X

À La Une

De Paris à Washington, la diaspora libanaise mobilisée

Liban Des rassemblements sont prévus dans des dizaines de villes du monde entier, en soutien au mouvement de contestation au Liban. 
OLJ
20/10/2019

La diaspora libanaise est mobilisée dans de nombreuses grandes villes du monde entier, en soutien aux Libanais résidents, mobilisés dans la rue pour la quatrième journée consécutive afin de protester contre la corruption de la classe politique, la mauvaise gouvernance et la crise socio-économique. 

A l'appel d'un petit groupe "frustré" de ne pas être au Liban pour participer aux manifestations, ils sont plus de 2.000 rassemblés sur la place du Trocadéro, à Paris, pour exprimer leur soutien à "la révolution" dans leur pays d'origine. Sous une pluie battante, entonnant l'hymne national dès leur trajet en métro, les Libanais énumèrent les différentes villes de leur pays en guise de solidarité, et appellent à la révolution. Parmi eux, une dame d'une soixantaine d'années, établie en France depuis 35 ans, confie à notre correspondante sur place, Anne Ilcinkas, que c'est la première fois qu'elle manifeste.  "Comme tous les Libanais de France, j'envoie de l'argent au Liban, où la population s'appauvrit toujours plus. Quand on vit en France, et que l'on se rend compte de tous les services possibles, on se rend compte que les Libanais n'ont rien du tout. Cette situation doit changer", estime-t-elle. Elle a donc décidé de venir exprimer, en solo, son soutien aux mouvements populaires libanais, et espère surtout pouvoir rentrer à Beyrouth, quand l'heure de la retraite sera venue. 

A Lyon, plus de 150 personnes, entre étudiants et gens de tous âges, étaient rassemblées sur la place Bellecour, où ont résonné l'hymne national libanais et les slogans, identiques à ceux que l'on entend partout au Liban, selon notre correspondante sur place, Samia Medawar. "Nous voulons vous faire émigrer, comme vous l'avez fait avec nous", pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un manifestant.


A Sydney, en Australie, ils étaient cinq mille Libanais réunis dans le centre-ville, drapeaux estampillés du Cèdre levés bien haut, à réclamer "la chute du régime" libanais, selon l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle).  Les manifestants ont déclaré être "solidaires de leurs frères et sœurs vivant au Liban, afin qu'ils puissent enfin bénéficier de leurs droits les plus élémentaires". 


La diaspora libanaise mobilisée à Sydney, le 20 octobre 2019. Photo Tania Makdissy

A Washington, plusieurs dizaines d'émigrés, rassemblés devant l'ambassade libanaise, réclamaient que "les corrompus rendent enfin des comptes". De nombreux Libanais ont également manifesté à Houston, au Texas, où ils appelaient Beyrouth à "se soulever et faire tomber le gouvernement". 

A San Francisco, avec le pont suspendu du Golden Gate en toile de fond, les Libanais ont appelé à "la révolution", à grand renfort de dabké et de percussions, selon des vidéos postées sur les réseaux sociaux. 


Malgré la pluie, plus d'une centaine de personnes se sont rassemblées à Bruxelles, en Belgique, devant l'ambassade libanaise, selon Augustin, présent sur les lieux. "Au fait, ce n'est pas à cause de WhatsApp", peut-on lire sur une pancarte brandie par une manifestante, en référence à la taxe que voulait imposer jeudi le ministère des Télécommunications sur les appels faits par VoIP, annulée depuis. "Nous sommes en Belgique mais notre cœur est au Liban", a écrit un autre. 


Des manifestants devant l'ambassade libanaise à Bruxelles, en Belgique, le 20 octobre 2019. Photo Augustin Lorent

A Milan aussi, des dizaines de Libanais se sont rassemblés devant le consulat de leur pays.

Des manifestants devant le consulat libanais à Milan, le 20 octobre 2019. Photo Joanna Abbas

A Barcelone, en Espagne, ville actuellement marquée par un important mouvement de contestation envers le gouvernement espagnol et en solidarité avec les responsables catalans, quelques Libanais se sont réunis. Sur une pancarte, les manifestants ont écrit être "unis contre les responsables corrompus. De Barcelone, nous sommes avec vous". 

Plusieurs autres manifestations ont eu lieu en Jordanie, à Munich (Allemagne), au Bélarus, en Ukraine, au Mexique. Des manifestations sont prévues, dans le courant de la journée, dans des dizaines de villes du monde entier.  

La veille, des rassemblements avaient déjà attiré de nombreux libanais, solidaires du Liban, notamment à Montréal et Londres



Lire aussi
Le Liban entre réformes improbables et révolution impossible

Feux de route, l'éditorial de Issa Goraieb

Qu'ils partent, d’accord... Mais après 
?, l'analyse d’Élie Fayad

Le Liban entre réformes improbables et révolution impossible, le commentaire de Karim Émile Bitar

"Ils nous demandent de rentrer au Liban, mais n'assurent pas ensuite!"


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants