X

Économie

Plus de 100 000 nouveaux raccordements au réseau EDL

Réforme de l’électricité
OLJ
12/09/2019

Électricité du Liban (EDL) a annoncé hier, dans un communiqué, les résultats de l’opération de réduction temporaire d’environ 75 % des frais de raccordement au réseau de distribution, qui visait à encourager les personnes branchées illégalement à régulariser leur situation. La mesure, qui a été appliquée du 28 mai au 28 août, concernait les foyers souhaitant souscrire à des abonnements de 15 et 20 ampères (A), la fourchette correspondant à l’intensité moyenne pour une installation électrique dans un appartement résidentiel familial. Un raccordement pour une intensité de 15 ampères était facturé à 131 000 livres (87 dollars) contre 163 000 (108 dollars) pour 20 ampères.

Ainsi, quelque 106 643 nouvelles demandes d’abonnements ont été adressées à EDL sur cette première période. Près de la moitié d’entre elles (52 500 nouveaux abonnés) ont déjà procédé au paiement de leurs frais de raccordement, tandis que les autres disposent encore d’un mois pour le faire. Environ un tiers des nouvelles demandes (31,22 %) ont été enregistrées au Liban-Sud, 23,56 % dans la Békaa, 21,81 % au Mont-Liban, 16,83 % au Liban-Nord (hors Qadicha), 4,73 % dans la zone relevant de la concession de la Qadicha et 1,85 % à Beyrouth.

Face à ces résultats encourageants, EDL a pris la décision de reconduire cette opération pour trois mois, mais celle-ci nécessite encore l’aval des ministères de l’Énergie et des Finances pour devenir effective. Les foyers qui n’ont pas régularisé leur situation pourront faire l’objet de poursuites judiciaires. Des peines d’emprisonnement sont également prévues.

Les branchements illégaux permettant de détourner de l’électricité rentrent dans la catégorie des pertes non techniques du secteur de l’électricité au Liban, lesquelles ont représenté 21 % de la production en 2018, selon le ministère de l’Énergie. Ce dernier prévoit de les réduire pour qu’elles ne représentent plus que 3 % en 2021.

Cette mesure fait partie d’un des axes majeurs du plan de réforme de l’électricité, voté en avril dernier, qui vise à rendre EDL capable à terme de fournir du courant 24 heures sur 24 à tous ses abonnés tout en restant rentable. Le plan prévoit une hausse des tarifs de l’électricité (figés depuis 1994) à partir de 2020, parallèlement à une hausse de la production à travers le déploiement de centrales temporaires puis durables et des travaux d’extension et de modernisation du réseau de distribution. Le plan comprend notamment la construction de plusieurs centrales à Hraiché, Selaata et Zahrani, ainsi que le remplacement des centrales existantes de Zouk et Jiyé.



(Lire aussi : Générateurs : près de 80 % des propriétaires se sont mis en règle)



Cahiers des charges
La ministre de l’Énergie, Nada Boustani, a d’ailleurs annoncé hier que les cahiers des charges de l’appel d’offres qui doit être lancé pour la construction de centrales électriques à Zahrani (Saïda, Liban-Sud) et Selaata (dans le Chouf) ont été finalisés, espérant qu’ils seront approuvés « le plus rapidement possible » par le gouvernement. « Ces cahiers des charges ont été préparés par les consultants Fichtner, Bredin Prat et Uria Menendez, en collaboration avec la Banque mondiale et la Société financière internationale », a-t-elle ajouté sur son compte Twitter. La ministre avait lancé, en juillet dernier, la phase de préqualification des compagnies souhaitant participer à cet appel d’offres.

Plus tard dans la journée, Mme Boustani a indiqué qu’un nouveau conseil d’administration sera prochainement nommé à la tête d’EDL. Concernant les tarifs de l’électricité, la ministre a précisé que « la Banque mondiale va achever l’étude sur les tarifs à la fin du mois de septembre » et qu’elle présentera « les résultats de cette étude au comité interministériel compétent ». Elle s’exprimait en marge d’une réunion interministérielle consacrée à l’appel d’offres pour l’importation de trois unités flottantes de stockage et de transformation du gaz liquéfié (Floating Storage and Regazification Unit – FSRU en anglais). La mise en service de ces plates-formes est une des composantes du deuxième axe du plan de réforme de l’électricité, le pays visant à terme passer du fioul au gaz.

Mme Boustani a également indiqué au sujet de la centrale de Deir Ammar que « les négociations touchaient à leur fin et que le contrat d’achat d’énergie sera bientôt finalisé ». « Je serai informée du début des travaux dans quelques heures », a-t-elle assuré.



Lire aussi

Un incident à Deir Ammar accentue les coupures de courant dans le Liban-Nord

Réformes : la Banque mondiale reste confiante dans le potentiel du Liban


À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants