Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Première réaction de Hariri après l'article du NYT sur la mannequin sud-africaine

Dans un article publié lundi, le quotidien américain exhume l'affaire du paiement en 2013, par le leader du Futur, de 16 millions USD de cadeaux à la jeune femme.

Le Premier ministre libanais Saad Hariri le 20 septembre 2019 à l'Elysée. AFP / Ludovic MARIN

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a assuré mardi qu'il resterait en poste "malgré les campagnes" lancées contre lui, au lendemain de la parution d'un article du New York Times exhumant une affaire vieille de six ans qui le met en cause, alors que le Liban traverse une crise économique qui a provoqué des manifestations contre le régime et des appels à la démission du gouvernement.

"Quelles que soient les campagnes lancées contre moi, malgré tout ce qu'ils peuvent dire, écrire ou faire, je continuerai à travailler et je ne m'arrêterai pas", a déclaré dans la journée le chef du gouvernement, qui présidait une réunion de la commission technique pour la coordination des services essentiels dans les mohafazats. "Il est vrai que nous sommes dans une situation économique difficile. De ce fait, nous devons prendre des mesures audacieuses, et cela n'est pas négociable car ce que nous ne pouvons pas supporter concrètement, c'est l'effondrement du pays", a-t-il ajouté.

Dans l’article du NYT publié lundi, Ben Hubbard, chef du bureau du célèbre quotidien américain à Beyrouth, fait état de documents judiciaires selon lesquels Saad Hariri a donné plus de 16 millions de dollars, à titre de cadeaux, à une mannequin sud-africaine avec qui il aurait entretenu une relation il y a plusieurs années dans un complexe hôtelier de luxe aux Seychelles.

L'Orient-Le Jour n'a pu obtenir de réaction du bureau de M. Hariri. M. Hubbard précise également, dans son article, ne pas avoir pu obtenir de commentaire du Premier ministre. Mais une source libanaise citée par Russia Today a estimé que l'article était "un message sévère" adressé par les États-Unis à M. Hariri.

L'affaire Candice Van der Merwe
Selon l'auteur de l'article, Candice Van der Merwe, mannequin maillot de bain de 20 ans, dit avoir rencontré M. Hariri à une période où ce dernier n'était pas Premier ministre au resort The Plantation Club, qui la recrute en 2012. En mars 2013, la jeune femme, dont les revenus annuels ne dépassaient pas les 5 400 dollars, s'offre deux voitures de luxe d'une valeur de 250 000 dollars, ainsi que deux smartphones dernier cri, après un accident qui a endommagé sa voiture et son téléphone. En mai, elle reçoit sur son compte un virement de 15,3 millions de dollars. Avec cette somme, la mannequin s'achète plusieurs propriétés et investit dans une société immobilière dans laquelle son père, Gary van der Merwe, a des parts. Des transferts qui, selon les documents consultés, indique le New York Times, sont le fait de M. Hariri.

Au moment de ces paiements, Saad Hariri n'était pas Premier ministre. Après un premier mandat à la tête du gouvernement de 2009 à 2011, il est à nouveau nommé à ce poste en décembre 2016.

Ces dépenses et ces rentrées d'argent vont éveiller les soupçons des services fiscaux sud-africains, qui ont un temps soupçonné que ces sommes étaient destinées au père de la mannequin, qui a déjà eu des démêlés avec la justice pour fraude fiscale. La jeune femme assure que ces sommes et les voitures de luxe sont des cadeaux qui, selon elle, ne doivent pas être imposés.

Un combat judiciaire débute. Selon Ben Hubbard, Saad Hariri a alors envoyé un million de dollars à la jeune femme pour l'aider sur le plan financier et couvrir les frais de justice. Les services fiscaux finissent par prélever des impôts sur ces revenus et gèlent les avoirs de Candice Van der Merwe. Un accord entre les deux parties est finalement trouvé en 2016.

En janvier dernier, la jeune mannequin contre-attaque et poursuit l’État sud-africain en justice pour harcèlement fiscal et réclame 65 millions de dollars de dommages et intérêts. Les intentions de Candice Van der Merwe sont rendues publiques dans la presse sud-africaine à la fin de l'année 2018. C'est dans les documents judiciaires attenant à la plainte de la mannequin que le nom de Saad Hariri est cité, selon le journaliste qui signe l'article.


