X

À La Une

A Montréal, près de 450 Libanais manifestent "pour revenir un jour au Liban"

Contestation

"On ne peut pas se sentir Libanais sans être solidaire des Libanais qui vivent au Liban et qui sont dans la rue aujourd’hui".

19/10/2019

Près de 450 Libanais vivant à Montréal (Canada) ont organisé, vendredi, un rassemblement en solidarité avec les manifestants libanais qui investissent les rues du pays du Cèdre depuis jeudi soir pour protester contre la classe politique et la crise économique.

"Révolution", ou "Il n'est pas question de WhatsApp", pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les manifestants qui ont entonné l'hymne national libanais et crié "Le peuple veut la chute du régime".

"Je vis au Canada depuis 30 ans, mais mon cœur est au Liban. En étant là aujourd’hui, je me sens plus proche des Libanais (qui sont restés au Liban)", dit Aref Salem, conseiller pour la ville de Montréal. "Je suis née au Canada, nos parents ont immigré pour nous. Comment ne pas manifester aujourd’hui? Pour eux, pour nous, pour revenir un jour au Liban", affirme Jenny, étudiante à Ottawa. "On ne peut pas se sentir Libanais sans être solidaire des Libanais qui vivent au Liban et qui sont dans la rue aujourd’hui", renchérit une autre étudiante, Sarah Belle.

Lamia Charlebois, fondatrice du groupe Libanais de Montréal-Sirop d’arabe, affirme pour sa part avoir "beaucoup hésité à venir manifester aujourd’hui". "On appelle à la chute du gouvernement. D'accord, mais après ?, demande-t-elle. Je suis inquiète pour l’avenir… mais solidaire".

Des rassemblements similaires sont prévus ce weekend dans plusieurs villes européennes et américaines notamment Paris, Londres, Berlin, Bruxelles, Milan, Washington, Los Angeles et San Francisco. 

Des milliers de Libanais manifestent depuis trois jours consécutifs, à travers tout le pays, contre les responsables politiques et la crise économique. Certains réclament la démission du gouvernement, voire celle du chef de l’État Michel Aoun. Le Premier ministre, Saad Hariri, a annoncé hier qu'il donnait à ses partenaires politiques un délai de 72h, assorti d’une menace à peine voilée d’une éventuelle démission, pour modifier les comportements politiques à l’origine des multiples blocages empêchant la mise en place des réformes inhérentes aux promesses d’aides internationales au Liban


Lire aussi

Feux de route, l'édito de Issa GORAIEB

Qu'ils partent, d’accord... Mais après ?, l'analyse d’Élie Fayad

Le mauvais pari du gouvernement, le billet de Kenza Ouazzani

Power to the People, le billet de Médéa Azouri

Le Liban entre réformes improbables et révolution impossible

En un coup de pied, une Libanaise devient le symbole de la contestation


En un coup de pied, une Libanaise devient le symbole de la contestation

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants