Liban

Nidaa el-Watan : les deux responsables du journal maintenus en liberté sous caution d'élection de domicile

"Nous espérons que ce qui s'est passé n'est pas le début d'une série d'atteintes à la liberté de la presse", a déclaré le rédacteur en chef du quotidien libanais, Béchara Charbel, à l'issue de son interrogatoire.

Le rédacteur en chef du quotidien libanais Nidaa el-Watan, Béchara Charbel, et le directeur responsable du journal, Georges Berberi, avec plusieurs responsables politiques venus les soutenir devant le Palais de justice de Beyrouth, le 18 septembre 2019. Photo Ani

Le rédacteur en chef du quotidien libanais Nidaa el-Watan, Béchara Charbel, et le directeur responsable du journal, Georges Berberi, ont été maintenus en liberté sous caution d'élection de domicile, mercredi, après avoir été entendus par le procureur général au Palais de justice de Beyrouth. Ils avaient été convoqués à la demande du ministère de la Justice après la publication d'une manchette jeudi dernier qui titrait : "Nouveaux ambassadeurs à Baabda : bienvenue dans la République de Khamenei", en référence au guide suprême iranien. Le dossier a été transféré au parquet d'appel de Beyrouth.

Avant la décision du procureur général, M. Charbel avait déclaré, à l'issue de sa comparution, à la chaîne locale LBCI que "l'atmosphère était excellente" et qu'il respecterait la décision de la justice. "Nous espérons que ce qui s'est passé ne soit pas le début d'une série d'atteintes à la liberté de la presse", avait-il ajouté. Avant le début de l'interrogatoire, le rédacteur en chef du journal, récemment fondé par l’homme d’affaires Michel Mecattaf, avait réaffirmé l'importance du droit à la liberté d'expression. "Nous respectons la loi et la Constitution qui nous donnent la possibilité de nous opposer", avait-il ajouté.

Plusieurs responsables politiques étaient présents devant le Palais de justice pour exprimer leur solidarité avec les journalistes, notamment les anciens députés Ghazi Aridi, Boutros Harb et Farès Souhaid. "Ce dossier doit être refermé car il n'y a pas de délit. Nous avons une confiance totale dans la décision que prendra la justice", a déclaré M. Harb.

Dans la journée, le président du syndicat des rédacteurs, Joseph Kosseifi, s'est entretenu avec le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, et le procureur général par intérim, le juge Imad Kabalan. Il a exprimé l'espoir que le dossier soit transmis au tribunal des imprimés.

Réagissant à ces derniers développements, et à la suspension prolongée des programmes de la Future TV annoncée plus tôt dans la journée, les Kataëb ont exprimé dans un communiqué "leurs craintes vis-à-vis de la situation difficile des médias au Liban". "Les Kataëb invitent les responsables concernés à mettre en place un plan de sauvetage" de la presse au lieu de poursuivre leur politique de "musellement et de restriction aux libertés".

En titrant sur la "République de Khamenei", le quotidien faisait allusion au dernier discours du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah à l’occasion de la commémoration de Achoura, dans lequel le leader chiite avait réaffirmé son allégeance au guide suprême iranien.

La convocation des responsables de Nidaa el-Watan relance une fois de plus le débat sur la liberté d’expression et le harcèlement policier et judiciaire des journalistes. Ces dernières années, de nombreux journalistes, blogueurs et activistes ont été convoqués par le bureau de lutte contre la cybercriminalité pour des publications en ligne, au lieu de comparaître devant le tribunal des imprimés.


Lire aussi

Sit-in de solidarité avec le quotidien « Nidaa el-Watan »


Le rédacteur en chef du quotidien libanais Nidaa el-Watan, Béchara Charbel, et le directeur responsable du journal, Georges Berberi, ont été maintenus en liberté sous caution d'élection de domicile, mercredi, après avoir été entendus par le procureur général au Palais de justice de Beyrouth. Ils avaient été convoqués à la demande du ministère de la Justice après la...

commentaires (5)

Comment se fait-il que le leader du Hezbollah qui réaffirme ouvertement et publiquement son allégeance au guide suprême iranien, reçoit des armes de sa part et accepte d'être financé par lui...tout en faisant partie du gouvernement libanais...!!!...ne soit jamais convoqué par la justice libanaise ? Que vient faire l'allégeance à un pays étranger avec une soi-disant "résistance libanaise" ? Y-a-t-il des occupations du Liban plus acceptables que d'autres ? Irène Saïd

Irene Said

16 h 47, le 18 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Comment se fait-il que le leader du Hezbollah qui réaffirme ouvertement et publiquement son allégeance au guide suprême iranien, reçoit des armes de sa part et accepte d'être financé par lui...tout en faisant partie du gouvernement libanais...!!!...ne soit jamais convoqué par la justice libanaise ? Que vient faire l'allégeance à un pays étranger avec une soi-disant "résistance libanaise" ? Y-a-t-il des occupations du Liban plus acceptables que d'autres ? Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 47, le 18 septembre 2019

  • titrant sur la « République de Khamenei », le quotidien faisait allusion au dernier discours du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah à l’occasion de la commémoration de Achoura, dans lequel le leader chiite avait réaffirmé son allégeance au guide suprême iranien. Si le Presiedent fort avait fait une declaration contre ce message de HN , le journal n'aurait pas titre con=mme cela mais comme le President n'a rien dit , c'est qu'il approuve le message HB etant au gouvernement DONC LA MANCHETTE DU JOURNAL REFLETE LA REALITE la justice a son mot a dire si elle n'est pas infeodee au CPL et a HB D'AUTRE PART NOUS LIBANAIS AVONS MARRE DE CETTE ATTITUDE DE CE GOUVERNEMENT FORT QUI N'EN FINI PAS DE SOUMETTRE A LA JUSTICE TOUTE CRITIQUE MAIS NE PEUT MEME PAS ARRETTER UN CRIMINEL DE HB N'IMPORTE OU DANS LE PAYS

    LA VERITE

    14 h 56, le 18 septembre 2019

  • Si dans un journal bien connu , il NOUS ARRIVE DE NE PAS ÊTRE PUBLIÉ TOUT LE TEMPS .......

    FRIK-A-FRAK

    14 h 41, le 18 septembre 2019

  • Pourquoi tout ce tintamarre ? Les responsables de Nidaa el-Watan n'ont fait que reproduire d'une façon journalistique les paroles du chef d'une formation militaire incontrôlée par l'Etat libanais. La justice s'est trompée de cible. Aux temps de Xerxès 1er et de Darius, la liberté d'expression était respectée.

    Honneur et Patrie

    13 h 19, le 18 septembre 2019

  • LA LIBERTE D,EXPRESSION EST SACREE ! TANT QU,ELLE DIT LA VERITE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 34, le 18 septembre 2019