X

À La Une

Saudi Oger : des expatriés français interpellent une nouvelle fois Hariri

Arabie Saoudite

Le Premier ministre libanais "n'a pas tenu parole, et de son côté la diplomatie française ne nous a pas aidés", déclare l'avocate Caroline Wassermann, qui représente plus de 80 anciens expatriés français en Arabie saoudite réclamant 12 millions d'euros.

OLJ/AFP
19/09/2019

Des dizaines d'ex-employés français de Saudi Oger, le défunt groupe de BTP du Premier ministre libanais, Saad Hariri, réclament toujours leurs arriérés de salaires et en appellent aux autorités françaises, alors que le chef du gouvernement libanais est attendu vendredi à Paris.

"M. Hariri s'est engagé solennellement devant la presse en 2017 à faire régler très rapidement la situation des salariés impayés de Saudi Oger", a déclaré jeudi l'avocate Caroline Wassermann, qui représente plus de 80 anciens expatriés français en Arabie saoudite réclamant 12 millions d'euros. "Il n'a pas tenu parole, et de son côté la diplomatie française ne nous a pas aidés".

En visite à Paris en septembre 2017, le Premier ministre libanais s'était engagé auprès du président français Emmanuel Macron à "résoudre ce problème et régler les arriérés de salaire". En novembre 2017, après l'annonce surprise de sa démission depuis Riyad et la médiation française pour qu'il puisse rentrer à Beyrouth, l'Elysée avait affirmé "suivre de près" le dossier.

"Des centaines de gens sont en grande difficulté, des personnes en âge de prendre leur retraite n'ont pas droit à une retraite à taux plein car leurs cotisations n'ont pas été reversées par Saudi Oger", a déploré Caroline Wassermann. "Nous avons la sensation que cette situation laisse M. Hariri d'une indifférence minérale et qu'à l'Elysée on est certainement gêné aux entournures mais pas trop enclin à taper du poing sur la table", a ajouté l'avocate, réclamant des "solutions concrètes et immédiates".

A partir de 2015, la baisse des cours du pétrole, mettant un coup d'arrêt aux grands projets de construction du royaume saoudien, a entraîné l'effondrement du géant du BTP. Saudi Oger a alors licencié ou cessé de payer ses 56.000 employés. Des milliers d'entre eux, pour la plupart issus du sous-continent indien, ont été littéralement abandonnés à leur sort dans les "bases vie" du groupe.


(Pour mémoire : Les anciens employés de Saudi Oger manifestent devant le Grand Sérail)


Fin mai, le comité représentant les intérêts des employés licenciés de Saudi Oger au Liban avait critiqué, lors d’une réunion organisée à Beyrouth, l’inertie de l’Etat libanais et notamment du ministère du Travail et de celui des Affaires étrangères et des Emigrés, vis-à-vis de leur dossier.  L’entreprise n’a plus payé ses 56 000 employés, dont 2 000 Libanais, depuis 2015. Fin 2018, la Confédération générale des travailleurs du Liban (CGTL) avait indiqué que 800 anciens employés libanais de Saudi Oger réclament encore 800 millions de dollars en arriérés de salaires et indemnités. Selon l’Union nationale des syndicats des travailleurs (Fenasol), qui suit également le dossier, un recours a été déposé à l’Organisation internationale du travail (OIT) pour faire avancer le dossier dans lequel l’inertie des pouvoirs publics libanais est notamment soulignée.


Saudi Oger et sa filiale française Oger International sont issues de l'entreprise Oger, créée en 1950 par Marcel Oger à Saint-Ouen, près de Paris, et rachetée en 1979 par Rafic Hariri, père de l'actuel Premier ministre.

Saad Hariri rencontrera vendredi matin Emmanuel Macron à l'Elysée. Ce dernier devrait lui confirmer sa venue à Beyrouth en 2020 pour le centenaire de l'Etat du Liban et réaffirmer le soutien de Paris à la force de maintien de paix de l'ONU dans le sud du Liban (Finul), à laquelle participent 800 soldats français.


Lire aussi

En Arabie, d'anciens employés de Saudi Oger seuls et désespérés

L’Arabie saoudite crée une commission pour restructurer la dette de Saudi Oger

Dans le Commerce du Levant

Hariri cède Oger International à Alaa al-Khawaja



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

80 anciens expatriés français en Arabie saoudite réclamant 12 millions d'euros.

CELA FAIT 150.000 EUROS PAR PERSONNE POUR LES FRANCAIS

Fin 2018, la Confédération générale des travailleurs du Liban (CGTL) avait indiqué que 800 anciens employés libanais de Saudi Oger réclament encore 800 millions de dollars en arriérés

CELA FAIT UN MILLION DE DOLLARS PAR PERSONNE POUR LES LIBANAIS

meme dans ce domaine le Libanais veut ( ou vaut ) plus de 6 fois plus que le Francais si cela correspond aux memes dates de non payement

BRAVO : COMBIEN CES EMPLOYES ON PROMIT A CERTAINS POLITICIENS POUR FAIRE PAYER HARRIRI LES 800 MILLIONS
CAR MEME DANS CES SOLUTIONS IL Y A DES POTS DE VIN JE SUPPOSE

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HARIRI DOIT HONORER SES ENGAGEMENTS.

Amère Ri(s)que et péril.

Il me fait de la peine.

On lui règle son compte parce qu'il ne veut certainement pas faire un sale boulot qui a dû lui être demandé de faire pour leur compte.

Voilà où mènent certaines fréquentations .

KARIM GHAZZAOUI

Quel Honte rien a rajouter

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants