Rechercher
Rechercher

À La Une - Conflit

Erdogan réitère sa menace d'intervention en Syrie "sur terre et dans les airs"

L'offensive peut commencer "aussi tôt qu'aujourd'hui, demain", déclare le président turc. 

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s'exprimant devant l'Assemblée générale de l'ONU, à New York, le 24 septembre 2019. Photo d'archives REUTERS/Lucas Jackson

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a réitéré samedi sa menace de lancer une opération "sur terre et dans les airs" en Syrie contre une milice kurde considérée comme "terroriste" par Ankara, mais alliée de Washington.

"Nous avons effectué nos préparatifs, achevé nos plans d'opération, donné les instructions nécessaires", a déclaré le président turc dans un discours télévisé, ajoutant que l'offensive pouvait commencer "aussi tôt qu'aujourd'hui, demain". "Nous conduirons cette (opération) sur terre et dans les airs", a-t-il ajouté, précisant qu'elle serait menée à l'est de l'Euphrate.

M. Ergodan avait affirmé mardi que la Turquie arrivait à bout de patience envers les Etats-Unis au sujet de la création d'une "zone de sécurité" dans le nord de la Syrie, prévue aux termes d'un accord conclu en août entre Washington et Ankara. Il avait auparavant averti Washington que la Turquie lui donnait jusqu'à fin septembre pour des résultats concrets dans la mise en place de cette zone tampon où ont été effectuées des patrouilles communes américano-turques, faute de quoi elle déclencherait une opération contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG). Fer de lance des Forces démocratiques syriennes (FDS), cette milice a été un partenaire clé de Washington dans la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

M. Erdogan a menacé à plusieurs reprises de lancer une offensive transfrontalière et a récemment déploré que les progrès avec Washington sur cette zone n'avancent pas comme le souhaite Ankara. Outre éloigner les YPG de sa frontière, M. Erdogan espère pouvoir utiliser cette "zone de sécurité" pour y renvoyer jusqu'à 2 millions de réfugiés syriens. Le président turc accuse les pays occidentaux de refuser délibérément de partager le fardeau des réfugiés syriens, alors que la Turquie en accueille 3,6 millions. 

M. Erdogan avait anoncé le 21 septembre que les préparatifs étaient terminés en vue d'une opération turque en Syrie. Si elle a lieu, cette opération serait la troisième menée par la Turquie en Syrie depuis 2016. La première visait l'EI en 2016 et la deuxième les YPG en 2018.



Lire aussi
Michel Duclos : « Les Russes ont vraiment besoin des Iraniens en Syrie »

Avec la frontière à portée de vue, des Syriens rêvent de la Turquie

"Zone de sécurité" en Syrie : un objectif réaliste ?


Le président turc Recep Tayyip Erdogan a réitéré samedi sa menace de lancer une opération "sur terre et dans les airs" en Syrie contre une milice kurde considérée comme "terroriste" par Ankara, mais alliée de Washington.
"Nous avons effectué nos préparatifs, achevé nos plans d'opération, donné les instructions nécessaires", a déclaré le président turc dans un discours...

commentaires (2)

IL VA SE CASSER LES DENTS ERDO.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

17 h 00, le 05 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • IL VA SE CASSER LES DENTS ERDO.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 00, le 05 octobre 2019

  • Erdo commence à comprendre à qui il a affaire . Il a été stupide jusqu'au jour où il a compris quel était la politique des usa , cad manger à tous les râteliers . En Syrie ils sont avec les kurdes et les turques , dans le golfe ils sont avec le qatar et les bensaouds , en Lybie ils sont avec Aftar et le gouvernement . Il faudra arrêter de croire en eux , ils seront prêts à se battre contre ceux qui leurs résistent jusqu'au dernier sunnite , chiite , kurde etc... et même chrétien stupide (QUI VOIT, QUI SAIT ,MAIS QUI CONTINUE A CROIRE A LEURS MENSONGES) rien que pour assoir leur domination et celle de leurs complices usurpateurs . REMARQUEZ QU'IL N'Y A QU'AVEC EUX QU'ILS NE PLAISANTENT PAS.

    FRIK-A-FRAK

    16 h 16, le 05 octobre 2019

Retour en haut