Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

"Ne me faites pas entendre votre voix" : Jreissati se défend après un tollé autour du tri à la source

"Ceux qui instrumentalisent cette question pour s'en prendre au président de la République (Michel Aoun) et au chef de la diplomatie, Gebran Bassil, se trompent", lance le ministre de l'Environnement.

e ministre libanais de l'Environnement, Fady Jreissati. Photo d'archives. Rene Mawad

Le ministre libanais de l'Environnement, Fady Jreissati, s'est défendu jeudi après le tollé qu'avaient provoqué ses propos concernant les Libanais qui ne trient pas leurs déchets ménagers, rappelant par là que des usines de tri d'ordures sont prêtes.

Il y a quelques jours, lors d'une conférence de presse, M. Jreissati avait dit aux Libanais, qu'il accuse de ne pas trier à la source leurs déchets, de "ne pas lui faire entendre leur voix", provoquant un tollé sur les réseaux sociaux. Revenant sur cet épisode, M. Jreissati a repassé la séquence aux journalistes présents, montrant un passage dans lequel il se dit responsable devant les citoyens qui effectuent le tri à la source, en affirmant que ses propos avaient été tronqués. Il a une nouvelle fois critiqué ceux qui lui font des reproches, tout en affirmant qu'il "accepte toutes les remarques et les critiques qui lui sont adressées".


(Lire aussi : Non merci ! L'impression de Fifi Abou Dib)



"S'en prendre au président de la République"
Le ministre de l’Environnement a saisi cette occasion pour rappeler que "le tri à la source est désormais prévu par la loi et constitue un devoir pour chaque citoyen libanais".
"Ceux qui instrumentalisent la question du tri à la source pour s'en prendre au président de la République (Michel Aoun) et au chef de la diplomatie, Gebran Bassil, se trompent", a lancé Fady Jreissati, qui est membre du Courant patriotique libre, dirigé par M. Bassil et fondé par le chef de l'Etat. "Nous avons des centres de tri qui sont prêts. Pour cela, j'appelle la population à commencer à trier ses déchets à la source, car cela est d'abord bénéfique à la santé des Libanais et à leurs finances", a conclu le ministre de l’Environnement.

En août dernier, le gouvernement a approuvé dans les grandes lignes la feuille de route pour la gestion des déchets préparée par M. Jreissati, actant l'option des incinérateurs, sans pour autant prendre de décisions définitives sur les décharges sanitaires de Bourj Hammoud et de Costa Brava.

La feuille de route du ministère de l’Environnement pour la gestion des déchets avait été soumise à la présidence du Conseil le 3 juin. Ce document prévoit notamment, sans alternative malgré la polémique que cela engendre, la construction d'incinérateurs de déchets. Il met par ailleurs en avant la nécessité de réduire les déchets et d’instaurer le tri à la source. Pour permettre aux municipalités de mener à bien les opérations de ramassage et de tri, cette feuille de route propose de nouvelles taxes.


Lire aussi

Le sac en plastique officiellement payant dans les supermarchés à partir du 15 octobre

Crise des déchets : les contrats ne sont que partiellement appliqués, de l’aveu même du CDR

Déchets : Comment passer d’une gestion de crise à une gestion... tout court


Le ministre libanais de l'Environnement, Fady Jreissati, s'est défendu jeudi après le tollé qu'avaient provoqué ses propos concernant les Libanais qui ne trient pas leurs déchets ménagers, rappelant par là que des usines de tri d'ordures sont prêtes.Il y a quelques jours, lors d'une conférence de presse, M. Jreissati avait dit aux Libanais, qu'il accuse de ne pas trier à la source...

commentaires (6)

LAISSEZ L,HEBETUDE TRANQUILLE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

15 h 34, le 11 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • LAISSEZ L,HEBETUDE TRANQUILLE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 34, le 11 octobre 2019

  • Chaque fois qu'un ministre ou parlementaire du CPL se fait attirer des critiques, il les rejette car c'est une attaque contre le Président et le chef du CPL. Une approche plus humble serait d'écouter les critiques et de corriger son tir. Il faudrait au départ convaincre le citoyen que la solution fonctionne : puisque les centres de tri sont prêts, pourquoi faut-il que la population trie ses déchets à la source tant que la collection des déchets et le transport ne sont pas adaptés ? Une fois que cette problématique est adressée, les attaques contre le Président et le chef du CPL vont disparaitre.

    Zovighian Michel

    04 h 14, le 11 octobre 2019

  • Non-recyclable, ce ministre devrait être trié à la source.........

    Nicolas Rubeiz

    23 h 36, le 10 octobre 2019

  • Ça fait 15 ans que je trie mes déchets "à la source". Et ça fait 15 ans que les camions-benne remettent tout ensemble. Donc tu va l’entendre ma voix. Et ma voix te dit: si tu veux être crédible laisse tomber l’idée STUPIDE et CRIMINELLE des usines d’incinération!

    Gros Gnon

    19 h 31, le 10 octobre 2019

  • M. Le Ministre a raison d'imposer le tri à la source! Mais, en général, sauf qques exceptions comme à Bickfaya, les camions municipaux chargent tous les sacs de déchets ensemble et les déversent tous ou à Bourj Hammoud ou à Costa Brava! Il faut organiser la gestion des déchets pour apprendre à la population comment faire, puis exiger que les camions transportent les sacs triés aux usines de recyclage! Surtout abolir les incinérateurs de grâce !! Nous trions depuis plus de 25 ans..et c'est ou Terre Liban ou Arcenciel qui ramassent!!!... Bon courage et bonne chance M. le Ministre!!

    Zaarour Beatriz

    19 h 20, le 10 octobre 2019

  • En France, on pratique le tri à la source depuis une dizaine d'années. C'est simple, propre et pratique. Au départ, on cherche comment faire et maintenant c'est la routine.

    SABBAGH IMAD

    14 h 59, le 10 octobre 2019

Retour en haut