"Un blâme"
Dans les éditions papier de la presse libanaise, seul le journal al-Akhbar, proche du Hezbollah, a repris l'article du NYT. Le quotidien s'interroge sur le timing de ces révélations. "La question du timing de ces révélations se pose, d'autant que les détails de cette affaire ont été rendus publics en décembre 2018 (...), d'autant, aussi, que les pressions américaines sur le Liban s'accentuent (ces derniers temps, ndlr) et que certains tentent d'éloigner le Premier ministre du Hezbollah", écrit le quotidien.

Dans la journée, une source libanaise citée par Russia Today a indiqué que "personne au Liban ne veut parler du fond de l'article du NYT, mais du message qui se cache derrière cet article". "Cette histoire avérée a eu lieu en 2013, et l'exhumer à nouveau aujourd'hui est une façon pour les États-Unis d'adresser un message sévère et un blâme à M. Hariri, au moment où certains appellent à sa démission en raison de la dégradation de la situation économique et des manifestations qui l'accompagnent, alors qu'il apparaît proche du Courant patriotique libre et du Hezbollah.

Selon cette source, "le Hezbollah est aujourd'hui attaché à Hariri au poste de Premier ministre, et le président Michel Aoun est attaché au compromis présidentiel". "Saad Hariri n'a pas d'autre choix que de s'arrimer au chef de l'État et au Hezbollah pour former un puissant front face aux tentatives américaines de déstabiliser le Liban", poursuit-elle.

"Il est possible que des coups en-dessous de la ceinture soient portés dans les semaines ou les mois qui viennent dans une dernière tentative d'obtenir des gains et de faire pression sur des adversaires avant une accalmie des fronts explosifs et la consolidation du fait accompli dans la région. Peut-être que la crise que traverse le Liban sur les marchés financiers et monétaires entre dans ce cadre, surtout si on y ajoute le long article publié dans le NYT et qui vise durement Hariri", selon cette source.



Lire aussi
Manifestations : Baabda dénonce une campagne orchestrée

Aoun dénonce des « pressions extérieures » sur l’économie locale

Face à la « théorie du complot » de Bassil, une volonté d’accalmie quasi généralisée

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a assuré mardi qu'il resterait en poste "malgré les campagnes" lancées contre lui, au lendemain de la parution d'un article du New York Times exhumant une affaire vieille de six ans qui le met en cause, alors que le Liban traverse une crise économique qui a provoqué des manifestations contre le régime et des appels à la démission du...
commentaires (25)

Juste pour la gorme je répète mon commentaire : Bof!

Wlek Sanferlou

13 h 05, le 03 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (25)

  • Juste pour la gorme je répète mon commentaire : Bof!

    Wlek Sanferlou

    13 h 05, le 03 octobre 2019

  • Trump et sa Stormy Daniels font office d'amateur novices a cote :)

    Lebinlon

    10 h 31, le 03 octobre 2019

  • On s'en tape! Le PM a droit au respect de sa vie privée. Après tout, il s'agit d'une relation entre adultes consentants. Seules des arrières-pensées politiques peuvent expliquer la publication de cet article dans le NYT.

    Marionet

    23 h 14, le 01 octobre 2019

  • Abjection, ignominie, une gabegie morale de la part de ce journal ? Quel est le motif de l'éditorial pour tenter d'atteindre le premier ministre libanais, et le Liban ? Ça ne cessera donc jamais les hostilités envers notre pays ?

    Sarkis Serge Tateossian

    22 h 52, le 01 octobre 2019

  • Je suggère que L'Orient-Le Jour étudie le dossier de plus près et informe les lecteurs du résultat de ses recherches. Je l'ai fait. Le père de cette mannequin est qualifié par le service des impôts comme " one of the most sought-after, high-fliyer criminals in Cape Town". Il aurait des obligations pour impôts et amendes de quelques 291.000.000 de rands sans compter celles dues pour cette affaire. Lui et sa fille ont déclaré tout le long de la procédure que les 16 millions de dollars leur avaient été transférés par un certain Muhammad Nazih Rawas. Le prix des autos avait été perçu en espèces par les vendeurs au terme d'une correspondance avec un certain Georges Moussalli. Le père et la fille ont été condamnés en 2014 et leurs biens ont été saisis. Ce n'est qu"en 2018 que la demoiselle a intenté un nouveau procès prétendant que la somme lui avait été donnée par Saad HARIRI. Le journaliste qui vient de sortir cette affaire est en mal de copie ou croit avoir levé un lièvre. La conclusion est simple: C'est une tentative de blanchiment d'argent qui s'est terminée mal .

    Moussalli Georges

    22 h 38, le 01 octobre 2019

  • Fake News a qui profite le crime , devinez un peu?

    Eleni Caridopoulou

    21 h 47, le 01 octobre 2019

  • sans verser dans une quelconque et fumeuse conspiration, 16 millions de dollars, c'est peu ou prou ce que doit Saudi Oger a ses anciens salaries francais, la dette due au salaries libanais n'etant pas chiffree.

    Georges Yared

    20 h 00, le 01 octobre 2019

  • Il a tres bon gout notre Premier Ministre- Bravo Il peut lui donner mon numero de telephone Je lui donnerai 16 Million de Livres Libanaises vu qu on ne peut plus acheter des $ au Liban

    KARIM GHAZZAOUI

    19 h 40, le 01 octobre 2019

  • La politique pour la conduite des peuples est une arène où les batailles se font sans pitié. La soif du pouvoir et de domination est dans la logique de la survie du groupe dans un monde ou les ressources ne sont pas illimités et sont souvent cadenassés par les plus forts, ce qui est actuellement organisé par des adversaires cherchant leur chutes respectives.

    DAMMOUS Hanna

    19 h 01, le 01 octobre 2019

  • Je vois qu'on commence à comprendre ce que vaut la vie d'un "allié" du moyen orient ou du reste du monde , de l'amérique . Ils se servent de vous et décident de vous jeter au moment où ils jugeront bon de le faire . Mais dans le fond , est ce vraiment l'amérique qui manipule les événements comme ça ? D'où les sages postures du l'Axe de la résistance de ne jamais transiger avec ces malfrats .

    FRIK-A-FRAK

    18 h 58, le 01 octobre 2019

  • Bizarre quand même que seul le journal de HB LE PUBLIE EN PREMIER mais on accuse les USA de vouloir faire tomber Harriri Alors qu il vient d avoir des rencontres plus que cordial avec Pompeo Attention aux contre vérités Il y a peut être eu des sommes reçus et renvoyées ce qui est contraire à la loi mais penser que harriri a payé 15 ou 16 millions à une fille me semble improbable TOUT POUR LE FAIRE TOMBER ET CE N EST PAS LES AMÉRICAINS MAIS BIEN ....... chercher à qui profite le crime et vous aurez la réponse

    LA VERITE

    17 h 19, le 01 octobre 2019

  • On se fiche un peu de ce qu'il a fait avant d'endosser son costume de 1er ministre,s'il a flambé son héritage c'est son problème et uniquement sont problème, ces délations opportunes qui surgissent des années plus tard sont une nouvelle forme de gueguerre vicieuse et improductive, la guerre des # n'aura pas lieu au Liban.

    Christine KHALIL

    17 h 19, le 01 octobre 2019

  • AFFAIRE PERSONNELLE. GENRE DE CES REVELATIONS : DES PRESSIONS. IL N,A PLUS DES FAVEURS. ON VEUT COUTE QUE COUTE LE DRESSER CONTRE LE HEZBOLLAH. UNE DIVISION EN DEUX DU LIBAN PARALLELEMENT A LA CRISE ECONOMIQUE ET SURTOUT FINANCIERE QUITTE A POUSSER LE PAYS VERS DES JOURS HONNIS DU PEUPLE LIBANAIS POUR LA SECURITE D,ISRAEL. ACCUSÉS : LES AMERICAINS !

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    16 h 07, le 01 octobre 2019

  • Ce n'est pas en salissant les autres que l'on va pourvoir cacher sa propre saleté ! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 50, le 01 octobre 2019

  • La procédure cite comme donateurs Saad Hariri pour les 16 millions de dollars et Georges Moussalli pour le prix des deux voitures de luxe. Il est évident que le père de la demoiselle ,un homme riche connu du fisc comme étant un fraudeur récidiviste , a, lui-même, avec l'aide d'un banquier libanais imaginé et organisé les virements pour blanchir ses propres fonds et les investir dans ses placements immobiliers. Les fonds ont été virés en faveur de sa fille. Lorsque le fisc a refusé de considérer ces sommes comme des dons il a fallu avancer les noms de deux donateurs plausibles. Les 16 millions ne pouvaient venir que d'un homme très riche Saad Hariri par exemple et le 2ème nom a été sans doute suggéré par le banquier complice. Je suis sûr que Saad Hariri n'a rien à voir avec cette affaire.

    Moussalli Georges

    15 h 00, le 01 octobre 2019

  • Affaire tout à fait personnelle hormis le fait que les employés de sa société en Arabie n’ont pas reçu de salaire depuis plus d’un an....

    Bachir Karim

    14 h 00, le 01 octobre 2019

  • Le père de la demoiselle en question est connue du fisc comme étant un fraudeur notoire. Il a sans doute imaginé une façon de blanchir son argent en passant par une banque au Liban. Le fisc sud-africain ne s'est pas laissé faire et a saisi les biens achetés avec les sommes virées du Liban. Pour se défendre ce monsieur à voulu donner l'apparence de dons aux sommes qu'il a lui-même virées à sa fille et a indiqué à la justice le nom de deux personnes comme donateurs , Mr Hariri (pour rendre l'histoire plausible)pour les 16 millions de dollars et moi-même pour le paiement du prix de deux voitures Audi Spider et Range Rover Evoque. Ces noms ont sans doute été suggérées par un employé de banque complaisant. Le journaliste américain a sans doute pensé avoir levé un lièvre. Mr Hariri et moi-même n'avons rien à faire dans cette histoire.

    Moussalli Georges

    13 h 51, le 01 octobre 2019

  • Je vais surprendre PLUS D'UN . Quel est le point commun entre Saad Hariri NOTRE PM , bensalman l'héritier barbare et El Sissi le dictateur égyptien ? Ils sont tous les 3 branchés "Occident" . Mais si comme le dit l'article il faut tenir compte du "Timing" des attaques sur leurs personnes , presque simultanées et groupées , c'est parce que ces 3 dirigeants alliés de "l'Occident" sous l'influence de démons va-t-en guerre REFUSENT D'ENTRER EN GUERRE CONTRE L'AXE DE LA RESISTANCE A LA TETE DUQUEL ON A LA RUSSIE , L'IRAN NPR ET LE HEZB LIBANAIS DE LA RESISTANCE . Les anglais appellent ça : THERE IS NO FREE LUNCH .

    FRIK-A-FRAK

    13 h 35, le 01 octobre 2019

  • Bof,

    Wlek Sanferlou

    13 h 33, le 01 octobre 2019

  • Affaire personnelle, point à la ligne . il est libre et on l'appaludit . J'aurais fait de même si j'étais milliardaire

    Chucri Abboud

    12 h 50, le 01 octobre 2019

  • Ne touchez pas au Président Saad Hariri! Tous les hommes politiques ont ou ont eu des relations extra conjugales et alors ! En commençant par les plus grands : Kennedy, Clinton, Trump etc... Il paraît que même Mao avait en permanence plusieurs jeunes femmes juvéniles dans son lit. Que les Américains commencent à balayer devant leur porte et le monde ira mieux.

    Le Point du Jour.

    12 h 30, le 01 octobre 2019

  • Caprice de milliardaire…pas grave. Mais connait-on la somme que ce brave homme paie au titre de l'impôt au Liban?

    TrucMuche

    12 h 10, le 01 octobre 2019

  • Circulez il n y a rien à voir affaire personnelle Drôle de timing quand même avec bientôt le verdict du tribunal pénal international

    PROFIL BAS

    12 h 08, le 01 octobre 2019

  • En tout cas Candice ne pratique visiblement pas les mêmes tarifs que Stormy...

    Gros Gnon

    12 h 06, le 01 octobre 2019

  • Au moins il sait s’amuser et profite de sa vie.. pas comme certaines figures obscures et lugubres qui nous chantent les louanges de la guerres a longueur de rassemblement et autres et qui nous pourrissent la vie depuis 2000 a nous autres vrais libanais

    Thawra-LB

    11 h 53, le 01 octobre 2019

Retour en haut