pour libérer les accès désertés par le manifestants.

La plupart des commerçants interrogés estiment suffisants, pour le moment, leurs stocks de produits non périssables – sucre, farine, etc. – et de conserves, mais craignent une pénurie à moyen terme.

Enfin la possibilité que le mouvement de protestation dure inquiète certains grossistes dont les marchandises sont bloquées au port depuis plusieurs jours, engrangeant des frais de stockage – qui gravitent autour de plus ou moins 50 dollars par jour et par conteneur, en fonction de sa taille, ou du fait qu’il soit réfrigéré ou non.


(Lire aussi : Premier décryptage des principales mesures annoncées par Hariri)

Consommateurs inquiets

Dans ce contexte, certains supermarchés ont été pris d’assaut à Beyrouth. En effet, la perspective d’un prolongement des blocages a poussé de nombreux citadins à constituer des stocks de nourriture et de produits de première nécessité ces deux derniers jours. Dans une boulangerie du Kesrouan, les clients se succèdent depuis dimanche pour acheter des sacs de pain. Hier, ils étaient également nombreux à se rendre dans les supermarchés, minimarchés et autres épiceries de quartiers. « Il n’y a pas de mouvement de panique, mais un flux continu de clients anxieux qui préfèrent prendre leurs précautions », rapportait un employé de supérette de quartier quelques heures avant le discours du Premier ministre Saad Hariri au cours duquel ont été listées les réformes que le pouvoir compte lancer en urgence.

Des scènes similaires se sont déroulées dans d’autres régions du pays, comme à Sin el-Fil, où les habitants ont même été nombreux à se déplacer à pied pour faire leurs courses.

Pharmacies et hôpitaux

De leur côté, les gérants et employés de plusieurs pharmacies dans le Grand Beyrouth ont indiqué avoir été livrés hier par une partie de leurs fournisseurs pour la première fois depuis la semaine dernière. Certains établissements n’ont cependant pas pu être desservis, notamment dans le Metn et le Liban-Nord. Une partie des pharmaciens interrogés ont en outre affirmé craindre un épuisement rapide de leurs stocks, certains estimant de pas pouvoir tenir plus d’une semaine. Même son de cloche du côté des hôpitaux. Selon des informations rapportées dans les médias, des établissements de soins ont demandé aux manifestants de débloquer les routes afin de ne pas perturber l’approvisionnement de médicaments et autres produits essentiels au traitement des patients – sérums, plaquettes de sang, etc.


(Lire aussi : Quel est l’impact des manifestations sur l’économie ?)


Carburants

Au niveau du carburant, le syndicat des propriétaires de stations-service a réitéré dans un communiqué son appel à libérer des accès, pour permettre aux camions-citernes d’effectuer leurs livraisons habituelles. Certains d’entre eux ont néanmoins pu arriver à destination, comme dans une station-service de Zouk Mosbeh (Kesrouan), qui avoue toutefois avoir dû arrêter de servir ses clients pendant deux heures. Une autre station, à Jeïta, non loin du rond-point de Séhailé, affirme avoir fonctionné normalement depuis le début des événements. Dimanche, certaines stations-service avaient décidé de limiter à 20 litres la quantité d’essence par véhicule.



Lire aussi

Pour le secteur privé, le gouvernement doit d’abord réduire les dépenses publiques

Le mauvais pari du gouvernementle billet de Kenza Ouazzani

Le Liban entre réformes improbables et révolution impossible

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le retour des Libanais de l’étranger, entre surenchère politique et souci humanitaire

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants